Un entrepôt de livres blancs

illEn France, ces temps-ci, le mot blanc prend une connotation toute particulière : blanc comme dans misère noire, c’est-à-dire comme dans blanc bordel ou blanc manteau, celui de la Fée des Neiges ou des glaces, selon que l’on soit optimiste ou pessimiste. Pauvres Européens ! Mais pour François Racine, le mot a un sens moins poétique. Il renvoie à livre blanc et au site Web, L’annuaire des livres blancs, entrepôt qui, à défaut d’en être gavé, en comptait quand même 927 quand j’en ai fait le tour ce matin.

Pourquoi je vous en parle ? D’abord, parce que vendredi dernier, vous avez été nombreux à donner suite à ma suggestion de téléchargement du livre blanc de Mandriva « Les solutions Open Source pour la Gestion de Parc Informatique ». Ensuite parce que ledit François Racine s’est manifesté dans ma boîte de courriel, ce qui m’a permis d’aller visiter sa cyberbibliothèque. Mais surtout, parce que sans être un souk avec tous les documents du monde, ce site peut s’avérer utile aux étudiants, chercheurs et enseignants en quête de matériel intellectuel pour étoffer une réflexion.

ill

ligne.jpg

Regroupés en huit sections, les ouvrages sont faciles à dénicher et ils aboutissent tous, à une fiche de présentation complète, incluant la date et la langue de publication. Un lien nous amène alors vers le document sur le site des auteurs. Dès lors, il est possible que l’on doive obtempérer aux politiques particulières en vigueur, p. ex. l’obligation de s’inscrire et de négocier avec un catcha. Reste que le document recherché est gratuit et accessible.

Dans le lot, j’ai trouvé une réflexion intéressante sur un thème bien connu chez nous, mais qui semble tarder faute de moyens appropriés, l’École numérique. Lisez plutôt la description du document tel qu’il a été publié la semaine dernière : « Ne nous y trompons pas : la mise en place du tableau blanc interactif, du stylet et du clavier en lieu et place du tableau noir et de la craie n’est que la partie visible des changements qui s’opèrent dans les classes. Comme à la maison, le numérique ouvre la voie à de nouvelles pratiques, de nouveaux besoins, de nouvelles attentes et de nouveaux échanges entre l’école et son environnement. Entre les enfants et les enseignants. Entre ces derniers et les parents. Entre tous les membres de la communauté éducative. »

ill

ligne.jpg

Et en voici un autre, un peu moins récent, celui-là (février dernier) qui traite de la prospective du livre et de l’édition. « Au cours de la prochaine décennie 2010-2020 vont arriver, face au marché du livre, les premières générations de lecteurs qui spontanément, pour lire, n’iront plus vers des livres imprimés. Dès lors, la prospective peut aujourd’hui ouvrir de nouvelles perspectives à l’édition qui voit son avenir incertain face aux nouveaux médias et à l’arrivée de ces nouveaux lectorats. »

Et ainsi de suite. Mais le mieux, c’est que vous y alliez fouiller vous-même. Bravo monsieur Racine !

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que j’aie un parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.
Pourquoi commenter cet article : Pour dépasser ou préciser mon propos, pour le nuancer, l’illustrer, le compléter avec des adresses, pour débattre du sujet. Il en ressort un “produit d’information” (mon article + les commentaires) beaucoup plus intéressant et utile qu’un simple article de journaliste. D’où les demandes régulières de la part de participants pour que jesévisse quant aux trolls ou aux propos vexatoires et inutilement agressifs. On n’est pas ici pour s’enguirlander à qui mieux mieux, mais pour partager de l’information utile.
Nelson Dumais

ligne.jpg

Publicités

24 réflexions sur “Un entrepôt de livres blancs

  1. Moi ce que Je retiens c’est ce que tu as dit à propos des niveaux moyens d’apprendre à l’école ou ailleurs : ça prenait un crayon ou un stylo. $2 le kit au dollorama par exemple, maintenant il faut un iPad à $800 ou un laptop pour le meme résultat , ça me rappelle aussi j’ai Lu en France qu’ils essaient d’enlever l’alcool dans le vin , faut le faire! j’ai Lu le tollé que ça à créé, et ils ont raison après la nourriture modifié , le bon vin , la c’est le bon vieux calepin de notes, et maintenant le bon vieux bouquin, ça me rappelle le film prophétique des années 70 avec le grand louis de Funes et le non moins grand Couche : l’aile ou la cuisse…. surtout le punch de la fin !

