Nouveau design pour un service en quête d'usagers

J’ai l’impression que ma chronique de ce matin fera sursauter mes patrons « cyberpressiers ». Imaginez-vous qu’en consultant la liste des 100 sites les plus visités par les usagers de Yahoo! Québec, la Cyberpresse y est absente, tout comme Le Devoir et, puisque j’y travaille, le magazine Direction Informatique. C’est une liste provenant de ComScore où on a fait la synthèse de résultats récents pour déterminer une journée type sur Yahoo! Québec. Je la tiens du directeur marketing de Yahoo! Canada, M. Max Tremblay, qui me parlait, hier, du nouveau design de Yahoo ! Québec.

J’ai extirpé de cette liste, un total de 24 sites Web où on retrouvait de la nouvelle et de l’information de type affaires publiques, ce qui inclut des mégas portails comme ceux des grands fournisseurs de services (Sympatico, Rogers, Shaw, etc.) ou des grands intervenants sur le WWW comme Google, Microsoft ou Yahoo! Sur le tableau qui suit, j’ai gardé le numéro de la position que ces sites occupent dans la liste de Google! Québec et j’ai précisé le nombre de visiteurs uniques (vu).

illustration2010021102

Ce qui se dégage de ce tableau, c’est que les usagers de Yahoo! Québec ne fréquentent pas le média où vous êtes présentement. Ils semblent préférer les concurrents de la Cyberpresse, par exemple Canoë, Transcontinental, Radio Canada, Branchez-vous, Astral ou Corus. Évidemment, on est loin des résultats obtenus pour la Cyberpresse ou pour Technaute par Google Analytics et par ComScore.

À elle seule, la « grande » Cyberpresse (incluant ses sections comme Technaute) avait reçu 1 676 252 visiteurs uniques (vu) en décembre 2009, une progression de 52 % sur décembre 2008. Qui plus est, le temps moyen de connexion avait été de 42 minutes par mois. En comparaison, Radio-Canada.ca avait compté 1 557 340 vu, une augmentation de 4,1 % sur l’année précédente, et le temps de connexion mensuelle avait été de 18 minutes.

Quant à la Cyberpresse (toute seule, sans ses sous-sections) elle recueille en moyenne (récente), 373 000 vu par jour (1 512 163 vu pour décembre 2009) et Technaute, lui, 25 000 vu par jour (237 269 vu pour décembre dernier). En comparaison, Le Devoir en ligne obtient 12 000 vu par jour (257 000 vu pour décembre 2009).

Tout cela étant posé, les chiffres de Yahoo! pourraient signifier, à première vue, que le public utilisateur de médias comme la Cyberpresse (et autres médias de Gesca: La Presse, Le Soleil, etc.), Le Devoir ou, comme je le mentionnais en intro, Direction Informatique, n’utilisent pas Yahoo! Québec comme porte d’entrée sur le Net. Et si je compare avec un autre tableau que M. Tremblay m’a fait parvenir, celui de Yahoo! Canada, c’est la même chose : zéro mention pour la Cyberpresse.

Pour mettre ces résultats en perspective, je suis allé visiter Netmarketshare où j’ai vu que la part du marché mondial du moteur de recherche Yahoo!, toutes localisations confondues, était de 6,16 % et que depuis mars 2009, elle avait décliné de plus de 1 %, passant de 7,62 % à 6,16 %. En revanche, Google menait le bal voyant sa part croître de 81,65 % à 85,78 %. Un mot sur Bing, un nouveau joueur portant le gonfanon de Microsoft: de zéro qu’elle était en mai 2009, la part de marché était rendue à 3,17 % au 31 janvier dernier. Bref, Yahoo! semble avoir une méchante côte à remonter et les chiffres qu’elle fournit, aussi vrais ou réalistes soient-ils, ne représentent qu’une tendance marginale.

À ce sujet, M. Tremblay me répond par un autre chiffre: « Chaque mois, dit-il, 600 millions de personnes utilisent au moins une fois un service Yahoo!. » N’ayant pas, sous la main, de chiffres récents en provenance de Google, je ne peux comparer et commenter.

