Test de blonde: le BlackBerry Torch

illDans l’univers des téléphones intelligents, il ne faut pas croire qu’en raison de leur avance techno, le iOS 4.2 d’Apple et l’Android 2.2 de Google vont faire consensus. L’alternative a encore des adeptes qui défilent en rang serré. C’est le cas du récent BlackBerry Torch dont le système d’exploitation flambant neuf est le BB OS 6, un produit que la clientèle établie de RIM (Research in Motion, la fabricante ontarienne du BB) considère comme le plus beau à ce jour, ce qui, paradoxalement, ne fait rien pour relancer les ventes. Je vous parle d’un produit intéressant qui, dans mon cas de journaliste gâté, ne me ferait pas abandonner un HTC Desire, un récent Galaxy de Samsung ou un iPhone 4, mais qui m’incite quand même à en parler; il y a bien pire sur le marché !

Pour y arriver, j’ai mis à contribution ma blonde, une virtuose du BlackBerry dont l’appareil fourni par l’employeur date cependant de Mathusalem. L’objectif était de voir comment elle parviendrait à se retrouver dans le nouvel environnement blackberresque et comment elle arriverait à s’acquitter de certaines tâches sans avoir à consulter le manuel. Je lui ai donc remis le Torch que m’avait prêté Rogers et je l’ai laissée s’amuser. C’est hier soir qu’elle m’a finalement livré le détail de sa semaine d’essais. Voici ce qui s‘en dégage.

illD’entrée de jeu, elle a pris sa mine la plus pardonnable pour m’avouer qu’elle n’avait pu faire grand-chose sans ouvrir le petit manuel. Si certains acquis sur son vieux BlackBerry ont pu l’aider, par exemple taper du texte sur le clavier physique de l’appareil, naviguer à l’intérieur d’un courriel, appuyer sur le bouton de retour (back) ou se mettre en mode téléphone, elle s’est retrouvée en terra incognita quant au reste; autant que l’autre jour quand je lui avais prêté un Xperia Android de Sony. Si le Torch est un peu semblable aux dernières fournées de BB, il est très différent de ceux d’il y a trois ou quatre ans. Pour le moins !

Reste que, manuel en main, avec stoïcisme, méthode et impavidité, elle s’est acquittée sans histoire de toutes les tâches demandées incluant me téléphoner à partir d’une fiche contact complétée par elle-même, m’envoyer un courriel pour me commenter un article fraîchement publié sur Technaute et s’amuser avec au moins un gugusse téléchargé de la boutique en ligne. Elle a même fait des photos. En voici cinq; cliquez sur les vignettes.

ill ill ill ill ill

ligne.jpg

Le téléphone sur sa dernière photo est parfaitement opérationnel et il nous arrive, ici, de nous en servir. Je m’en suis d’ailleurs inspiré pour les deux photos qui suivent, photos faites avec un iPhone …

ill ill

ligne.jpg

Ce qu’elle a aimé surtout, ma blonde-testeuse, c’est ce qu’elle déteste avant tout sur un iPhone : le clavier. Celui du BB n’est pas que virtuel et, dans le cas du Torch, il est même escamotable. Il est là au besoin et n’enlève pas de précieux millimètres carrés à l’écran d’affichage. Or comme elle est habituée aux microtouches, des touches qu’elle maîtrise à vitesse impressionnante du bout de ses ongles de fille coquette, elle s’est vite retrouvée en terrain connu. Moi ? J’ai éprouvé d’énormes difficultés et les ai extériorisées avec un ou deux jurons bien sentis. Mais, m’a-t-elle rabroué, on s’y fait assez rapidement. Et c’est productif !