    À propos j’écris ce post non pas avec un papier et un crayon mais avec le HTC desire z (la publicité est pour quelque chose la dedans).

  2. Je crois que aussi ds le futur, il y aura plus d’ écrivains que de nos jours, les bons logiciels d’ écriture aidant, et aussi avec les de plus en plus nombreux adeptes de l’ordinateur.
    Souvenez-vous du temps où nous devions tout écrire à la main puis corriger et recorriger, ajouter une petite ligne par ici, un petit mot par là et des flèches pour placer le tout au bon endroit.
    Au final on réécrivait tout au propre, que de travail fantidieux celà était.

    Que c’est fantastique d’avoir plein de logiciels d’écriture, qui nous facilite tant la tâche!
    Hommage, à tous ces créateurs !

  3. « qui nous facilitent tant la tâche »
    Je me suis relue, une fois « envoyer »et j’ai constaté la faute.
    Si, j’avais utilisé un logiciel avec correcteur orthographique, probablement
    qu’il m’aurais signalé la faute.

  4. @ Jojo9

    Non mais, compte sur Dumais pour nous corriger! Je le soupçonne d’y prendre un plaisir malsain… Il a de la graine d’insulaire dans le psyché, le vilain… Houuuu!

    PS.: @ Nelsonne toujours trois fois… Pis? ça vient, ce conte?

  5. Concernant la nouvelle vague des tablettes genre IPad et autres, je suis sans doute de la vieille génération mais pour moi rien ne remplacera jamais une édition papier d’un ouvrage. Très certainement que ces appareils peuvent être très pratiques pour une consultation ponctuelle mais un livre reste un compagnon et le feeling qu’on peut ressentir en le tenant entre nos mains, l’odeur du papier, cette présence physique et bien réelle d’un ouvrage bien édité et bien relié n’a pas, à mes yeux du moins, son équivalent. Une collection de volumes bien rangés dans une bbliothèque possède ce cachet particulier qu’aucun gadget virtuel ne pourra jamais reproduire, Mais comme je le disais précédemment, je suis de la vieille école. Et quand la tablette ne fonctionne plus….il reste quoi ?? Un livre par contre ne s’efface pas tout seul !!

    Question d’évolution sans doute ou de vision mais je suis convaincu que la tablette ne vaut pas le plaisir de tenir et de lire un bon livre.

  6. @visavisquoi, ouin c’est vraiment pas ma journée, à 12:48, »il m’aurait signalé »!
    Ha! Foutu bouton « envoyer », je propose le bouton « récupération »!
    J’ai l’impression que sur le Ipod Touch français, il y a pas auto-correcteur
    efficace.
    Cher père Dumais, pour Noël et l’avenir, je souhaiterais avoir un bouton »récupération » et ainsi pouvoir corriger mes erreurs de français avant publication définitive, snif…Parfois, j’ai le clic trop vite

  7. @larocha, je ne crois pas que l’écriture manuscrite et les calculs manuels disparaîtrons de si tôt ds les écoles primaires.Pour faire du traitement de texte et des calculs, un portable usagé pourrait très bien faire le travail, pas besoin d’avoir un ordi dernier cri.
    D’ un autre côté le prix des ordis neufs ne cesse de descendre.
    J’ai acheté un mini-portable neuf pr $300 (transport facile)et un graveur DVD externe à part à $25.

  8. MMM

    Ya des points …
    Ce qui m’embrouille , c’est le support . À mon fils je pourrai y donner mes éditions spéciales du National Geographic , ils sont papier et intemporel ou presque . Sur un iPad la pérennité c’est hors de question .

