Pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer ?

illCe matin, je me suis bêtement demandé comment je pourrais utiliser mon PC sous Ubuntu dans mon quotidien et j’ai trouvé deux réponses particulières à mon style de vie. Tout d’abord en faire une base de nouvelles. J’ai beau suivre l’information à la radio, il m’arrive parfois de vouloir mettre une image sur une histoire, p. ex. les mineurs chiliens, d’où l’intérêt de pouvoir capter RDI, une chaîne publique de grande qualité (je vous rappelle ne pas avoir de téléviseur). Deuxio, j’ai pensé me servir du PC Ubuntu comme base pour mon cinéma maison (projecteur branché à un ordi et au système audio de la maison). Présentement, j’utilise un MacBook Pro (i5) et le résultat n’est pas idéal; ça plante trop souvent à mon goût.

Or, dans les deux cas, je viens de jeter la serviette. Je ne suis arrivé à rien, mis à part une bonne dose de frustration et d’agacement. Je vous parle même de deux réinstallations du Maverick Meerkat (Ubuntu 10.10) depuis les aurores ce matin.

illEn ce qui a trait à la syntonisation de RDI, ce n’est pas vraiment de la faute au système du boss Shuttleworth. J’ai effectivement essayé les différents trucs fournis dans les commentaires faisant suite à ma chronique de vendredi dernier: installation ou désinstallation de Medibuntu, de Totem, de GStreamer, de MPlayer, ingurgitation nocturne de cinq litres de sang relativement frais de poule brune, etc. Quand j’arrive à visionner un reportage vidéo (ça ne marche pas toujours), je dois me taper à chaque fois une pub (cliquez sur la vignette ci-haut)

De plus, comme RDI en direct n’est plus accessible pour les internautes recevant le service d’un fournisseur canadien, ça ne donne plus grand-chose de m’escrimer. Le site est devenu désagréable et agaçant parce qu’il faut y aller nouvelle par nouvelle, ce qui m’oblige à regarder des pubs comme c’est pas possible (1). Ce qui fait que j’ai décidé de ne plus aller perdre mon temps sur radiocanada.ca.

En ce qui a trait au cinéma maison, j’avoue avoir vociféré quelques vilains mots, tout seul dans mon bureau. Il m’a fallu faire face à deux épreuves apparemment incompatibles, soit le raccordement d’un projecteur et la lecture d’un DVD film, l’un s’avérant un facteur d’exacerbation pour l’autre.

illPour le projo, j’ai perdu beaucoup de temps à lire ce que les experts en disaient sur certains forums. Au bout de deux heures, j’ai pris le nerf et réinstallé le système d’exploitation en mode propre propre propre, ce qui, dans le cas d’Ubuntu, est une affaire de rien. Là tout a fonctionné à merveille. Le projo aété été reconnu comme deuxième moniteur et j’ai pu le contrôler (cliquez sur la vignette ci-contre; on y voit mes deux écrans en mode clone).

illLe problème est survenu quand j’ai voulu faire jouer un film, The Hudsucker Proxy des frères Coen. Comme Totem, le lecteur de DVD par défaut, refusait de fonctionner (hum !), je suis allé dans la Logithèque Ubuntu (une merveille d’ergonomie accessible au bas du menu Fichiers – cliquez sur las vignette ci-après) me procurer VLC, un utilitaire multiplateforme de qualité.

illMais autant il avait turlutté à perfection avant que je ne réinstalle Ubuntu, autant maintenant il refusait de me donner accès à la vidéo (vignette ci-après), comme s’il avait été solidaire de Totem. Alors, j’ai essayé de comprendre, j’ai lu. En vain, j’ai désinstallé tous les autres lecteurs, j’ai réinstallé VLC tout seul, j’ai redémarré le système avec une silice à la taille, les bras en croix, un fer à souder allumé dans le troufion et je vous cache le pire. Mais, nada, que dalle, souitte phoq’âl !

illMaudissant mon ignorance des choses linuxiennes, j’ai ré-réinstallé Ubuntu, ce qui est infiniment moins long que d’aller sur la toile se faire charrier de midi à quatorze heures. Vous voulez un exemple ? Allez lire ce qui apparaît sous ce lien alors qu’il est si simple d’aller jouer avec la fonction accessible sous le menu Système/Administration/Pilotes supplémentaires. Mais au terme de ma persévérance, je me suis retrouvé Gros-Jean comme devant. Ça ne marche pas plus.