Quoi qu’il en soit, soutient Max Tremblay, son entreprise fait de grands efforts pour se hisser à nouveau sur la vague du succès. D’où la nouvelle UNE de Yahoo! Québec où on a adapté celle de Yahoo! Canada. En fait, à ma connaissance, Yahoo! serait la seule à avoir localisé à ce point ses services. Il n’y a ni Google Québec, ni de Bing Québec. « Nous pensons globalement, précise le directeur marketing, mais nous agissons localement. »

De plus, cette nouvelle UNE permet de se confectionner sa page d’accueil personnelle d’une façon très simple, c’est-à-dire à la Google, tout en offrant plus de possibilités. Qui plus est, un moteur d’optimisation (« Content Optimization Knowledge Engine ») permet de mieux cibler les infos et les services en fonction de l’usager. Bien fait, agréable, pas de problème ! Bravo M. Tremblay.

D’un autre côté, ce qui n’aide pas Yahoo!, c’est surtout son statut de numéro un déchu qui, en dix ans, n’a jamais su se relever. Mais il y a aussi sa réputation de collaboratrice avec les autorités chinoises (emprisonnement pour 10 ans du journaliste Shi Tao), de perdante dans la saga l’opposant à Steve Ballmer, le PDG de Microsoft, et de fournisseur de la fichue barre d’outils Yahoo! qui s’attrape en téléchargeant certains gratuiciels (si on ne fait pas attention). Ces questions sont demeurées sans réponse, le canado-québécois Max Tremblay ne pouvant parler au nom du grand Yahoo! Et ça se comprend.

À l’heure où Google commence à passer pour aussi méchante, sinon pire, que l’Empire de Redmond, verra-t-on des Internautes quitter cette plate-forme pour s’en aller ailleurs ? Si c’est la cas, Yahoo! en profitera-t-elle ? Qu’en pensez-vous ?

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que je suis parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.

ligne.jpg

Publicités

38 réflexions sur “Nouveau design pour un service en quête d'usagers

  1. Personnellement je n’ai jamais aimé Yahoo! Nom ridicule, positionnement douteux, omniprésence de la barre d’outil dans des partagiciels, synthèse d’articles boiteux, configuration visuelle très kitch etc. J’y suis allergique et je ne me souviens pas avoir eu recours a leur services depuis belle lurette.

    Et puis les sites que je consulte, comme ce blogue et autres, je les ai pour la plupart dans des agrégateurs d’informations (RSS) qui me permettent d’aller droit au but, pas besoin de voir les inepties de certains journalistes et directement sauter a ceux dont j’honore les chroniques avec mes commentaires bien sentis 😉

    Si d’aventure j’ai une recherche a faire, j’utilise l’omniprésent Google et ses fonctions de recherches avancées, de plus ses outils de traduction en ligne conviennent a mes besoins quotidiens. Donc, au yeux de Yahoo! je suis totalement invisible, du moins dans leurs statistiques, et probablement aux yeux de Google vu que je ne passe pas par leurs engins de recherche pour mes besoins en information quotidiens.

  2. Un « canado-québécois »?

    Intéressante dénomination… Même Elvis Gratton ne l’a pas sortie, celle-là, dans sa fameuse réplique à la question « Vous êtes Canadien? »

    Clin d’oeil à feu M. Falardeau ou simple plaisir des mots (maux?), M. Dumais…? Allez, peu importe, vous m’avez fait sourire, c’est l’essentiel – Merci!

  3. Le seul service que j’utilise de Yahoo est Pipes. C’est une application qui permet d’agréguer du contenu web dans un unique fils RSS. Très visuel, très facile d’utilisation et surtout très utile.

    Voici un de mes RSS personnalisés.
    http://pipes.yahoo.com/nbourre/qcca

    Mais c’est vrai que Yahoo est devenu un site risible dans le domaine des TI. On parle entre nous des gens non instruit du web en utilisant des expressions du genre « Je gage qu’il fait des recherches avec Yahoo pis y’a une yahoo bar! »

    Peut-être vont-ils remonter la pente, mais quand?

  4. @Nelson

    1) Je ne pense pas qu’on puisse affirmer que Bing soit parti de 0, puisque les utilisateurs de l’ancien engin de Microsoft sont (étaient?) automatiquement redirigés vers Bing.

