Mise en réseau réussie … ou presque

illJe suis en train de voir de la lumière à l’autre bout de mon réseau. Depuis ce matin, je clicaillonne partout, beaucoup et fermement. Rien ne m’arrête; on me croirait muni d’une mission salvatrice. Au point où je suis rendu, j’ai terminé la mise en réseau de deux machines Win 7, d’un PC sous Win XP Pro et de deux Mac. Tout le monde voit tout le monde et peut s’échanger des fichiers. Pas de la même façon, mais ça fonctionne.

Quant à ma machine Ubuntu, c’est une autre histoire. Je n’arrive à rien de satisfaisant; elle voit en partie les autres, mais l’inverse ne semble pas encore possible. Par contre je tripe et je suis sur le point de triompher de l’adversité informatique. Malheureusement, ce sera pas possible de le faire aujourd’hui compte tenu des délais de publication qui me sont impartis. Faudra plutôt attendre jeudi ou vendredi. Reste que je m’amuse en grand.

illCommençons par expliquer l’élément qui a tout déclenché le remue-ménage d’aujourd’hui, le logiciel de mon nouveau routeur D-Link. En un mot, c’est une bénédiction. Laissons de côté ses autres talents pour ne considérer que celui qui lui permet de vraiment bien gérer les éléments constituants d’un réseau. Si vous clignez sur les vignettes qui suivent (surtout sur la 2e) et que vous portez bien attention aux prises d’écran qui s’en dégagent, vous allez retrouver une fonction appelée DHCP Reservation List. Vraiment génial !

ill ill

illCe que ça fait, c’est que l’appareil dont le nom apparaît dans le tableau du bas peut voir son adresse IP temporaire (une adresse assignée pour 24 heures) se transformer en adresse permanente. Ainsi, mon PC Win7 qui a reçu l’adresse IP 192.168.0.199 L’aura encore quand je le redémarrerai dans un jour, dans deux mois, dans trois ans.

Si cette idée n’est ni nouvelle, ni exclusive à D-Link, elle est ici rendue possible dans un contexte d’extrême convivialité. Et pour y arriver, il suffit de cliquer sur Reserve (en bleu, voir en bas de la liste, du côté droit, sous la colonne Expire). Dès lors, l’appareil s’inscrit deux fenêtres plus hautes sous Add DHCP Reservation. Il ne reste plus qu’à lui trouver un nom facile à identifier et à cliquer sur Save. La mention Never vient alors s’ajouter à la droite du nom de l’appareil et le tour est joué.

illCela permet de se nantir sans douleur d’un pont permanent de communication entre chaque ordinateur. Sans le logiciel de D-Link, si je crée, sur le Bureau de mon gros Mac, un bouton me permettant de me connecter à ma machine Win 7, ce ne sera bon que pour le temps où l’adresse IP de cette dernière sera 192.168.0.199. Si, lors d’un redémarrage, elle devient 192.168.0.192, plus rien ne fonctionnera. Il s’ensuivra une frustration dont le cumul, à la longue, fait que l’on commence à se promener avec une clé USB de machine en machine. Sur l’image de droite, vous voyez trois raccourcis (les icônes ayant une flèche) que j’ai placés là en guise d’exemple. Quoi qu’il advienne, à moins d’une grosse étourderie de ma part, la première rendra toujours accessible dans mon PC ce qui a été autorisé dans le MacBook Pro, la seconde dans la machine Win XP et l’autre, dans un ordi sous Win 7.

illRegardez maintenant la prise d’écran ici à gauche. La permanence des adresses m’a permis de me créer dans ce Mac un petit répertoire fort pratique sous Aller/Se connecter au serveur. L’illustration nous montre trois accès (PC-Win7, PC-Win XP et MacBook Pro) au bas de la fenêtre. Cela signifie que je dispose désormais de deux façons pour transférer un fichier entre ce Mac et mon PC, l’une sous forme d’icône sur le Bureau du PC, si je veux initier le transfert de mon PC, l’autre sous forme d’adresse cliquable dans le menu du Finder, si je m’adonne à être assis devant mon Mac.

illMême chose pour ma minoune sous Win XP. Regardez la prise d’écran ci-contre. Dans le répertoire Favoris réseau, il n’y a désormais que des icônes à caractère permanent. Les quatre exemples ici me permettent d’aller dans deux Mac et deux PC Win 7. Mieux, zieutez la prise qui suit. Du PC Win XP, j’ai attrapé la photo de ma chatte qui se trouve dans un Mac et je suis en train de la copier dans une machine Win 7.