Le pire, c’est que je n’ai plus le temps. Vraiment plus. La cloche a sonné. Faut que je passe à autre chose et je n’ai rien d’utile à vous dire. Désolé. Je vais donc me reprendre ce soir ou demain et tâcher de tirer cet imbroglio au clair. Si j’y arrive, je vais vous décrire étape par étape comment bidouiller un PC sous Ubuntu en système de base pour cinéma maison. Ce qui me fait penser au vieil adage, « pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer ? »

Je le répète. Pour du monde comme moi dont la réguine informatique est essentiellement basée sur des machines Windows ou Mac, Ubuntu est un beau loisir, un loisir agréable. Évitez de vouloir en tirer quelque chose d’inédit (inédit en ce qui vous concerne), dans le cadre d’une chronique pour Technaute sans que vous n’ayez imaginé de solution de rechange. Je vous jure que vous allez trouver l’expérience stressante.
ligne.jpg

(1) Une des raisons à l’origine du fait que je me suis débarrassé pour de bon de mon téléviseur à l’été 2000, c’est la présence de publicité. C’est notamment ce qui explique que je suis incapable d’écouter la radio privée, que je tourne rapidement les pages publicitaires dans un canard imprimé ou que j’installe toujours Adblock Plus dans mon fureteur Internet. En un mot, je suis un de ces marginaux qui s’avèrent incapables d’endurer la publicité; ça m’irrite ! C’est ce qui explique que j’ai l’air niaiseux quand les gens me font un gag basé sur une pub courante que je ne connais évidemment pas.

La raison pour que je vous répète avoir fait ce choix personnel, c’est-à-dire, ne pas avoir de télé, c’est que je dois me débrouiller sans télé alors qu’il apparaît beaucoup plus simple d’utiliser une télé pour regarder RDI ou pour brancher un lecteur dédié de DVD ou de disque Blu_ray.

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que j’aie un parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.
Pourquoi commenter cet article : Pour dépasser ou préciser mon propos, pour le nuancer, l’illustrer, le compléter avec des adresses, pour débattre du sujet. Il en ressort un “produit d’information” (mon article + les commentaires) beaucoup plus intéressant et utile qu’un simple article de journaliste. D’où les demandes régulières de la part de participants pour que je sévisse quant aux trolls ou aux propos vexatoires et inutilement agressifs. On n’est pas ici pour s’enguirlander à qui mieux mieux, mais pour partager de l’information utile.
Nelson Dumais

ligne.jpg

Publicités

71 réflexions sur “Pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer ?

  1. @jmv1,
    Merci bien! J’ai déjà essayé SME et j’appréciais certaines de ses fonctionnalités, bien que ses limitations faisaient aussi souvent surface. La console de gestion était extrêmement facile à utiliser, un vrai charme. J’y reviendrai peut-être un jour (lorsque j’aurai une imprimante HP compatible Linux, peut-être?). Quoi qu’il en soit, Ubuntu n’est vraiment pas adapté à une utilisation de « serveur domestique ».

  2. samsuffi

    Le meilleur OS sur le marché est a 99$ ou 3 cartes mères(Family Pack) pour 149$, avec ca, tu vas pouvoir connaitre les joies de l’informatique a juste prix … civilisation 5 vient de sortir … Le logiciel, ça fait rouler l’économie, ca fait vivre des familles.

    virus …
    Il ne faut pas croire tout ce que les barbus de l’open sources te disent.

  3. @ hdufort

    « Quoi qu’il en soit, Ubuntu n’est vraiment pas adapté à une utilisation de “serveur domestique”.

    Ubuntu desktop, non. Ubuntu server, oui.

    @ babylon

    Je ne suis pas barbu. Nelson Dumais l’est.

  4. Bonjour M.Nelson!

    Je partage avec vous, cette exaspération pour la pub!
    La pub, c’est souvent complètement débile mais nécessaire.

    Quand ma limite est atteinte, je ferme le téléviseur, c’est tout! Pour internet, par contre c’est parfois moins pénible si j’exclus les médiums vidéos car avec ces derniers, c’est linéaire alors la pub est un passage obligé.

    Pour Linux, je ne dois pas être trop négatif car ces gens ont de la créativité à revendre mais pas les ressources comparables à Windows ou Mac. Par contre, je cherche encore celui qui a inventé
    le slogan: »Simple comme Ubuntu » pour y botter le derrière!

    Ma principale activité sur Linux est de lire des trucs sur comment faire fonctionner Linux! Moi aussi, c’est comme un jeu d’énigmes!

    Oui, ça manque souvent de finissions!
    Exemple?
    Si tu mets un dictionnaire en ligne comme proposition, la moindre des choses est d’avoir une source incluse pour choisir ta langue! Je sais  »apt get install » mais c’est souvent comme ça!
    Tout est en pièces détachés et il faut faire du  »Ikéa » assemblage pour avoir ce qu’il faut!

