Des nouvelles d’Opera

ilSi vous aimez le fureteur Opera, vous savez peut-être que la beta de sa version 10.50 est actuellement disponible sur le site de la fabricante scandinave, une version tout aussi respectueuse des normes du Web, sinon plus, que sa précédente. Je l’ai installée ce matin et j’en ai fait le tour, activité qui méritait sûrement le détour. Au terme, disons qu’en son état actuel, le produit ne m’a pas impressionné outre mesure; il m’a plutôt convaincu de revenir l’essayer une fois sa version finale en ligne. Pour l’instant, si j’ai vu des avantages, dont une rapidité certaine, j’ai surtout vu des promesses, bref, rien pour me faire abandonner Firefox.

Mais cette rapidité d’exécution, ce galop vers les adresses Web, n’est pas si tant spectaculaire. Sans que je ne mesure de façon scientifique, la différence de vitesse avec Firefox ou avec Chrome m’est apparue infime et parfois imperceptible. Pourtant, la fabricante se targue d’avoir rendu le chargement des JavaScripts huit fois plus vite qu’avec la version 10.10, cela en raison de son moteur Carakan.

il

La fenêtre du dessus est celle d’Opera 10.50, celle de dessous est celle d’Opera 10.10.
ligne.jpg

il

ligne.jpg

L’interface a été améliorée. Par exemple, la barre de tâche du haut est disparue et les principales fonctions ont été placées dans un menu déroulant accessible en cliquant sur le logo (tronqué) d’Opera, tout en haut, à gauche (illustration ci-haut). La commande du panneau latéral, elle, est désormais tout en bas, à côté d’autres gugusses. Et tandis qu’avec la version 10.10, on ne voit, sous Win 7, qu’un seul onglet dans la minifenêtre « full-aero » qui se déploie en titillant l’icône d’Opera sur la barre de tâche, on les voit tous avec la version 10.50; pratique si on n’utilise qu’un seul moniteur et qu’on est encombré de fenêtres.

il
Si je passe la souris au-dessus de l’icône de la version 10.50 d’Opera, les cinq onglets ouverts apparaissent.

ligne.jpg

L’ajout de moteurs de recherche n’est pas aussi sophistiqué que dans le cas de Firefox. Par exemple, j’ai pu installer « Rotten Tomatoes », cette base de données américaine sur le cinéma, sans histoire aucune dans FF (illustration ci-après), mais je n’y suis pas arrivé dans Opera.

il

ligne.jpg

Par ailleurs, on est loin de la richissime base de plugiciels dont jouit le fureteur de la Fondation Mozilla. J’en ai quand même testé quelques-uns, des petits utilitaires qui, une fois installés, ne se retrouvent pas dans un menu d’Opera, mais dans celui de Windows. Voici deux exemples, une petite table à dessin et un jeu d’aquarium.

il il

ligne.jpg

Aussi coquin que sa concurrence, Opera dispose désormais d’un mode de navigation privé. Pour y accéder, il suffit de cliquer de la droite sur le signe « plus » qui permet la création d’onglets. Fait à signaler, l’onglet « privé » se retrouve à côté des autres.

il

ligne.jpg

En terminant, un mot sur Opera Mini, une adaptation du fureteur pour les téléphones intelligents. La fabricante était censée en lancer une version pour le iPhone lors du Mobile World Congres de Barcelone qui s’est terminé le 18 février dernier. Ce ne fut pas le cas et le site Web d’Opera n’a pas encore été corrigé. Problème avec Apple qui renforcit actuellement ses contrôles sur le AppStore ? Possiblement.

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que je suis parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.

ligne.jpg

Publicités

15 réflexions sur “Des nouvelles d’Opera

  1. Dans le fond, est-ce que les questions de vitesse importent tellement pour « Joe Average? » Une fois la page chargée, le reste est essentiellement local, que ca prenne 1.7 ou 1.92 secondes au final ne change pas grand chose.

    Ce qui prime surtout pour moi, ce sont les capacités a rendre mon expérience en ligne la plus agréable et sécuritaire possible, donc personnellement le coté toujours plus vite, bof, a moins que ce ne soit VRAIMENT une nuisance.

    Mais Firefox, avec ses plugiciels est a mon sens vraiment au dessus du lot, car il me permet de configurer mon brouteur avec finesse et pour mes gouts propres, ibid celui de ma copine, des enfants etc.