ill

ligne.jpg

Tout cela fonctionne parfaitement bien pour peu que certaines conditions soient respectées. Tout d’abord, les fichiers que l’on entend trimbaler ainsi que les répertoires qui les feront transiter doivent être ouverts à tous et décrétés comme étant partagés. Sous Win 7, il faut cliquer de la droite sur le répertoire, choisir Propriétés, cliquer sur l’onglet Partage, puis appuyer sur le bouton Partage avancé (cliquez sur la vignette ci-après à gauche).

illillWin XP est un peu similaire, par contre, le Mac OS X est différent (vignette de droite). Là, il faut cliquer de la droite sur le dossier/répertoire qui nous intéresse et choisir Lire les informations. Une fenêtre se déploie, fenêtre qu’il faut déverrouiller s’il y a lieu, où on place un X à côté de Dossier partagé et où, tout en bas, on s’assure que tous les utilisateurs du réseau (Everyone) ont droit de lecture écriture. Sinon c’est un peu plus compliqué.

Autre détail essentiel, si on souhaite que Win 7 et Mac OS X collaborent en harmonie, il faut aller bricoler un truc sous le capot de Windows. Pour ce faire, il faut se rendre en bas, à gauche, et ouvrir le menu Windows. Par-dessus Rechercher les programmes et fichiers, il faut taper la commande secpol.msc. Dans la partie gauche de la fenêtre qui s’ouvre, il faut cliquer sur Stratégies locales, ce qui permet de sélectionner, à droite, Options de sécurité. Dans le bordel qui apparaît, il faut repérer et ouvrir Sécurité réseau : niveau d’authentification LAN Manager. Cela fait, il faut aller sous l’onglet Paramètre de sécurité locale s’assurer que le choix de scénario soit Envoyer les réponses LM et NTLM – utiliser la sécurité de session NTLM2 si négociée. Si si ! Dare-dare, il faut alors retourner une coche en arrière pour double-cliquer sur Sécurité réseau : sécurité de session minimale pour les clients basés sur NTLM SSP (y compris RPC sécurisé). L’idée est de s’assurer que dans la fenêtre qui se déploie, il n’y a aucun crochet nulle part. OK, c’est fait !

ill

ligne.jpg

Enfin, il faut savoir faire la différence entre SMB et AFP s’il y a un Mac d’impliqué dans le projet. Le menu du Finder Aller/Se connecter au serveur permet d’appeler les machines que l’on souhaite connecter par leur adresse IP. Si on est Mac à Mac, on utilise le protocole de transfert Apple, l’AFP, et si on entend monter un PC Windows, on se sert du protocole SMB (Server Message Block) qui est basé sur le microsoftophile Samba. D’où la différence sur ma prise d’écran entre les adresses qui commencent par AFP ou par SMB. Les unes appellent un Mac, les autres un PC.

Voilà pour l’instant. Je continue mon bidouillage et je vous reviens quand je le pourrai.

ligne.jpg

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que j’aie un parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.
Pourquoi commenter cet article : Pour dépasser ou préciser mon propos, pour le nuancer, l’illustrer, le compléter avec des adresses, pour débattre du sujet. Il en ressort un “produit d’information” (mon article + les commentaires) beaucoup plus intéressant et utile qu’un simple article de journaliste. D’où les demandes régulières de la part de participants pour que je sévisse quant aux trolls ou aux propos vexatoires et inutilement agressifs. On n’est pas ici pour s’enguirlander à qui mieux mieux, mais pour partager de l’information utile.
Nelson Dumais

ligne.jpg

Publicités

46 réflexions sur “Mise en réseau réussie … ou presque

  1. J’ai depuis plusieurs mois un simple petit Linksys WRT610N, mais sous DD-WRT. Une petite merveille!

    Avoir un routeur de 100$ et des poussières qui permet un niveau de paramétrabilité normalement associé à des routeurs de plusieurs centaines de dollars, je peux pas demander mieux 😉

  2. Au fait, je suis pas friand d’adressage dynamique. Tout sur mon réseau est statique, de mes PC aux consoles de jeu, smartphones, etc.