    C’est un bouffe temps volontaire si je peux dire!

    Et les démos sont souvent médiocres!
    Exemple?
    Un logiciel de musique  »Lmms » vous propose des démos épouvantables à écouter! Les créateurs sont pleins de bonne volonté car ils ont refait l’interface qui était aussi laide alors la prochaine étape devrait être de publier moins de démos et des plus convainquants !

    Des exemples comme ceux-ci, j’en ai trouvés beaucoup depuis que j’utilise Linux (4 ans).
    Mais ils ont le mérite de chercher des alternatives et c’est ce que j’aime.

    Pendant que M.Nelson réinvente des incantations Lovecraftiennes pour regarder le touchant retour des mineurs, moi je jubilais en testant  »Jolicloud ». C’est un groupe d’Ubuntutiens qui n’en pouvaient plus d’attendre  »Google OS » alors ils ont construit leur OS en  »cloud computing ».

    C’est vraiment très amusant mais cette technologie ne m’inspire pas du tout confiance!

    J’écris ces lignes de mon nuage!

  5. Le problème avec les Windows, c’est que tous les services et programmes sont embriqués les uns dans les autres. Pas toucher la base des registres car c’est dangeureux, touche pas aux services, car si tu en désactives un, hébin, tu en défais d’autres, d’où la très très grande vulnérabilité de ces systèmes où les éléments sont fusionnés les uns aux autres. Quand tu navigues sur internet avec les Windows, tu ramasses toute sorte de cochonneries: t’es toujours ds les trojans, les virus, les espions, les mises à jour de sécurité. UBuntu, c’est la liberté et la sécurité sur le net.
    J’ai hâte de voir le nouveau O/S de Chrome!
    Bye Bye les petits Windowsiens. Continuer à sécuriser votre système du matin au soir, ainsi, vous allez vous trouvez bons en informatique.

  6. @claude_c

    L’article auquel tu réfères est bien balancé et recherché. Merci.

    {début de toise}
    On m’accusera de chercher toise mais je n’ai pu m’empêcher de sourire en coin quand j’ai lu ceci sur la première page de l’article:
    ————
    The failure of Linux to catch on with mainstream PC users will come as no great surprise to most observers, but the reasons for its failure are often misunderstood or, at the very least, grossly misstated. Linux didn’t fail on the desktop because it’s « too geeky, » « too hard to use, » or « too obscure, » as casual detractors so often claim in online forums. On the contrary, the best-known distribution–Ubuntu–has received high marks for usability from every major player in the technology press, and it features a menu layout nearly identical to that of Mac OS X.
    ————

    Hé hé… celui qui a 0,7% se plaint de stagner malgré le fait qu’il copie le paradigme d’organisation et de présentation de l’information que l’autre gars en avant à… 3-4% du marché?!

    Je dis ça comme ça, peut-être que le UI de Mac est loin de plaire à la vaste majorité des être vivants qui choisissent de s’acheter un PC? Si les gens ne l’achètent pas, ce n’est peut-être pas à cause des quelques roubles de plus à débourser (à ce compte, Ubuntu est gratis!) comme on aime à le dire dans les cercles Maceux, mais bel et bien parce que ça leur semble dantesque comme interface?

    Je le dis comme je le pense. Je n’ai jamais vu de ma vie autant de gens dépenser autant d’argent pour des bébelles technologiques! J’ai de la misère à penser que ce serait un, disons, 200$ qui les empêcheraient de goûter au « paradis » de l’informatique personnelle…

    Perso, j’ai toujours été déstabilisé par l’interface Mac avec le finder qui s’entête à présenter horizontalement des informations qui DOIVENT se présenter en arborescence et l’icone pour fermer la fenêtre du côté gauche — ce qui est complètement contre-intuitif selon moi — entre autrees choses. Peut être qu’un effort pour revoir le paradigme serait à faire… à 3-4%, on peut pas parler d’un franc succès.

    Y’avait Saab avec la clé de contact entre les deux sièges… avec les parts de marché en conséquence aussi.
    {fin de toise}

  7. @babylon
    J’ai toujours penser qu’un homme ça avait de la barbe???
    Il est où le problème êtes vous imberbe?
    Moi en plus je porte la moustache.