    2) Je pense aussi que Yahoo n’a pas perdu de plumes à cause de sa collaboration avec la Chine, en tout cas certainement pas en Amérique du Nord. Les gens ici ne boycottent à peu près rien. Ils ne pensent qu’à leur poche.

  5. J’abonde dans le sens de mantiss .

    Le liens de ce blogue est dans mes favoris et j’utilise le RRS pour choisir ce que je veux consulter ou non. Et lorsque j’utilise un autre poste que le mien je tape directement l’adresse de technaute ou j’utilise ma page personalisé de IGoogle où mes favoris y sont.

    De plus J’utilise l’agenda de Google que j’ai synchronisé avec ma messagerie Évolution sur mon portable.

    Yahoo… Ça fait près de 10 ans que je n’y vais plus…

  6. Je me demande comment c’est mesuré ces données.

    Premièrement, comment on établit que quelqu’un est un utilisateur Yahoo! Québec (plutôt que Yahoo! tout simplement) et ensuite comment on sait que cette personne est allé sur tel ou tel site web. À ce que je sache, Yahoo! n’est pas un fournisseur de service Internet et ne peut savoir en tout temps qui va où. Ce n’est qu’un portail. Peut-il savoir quand je sélectionne un site dans mes Favoris ou comptabilise-t-il seulement les sites accédés dans un résultat de recherche?

  7. Yahoo, je suis toujours étonné de voir ce nom dans des discussions sérieuses d’internet. Je ne comprends pas que ce site soit encore pertinent. La dernière fois que je l’ai utilisé, ça devait être dans les années ’90s, entre deux visites chez Geocities, Xoom ou le portail Netscape.

    Yahoo: la coquerelle résistante du web.

  8. Yahoo! existe depuis si longtemps et avaient une situation si unique dans le coeur des gens qu’ils ont réussi à faire TOUTES les gaffes combinées de Alta Vista, HotBot, AOL, Real Player, Netscape, ICQ et Geocities sans disparaître… les autres sont morts (ou ont quittés le troupeau et sont partis seul dans la forêt pour se faire dévorer par les loups) et ne nous offrent plus chaque semaine une nouvelle illustration de leur déchéance.

    L’un des premiers site « digne de ce nom » que j’ai vu était Yahoo!… Donc ça fait 10,000 ans que j’ai mon courriel « grand public » chez eux. Je les aime bien mais même si j’aime mieux YUI que Ext-JS ou JQuery, Yahoo! Maps à GMaps, Yahoo! Mail à GMail… ils n’ont simplement pas leur place dans le marché « local » québécois.

    Chez Cyberpresse nous avons du contenu tout frais sorti du four… chez Yahoo-Québec c’est du réchauffé. Tous comme Sympatico d’ailleurs…

    Leur site américain parcontre est super. Au moins un jour par semaine je me laisse influencer dans le choix de mon souper par le headlin qui apparaît mystérieusement autour de 16h30. Miam! 🙂

  9. @ danny_ e

    Google méchante ?

    Voici un courriel que je viens de recevoir. Inquiétant !

    ——————————————————————-

    Je ne sais pas encore ce que vous pensez du nouveau service Google Buzz, mais voici un courriel que j’ai envoyé à mes collaborateurs technologiques qui provoque chez nous une forte inquiétude :

    « Je ne sais pas si tu as vu ou entendu parler de Google Buzz? Bref, un genre de pseudo Twitter-Facebook de Google. Pourquoi j’ai envie d’en parler ? Si tu es sur iPhone, iPod Touch ou Android, tu peux activer une fonction de Géolocalisation automatique pour annexer ta position à tes commentaires, avis, état d’âme, etc…

    Le problème dans tout ça? Toute publication est par défaut publique.
    Bref, monsieur tout le monde envoie maintenant leur état d’âme dans l’atmosphère à n’importe qui. Si on n’en croit à l’interface de Google Buzz, on ne parle qu’à nos amis, mais si je fais une recherche de Buzz près de moi (je travaille dans les bureaux de l’UQAM) sur iPod Touch, je peux voir tous les commentaires de dizaines d’étudiants de leur impression de Buzz et aussi d’autres commentaires intéressants… Personne ne semble constater que l’on peu voir tout cela publiquement, je lis des conversations privées!!