    La beauté de la choses? On s’y retrouve beaucoup plus facilement.

    Par exemple, chez-moi ça ressemble à ceci ->

    PC #1: 10.0.0.100
    PC #2: 10.0.0.101
    PC #3: 10.0.0.102
    PC #4: 10.0.0.103

    Xbox 360: 10.0.0.110
    Playstation 3: 10.0.0.111
    Wii: 10.0.0.112
    Nintendo DS #1: 10.0.0.113
    Nintendo DS #2: 10.0.0.114
    PSP: 10.0.0.115

    iPhone 4: 10.0.0.120
    Nexus One de ma copine: 10.0.0.121

    Plage d’adresses dynamiques: 10.0.0.200 à 10.0.0.209 (donc 10 IP allouables dynamiquement aux invités)

  3. Puisqu’il s’agit surtout de partager des fichiers, pourquoi ne pas utiliser un HD partagé depuis un routeur qui permet la chose. Le AirPortExtreme de Apple le fait très bien, mais d’autres beaucoup moins cher le font aussi. C’est ce que je fais. J’aime bien. J’ai 5 ordis qui partagent ce disque USB connecté au routeur.

  4. J’abonde dans le sens de @ahamel… D’autant plus que la prise de backups et la recherche d’un fichier deviennent rapidement compliquées. Quand on cherche un fichier, il faut refaire la recherche sur chaque machine. Ouache.

    ps – J’ai bien aimé la petite impro de groupe dans les commentaires d’hier. Merci!

  5. @phazon

    Votre WRT610N, il est stable sous DD-WRT ? La dernière fois que j’y suis allé, il y avait encore beaucoup de problèmes pour les 610 de 2e génération.

  6. Je remarques souvent ça ! Windows ne voit jamais Linux ! Mes clients voient l’inverse (Linux voit winchose) comme une preuve d’évolution et de meilleur SE ! LOL !
    C’est vrai que Ballmer a tellement peur de linux ! .000001 % du marché ! LOL !

  7. python-1: Le seul petit problème rencontré jusqu’à maintenant, après environ 4 mois est que mon iPhone 4 ne semble pas énormément apprécier la gestion QoS de DD-WRT et largeur de bande (Channel Width) à 40MHz en 2.4GHz « N » (donc nécessité de me déconnecter/reconnecter au routeur après quelques heures, sinon gel total au niveau du transfert de data, même si le téléphone est toujours connecté en principe selon le logo WiFi de la barre supérieure).
    Demandez moi pas comment QoS peut influencer l’iPhone 4 (parce qu’en théorie QoS est transparent aux périphériques connectés au réseau), mais flusher QoS règle pourtant la problématique?! Étrange…

    En même temps, DD-WRT est un work in progress constant, là ou le firmware officiel de Linksys est figé dans le temps depuis Août 2009 😉

  8. Et évidemment, j’ai oublié de le mentionner, faut avoir goûté à QoS pour réaliser ce dont on se privait avant 😉

    Pour donner un petit exemple concret, j’ai l’habitude de me connecter en « remote » du bureau à mon ordinateur personnel, ou tout simplement d’accéder à des fichiers contenus sur celui-ci (en particulier ma collection de musique, que j’écoute via le partage de librairie iTunes, à travers un tunnel VPN).

    Comme il y a sur mon réseau personnel du transfert de données permanent (P2P, serveur FTP, consoles de jeu qui s’updatent, etc.), sans « traffic shaping » via QoS, Remote Desktop de Windows ou VNC (et même le partage de musique via iTunes) avaient l’habitude de geler net car manque de bande passante. Depuis que je priorise mon traffic, ce problème est résolu!

  9. Je vais faire une petite prière au Saint Frère André pour pas que le nouveau routeur ne se fasse écarteler, driller, fouetter, torturer au chalumeau, plonger dans un bain d’acide chlorhydrique ou tout simplement enchaîner, marquer au fer rouge et vendre aux enchères comme une vulgaire bête de somme.