Si on le compare à sa concurrence principale, force est d’admettre qu’il est trapu, le Torch. Il est plus court, plus épais et plus rondelet. Par contre, il fait sensiblement le même poids. La raison ? Le clavier escamotable. Zieutez les trois photos qui suivent, vous en conviendrez. Dans les faits, cela donne un écran tactile de 3,2 pouces pour une résolution de seulement 360 X 480. En comparaison, le iPhone 4 présente un écran de 3,5 pouces avec une résolution de 960 X 640, et le Galaxy U de Samsung, un écran de 3,7 pouces avec une résolution de 480 X 800. Le jugement de ma douce a été ici pragmatique. « Je sais que c’est pas mal plus beau sur ton iPhone, mais c’est un énorme progrès par rapport à mon BlackBerry actuel. Au moins, je peux aller voir des pages Web. Encore faut-il que j’aie besoin de le faire, ce qui est une autre paire de manches. »

ill
ill
ill

ligne.jpg

Effectivement, l’appareil est un téléphone 3G complet (un excellent téléphone bla-bla du reste : bon son à l’aller et au retour) qui va sur le Web et qui dispose du moteur de rendu Webkit. C’est d’ailleurs ce qui différencie ce BB des autres. S’il se nomme Torch, c’est en raison de Torch Mobile, cette boîte de développement acquise l’an dernier par RIM, où on développait un produit basé sur Webkit. Et, comme avec d’autres appareils du genre, les commandes tactiles usuelles s’appliquent.

« Sauf que ça ne marche pas aussi bien qu’ailleurs », ajoute ma tendre compagne en se faisant aller les doigts comme sur un grand écran imaginaire. Lire un texte nécessite plus de manipulations de gauche à droite et la stabilité du document tel qu’affiché laisse parfois à désirer. (Là, madame Rogers qui m’avez prêté le téléphone, ne vous fâchez pas après moi, c’est ma blonde qui dit ça … ) J’aurais aimé vous illustrer son propos, mais le logiciel de prises d’écran, Capture It, ne fonctionne pas avec tout ce qui se rapproche du Triple W. Allez savoir pourquoi ! Il est même erratique avec certains documents, par exemple la prise de droite qui suit.

ill ill

ligne.jpg

Le Torch qui entend positionner la conservatrice RIM sur le même plancher qu’Apple et que les Asiatiques androïdés, dispose d’une caméra de 5 mégapixels qui peut agir aussi bien d’appareil photo que de caméra vidéo en mode 640 X 480. Les fichiers photo produits font 2592 x 1944 pour une masse de 1,40 Mo, ce qui n’est pas de la tarte. Cette populaire fonction se présente avec un très bon logiciel de soutien, lequel permet généralement de bien réussir ses clichés. C’est notamment ce que vous voyez sur la prise d’écran de gauche, ici en haut. L’autre vous montre l’écran du Torch en train de photographier un iPhone.

Côté ergonomie, ma blonde s’est retrouvée à des kilomètres de son vieil appareil. Ce n’est pas encore dans le registre de qualité propre à Android 2.X ou au iOS 4.X, mais ce n’est pas si mal non plus. Admirez ces prises :

ill ill

ligne.jpg

ill ill

ligne.jpg

ill ill

ligne.jpg

Ceux qui aiment le système de courrier électronique unifié vont probablement dire que c’est du côté communication et réseautage que ce BB marque des points. Ici le système de courriel qui a fait la fortune de RIM a une présentation revue et corrigée. La boîte de réception accepte désormais tout le bordel entrant, incluant les textos. Par contre, les traditionalistes qui n’aiment pas cette purée communicatrice vont sans doute râler. Bof !

Mentionnons également la présence des applications de réseautage social les plus connues, soit Tweeter, Facebook, YouTube et … MyPlace. Tout ce beau monde se retrouvé fédéré dans un machin appelé Flux sociaux. Ce n’est pas une maladie contagieuse, mais une boîte de réception pour tous les messages en provenance des réseaux sociaux. Ce qui me fait penser que ma blonde n’a ni page Facebook, ni compte Tweeter et n’a jamais mis les pieds chez LinkedIn. Pas bon pour son avancement, ça. Va falloir que je lui en parle.

illDemain matin, le messager de Rogers va venir reprendre le BB Torch, un produit dont les ventes ne semblent pas vouloir vraiment lever, cela possiblement en raison du fait que sa clientèle visée semble s’intéresser davantage aux solutions d’Apple ou de Google, alors que sa clientèle traditionnelle n’en a possiblement rien à cirer des passe-passe kioute kioute du Torch.