    Je capote, c’est un beau moyen pour rendre une métropole un village comme dirait certains, mais le paternaliste philanthrope en moi se mort les doigts…

    (nom fictif et histoire modifié pour protéger la « victime ») Natacha Gariépie ne s’est pas levé du bon pied, car elle est tanné de vivre seule. Pour se changer les idées, elle va aller à la piscine ce matin. Puisqu’elle nous partage si affectueusement ceci de son iPhone dans son appart et qu’elle a activé la fonction de géolocalisation, Google Buzz nous affiche bien gentiment son adresse… Encore quelques jours et je saurai parfaitement son horaire, habitude et son caractère…

    Bonjour les voleurs et les violeurs.

    Je capote à quel point les gens sont irresponsables devant la technologie et/ou que Google ne fait que trop confiance au savoir du peuple face au technologie. »

    Après vérification, l’application ne donne pas l’adresse exacte, mais une approximation. Par contre, l’application Maps la donne beaucoup plus précisément. Bref, j’imagine que nombreux débats ont déjà eu lieu sur la question de la confidentialité, mais je m’interroge encore et beaucoup sur l’inactivité des instances politiques et policières à réagir aux nouvelles technologies.

    Il me semble que toutes applications pouvant permettre la diffusion publique de données plus que personnelle (son emplacement et ses habitudes en temps réel par exemple) devraient être par défaut plus que privée et non par défaut publique!!

    Bref du bref, je trouve le comportement de Facebook et Google très irresponsable et il me semble que les philosophes de ces dites compagnies auront a se mordre les doigts fortement lorsque divers exemples comme je viens de mentionner surgiront dans les médias.

    Suis-je paranoïaque et un frein aux développement des nouvelles technologies malgré mon amour de la science?

    Philippe

  10. Pour en rajouter à cette histoire de Google Buzz, je l’ai aussi essayé quelques minutes sur mon iPod. J’ai été un peu inquiété par la fonction de géolocalisation. Ça peut être pratique pour les vrais amis proches. Toutefois, il faut s’assurer de choisir le mode privé pour nos publications. Mais même là, Buzz m’a demandé de me créer un profil public avec photo et tout. J’ai dit non… Mais j’ai dit oui, une fois, à la géomachin. Et j’ai pu voir que Bruno G, de Radio-Can venait d’aller s’acheter des Bagels. Et même qu’il se disputait avec un ami au sujet des meilleurs bagels en ville.

    Je suis allé voir plus loin et j’ai lu la FAQ de vie privée. J’ai entre autres été alerté avec ce que peut faire Google de vos publications sur Buzz. Ça va plus loin. Si vous communiquez avec votre iPhone, ils se réservent le droit à utiliser vos communications vocales. Je ne sais pas comment ils pourraient le faire, mais c’est écrit. À moins que j’aie mal lu…

    Mettons ça sur le dos d’une application trop jeune qui n’a pas bien su mesuré les risques de sécurité et de vie privée… enfin, je dis ça pour être gentil, sans être naïf. En réalité, ça fout la trouille.

    Déjà, sans avoir rien fait d’autre que de cliquer sur le lien de Buzz dans ma page Gmail, j’ai 2 contacts qui suivent mes activités… et je serais abonné à ceux de 12 personnes. Euh… Non merci. Laissez-moi choisir, au moins, svp. Bien sûr, je peux me désabonner, si je veux, amis quand même! De quel droit m’ont-ils mis en relation avec des gens qui sont soit des amis, soit des relations de travail, soit des gens avec qui j’ai communiqué 2 fois par courriel… Étrange. Et inquiétant.

  11. @ Nelson Dumais.

    Je n’ai pas de compte FaceBook, twitter, ou buzz.

    Ce qui m’inquiète, c’est que maintenant avec des photographies numériques qui sont captées de moi sans que je le sache (le cellulaire du gars de la table d’à coté à la taverne!) , sont susceptibles de se retrouver sur la page d’un compte FB,TWIT,BUZZ avec en dessous de ma photo la mention – pédophile, nazi, batteur de femme.

    Je fais quoi pour me défendre? Je n’ai pas la possibilité de savoir au départ ce qui est dit sur moi.

