Le iMusée de Montréal a un besoin urgent d'artefacts vivants

illLe rêve montréalais d’un iMusée (musée de l’informatique) s’incarnera définitivement en fin d’après-midi aujourd’hui au PEC (Pavillon d’éducation communautaire) d’Hochelaga-Maisonneuve (1691, boul Pie-IX, Montréal) lors d’une cérémonie que coprésideront Philippe Nieuwbourg, directeur du Musée de l’informatique de Paris et Louise Harel, chef de Vision Montréal. Cela signifie qu’il ne sera désormais plus question d’activités muséales sporadiques, mais d’exposition permanente avec tout ce que cela suppose.

Que peut-on faire, nous les technophiles pour aider ? On peut bien sûr donner des équipements anciens (ce que nous sommes quelques-uns à avoir fait) en téléphonant au (514) 596- 4488, visiter, faire un don (même numéro), que sais-je, devenir membre. Mais on peut aussi se présenter comme … artefacts vivants ! Je m’explique.

ill

ligne.jpg

Mardi prochain, à 19 h tapant, j’aurai l’honneur de raconter à une foule (probablement en liesse), l’histoire de la micro-informatique, incluant celle du Québec. Ça se passera au PEC (il y a du stationnement dans les rues autour et le métro Pie-IX est à deux pas). Mon seul mérite est de couvrir cette industrie depuis 1984. Mais vous êtes plusieurs à y compter plus d’ancienneté que moi, à y être intervenus (à y intervenir encore…) comme programmeurs, ingénieurs, industriels, utilisateurs, enseignants, etc. et, ainsi, à avoir de très intéressants souvenirs à partager avec moi.

illImaginez les gens. Si vous venez, non seulement auraient-ils un journaliste-conférencier, mais surtout des témoins DANS LA SALLE qui coloreraient et humaniseraient la communication. Ce serait un apport inestimable.

Tellement que le tout sera enregistré (vidéo), diffusé (streaming) et archivé sur le site Web de l’organisme. Inutile de préciser que votre présence active (ou plus passive si vous êtes du type timide) serait des plus appréciée et j’insiste grandement sur le mot appréciée. De toute façon, je vais vous publier un rappel ici même lundi et mardi prochain.

En attendant, visionnez les deux clips YouTube qui suivent. En premier, M. Philippe Nieuwbourg explique le pourquoi de la chose, ensuite, Mme Louise Harel parle avec la DG du PEC, Mme Louise Montgrain, de l’historique du projet.

Ce que vous avez vécu n’est pas banal. Loin de là. Un nombre considérable de sociétés humaines en ont été chamboulées en raison des développements informatiques. Vous savez maintenant que vivre en 2010 est à des lustres de ce que c’était en 1980, comme 1980 l’était par rapport à 1700 ! Ne sous-estimez surtout pas votre apport.

Tout cela pour vous dire que mardi, le iMusée de Montréal aura grand besoin de vous ! (1)

ligne.jpg

ligne.jpg

(1) Je déclare qu’il s’agit pour moi d’une activité bénévole au terme de laquelle je n’aurai reçu aucun bénéfice quelle qu’en soit la nature, ce qui inclut le remboursement de mes frais de déplacement. De toute façon, parler de l’informatique, en faire connaître l’histoire, en présenter les petits bonheurs, en dénoncer le côté sombre, fait parti de mon parcours de carrière. Qui plus est, si le iMusée m’a demandé ce petit service, c’est notamment en raison de mon travail à la Cyberpresse. Voilà !

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que je suis parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.
Pourquoi commenter cet article : Pour dépasser ou préciser mon propos, pour le nuancer, l’illustrer, le compléter avec des adresses, pour débattre du sujet. Il en ressort un “produit d’information” (mon article + les commentaires) beaucoup plus intéressant et utile qu’un simple article de journaliste. D’où les demandes régulières de la part de participants pour que je sévisse quant aux trolls ou aux propos vexatoires et inutilement agressifs. On n’est pas ici pour s’enguirlander à qui mieux mieux, mais pour partager de l’information utile.
Nelson Dumais

ligne.jpg

Publicités

14 réflexions sur “Le iMusée de Montréal a un besoin urgent d'artefacts vivants

  1. @Nelson Dumais

    Vos chroniques sont superbe, mais vous devenez maintenant un artefact … ouch… dur coup! De chroniqueur de technos actuelles à « Dans mon jeune temps »…

    Je vous imagine sur une souche au pied d’un vieil arbre sur la colline de la fôret du grand méchant loup avec votre chienne à vos pieds. Vous racontez vos fables techno de jeunesse à de jeunes geeks.

    Hahaha

    Plus sérieusement (malheur), pourquoi êtes-vous le seul à mettre des petits caractère en bas de pages? Bientôt mon futur contrat de cellulaire aura moins de clauses et de mise en garde que vos chroniques …

    Si c’est nécessaire suite à votre pousuite, pourquoi personne d’autre n’ajoute ce genre de mise-en-garde.

    M. Hétu ne dit pas en fin de blogue qu’il vit aux états-unis qui qu’il habite à 10 km d’un compagnie de gaz de schiste.

    M. Lagacé ne met pas en garde son auditoire qu’il est un peu baveux et ce de façon bénévole.

    M. Laporte ne met pas en garde contre sa partisanerie aveugle du CH et des francophones

    M. Gagnon ne dit pas qu’il est rendu un brasse et fouille m… qui aime la polémique

    etc …

    Pourquoi vous et juste vous … ça devient fatiguant… au pire dites le dans votre description de votre blogue au lieu de le mettre sur chaque blogue.