Est-ce que ma blonde va le regretter ? « Pas du tout ! » Dans son cas, soutient-elle, un BlackBerry c’est fait pour téléphoner et pour s’adonner à l’envahissante malédiction du courriel. Le reste n’est pas vraiment nécessaire.

Peut-être que RIM aurait dû la consulter …

Et, abusant de ce sourire qui me fait toujours craquer, elle ajoute : « Tu dois trouver que j’suis pas b’en débrouillarde. Des fois j’ai peur que tu me prennes pour une vraie blonde. »

B’en non, ma belle, tu n’es pas une blonde comme dans les histoires de taverne. Loin de là. C’est juste que le marketing n’a aucune prise sur toi.

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que j’aie un parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.
Pourquoi commenter cet article : Pour dépasser ou préciser mon propos, pour le nuancer, l’illustrer, le compléter avec des adresses, pour débattre du sujet. Il en ressort un “produit d’information” (mon article + les commentaires) beaucoup plus intéressant et utile qu’un simple article de journaliste. D’où les demandes régulières de la part de participants pour que jesévisse quant aux trolls ou aux propos vexatoires et inutilement agressifs. On n’est pas ici pour s’enguirlander à qui mieux mieux, mais pour partager de l’information utile.
Nelson Dumais

ligne.jpg

Publicités

39 réflexions sur “Test de blonde: le BlackBerry Torch

  1. Pour avoir eu en ma possession pendant quelques mois un Blackberry Bold pour le bureau (principalement pour prendre mes emails sur la « go » avec Exchange) et téléphoner, j’ai trouvé que c’était un bel appareil solide, agréable et bien construit… mais j’ai toujours trouvé leur « Store » complètement abyssal. J’avais aussi à ce moment mon vieux iPhone 3G en parallèle qui était, disons-le, dépassé mais bien plus garni en apps de toutes sortes, allant du logiciel le plus utile d’un point de vue corpo au logiciel le plus inutile (coussin à pet) 😛 Seul bémol à l’époque, et c’était logiciel: l’impossibilité de synchroniser plus qu’un compte Exchange, ce qui était une limitation logicielle tout à fait stupide.

    J’ai maintenant la possibilité d’utiliser mon iPhone 4 personnel pour toutes ces tâches (Bienvenue en 2010 Apple, enfin de la synchronisation sur plusieurs comptes Exchange…) et je dois dire que le Bold me manque bien peu.

    Le grand drame de RIM je crois est que la maque « BlackBerry » a perdu son edge et son côté « trendy » là où d’avoir un Android X, Y, Z ou un iPhone est dans le vent. On aura beau dire que c’est « du vent » 😛 mais dans les faits ça joue sur l’inconscient collectif des amateurs de smartphones et techno. en général au moment de choisir l’appareil qu nous suivra pendant les 3 prochaines années…

    De plus la force du BlackBerry a toujours été, en principe, le marché des gens d’affaire, or Android et iOS 4 n’ont plus grand chose à envier au BlackBerry OS à ce niveau avec une librairie de logiciels de productivité bien plus garnie.

    Si j’avais des actions de RIM, je les vendrais ASAP… 😛

  2. Iphone en français est-ce que cela veut dire téléphone intelligent ou téléphone internet?
    J’essaie de trouver une formule française pour décrire cet appareil.
    C’est ni plus ni moins un téléphone ordinateur portable?
    J’essaie de créer un acronyme qui pourrait définir la chose en  »sonnant » plus français genre couriel pour imèl.
    Merci.
    Désolé pour ceux qui me trouve fatigant avec mon obsession francophile mais je suis un résistant ,voyez-vous.