  10. Du grand fun comme vous dites! Et quel carnage! Ca m’a presque redonné envie de regarder Maximum Overdrive… J’espère que votre table de cuisine n’a pas trop souffert! Les pinces et le marteau qui rayent la belle table en bois de madame… conflit d’IntérêtPersonnel en vue! Personellement, je fais aussi comme Phazon. J’alloue une plage d’adresses statiques pour les éléments du réseau de tous les jours ainsi qu’une plage d’adresses dynamique restreinte activée quand il y a des invités. Mais pour plus de sécurité, toutes les adresses MAC du réseau sont entrées. (pas Mac comme dans Apple… MAC comme dans Media Access Control address) Bon bidouillage! Moi aussi j’envie votre job, comme environ 99.99% de vos lecteurs lol

  11. À part des serveurs de fichiers,d’imprimantes ou autres, quel est l’avantage d’avoir des adresses statiques? J’ai vu l’argument de la clarté dans les commentaires. OK, mais il doit bien y avoir des avantages à utiliser le DHCP pour les stations?

    @Nelson

    Il me semble avoir lu dans un de vos articles que vous avez un serveur de fichiers. Pourquoi ne pas simplement l’utiliser pour vos partages? Est-ce simplement par amour du taponage et/ou par pédagogie envers vos lecteurs?

    • @ ruisseauchene

      Voici comment je fonctionne. J’ai gardé le système Pogoplug dont j’ai parlé en septembre et je lui ai raccordé deux disques externes. Le premier ne contient que des photos, des vidéos de famille et de la musique. Le second qui offre un peu moins de capacité, sert d’archive (back-up) aux photos et aux vidéos du premier. Le logiciel du Pogoplug offre cette possibilité en deux ou trois clics. Ainsi, mes fichiers multimédias me sont accessibles de partout par la magie de la Grande Toile, tout en étant en sécurité. Évidemment, si le feu prend et que mes deux disques brulent …

      En ce qui a trait à mes données de travail, j’ai un système d’archivage de branché à mon PC principal, ordi qui contient 95 % de ma production professionnelle. Essentiellement, mon gros Mac sert au multimédia, le MacBook Pro à voyager, le PC sous XP à tester des bricoles sous XP et à commander certains périphériques parfois utiles, enfin, ma machine Linux à taponner pour le fun. En bas, le PC de ma blonde dispose d’un système autonome d’archivage et ma douce ne tient pas à ce que ses documents se retrouvent dans une Pogoplug rose.

      Pour répondre à vos questions, oui, c’est pas amour du taponage et par souci pédagogique que je publie des textes comme ceux de cette semaine.

  12. @ pympau

    Tu ne savais pas, Nelson fait ça en dilettante, il a épousé une riche femme d’affaire, qui l’entretient. Ça lui permet de s’amuser avec ses joujoux et pondre ses petites histoires pour amuser les bons à rien !*

    Alex

    * comme le disait Felipe : Vaut mieux être bon à rien que mauvais en tout !

  13. Pour une fois, je partage l’avis de Claude Lafrenièreé
    Pourtant, je ne n’appartiens pourtant pas à la « nouvelle droite économique ».

    Je me rappelle l’époque où les défenseurs du bâtiment invoquaient
    Le Corbusier – qui n’est, presque à coup sur, jamais venu à Montréal –
    vantant la parfaite adaptation de ce type de construction à sa fonction,
    et la pureté de ses formes. Il ne se serait sûrement pas opposé à leur
    démolition.

  14. Oui c’est le fun des heures de plaisirs surtout a la fin quand « toute marche ». Moi aussi j’ai un reseau hybride comme je le mentionnais hier mais c’est Linux qui est le centre qui gere, le serveur est 100 % Linux mais je ne comprend pas que Win 7 ne voit pas ton ordi Linux, en fait moi j’ai installé Samba dans Ubuntu a partir de la logitheque et quand tu demarre Samba, situé dans –> Systeme–>Administration–>Samba tu n’as qu’a ajouté les repertoires de ton Linux ex: Documents, musique, photo etc. et tu lui donnes acces a tous ainsi tes Mac et Tes Windows devraient voir tes repertoires qui sont dans ton Ordi Linux

    • @ larochea et @ françoisG (via courriel)

      Tous les deux, vous m’avez conseillé la même démarche, sensiblement.

