Erratum

Ce site n’est plus fonctionnel. Rendez-vous plutôt sur
NELSON DUMAIS – LE MAGAZINE
en cliquant sur l’adresse qui suit: nelsondumais.com

Merci de bien vouloir corriger vos signets en conséquence.

Au plaisir de vous retrouver,

Nelson

Publicités

Le nouveau site Web est en fonction

Le texte que vous lisez présentement est le dernier à être publié ici. Ce matin, mon nouveau site Web est entré en fonction et un nouvel article vous y attend. Pourquoi ce changement ? Parce que j’ai quitté WordPress.com, un service Web (zin de big Nuage), pour un site WordPress hébergé localement où je peux exercer les pleins contrôles.

Mais il y a eu des écueils dont certains m’ont étrivé et sur lesquels je n’entends pas revenir. Mettons que je ne l’ai pas eu facile ! Parmi les autres, je vous annonce que vos « votes » et vos « rate this » ont tous été perdus et qu’il va vous falloir les repartir à zéro. Donc, si le cœur vous en dit, lâchez-vous lousses sur le clic clic. Mais, bonne nouvelle, j’ai tout récupéré vos commentaires.
Lire la suite

La quinte du vendredi

Ce matin, les chevaliers de l’Apocalypse entendent, si on ne les arrête, hisser le drapeau de Kadhafi sur les dernières zones libyennes en rébellion, le peuple japonais saigne et souffre dans le silence d’une civilité bouleversante, les Ivoiriens assistent impuissant aux sanglantes exactions des milices pro-Gbagbo, Jean-Bertrand Aristide, alias Titide, vient ajouter au cloaque haïtien telle une métastase supplémentaire sur le cancer national, les Canadiens, dans un contexte de cynisme sans précédent, s’apprêtent à subir une élection fédérale, des ingénieurs de la firme Delcan soutiennent que le pont Champlain représente des risques et qu’il doit être remplacé le plus tôt possible, le crime organisé québécois, inversement à la Couronne désormais famélique, fait le plein en tracassiers, plaideurs et autres avocats. Ad naseam – am – am – am !

Plus je lis les manchettes Web, plus j’écoute les nouvelles radios, moins j’ai le goût d’entreprendre ma journée. Pourtant, en tant que journaliste techno, il me faut vous parler techno sans trop être à côté de mes pompes. Je me dois d’être utile, utile et branché, même si j’ai le goût de vous parler des flics mexicains, des pères rédemptoristes, de Tony Accurso, de la bêtise monarchique dans laquelle le Canada va très prochainement sombrer, des frais de scolarité, de … de… et puis bof !
Lire la suite

VideoStudio Pro X4, un logiciel de chez nous à connaître

Article publié le 16 mars dernier dans Rue Frontenac.

Rien n’est plus désagréable que la voix du beau-frère en train de vanter l’extrême simplicité et la grande qualité de iMovie, un logiciel Mac pour fabriquer de petits chefs-d’œuvre cinématographiques maison, à plus forte raison quand on utilise un PC sous Windows.

Clouer le bec à ce Jos-Connaissant peut s’avérer une mission impossible, à moins d’utiliser un produit comparable, ce qui, en giron Windows, n’est pas toujours évident. D’où l’intérêt de VideoStudio Pro X4, un logiciel de montage et de bricolage vidéo à 100 $ (80 $ pour la mise à niveau) qui porte la griffe de Corel.
Lire la suite

L’Open Source chez Microsoft

Article publié le 16 mars dernier dans Direction Informatique.

Gianugo Rabellino, un avocat italien récemment installé dans la région de Seattle, a été, toute sa vie durant, un intervenant majeur dans la communauté Open Source européenne. Entre autres, il a été président fondateur de la Société Linux italienne et de SourceSense Europe, une boîte spécialisée en solutions Open Source. Or voilà qu’après avoir été un apôtre de Slackware, Debian et Ubuntu, il déclarait, l’automne dernier, que ces systèmes d’exploitation, pourtant excellents à bien des égards, n’étaient peut-être pas l’idéal sur un bureau. Du même souffle, il avouait sa préférence pour le Mac, un ordi qu’il faudrait lui arracher, disait-il, « de ses mains mortes et glaciales ».

Pourtant, depuis l’automne, M. Rabellino utilise un bloc-notes Windows 7. Il le trouve rapide et bien conçu. « Je ne m’ennuie vraiment pas du Mac ! », confesse-t-il. Que s’est-il passé ? Il est simplement devenu cadre supérieur chez Microsoft. Et comme, selon toute apparence, ses mains sont encore chaudes et vivantes, mais qu’il n’a plus de Mac, c’est que le redoutable Steve Ballmer le lui a arraché en même temps que le cœur, n’est-ce pas ? Comment expliquer autrement le geste d’un Full-Patch Linux Aficionado, amateur de Mac a fortiori, qui accepte de s’embrigader dans les forces de l’Empire, pour y agir comme directeur principal de l’unité communautés Open Source ?
Lire la suite

Shakespeare aurait prévu les réseaux sociaux

Hamlet au TNM, mars 2011: excellente représentation
   

Que le nom de William Shakespeare ait été celui d’un véritable génie ou celui d’un tâcheron ayant servi de prête-nom, qu’il s’agisse du pseudonyme d’un ou de plusieurs hommes de théâtre du XVIe siècle ou de quelques lettrés de la cour élisabéthaine, tout le monde reconnaît au personnage une compréhension remarquable des humains et de leurs codes moraux. Mais personne à ce jour, n’a salué ses étonnantes capacités de prémonition, de prédiction, voire de futurologie, ce que moi, ce matin, je fais sans sourcilier. Bref, j’affirme que l’on peut retrouver des conseils très pertinents quant à la fréquentation des réseaux sociaux dans l’œuvre de Shakespeare, notamment dans Hamlet.

À la scène III de l’acte 1, on voit Polonius, l’éminence grise du roi Claudius, abreuver de conseils son fils Laertes qui s’en va en mission à l’étranger. J’ai déniché une traduction française qui m’est apparue fidèle (vous pouvez comparer ici), laquelle je vous la présente ci-après, en points détachés. Je n’ai changé ou omis aucun mot du texte; je n’ai ajouté que des sauts de ligne pour simplifier la présentation.
Lire la suite

La quinte du vendredi

     

Si vous cliquez sur la vignette ci-haut, vous verrez apparaître la carte mondiale du réseau Internet, une mappemonde très intéressante à scruter en gros plan. Cette œuvre a été préparée par une firme de Vancouver, Peer1 Hosting, qui se spécialise dans la fourniture de services Internet aux entreprises, passant de l’hébergement à la sécurité et du stockage de données aux services infonuagiques.

Si jamais cette carte magnifique vous tente, voici comment vous pouvez vous la procurer gratos. Les 25 premières personnes qui gazouilleront cet article-ci par Twitter en utilisant l’étiquette (hash tag) #PEER1, se mériteront un exemplaire. Auquel cas, Peer1 Hosting leur fera parvenir leur trophée par la poste, cela sans aucuns frais. Allez, à vos souris ! Un, deux, trois, tweetez !
Lire la suite