  3. gillesmenard: iPhone en français c’est iPhone. C’est un nom commercial issu d’une compagnie américaine située dans un pays anglophone de 300 millions d’habitants. Si vous voulez le terme français, dites « téléphone intelligent » mais de grâce, n’allez pas essayer de traduire « iPhone » ou « BlackBerry »…

    Moment donné dans la vie faut choisir ses combats et arrêter de tirer partout comme vous le faites

  4. @gillesmenard Iphone étant une marque de commerce cela ne se traduit pas. C’est comme pour appeler John vous disiez Jean. Les noms propres comme les marques de commerces ne se francise pas. Parc ontre ce qu’on fait avec un service ou appareil peut se franciser. Ainsi on ne tweet pas un message, on gazouille au même titre qu’on ne « chat » pas mais qu’on clavarde. La plupart des termes sont là encore faut-il les utiliser. Avouez que c’est difficile quant les français eux-mêmes préfèrent utiliser l’expression mail ou email plutôt que courriel qui est bien plus mignonne 🙂

  5. Ça prend de tout pour tout les goûts, dans mon cas j’aime mieux un clavier virtuel qu’un clavier physique.

    Sur un clavier virtuel, seulement un effleurement est nécessaire j’ai pas besoin d’y mettre une certaine pression. Alors dans mon cas c’est bien plus vite.

    D’ailleurs je rêve du jour ou les ordinateur auront un écran comme clavier virtuel, sur l’iPad on se rapproche de la grandeur d’un clavier physique et c’Est merveilleux.

  6. Meme si le monde disent que le blackberry est passé date et que les iphone/android sont beaucoup mieux, je suis dans la debut vingtaine et je dirais que le ratio Blackberry versus iphone ou android est de 3:1 dans mon cercle de connaissance (et je ne suis pas du tout dans le secteur business). Je connais d ailleur plus d amis qui ont passé du iphone au blackberry que l inverse. Le fait que tu peux avoir 1 BB gratuit ou a 30$ avec 1 contrat de 3 ans et BBM influence beaucoup de gens dans le millieu etudiant. Une meilleur qualiter d’ecran ne change rien au message BBM que tout le monde utilise.

  7. @ gillesmenard

    À ce compte-là, ne croyez-vous pas que Nelson Dumais devrait changer son prénom? Il est en anglais. Un IPhone est un IPhone, c’est un nom propre, ça ne se traduit pas. Sinon, la blonde de M. Dumais a fait l’essai d’une Mûre Torche (joli, non?). Pourquoi vouloir à tout prix traduire l’intraduisible?

    J’aimerais revenir sur une de vos dernières interventions où vous félicitez M. Dumais d’utiliser le mot « Toile » plutôt que « Web ». Pourtant, les deux sont acceptés en français. Admettons que nous n’utilisons que le mot Toile, comme vous semblez le souhaiter si ardemment. Voici ce que ça donne :

    toilemestre, toilediffusion, toilecaméra, toilezine, toileéconomie, toileconférence, et ainsi de suite. Joli, non?

    Ça serait peut-être le fun, pardon, il serait peut-être plaisant que vous parliez de temps en temps des sujets abordés dans ces chroniques.

    Ne vous désolez pas pour moi, c’est vraiment une obsession dans votre cas.

    Obsession : 1- action d’importuner, d’obséder, son résultat (Petit Robert, sens vieilli)
    2- idée, image, mot qui s’impose à l’esprit de façon répétée et incoercible (Petit Robert, sens courant)

    Votre obsession commence à vieillir

  8. J’ai aussi un vieux téléphone à roulette,c’est l’article idéal encore de nos jours lorsque nous voulons appeler dans un organisme du gouvernement ou une société d’état et que l’on veut rapidement parler à une vrai personne en évitant tous ces message enregistrés  »faites le 1,faites le 2 etc… »On a toujours la ligne directe et rapidement.Comme quoi il est possible quelques fois d’arrêter le progrès.