      Or, dans mon cas, ça ne fonctionne pas. Que j’aie Samba ou non (ce que j’ai, soit dit en passant), les ordis du réseau ne voient pas les répertoires « tests » que j’ai mis en mode partage et accessible à tous dans Ubuntu 10.10. Et si je vais au menu « Raccourcis/Réseau », je n’arrive qu’à ouvrir les Mac et là, tout se passe à merveille. Jamais moyen d’ouvrir mon PC Win 7. Si je me sers du menu « Se connecter à un serveur » et que je tape l’adresse IP dudit PC, ça me demande un nom d’usager, un nom de domaine et un mot de passe, lesquels ne sont jamais les bons, quoi que je tape, incluant la réalité réellement réelle de ce PC Win7. Si, à partir du Mac, j’utilise le même truc, « Se connecter à un serveur » et que je tape l’adresse IP de la machine Ubuntu, j’arrive à la même difficulté: le nom et le mot de passe ne sont jamais les bons.

      Je viens de consacrer mon heure du midi sur cette question. Poche d’ours et queue de castor !

      Avoir absolument à transférer un fichier par réseau entre le PC Win7 et le PC Ubuntu, je n’aurais, dans l’état actuel de mon bricolage, qu’à le faire transiter par le Mac, un ordi que tout le monde arrive à voir sans difficulté (Ubuntu voit le Mac, mais pas l’inverse).

  15. ruisseauchene: Pour faire du « port forwarding », donc ouvrir certains ports vers certaines machines spécifiques sur le réseau interne, pour accomoder des logiciels le demandant, utiliser un adressage statique est quasi-nécessaire.

    Pas pratique quand tu ouvres par exemple le port 5900 (port par défaut de VNC) vers la machine « 192.168.1.100 »… et que 2 jours plus tard cette machine se voit attribuer, au bout de son bail, l’adresse 192.168.1.103 par DHCP 😉

    D’ailleurs appliquer des IP statiques à ses machines est d’autant plus nécessaire si plusieurs périphériques portables, se branchant et débrachant sporadiqueemnt sur le réseau, sont utilisés. Quand des smartphones et des laptops sont utilisés, c’est pas long que la ronde des adresses IP dynamiques commence.

  16. « Le AirPortExtreme de Apple le fait très bien, mais d’autres beaucoup moins cher le font aussi »

    Peux-tu me donner un exemple de router autre que AirportExtreme pour connecter un disque USB ?

  17. Pour que mac voit Ubuntu, je crois qu’il faut installer netatalk sur Ubuntu, pour se connecter en AFP.

    Mais pour l’avoir testé sous 10.4 et 10.3.9, utiliser SMB fonctionne, à la conditions que le compte utilisateur linux(permettant le partage) soit configurer pour utiliser SMB. La personne qui a créé le réseau ici m’a donné une ligne de commande pour ça (je gère via ssh de mon PC, et anciennement de mon mac).

    Et finallement, le firewall du routeur… il est bien configurer pour laisser passer les communications internes sur les bons ports? Le firewall mac?

    En bas de page là-bas: http://doc.ubuntu-fr.org/samba

    on dit d’ouvrir:

    137 UDP NetBIOS Name Service (nbname)
    137 TCP NetBIOS Name Service (nbname)
    138 UDP NetBIOS Datagram Service (nbdatagram)
    139 TCP NetBIOS Session Service (nbsession)

  18. @ Nelson Dumais

    Il y a quelques petits détails à régler dans Samba pour que ça fonctionne bien.

    Tout d’abord, vos ordis, y compris le serveur Samba, DOIVENT TOUS faire partie du même groupe (workgroup), et c’est ce nom de groupe que vous devez inscrire dans la case du nom de domaine lorsque vous tentez de vous connecter au serveur.

    Ensuite, il faut :
    1- créer sur l’ordi Ubuntu le même utilisateur que celui du Mac(tm) et du PC Windows(tm) qui veut accéder aux répertoires partagés sous Samba
    2- donner un mot de passe Samba à cet utilisateur avec la commande (vous en avez bien tapé une dans Win7) « smbpasswd -a utilisateur_en_question », sans les guillemets bien entendu.
    3- redémarrer Samba ou recharger sa configuration. Vous savez sans doute comment faire en mode graphique, mais en ligne de commande, tant qu’à y être déjà :
    sudo /etc/init.d/samba restart # pour redémarrer
    sudo /etc/init.d/samba reload # pour recharger la config (ça marche avec Gentoo, mais je ne suis pas sûr avec Ubuntu).

    Voilà, j’oublie peut-être quelque chose, vu que je j’écris ça de mémoire et que je suis au bureau, mais vous aurez déjà un bon bout de chemin de fait en suivant ces quelques instructions (du moins j’espère!). Il ne vous restera plus que la queue de castor si ça ne marche pas complètement.

