Cool Previews 3.2, un plugiciel Firefox à connaître

Tout en haut, à la droite de la mini fenêtre Google, une petite icône déclenche ce mode d’affichage.
 

Vous connaissez probablement Cooliris, un plugiciel multiplateforme et multifureteur qui permet d’afficher des collections de fichiers multimédias sous forme de diaporamas 3D interactifs. Par exemple, si vous tapez Nelson dans Google et que vous cliquez sur la petite icône de Cooliris, toutes les possibilités de Nelson, du libérateur sud-africain à Willy, l’homme aux tresses, vous seront affichées comme s’il s’agissait d’un empilage de téléviseurs sur un méga mur de Future Shop ou de Best Buy (illustration en haut). Euh … le fait que ma photo n’y soit pas n’est pas à l’origine du fait que ce produit me laisse de glace.

C’est que, pour être honnête, Cooliris m’énerve. Si je recherche une image, un clip vidéo ou un reportage, je ne veux pas devoir l’attraper au vol. Je veux le voir, bien stabilisé, sur une page de présentation comme Google arrive très bien à la faire. Mais ça, c’est moi; il peut en être tout autrement pour vous, d’où ma mention du produit. Moi ? Je préfère de loin un autre gugusse de cette jeune entreprise de Palo Alto, soit Cool Previews 3.2, un plugiciel Firefox (Windows, Mac, Linux) conçu pour afficher les pages cachées derrière les hyperliens.
Lire la suite

Publicités

Format des commentaires

 
 

J’ai posé cette question à l’intérieur d’un commentaire, mais je n’ai pas eu vraiment de retour. Alors, je la place ici, bien en évidence.

Mise à jour du jeudi matin

Le petit sondage, exercice plus indicatif que scientifique, se fermera de lui-même dans une heure. Il s’en dégage que 62 % des répondants préfèrent le mode hiérarchique utilisé depuis le 24 février, alors que 38 % souhaiteraient que l’on revienne au mode antérieur, celui sans hiérarchie. Vox populi, vox dei, ce sera donc le mode actuel qui sera maintenu. Mais il est vrai qu’une période d’adaptation est nécessaire et que ça peut sembler un peu compliqué. Je suis cependant convaincu que l’on s’y fera, moi le premier.

 
 

 
 

Nelson au pays des zamis

   

Depuis mon départ de la Cyberpresse, mon plan de match est simple. Il me faut remplacer la machine à saucisses Gesca par la mienne. Or, les saucisses, à l’exception des merguez, les Maghrébines à l’agneau halal, faut-il le préciser (1), je ne connais pas trop. Jusqu’à la fin février, tout au long du déferlement des médias sociaux, je n’avais pas eu à me soucier du rayonnement de mes prestations journalistiques; la cyberpatente de ce bon monsieur Crevier (2) s’occupait de tout. Souvent, je faisais la première page de résultats dans Google. Maintenant, c’est moi qui s’en occupe.

Parmi les moyens que j’ai déployés pour y arriver, j’ai plongé tête première dans les médias sociaux. Ouh que l’eau est glacée ! Surtout que n’étant pas naturellement sociable, je ne vous cache pas avoir éprouvé de très sérieuses réticences.
Lire la suite

De WordPress à WordPress

     

Pour un scribe professionnel, la vie en ces temps cybernétiques peut être exaltante. Les solutions permettant la prise de parole urbi et orbi sont nombreuses, habituellement conviviales et généralement gratuites. Encore faut-il avoir des lecteurs, mais cela est une autre histoire.

On sait que le moyen le plus répandu pour diffuser ses écrits est la plateforme de publication, alias le système de gestion de contenu (CMS), par exemple WordPress, Blogger, Movable Type, Spip ou TypePad. Ces produits gèrent notamment des textes, des illustrations et des commentaires, documents qu’ils conservent dans une base de données. Ce qu’il faut savoir c’est que le fait de les récupérer, incluant leur mise en page, leur graphisme, leurs hyperliens, etc., peut s’avérer une tâche complexe.
Lire la suite

La quinte du vendredi

     

Quand je suis parti, mardi, pour aller couvrir le lancement du iPAd 2, Kadhafi bombardait le peuple libyen, les gens souffraient en Haïti, les jeunes étaient désespérés au Yémen, un prix Nobel de la paix croupissait dans sa geôle chinoise, le gouvernement Harper continuait d’enfoncer le Canada sous la barre du ridicule au Proche-Orient et au nord de l’Afrique, l’économie mondiale commençait à avoir des témoins d’alerte qui clignotaient sur son tableau de bord, sans parler du reste. Quand je suis revenu, jeudi soir, rien n’avait changé. La planète était toute aussi dangereuse, menacée et misérable qu’avant (1).

Pourtant, le iPAd2 avait été lancé.
Lire la suite

Steve Jobs lance son iPad 2

(Article paru plus tôt aujourd’hui dans le quotidien en ligne Rue Frontenac) Mardi avant-midi, le P.D.G. d’Apple, Steve Jobs, avait un double exploit à accomplir et les jours à venir nous diront s’il s’est bien tiré d’affaire. Primo, il est apparu sur scène, défiant certains pronostiques oncologiques, et secundo, il a lancé la deuxième génération de iPad, un évènement, a-t-il dit, qu’il ne pouvait rater. Et pour cause, la célébrissime tablette d’Apple est maintenant deux fois plus rapide côté puissance de calcul, neuf fois plus musclée en capacité graphique, moins lourde de quelques chouias et plus mince qu’un iPhone 4.

Dès son apparition, malgré l’inquiétante maigreur affichée, une lenteur inhabituelle dans ses mouvements et une fatigue évidente, le P.D.G. d’Apple a démontré aux spéculateurs que les rumeurs annonçant un regain létal de son cancer semblaient exagérées. Peu après, l’action AAPL (NASDAQ) a grimpé de plus de 1,3 %, stabilisant le titre en situation ascensionnelle.
Lire la suite

Voxpop stratégique concernant la mission de Nelson