  9. Au moins ils devraient se forcer un peu plus pour embellir le OS… Parce que vraiment quand on regarde ces captures d’écran… Ouach! C’est laid. On dirait qu’on recule 10 ans en arrière 😛

  10. @jpbeauch,
    Tout en étant d’accord avec l’ensemble de votre affirmation sur l’usage de l’anglais chez les Français, surtout dans leurs publicités, il faut faire attention pour le courriel. Les Français utilisent le mot «mél» et non pas «mail».

    Cependant, après vérification, j’ai trouvé ceci, entre autres:

    http://fr.wiktionary.org/wiki/m%C3%A9l

  11. @ gillesmenard

    Un ayatollah, pour dire des ayatollateries. ;-p

    Je suis moi-même un ardent défenseur de la langue, mais parfois, il vaut mieux la tirer que la travestir, sinon on risque de ressembler à un drôle de personnage.

  12. Le Blackberry perd lentement sa part du marché, gadgets et autres kiouteries de la compétition aidant. Mais j’ai l’impression que grâce au marché du business, où il a une niche établie, il pourra survivre.

    Et pour nourrir les discussions (inutiles) qui n’ont pas rapport à ce blogue :

    Le Wiki à tort. Mél était une tentative d’utiliser un terme proche de mail, en contractant messagerie-électronique, m-el, donc « mel ». Par contre, demandez aux français comment ils écrivent mél (ou mel) et on verra bien « mail » et non « mel ».

  13. RIM,

    Survie très facilement grâce au BB. La principale force des BB en entreprise c’est la possibilité d’avoir son propre serveur centrale. Ainsi les utilisateurs de l’entreprise ne peuvent installer 100 apps merdique et risquer de violer les règles d’entreprise ou de secret et sécurité d’entreprise. L’encryption des BB est aussi plus puissant. Vous aller me dire que les USA et certain Gouv peuvent y avoir access, mais le 3/4 des entreprises on surtout peur des voles d’idée et non du gouv.

    C’est un autre monde.

  14. @ gillesmenard
    Pourquoi pas un Camarine… Petite baie sauvage aussi appelé blackberry en chinois.

    Je pense qu’on t’a répondu sur le iPhone, c’est comme Ski-Doo, ça ne se traduit pas puisque nom propre. Mais c’est certain que ipod et iphone risquent de subir le même « sort » que nylon, frigidaire, fermeture éclair et autres velcro ; passer du propre au commun par la force de l’usage. C’est une des façons d’enrichir une langue.

    Voyons donc denisula, ce ne sont pas des discussions inutiles… Le mél français est une hérésie orthographique, un é avant un L final… ridiquioule my deer ! Peuvent ben appeler un ski-doo un « Scooter des neiges » 🙂 ces cousins !

    Alex

  15. je sais pas pourquoi ca me fait penser a mon palm pro …….HTC desire tu dis ….. le HD ? a quand la review ….je salive depuis untemps sur le site de htc a regarder les specs…. il est tu dispo chez nos telco ?

  16. M. Dumais,

    Merci pour votre évaluation. J’ai un BB Bold depuis 3 ans et j’aime beaucoup ce produit. Il est rapide, robuste et surtout fiable. Je suis un peu incertain face au Torch, J’ai un collègue qui l’utilise et il le trouve un peu encombrant mais votre texte a servi a me convaincre.

    @gillesmenard

    Vu d’un autre façon, les Américains de disent pas « Circus of the Sun » mais bien Cirque du Soleil. C’est la même raison pour laquelle on ne peut pas traduire iPhone.