    Pas aux pages…

    Des problèmes sérieux avec ces réseaux.

  12. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer le modèle d’affaires de Yahoo? Comment font-ils de l’argent? Ont-ils encore un produit ou un service pertinent?

  13. @Scotty73
    Je ne veux pas vous contredire inopinément, mais AltaVista existe encore :
    http://ca.altavista.com/

    Et Hot-Bot est toujours là mais utilisé comme « skin », car je crois que c’est Yahoo qui en est le moteur. Avant c’était le moteur de MSN et un autre moteur avant dont le nom ne me revient pas.
    http://www.hotbot.com/

    Ils ont été avalés par des plus gros et je me demande bien qui peut encore les utiliser mais ils sont toujours « présents ». 😉

    Je me souviens qu’à un moment donné entre 1997 et 1999, il y a eu plus de 100 moteurs de recherches sur le web et plusieurs chargeaient un certain montant pour référencer un site web.

    De ce nombre, plusieurs utilisaient les moteurs combinés de Yahoo, AltaVita et Lycos et nous présentaient le résultat avec une note (classement) de pertinence.

    Personnellement, je pense qu’Altavista était le meilleur jusqu’au jour de la naissance de Yahoo puis ensuite de Google, alors là, on avait enfin un moteur performant. C’était le temps où un site qui avait 200 « hits » par jour était un site très populaire alors que maintenant à voir les chiffres présentés par Nelson, ce serait un site bien peu achalandé.

    Quelle évolution tout de même !

  14. @Nelson
    Troublant cette affaire de Buzz… Ça nous en donne tout un à lire ce courriel… Je m’inquiète pour mes filles jeunes adultes qui pourraient vivre de mauvaises expériences… Ça vaudrait la peine de mettre une étiquette « à suivre » sur ce produit Buzzant afin de nous aider à sensibiliser encore plus les utilisateurs des téléphones intelligents…

    En attendant, merci encore une fois. J’envoie le lien de cette chronique à mes contacts pour allumer un peu leurs lumières.

  15. @ loup2

    Merci pour le lien. Je cherchais justement un moyen de l’enlever!

    Je me suis désabonné et bloqué tout le monde sur Buzz, puis j’ai cliqué sur « désactiver Buzz », au bas de la page.

  16. Pour votre information, voici ce que dit la politique de vie privée de Buzz, sur les mobiles.

    http://m.google.ca/tospage?hl=fr&dc=gorganic

    « 3. Vous acceptez que vos données soient collectées, exploitées, partagées et transférées à partir de maintenant (notamment, mais sans s’y limiter, vos données vocales et informations de localisation), comme décrit dans les Règles de confidentialité de Google Mobile (m.google.ca/privacy). »

  17. @loup2,
    Ce genre de menace à la réputation cybernétique existe depuis les débuts de l’Internet, mais à ce que je sache, il semble y avoir assez peu de cas. En général, ça prend un mobile, une motivation. Soit quelqu’un qui vous déteste vraiment, soit quelqu’un qui a trouvé une manière de faire de l’argent à votre insu.

    Vous dites: «Je fais quoi pour me défendre? Je n’ai pas la possibilité de savoir au départ ce qui est dit sur moi.»
    Toute personne active sur le Web devrait rechercher son nom de temps en temps, juste au cas où quelque chose de « pas normal » se produirait. Vol d’identité dans des forums, utilisation de votre nom complet comme pseudonyme (par quelqu’un d’autre), ou encore, vous pouvez découvrir qu’une personne portant exactement le même nom que vous est un gros épais sur le party et publie ses photos de beuverie dans son blogue. Mais quand même, les recours sont généralement inexistants, à moins qu’il y ait un aspect judiciaire.

  18. …. Pourquoi passer par Ya-who ?

    En fait, j’y vais de temps en temps pour consulter la Bourse. Yahoo Finance est le meilleur.

    @Scrispo J’utilise toujours Altavista.

  19. Ça fout la trouille, effectivement! Je n’ai pas de compte chez Google et je ne crois pas en avoir un de sitôt.

    J’en ai un chez Yahoo!, par contre… En fait, je me suis ouvert un compte de courriel chez Rocketmail il y a bien 15 ans, englouti depuis par Yahoo! C’est mon compte «junk».