  8. Je trouve toujours un peu dommage qu’à chaque fois qu’on parle de Linux cela tourne rapidement au troll où chacun s’évertue à prouver que son OS préféré est supérieur à l’autre. Il faut bien comprendre que chacun d’eux possède ses avantages et aussi, il faut bien l’admettre ses inconvénients. Bien sûr que la gratuité d’un système comme Ubuntu est définitivement un avantage indéniable par rapport à Windows ou à Mac OS. Ces deux derniers étant les plus répandus, il est tout à fait normal que les gens se tournent davantage vers eux. Question d’habitudes bien ancrées qu’il est difficile de changer lorsqu’on se tourne vers Ubuntu par exemple. Mais cet apprentissage en vaut la peine, non pas parce que Linux soit nécessairement supérieur en toute chose mais entre autre parce qu’il offre une alternative extrêmement valable aux OS propriétaires. Tout le monde ne possède pas les moyens de se payer un Windows 7 Professionnel ou encore un ordinateur Apple et soyons honnêtes les amis, en tenant compte du fait que si tous les utilisateurs de Windows devaient obligatoirement payer leur licence, il y a gros à parier que Linux et toutes ses déclinaisons occuperaient une bien plus grande part de marché. Personnellement j’estime à un maximum de 2 personnes sur 10 qui ont payé la licence de la version Windows qu’ils utilisent (cette estimation étant basée sur un rapide tour de table de mes amis et connaissances qui utilisent régulièrement un ordinateur, elle n’a donc rien de scientifique). Ubuntu a donc le mérite d’offrir une alternative gratuite et très valable en ce qui me concerne. J’ajouterais que le Libre ce n’est pas juste une solution de remplacement, c’est aussi une philosophie basée sur le partage des connaissances. Ne perdons jamais de vue cette vision des choses quand on aborde le sujet de Linux et des logiciels libres. Libres parce que disponibles pour tous, le qualificatif libres sous entendant également une liberté de choix qui va jusqu’à décider ou non de les utiliser. À partir de là, toute discussion devient stérile et il serait nettement préférable d’aborder le sujet de manière plus positive.

    P.S. Je tiens aussi ici à féliciter Monsieur Dumais, car il est un des rares chroniqueurs étant publié dans un média majeur comme La Presse à nous parler aussi régulièrement d’Ubuntu. Ce faisant, il lui donne une visibilité qui lui fait hélas cruellement défaut au niveau médiatique, En fait, c’est sans doute ce qui manque à Ubuntu pour augmenter significativement sa propagation au niveau grand public.

  9. @ marcus56 : « Personnellement j’estime à un maximum de 2 personnes sur 10 qui ont payé la licence de la version Windows qu’ils utilisent (cette estimation étant basée sur un rapide tour de table de mes amis et connaissances »

    Eh bien, vous avez de drôles de fréquentations! 😉

    Perso, je ne connais personne dans ce cas. Windows, ils l’ont eu avec l’achat de l’ordinateur, donc pas besoin de le pirater.

    Mais pour pour Office, c’est autre chose…

    «J’ajouterais que le Libre ce n’est pas juste une solution de remplacement, c’est aussi une philosophie basée sur le partage des connaissances. Ne perdons jamais de vue cette vision des choses quand on aborde le sujet de Linux et des logiciels libres. »

    Pourtant, le web est rempli de gens qui partagent leurs connaissances de OS X et Windows…

  10. @claude_c

    Je peux me tromper, mais de la manière que j’ai compris le commentaire de marcus56, quand il disait « partage de connaissances », je crois qu’il faisait surtout référence aux connaissances en programmation informatique qui est maintenant rendu disponible via les logiciels au code source ouvert. Le code source ouvert permet à tous non seulement de contribuer à créer les logiciels qu’on utilise tous mais aussi d’en apprendre beaucoup plus sur le fonctionnement de ses derniers et sur la programmation en général. Imaginons un instant ce que serait l’apprentissage de l’informatique si les étudiants en programmation n’avaient accès à aucun code source ouvert!!! Il serait pratiquement impossible d’apprendre quoi que ce soit sans le créer soi-même… Bref plus les logiciels seront ouverts et plus le niveau de connaissances général en informatique et en programmation va s’améliorer. Ce qui risque du même coup d’améliorer la qualité des logiciels en général, et ainsi de suite…

    Je ne suis cependant pas radical là-dessus, je n’ai rien contre le fait que des logiciels soient fermés ou contiennent du code secret. Par exemple Android n’est pas entièrement ouvert, Google se garde une petite gêne par rapport à certaines applications Google (Gmail, Maps, etc). Ou par exemple Skype a ouvert du code mais pas son algorithme. Ou encore Google garde bien sûr l’algorithme de leur engin de recherche secret. C’est bien normal, il faut bien qu’ils gardent certains secret. Mais c’est bien qu’ils prennent l’initiative d’en ouvrir le plus possible. Çelà rends aussi plus façile la compilation des logiciels sur d’autres plateformes et permet à d’autres à l’extérieur de la compagnie d’accélérer le processus…

  11. Bref il y a moyen je pense d’être « ouverts » sans nécessairement tout donner gratuitement non plus… Et c’est tout le monde qui est gagnant, incluant la fabricante du logiciel, qui reçoit des « patchs » et des améliorations à gauche et à droite qui autrement ne pourrait venir que de l’intérieur.