  17. Coudonc, il n’y a pas grand monde qui commente le bidule en question. Je croyais trouver ici des commentaires sur le BB Torch parce qu’il est potentiellement dans ma ligne de mire pour le prochain changement de cellulaire, il faut croire que je vais devoir aller voir ailleurs.

  18. @phazon

    Vous avez raison, RIM est sur la pente descendante. Leur chasses gardé est le corporatif mais le prix de leurs action assument qu’il vont percer dans les appareils personnels.

    @sysiem

    Dans mon très petit échantillon de jeunes adultes, il y a effectivement certains qui préfère le Blackberry parce qu’il envoient de grandes quantités de textos, d’oû l’intérêt du clavier.

    @gillesgilles

    En pleine séance de surf de divan, je me suis rendu compte que j’essayais d’agrandir l’image avec deux doigts sur l’écran de mon MacLivre. CQFD.

    Votre rève s’appelle un iPad.

    @gillesmenard

    Je propose de donner a la classe des iPhone, Android, windows Phone le nom de «satisfacteur», en référence à «L’ère du satisfacteur»par Frederik Pohl qui introduit le concept d’un appareil a tout faire dont personne ne peut plus se passer.

    Le terme anglais est «Joymaker». Voir la définition dans wikipedia.

  19. @ Nelson…Je peux vous dire que dans ma compagnie qui utilise plus de 150 BB….Le Torch est de loin le plus populaire de tout les temps ! Tout le monde en veut un. C’est la première fois que l’on doit refuser des demandes de BB.

  20. J’ai récemment remplacé mon vieux BB Curve par le tout nouveau Torch, et je l’adore. Et je n’ai pas eu besoin de consulter le manuel… Je déteste les écrans tactiles, alors ce téléphone ne convient parfaitement. Longue vie à RIM.

  21. @Nelson

    Je ne sais pas siquelqu’un l’a mentionné avant moi… mais il y a 24 mails non lus sur l’Iphone de la photo! ya quelqu’un qui n’est pas trop à jour dans ses courriels 😉

  22. « mais il y a 24 mails non lus sur l’Iphone de la photo! » Wow, ça prouve que l’affichage du iPhone est excellent, et que lajulie a de bons yeux. À propos, j’ai agrandi l’image, et je vois 42 messages non lus…

  23. Une interface humain-machine ne peut être universelle. Il y des gens qui se sentent plus confortables avec les boutons qu’avec les icônes et le contraire. À chacun son fruit préféré, le noiret, la pomme ou l’androide.

    Mais je trouve très intéressante l’idée de trouver une façon francophone de nommer les téléphones portables qu’il soient bêtes ou intelligents. Essayons pour le plaisir de la chose.

    Téléportable (pour n’importe quel cellulaire)

    Tapocheux (pour les black berry)

    Minoucheux (pour les I-Pod et Android)

    Bestiole (pour les téléphones non-intelligent)

    Je suis déjà en panne.

  24. Attends de voir le BlackBerry « Style », qui est un retour aux sources! Ta blonde va peut-être l’adopter; c’est un téléphone flip (pliable) très confortable en mode téléphone, mais avec clavier QWERTY complet… pas d’écran tactile par contre (il y a un pavé tactile). Bref un téléphone, un vrai, mais qui cache quand même une puissance applicative comparable au Torch, quand on en a vraiment besoin (navigateur WebKit, applications téléchargeables, etc). Et j’aime bien l’idée de protéger l’écran en refermant simplement le téléphone (pratique pour la blonde qui le lance dans sa sacoche).

  25. Bien d’accord avec les points soulevés par sebarpin. Voici quelques points additionnels au sujet de BlackBerry (BB) mais pas du Torch. J’utilise un BB depuis plusieurs années, l’appareil m’étant fourni par mon employeur. Certains de mes collègues ont un modèle Bold, d’autres un Torch. Mon appareil actuel, un ‘vieux’ 8830 sera éventuellement remplacé. C’est là je crois l’une des forces de RIM: être bien implanté dans les organisations publiques et privées avec un roulement de ces appareils avec différents fournisseurs.