    Un petit tutoriel qui date, mais qui vaut encore quelque chose :
    http://www.linux-gatineau.org/node/3
    Cliquez sur le lien « Samba à la maison »

    P.S. pas rapport : ne serait-il pas plus joli de dire « investi d’une mission salvatrice » que « muni d’une mission salvatrice »?

  19. Le Lynksys WRT610N parlez-moi en donc: si jamais vous débranchez le branchement électrique sans fermer le router, et bien vous perdez immédiatement les codes de sécurité.

    Ça s’est produit 2 fois: une fois en déplaçant le router le câble s’est défait et lorsque le technicien de Vidéotron est venu changer mon modem. À chaque fois, tous les configuratons doivent être refaits…

    Avec 2 ordinateurs, un PDA, une imprimante et un lecteur Blue Ray – tous branchés en wi-fi, vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’heures perdues à expliquer ça au service clientèle de Cisco – explications uniquement par ‘chat’ SVP…GRRR!!

    Des heures de plaisir – sans exagération aucune!

    Ah, j’allais oublier le plus important: dorénavant, l’accès au tableau de configuration ne fonctionne plus sur l’ordinateur 64 bits.

    Autre oubli: comme le router est programmé en open source, on ne peux pas y rattacher n’importe quel disque dur (pour back-up).

    Vraiment merdique comme router – pas à recommander du tout.

  20. claudehb: En tout respect, ce que vous avancez ne fait techniquement pas de sens.

    1) N’importe quel routeur garde ses configurations après débranchement, et ce depuis toujours. Vous ne l’auriez pas resetté par mégarde?

    2) En quoi un OS pouvant adresser sa mémoire sur 64-bit vient influencer l’accès au panneau de configuration d’un routeur? Les pages de ces « panels » sont codées en ASP et en HTML… que l’OS adresse sa mémoire sur 32-bit, sur 64-bit ou sur ce que vous voudrez, ça n’a techniquement aucun lien avec l’impossibilité d’accéder au « panel » du dit routeur.

    3) L’histoire du firmware étant open source empêchant le support de certains disques durs, ça ne suit pas la route non plus, à moins bien sûr que le disque dur utilise un système de fichiers non supporté par le routeur en question, ou que ce disque dur soit d’une taille (Tb) trop grande et donc non supportée par le routeur toujours (limite théorique de 2.32 Tb si je ne me trome pas).

    Cela dit, le WRT610N utilise un firmware propriétaire (et donc non open-source / basé sur Linux). Et mon vieux WRT54GL, basé sur Linux lui, ne m’a jamais causé les problèmes que vous décrivez 😉

    En toute honnêté, si vous répétez ce que vous a raconté le technicien de Vidéotron, j’ai le malheur de vous dire qu’il vous a bullshitté, et pas à peu près.

  21. A propos de Samba et Linux: Si ce n’est qu’un dossier « partage » indépendant que vous voulez partagez de votre boite Linux et non le contenu de tous les dossiers de tous les utilisateurs, faites simplement une copie de sauvegarde de votre fichier « /etc/samba/smb.conf » actuel, creez un répertoire par exemple « partage » dans votre répertoire racine ou root (sudo mkdir /partage), donnez-lui tous les droits (sudo chmod 777 /partage) et ensuite insérez ces lignes à la fin de votre /etc/samba/smb.conf:

    [partage]
    comment = public
    path = /partage/
    available = yes
    browsable = yes
    read only = no
    public = yes
    writable = yes
    force create mode = 0777
    force directory mode = 0777

    Assurez-vous aussi que plus haut dans ce même fichier de configuration vous avez le bon nom de groupe (workgroup), par exemple:

    ## Browsing/Identification ###
    workgroup = MSHOME

    et aussi les paramètres suivants ainsi configurés:

    ####### Authentication #######
    security = share

    Niveau sécurité c’est peut-être pas du tout optimal comme configuration, mais au moins ça devrait fonctionner comme ça!!!

  22. J’oubliais un détail, bien que vous avez sans doute deviné… Pour éditer le dit fichier /etc/samba/smb.conf, vous pouvez simplement taper:

    sudo gedit /etc/samba/smb.conf

  23. Ah j’oubliais un détail qui je crois est important dans ma procédure ci-haut! Changez aussi le propriétaire de ce dossier par nobody du group nogroup:

    sudo chown nobody.nogroup /partage

    Ainsi n’importe qui pourra y avoir accès sans que vous ayez à créer des utilisateurs Samba spécifiques.