    Pour un bidule qui n’a qu’une duré de vie très limitée par rapport a un livre papier , le lègue est presque impossible . Par contre , des livres référence techniques comme CISCO CCNP par exemple sont tout à fait indiqués pour ce genre de média étant donné le changement rapide de la technologie .

    En ce qui concerne le livre scolaire , la question est a se poser … est-ce que le livre vaux la peine d’être conservé sur sur une période de -X- temps qui porte au-delà du support possible offert par la technologie du moment ou non ?

    Sinon pourquoi gaspiller du papier pour des livres éphémères ? Autre questionnement aussi , combien de temps les formats portés sur iPad et autre « eReaders » seront-ils supportés , il en va d’une certaine cohérence pour les bibliothèques numériques .

    En gros la complémentarité entre le numérique et le papier est logique dans son ensemble , tout se jouera dans l’utilisation intelligentes des solutions adéquates .

  9. @ jojo9

    20 décembre 2010
    12h48

    J’ignore sur quelle plateforme tu travailles ou écris mais mon Mac relève toutes les coquilles que je commets et ce, dans toutes les applications qui utilisent un curseur de texte parmi les outils. Ce n’est pas parfait mais c’est pas mal. Je suppose que ça doit être pareil dans tous les OS?

  10. Excellente référence! J’ai refilé l’adresse à mon fils qui est universitaire de son état. J’ai cliqué sur quelques liens et j’ai téléchargé quelques documents fort intéressants. Mais je n’ai pas tout lu! Merci.
    Cordialement.

  11. @jojo9

    Ca aide ou ca nuit , la preuve toi meme tu es victimes de ton appareil d’autocorrection qui met a la place des mots pas rap. ce que mon HTC a fait aussi dans mon premier post–> niveaux au lieu nouveaux mais on ne regarde pas tout le temps on est pressé mais trop tard c’est partit!

  12. @Nelson
    Houlala! Super intéressant ces liens, merci!
    Ça donne froid dans le dos d’imaginer qu’un jour, il y aura une génération qui n’aura pas connu le livre de papier. Même que ça sentirait le brûlé (Farenheit 451)… Au cas où, moi, je préserve mes bouquins et mes microsillons.

  13. @stevec72, moi ce qui me décourage, c’est de voir en fin d’année scolaire, les manuels d’ exercices
    de mes enfants à peine completés.Une page par ici,une page par là, ils ne pourront plus jamais servir à un autre élève, quel gaspillage et roule l’industrie du cahier d’ exercice jettable.
    Qui a dit que l’école était gratuite au Québec?
    Autrefois, on faisait plus d’ exercises ds des cahiers type « Canada » et on apprenait aussi bien, si non mieux.

  14. @Jojo9

    Effectivement …
    Dans ce cas justement , une tablette sur laquelle on pourrait écrire avec un stylet par exemple serait une bonne avenue , une tablette de laquelle on pourrait imprimer la ou les pages voulues . Une tablette aussi qui serait supportée sur une période entière ( les 6 années du primaire ou du secondaire ) serait encore mieux .
    Mais bon ce genre d’outils n’est pas encore à la portée des mains des touts petits (8 ans et moins)
    Au secondaire par contre ce serait envisageable … je crois .

    Pour ma part , bien qu’étudiant en techno j’utilise encore des cahiers canada pour ma prise de note … oui oui chui un des rares lol

  15. @nelson_dumais

    « …l’obligation de s’inscrire et de négocier avec un catcha. »

    Un catcha, c’est un félin bilingue?? (Captcha)

    Euh, je crois que j’ai bessoin de mon premier café… 🙂
    Bonne journée!

  16. @denis3r : Pas tous, j’ai ma jeune cousine de 12 ans qui ne veut rien savoir des livres électroniques et qui préfère justement le feeling du format papier. Et si on regarde les ouvrages d’informatique (programmation, admin système, développement Web, …), le format papier est encore très populaire.

    J’ai d’ailleurs écrit un billet à ce sujet sur mon blogue il y a quelques mois suite à une affirmation rapportée par un article de BV.com, voici le lien : http://ishimaru-blog.servhome.org/archives/134

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s