    J’utilise personnellement peu mon BB pour faire ou recevoir des appels. En revanche, je me reprends abondamment avec les courriels. J’apprécie aussi le calendrier qui se synchronise automatiquement avec mon calendrier dans Lotus Notes. Rien de compliqué en fait, comme bien d’autres utilisateurs de BB je dirais.

    Pour ajouter à sebarpin sur la sécurité, si je demandais à quelqu’un des TI chez nous, il mentionnerait certainement aussi ce point. La stratégie informatique appliquée sur mon appareil nécessite l’utilisation d’un mot de passe très sécuritaire, empêche l’ajout d’applications, etc. Pas toujours amusant comme utilisateur mais sécuritaire comme tout. Pour la protection des renseignements, le vol, l’oubli, difficile de faire mieux.

  26. Sur un autre ordre d’idée, j’en ai vraiment marre de l’utilisation du terme HD à toute les sauces !!! Y-a-t’il vraiment un écran HD qui existe sur les téléphones intelligents… Non, aucun ne peut se vanter d’avoir un écran HD (Ce qui voudrait dire que l’écran possède une résolution de 1280×720 pixels) C’est de la fausse représentation et ce devrait être interndit. Ça m’énerrrrrveeeeee.

  27. wiseguy: En fait, même du 1280×720, je ne considère pas que c’est du HD (même si les marketeux en ont décidé autrement)…

    En poussant un peu, même du 1920×1080 (ou 1920×1200), c’est bien mais rien de très impressionnant (équivalent, en résolution, à ce donne une vieille caméra numérique 2.1 megapixels vieille de 8-9 ans, on parle pour parler là :P)

    Mon rêve: un 24″ possédant la densité de pixels d’un « retina display » d’iPhone 4… 😉

  28. @cowboy
    « Joymaker » et pour quoi ne dirions nous pas simplement « machine à joie » moi pr le Itouch , j’aime dire affectueusement « totouch ».

  29. Quand ils parlent de HD sur un téléphone, c’est par rapport à la résolution de référence ou aux résolutions traditionnelles, qui étaient jusqu’à récemment de l’ordre du 320×240. Sur les ordinateurs, il y a eu une évolution similaire, ceux qui sont âgés de plus de 30 ans se souviennent du passage de VGA (640×480) à SVGA/XGA (1024×768 et plus). Tout est relatif; on ne pourra jamais comparer l’écran d’un téléphone à celui d’un téléviseur de 50 pouces. Sauf si Apple sort un iPad de 2 mètres (attention, ils en seraient bien capables!)

    Autre chose… du point de vue professionnel, le BlackBerry évolue dans une ligue à part. Il y a des fonctions de protection des données tout à fait spéciales. Par exemple, vous pouvez supprimer à distance vos données personnelles et vos document sur votre téléphone, si on vous le vole (c’est une connexion spéciale qui « réveille » le téléphone et envoie une commande de destruction des données).

  30. JJe me suis procuré le BlackBerry Torch, mon premier téléphone « intelligent, » il y a moins de 2 mois et j’en suis très satisfait: C’est un excellent (et robuste) appareil multimédia; l’utilisation des applications est fluide et le nombre d’applications disponible est pour moi suffisant. J’ai hésité longtemps entre un appareil de type NEXUS ONE et le Torch. Finalement, ce sont les forfaits plus avantageux (+- $135.00 /an avec tx) qui m’a fait opter pour cet appareil. On m’a expliqué que les BlackBerry ont un système de compression et décompression de données qui permet d’économiser plus de 30% sur le transfert de données. C’est tout de même là un avantage non négligeable.

  31. hum… Je voulais écrire « des forfaits plus avantageux, +- $135.00 an (avec tx) de moins par an, qui m’a fait opter pour cet appareil. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s