Grattons la rumeur qui gratte en grand

illustration2010011201.jpgCe qui a d’intéressant avec la Rumeur (honorée d’un grand R) concernant le plausible lancement d’une Mac tablette dans deux semaines à San Francisco, c’est qu’elle nous brandit l’image d’un produit très novateur, allant même jusqu’à en décrire la grande particularité. Et moi, à nouveau étonné par l’envergure unique de la foi envers la Sainte Pomme, je lis, j’écoute, je souris, je me pince et je réfléchis sur la race humaine. Des millions de fidèles veulent fort fort fort dans leur petit cœur que Sa Sainteté le Gourou Jobs leur lance la machine qui les plongera dans une pâmoison émue, ravie et reconnaissante. En transformant leur rêve en réalité, ils décrivent ou se font décrire à pleine page de webzine, ce que sera la Mac Tablette. J’imagine que Jobs doit rire dans sa cape, surtout s’il n’a pas de tablette à lancer. Sans rien avoir dit, ni fait, il a déjà l’attention mondiale à ses pieds. Ça, ça s’appelle du marketing érigé en grand art.

On cite, ici et là, des fait probants, des éléments de l’échafaudage qui démontre bel et bien qu’une tablette sera lancée le 27 (ou le 28) janvier prochain. Et comme parpaing dans le plat d’eau, on se transmet le clip français où un ponte de la mouvance pomicultrice, Stéphane Richard de France Télécom, affirme qu’il y aura une tablette Apple notamment équipée pour la vidéoconférence. À moins d’un complot fomenté par Steve Jobs et appuyé à travers la planète par des cadres d’entreprises partenaires, complot visant bien sûr à nous faire tourner en bourrique, le monsieur de France Télécom semble vraiment convaincu pour le vrai qu’il dit la véritable vérité.

illustration201001120e.jpgEt puis il y a ce site Web qu’Apple vient de fermer. Ici c’est du sérieux. Le site de Fingerworks, une entreprise visionnaire acquise par Apple en 2004, vient tout juste d’être cadenassé à deux semaines d’une allocution de Steve Jobs. John Elias et Wayne Westerman, les deux propriétaires, avaient été intégrés aux effectifs d’Apple en tant qu’ingénieurs « cum laude », mais, étrangement, le site Web de leur entreprise avait été laissé « vivant ». On devrait aux deux experts, cette techno de gestes multitouches apparue avec le iPhone et les nouveaux MacBook (puis imitée par la concurrence…). C’est que Fingerworks avait développé des interfaces humain-machine basées sur le geste. Quand on connaît toute l’importance que Jobs accorde à cette techno de pointe, on ne peut pas vraiment parler de coïncidence. Il y aurait anguille sous roche.

illustration2010011203.jpgAdditionnés aux autres « faits », cela dans un contexte où la concurrence attendue de Microsoft semble faire défaut du côté « bien livrable », du moins si on se fie à ce qui s’est récemment passé au CES de Las Vegas, les histoires de France Télécom et de Fingerworks rendent encore plus crédible la Rumeur d’une tablette Mac. « The plot thickens », comme le disent les Chinois. Ce sera même une tablette exploitant au max la gestuelle des doigts, celle de Fingerworks.

Si cela s’avère fondé, la Mac Tablette sera effectivement novatrice et placera la concurrence en mauvaise posture. On verra. De toute façon, si Jobs en présente une, de tablette, tous les haut-parleurs de la Mac-félicité pourront dire, en se tapant clac-clac-clac les bretelles, qu’ils avaient vu juste. En cas contraire, ils pourront commettre un éditorial expliquant que Jobs a d’autres priorités de marché, que ce n’est que partie remise pour la tablette Mac et que quand elle sortira, elle sera une perfection, cela va de soi.

On s’en reparle dans deux semaines.

ligne.jpg

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que je suis parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.

ligne.jpg

Publicités

56 réflexions sur “Grattons la rumeur qui gratte en grand

  1. Niveau technologique, je trouve cela intéressant comme produit. Mais dans mon quotidien, je ne vois absolument pas ce que je ferais avec cet engin…
    Ce produit ne serait-il pas un produit de niche réservé à certains passionnés? Est-ce que Mr. Tout le monde à besoin d’une tablette Mac et si oui, que va t-on faire avec sinon s’en venter…?

  2. @ The Another

    […] je ne vois absolument pas ce que je ferais avec cet engin…

    Certains réagissaient comme toi quand les automobiles sont apparues !

  3. @ viva_zapata

    Tu disais (et j’étais pas mal d’accord…) :

    « ..3) Linux = gens qui aiment l’hyper contrôle – sentiment de liberté – sentiment de supériorité – sentiment d’avoir une conscience environnementale et économique – aime le gratos… »

    Sauf un petit bémol….:

    Je corrigerais par: … » gens qui aiment l’hyper contrôle-sentiment de liberté (ça c’est correct…) après je changerais ….sentiment de supériorité…. par : …sentiment d’avoir accomplit quelque chose que beaucoup ne se sentent pas capable de réaliser par crainte de manquer de connaissances ou de courage… Et ensuite: sentiment d’avoir une conscience environnementale et économique – aime le gratos. par …….sentiment de ne pas tomber dans le panneau mercantile inflagiciel inutile et de ne pas prendre les gens pour des consommateurs anacéphales suiveux de modes et de tendances. (C’est la St-valentin, on achète des fleurs, c’est pâques, on achète du chocolat…etc)

    Mais pour le reste je dois dire que je suis pas mal d’accord avec tes observations.

  4. @ codex
    Salut, j’ai lu ton post et l’hyperlien attaché. Ce que tu dis est vrai et Apple a effectivement « profité » de technologies qui se développaient un peu partout autour de Silicon Valley. Ce qui est normal alors qu’on sait qu’en fait, aucune technologie ne se développe en vase clos, chacune profitant des avancées des autres dans une évolution symbiotique, cybernétique et synergique. À cette époque, Steve Jobs a eu le mérite de s’entourer des meilleurs ingénieurs capables de l’assister dans la réalisation de sa vision d’un ordinateur destiné au grand public: une contre partie des « grosses » machines uniquement destinées au monde des affaires, créneau de Xerox ou IBM.
    Les ingénieurs qui entouraient Jobs ont été assez pertinents pour synthétiser l’intégration de ces différentes technologies en une seule boîte, comme il le voulait.
    Apple a fait un « deal » avec Xerox qui l’a accepté. Le reste fait parti de l’histoire de l’évolution de cette technologie par progrès mineurs et continus. Apple n’a pas inventé l’ordinateur, elle a inventé le concept d’un ordinateur personnel accessible au public. De même Xerox n’avait pas inventé le semi-conducteur essentiel à l’échafaudage de la structure, mais avait profité des inventions du Prix Nobel Walter Brattain qui travaillait au Bell Labs.
    Je n’aurais jamais pu me procurer un ordinateur de 25 000$; mais à 5 ou 6 000 $, oui! Alors…
    Cordialement.

  5. @Macosx
    Donc, pas juste du commensalisme. Du commensalisme alternatif.
    Les deux partis ont profité de l’autre. Une situation win-win comme on les aime. Trois jours qui ont changé l’univers !!!

  6. @ gl000001 Le Vendredi 15 Janvier 2010

    Oui, en développement scientifique et technologique, le « commensalisme » serait la règle. L’important étant de respecter les droits et la propriété intellectuelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s