  24. Hiouston I have a problem…

    Oui le voici, même si ça a pas rapport avec le texte ci-haut.

    J’ai un cell Motorola W385 qui date de 3 ans. sur ma vielle machine P$ le logiciel de fonctionnement popur les photos allait très bien.

    L<a sous mon nouvel ordi 4 Gigs de mémoire et toute la patente plus Windows 7, bien ça veux pas fonctionner.

    Tite vie.

    Quel est le problème?

    Et où que je peux avoir le logiciel via internet pour faire fonctionner le côté transfert photo de mon cell à mon rdi.

    J'ai chercher via le site de Motorola et les autres fournit par Google mais sans rien trouvé.

  25. @toogreen, on est en 2010 .. il y a pas de GUI pour faire ce que tu veux faire ? Je sais que c’est simple en console mais c’est pas pour Mr et Mme tlm.

    En windows par exemple, j’ai ne m’amuse pas à faire du powershell pour créé un folder ou encore changer les rights sur l’un deux.

  26. @styx

    Tiens c’est drôle moi je vois plutôt ça complètement à l’inverse… Le temps que j’ai investi à apprendre ça, commence justement à me rapporter, puisqu’on me demande de plus en plus mon aide pour configurer des serveurs ici et là. Et les gens sont prêts à payer cher pour ça car la main d’oeuvre qui s’y connait en Linux se fait rare, surtout ici en Chine, pays des certifiés Microsoft… Et là avec la progression incessante de Linux, dans quelques années c’est ceux qui ont prison le temps de l’apprendre qui vont bien rire dans leur barbe… 😉

    Avec Android par exemple qui prends sa place, et là ChromeOS qui s’en vient, pas le choix va falloir vous y faire les amis et accepter de l’apprendre vous aussi ou bien sinon changer de job? 😛

    Je comprends pas d’ailleurs ceux qui s’en vont en informatique mais qui refusent de se mettre à jour et d’apprendre du nouveau… Ça commence mal votre affaire, pas sûr moi que vous avez choisi le bon métier…

  27. @patdoc

    Ouin j’ai mordu à l’hameçon on dirait ben… 😛

    @Nelson

    Pis, as-tu essayé mon truc? Ou bien c’est pas ce que tu voulais?

    @shwin

    C’est sûr que c’est pas pour tlm mais j’ai écris ça pour Nelson… Et puis bien honnêtement je ne sais même pas comment expliquer la même chose en mode GUI, d’habitude je fais ce genre de configs sur Debian (j’installe pas de GUI sur mes serveurs… pourquoi voudrais-je le faire anyway?)

  28. @ shwin

    Comme toogreen, je n’ai pas d’interface graphique sur mes serveurs. Inutile. Ils roulent même avec pas de moniteur, sinon juste pour l’installation. Comme y a pas de reboot à faire à chaque semaine… 😉

  29. @jmv1 + toogreen, je suis d’accord de ne pas avoir de GUI pour des servers. Mais dans le post de toogreen, ca parlais pas de server. Donc j’ai penser que cétait un workstation

  30. @ shwin

    C’est vrai qu’il s’agit d’un poste de travail, mais une fois qu’on est capable d’éditer le fichier pour un serveur, on peut le faire pour le poste de travail. Mais si tu y tiens, il y a quelques interfaces graphique pour Samba, dont les plus connues sont SWAT (Samba Web Administration Tool) et Webmin (qui permet également d’administrer un paquet de services sous Linux).

    Ce n’est pas intégré à la distribution Linux, tout comme les bureaux virtuels ne le sont pas sous Windows.

  31. @toogreen

    +1 pour la prédiction de texte sous Android. le fou rire que les amis sur Facebook ont eu lorsque ma gastro s’est changée en gastronomie.

    Microsoft prévoit changer de version de Windows maximum au 3 ans alors si vous n’aimez pas le changement, va falloir vous y faire.

  32. @phazon: J’ai remarqué votre configuration de vos appareils. Puis-je vous demander quel protocole de sécurité vous utilisez? J’imagine que c’est WEP, en raison de vos Nintendo DS?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s