    • @ edata

      Si tout le monde voyait cela comme vous, je n’aurais pas de problème. Mes petits caractères sont apparus au fil de plaintes non fondées. Par exemple, cette semaine, un quidam m’a accusé vertement de faire l’autruche devant la situation radio-canadienne (utilisation de Silverlight et incidences sur Linux), ce qui lui a permis, pour une énième fois, de questionner mon éthique. Si ce malheureux s’était donné la peine de faire une recherche dans mes textes, il se serait aperçu que j’ai dénoncé cet état de fait à maintes reprises. Mais, bof ! Pour éviter des pertes inutiles de temps, j’ai placé ces petits caractères en bas de chronique (caractères qui ne nuisent à personne), ce qui m’a éliminé passablement de chialage.

  2. Dommage, la rentrée scolaire, les activités des enfants et la distance (200 km +) m’empêchent d’aller vous voir et vous entendre. En tant qu’artefact vivant, vous placera-t-on derrière une vitrine, ou y aura-t-il simplement un écriteau disant « Fragile, ne pas toucher »?

    Cependant, je me promets bien d’aller faire un tour au musée un de ces jours, quand je serai de passage.

    @ edata

    Si j’étais Nelson Dumais, j’aurais encore plus de lignes en petits caractères. 🙂

  3. Hon… j’ai tout récemment envoyé mon Hyperion au cimetière. Vous vous rappelez de ce portable (près de 25 lb) avec clavier et écran intégrés de la compagnie Comterm?

    Je sens que j’aurais pas dû.

  4. Whaou !!! Nelson en artefact au iMusée ! Je ne manquerai cela pour rien au monde !
    Et je vous propose en bonus de venir avec une trifouillette, quelques mémoires à tores de ferrite, un relais, le premier micro-processeur…

  5. @ Nelson

    Si ce n’était pas un voyage de 12 heures aller-retour, tu peux être sûr que j’irais… Moi, les antiquités, ça me passionne! :-))

  6. Je dis ça comme ça, mais jadis j’ai connu un type qui travaillait au service informatique de l’Université de Sherbrooke et son bureau était déjà en 1990 un véritable musée de l’informatique. J’ignore si le iMusée peut faire les démarches, mais si j’étais vous je tenterais de rejoindre l’U de S question de savoir si le type en question y travaille toujours (ce dont je doute, mais c’était un type d’origine Tchécoslovaque) et dans la négative s’ils ont toujours sa collection ou à défaut s’il y a moyen de le rejoindre et s’il a apporté sa collection avec lui. Ensuite, restera à le convaincre d’en faire don au iMusée, ce qui ne devrait pas être trop difficile.

  7. La micro-informatique au Québec, c’est des vendeurs de solutions qui font faire le travail en Inde. Les programmeurs Quebecois sont en voie de disparition, il reste une ou deux perles comme matrox sinon …

    Je me part un exposition des annees 1990-2010 avec 2 ordis, un qui est sur youtube et l’autre sur facebook.

  8. Un grand merci pour l’invitation,moi qui avais toujours rêvé de voir physiquement l’évolution de l’ordinateur,que je suis contente de savoir que je pourrai enfin le faire, j’ai hâte de voir l’exposition et si possible j’irai vous faire un petit coucou mardi.
    Si vous habitez Montréal pr venir au musée le mieux c’est de descendre au métro Pie-IX puis d’aller vers le sud à pieds,stationner sa voiture ds ce secteur est un véritable défi, il y a une multitude de parcomètres tous aussi gourmands les uns que les autres même en soirée et une foule de stationnement réserver pr les résidants équipés de la vignette.Je le sais pr être aller souvent au stade olympique ou et cinéma StarCité.

  9. @Nelson Dumais, j’ai été tellement emballée par votre invitation et article du jour, que j’ai cliqué sur pas mal de liens concernant le musée , la lecture fut plus qu’intéressante puis finalement, je me suis apperçue que , il m’en manquais en bout , celui du 1 septembre 2010, comme vous pouvez probablement le voir ds la liste des 10 derniers articles , le 1 ier septembre n’apparaît pas et je n’ai rien reçu ds mon courriel à propos du 1 septembre. Quand une date n’apparaît pas ds la liste des 10 derniers articles, je pense qu’il n’y a pas article ce jour là, donc il y a un petit problème de communication de dates la liste n’est pas précise. C’est dommage de raté vos articles si intéressants occasionnellement et je ne suis sûrement pas la seule à qui celà est arrivé. Au plaisir de vous lire ainsi que les autres membres.

  10. Pour venir au PEC et au iMusée avec votre véhicule, il est possible de se stationner sur la rue Desjardins. Il n’y a pas de parcomètres à la hauteur de Lafontaine, près de l’église Saint-Nom-de-Jésus. Le soir, c’est très facile de trouver une place.

    Entrez par la rue Desjardins pour la grande salle SPEC, lieu de la conférence de M. Dumais. Allez voir sur Google maps avec le code postal: H1V 2C3

    Marc-Andre Leger
    ===============
    Chargé de cours, Université de Sherbrooke
    Conservateur du iMusée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s