    Microsoft et Apple auraient d’ailleurs grand intérêt à « s’ouvrir » un peu plus je pense. Apple avait compris ça et en avait bien profité avec Mac OS X en ouvrant le code de Darwin, mais là ils régressent et c’est Google qui en profite… J’sais pas si vous avez lu les dernières nouvelles mais mettons que Steve Jobs a pas l’air d’aimer Android ben ben 😛

  12. @ toogreen

    Des logiciels libres, y en a aussi beaucoup sur OS X et Windows. On en retrouve même sur le iPhone! Linux n’a pas le monopole de l’open source. 😉 Toutefois, on doit dire qu’on retrouve souvent ces logiciels sur les trois plateformes.

    Pour le bénéfice des amis lecteurs, quelques adresses du côté du Mac :

    http://www.opensourcemac.org/

    http://www.apple.com/downloads/macosx/unix_open_source/

    http://www.framasoft.net/mot17.html

    Et du côté de Windows :

    http://www.opensourcewindows.org/

    http://osswin.sourceforge.net/

    http://downloadpedia.org/Open_Source_Windows

    Bref, si les saveurs de desktops Linux se réunissaient pour n’en faire plus qu’un, voire seulement quelques-uns, me semblent que ça aiderait. Libre, mais unis. C’est beau aussi, non?

  13. @ claude_c, qui a dit :
    « Bref, si les saveurs de desktops Linux se réunissaient pour n’en faire plus qu’un, voire seulement quelques-uns, me semblent que ça aiderait. Libre, mais unis. C’est beau aussi, non? »

    OK, tous derrière Gentoo! Ben quoi, c’est ma distribution de prédilection. Oublie l’unification. Je sais, ça n’aidera pas la cause, mais moi j’aime bien ma distribution et je n’ai pas envie de me faire dicter quoi que ce soit par Ubuntu, Fedora (RPM hell anyone?) et autres SuSE.

    Je suis rendu comme toogreen depuis un bon bout de temps : j’utilise Linux mur à mur à la maison et je laisse les autres vivre leur vie informatique comme ils l’entendent. Faire et laisser braire. Je ne dépanne plus mes frères windowsiens. Je m’arrange avec mes troubles, qu’ils s’arrangent avec les leurs. Z’étaient pas contents au début, mais je pense qu’ils ont compris maintenant.

    Mais là où ça m’écoeure, c’est quand quelqu’un vient dire ici que Linux ne vaut pas de la m… sans l’avoir vraiment essayé ou même sans l’avoir jamais vu juste pour troller…

  14. J’ai dit ça pendant longtemps moi aussi qu’il faudrait que toutes les distributions Linux s’entendent pour travailler tous ensemble sur une seule, mais je ne sais plus si c’est vraiment nécessaire maintenant. Pourquoi? Parce qu’il y en a déjà une qui est, de manière naturelle, devenue la « norme » Linux, et au risque de me faire jeter des pierres par les fans de Fedora ou Gentoo, je crois que c’est Ubuntu. C’est sans aucun doute la plus utilisée, c’est celle qui est le plus souvent considérée et supportée en premier par les développeurs de logiciels et de pilotes, etc… Bref on en a déjà une distribution qui a « gagné » selon moi, alors pourquoi ne pas simplement se ranger derrière la plus populaire? Je ne crois pas non plus que la concurrence à Ubuntu soit « nuisible », bien au contraire, c’est ça qui pousse l’innovation. Si il n’y avait qu’une seule distro peut-être bien qu’au niveau innovation on tomberait dans l’ennuyeux pas mal si y’avait pas de compétition. Et d’ailleurs plusieurs innovations sont venus de Fedora ou Suse en premier pour se retrouver ensuite sur Ubuntu, alors c’est quoi le problème? Supportons tout simplement la distro la plus populaire et le reste viendra naturellement. De toute façon c’est déjà le cas. Quand les logiciels commme Skype ou Opera sortent une nouvelle version Linux c’est souvent un .deb compilé pour Ubuntu qui est distribué en premier…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s