    Tant que Firefox sera l’outil le plus adaptables, je risque peu d’en changer 🙂

  2. Quand on sait que le marché potentiel le plus intéressant pour Opera se trouve sur les plateformes mobiles, on ne peut que leur souhaiter de réussir avec Opera Mini. Et avez-vous des nouvelles de Chrome?

  3. J’ai abandonné le navigateur Opera la semaine dernière au profit de Google Chrome et à ce jour je suis très satisfait. Cela faisait 2 ans que j’étais avec Opéra, mais depuis que je suis sur Window’s 7-64, je le trouvais beaucoup plus lent et plusieurs trucs ne fonctionnaient avec le 7-64. Peut-être manque-t’il de plugs-in ?

    Franchement je suis surpris du rendement de Google Chrome, que je n’avais jamais essayé auparavant. Interface épurée à la Safari et ça me plait beaucoup. Il est très rapide en plus.

  4. Je voulais vous faire remarquer que l’icône d’Opera en entête de votre article est désuet, le plus récent logo n’a pas d’ombre et est plus arrondi.

    Également, je ne comprend pas pourquoi vous avez échoué dans la création d’un custom search. A moins qu’il n’y ait un bug dans la plus récente beta, dans Opera 10.10, on clique-droit sur le searchfield de la page de Rotten Tomatoes, et on fait Create Search. Je l’ai essayé en 10.10 et ça fonctionne bien.

    Pour ce qui est des forces et faiblesses, c’est vrai que la différence de vitesse est difficilement perceptible sur la majorité des pages, mais pour les pages lourdes en Javascript telles que GMail par exemple, on voit bien l’amélioration. Mais la plus grande force d’Opera selon moi est le fait qu’on peut avoir 50+ pages ouvertes (J’en ai actuellement 80!) et que la performance n’est est pas affectée. Ces pages restent ouvertes entre les sessions, ça a totalement changé ma façon de naviguer.

  5. « Mais cette rapidité d’exécution, ce galop vers les adresses Web, -n’est pas si tant- ??? spectaculaire ». Pas si tant? Ouch!

  6. @luchio

    Concernant «Mais la plus grande force d’Opera selon moi est le fait qu’on peut avoir 50+ pages ouvertes (J’en ai actuellement 80!) et que la performance n’est est pas affectée. Ces pages restent ouvertes entre les sessions, ça a totalement changé ma façon de naviguer.»

    Boy! Je dois être un iPépère. Je serais vraiment curieux de comprendre ton mode de fonctionnement sur le Web. Moi je commence à être étourdi quand j’arrive à 10-12 pages ouvertes.

  7. Je sais que je suis hors sujet mais quelqu’un peut me dire comment se débarrasser de la page de connexion de facebook qui apparait à tout bout de champ dans la barre des tâches (popup) j’ai été faire la stupide erreur de m’inscrire à facebook et plus moyen de s’en débarrasser.

  8. Hors sujet mais abondamment traité sur ce blogue. Même une compagnie comme Intel à des problèmes de se passer IE 6, http://www.presence-pc.com/actualite/Intel-Windows-7-IE6-38386/.

    @codex
    Pour avoir travailler dans des entreprises Valeur Mobilière Truc, les traders (courtier) ont à leur bureau entre 6 et 12 écrans. 2 ou 3 écrans sur les applications transactions électroniques, 2 ou 3 écrans connecter sur les files de presses, 2 ou 3 écran sur les réseaux d’informations télé (CNN, RDI…) et 1 ou 2 écran pour surfer. Le tout sur les cartes de la Montréalaises Matrox et pour ma part j’aurrais été mêler après le 3e écran installer à mon bureau.

  9. @ruisseauchene, concernant le nombre de pages

    J’en ouvre beaucoup pour faire des lectures plus tard lorsque j’ai le temps. 80 pages, c’est au bureau, parce que j’ai beaucoup de pages de références d’ouvertes, ou des trucs que je veux voir plus tard. À la maison, ça tourne plus autour de 20. 🙂 Ça évite de faire des bookmarks inutilement et d’oublier d’aller les relire plus tard.

    J’utilise la sidebar (F4) des fenêtres ouvertes, car seulement avec les onglets c’est ingérable, ils deviennent très petits (~8 pixels de large)

  10. @reminet
    Les traders regardent 6-12 écrans !! Après ça on se demande ce qui a causé la chute de la bourse et tous les problèmes l’an passé. Hi! Hi! Hi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s