    Toujours en «nostalgie» (AltaVista et autres)… J’avais un compte chez MonCourriel, ça vous dit quelque chose? Et la Toile du Québec, c’est encore populaire, vous croyez? Pour mes recherches, j’utilisais beecrawler, ou quelque chose du genre. Je ne parviens pas à retrouver le nom. Quelqu’un s’en souvient? Il y avait une petite abeille sur la page d’accueil.

    Le Dauphin du Strie

  20. Yahoo! ? ::)

    Pourquoi ne pas parler de Compuserve ou d’AOL? J’ai aussi une vieille « matante » qui se sert de Yahoo!Mail. Facile à filtrer dans GMail … (Hop! dans la poubelle!) 😉

    Pour les copains de la ligue du vieux poële c’est en ce moment sur GBuzz que ça se passe. TechCruch, Mashable, ReadWriteWeb, Robert Scoble, Chris Brogan… tout le monde est là.

    Évidement pour ceux qui ne comprennent pas comment ça marche c’est le radotage « Big Brother » à coup sûr.
    Y’en a ici qui sont comme certains FrOnçais des années 50: si les DjeunZ boivent du coca-cola plutôt qu’un p’tit rouge alors c’est la fin de la France et de la civilisation comme on l’a connue jusqu’à présent. ::)

    You may follow my GBuzz there: http://www.google.com/profiles/climenole?hl=fr#buzz

    Voir aussi les excellentes discussion en français avec Benoît Descary (par exemple).

    Bye.


    C. LaFrenière

  21. « Pour les copains de la ligue du vieux poële c’est en ce moment sur GBuzz que ça se passe. TechCruch, Mashable, ReadWriteWeb, Robert Scoble, Chris Brogan… tout le monde est là. »

    C’est comme la version web d’un vernissage. L’important n’est pas dans le contenu mais plutôt dans le fait d’y être et de le faire savoir.

    « Tout le monde est là » Me semble que déjà ça, c’est un argument pour ne pas y être!

    McGilles a fait une bonne parodie de twitter: « Le journal de twiter »

    C’est peut-être sur Gbuzz que ça se passe, mais ça reste tout aussi insignifiant.

  22. @ruisseauchene
    Ce genre de commentaire est superflu et inutile dans une discussion et au moins monsieur Lafrenière n’utilise pas un pseudonyme comme paravent. Il y a moyen d’exprimer nos désaccords sans tomber dans la facilité du « criage de nom » et de l’étiquetage.

    S.V.P. Messieurs un peu de retenue et de respect, car ne vous en déplaise, les commentaires ont comme but principal d’enrichir le sujet proposé par Nelson, pas de transformer la scène en arène de boxe.

    Nous avons tous le droit d’exprimer notre opinion et une opinion en vaut une autre, alors je trouve déplaisant que l’on utilise une opinion pour essayer d’en dévaloriser une autre. C’est à force de vouloir avoir raison que l’on finit par avoir tort. 😉

    Ensemble nous pouvons nous enrichir mutuellement de nos expériences.

    Pour ceux que la philo intéresse, voici un lien intéressant:
    http://www.philo5.com/Mes%20lectures/Schopenhauer,%20L%27art%20d%27avoir%20toujours%20raison.htm

  23. @scrispo

    Mon but n’est pas d’utiliser un pseudonyme comme paravent pour donner des coups de poing.

    Ceci dit , je suis d’accord avec toi que ma réponse n’était pas plus brillante que le commentaire. Désolé!

  24. ps: J’utilise Yahoo Mail depuis plus de 10 ans. J’avais aussi des comptes sur Altavista et Hotmail dans leurs débuts. Difficile de se départir d’un compte qui est lié à des dizaines de services en ligne. Mais je me pose depuis toujours des questions sur la pertinence de Yahoo en tant qu’entreprise de « contenu » et de « services ».

  25. Yahoo ? Je l’ai depuis des lustres. Cependant depuis leur association avec MS, si j’entrevois la moindre trace de synergie entre les deux, je flush mon compte Yahoo.
    Pas que je n’aime pas yahoo juste que j’ai évacué MS de ma vie depuis longtemps et je ne souhaite pas la revoir de sitôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s