Réflexion sur Google Dashboard

illustration2009110501.jpgHier, Google lançait sans surprise son Dashboard, un panneau de contrôle permettant de voir, sur une même page, tout ce qu’on utilise comme services du méga fournisseur californien, avec possibilités d’y apporter des modifications. Je l’ai donc mis à l’essai. Vous m’auriez demandé, juste avant que je n’accède à mon panneau à moi, de vous nommer les « googleries » que j’utilisais ou que j’avais utilisées dans le passé, j’aurais été bien embêté. Je vous en aurais déclamé six ou sept, guère plus. Or, Dashboard m’en a trouvé 19. Je vous jure. Et il n’a pas tenu compte de Google Maps, une commodité dont je suis littéralement accroc. « Dieu du ciel ! », me suis-je écrié.

illustration2009110502.jpgJe ne me rappelais plus avoir un blogue dans Blogger, des photos dans Orkut, des RV dans Google Agenda, un compte dans Google Health ou des abonnements dans Google Reader (j’y ai découvert l’origine des cinq bulletins d’information pour lesquels j’avais dû me créer une règle de pourriel dans Outlook). Évidemment, je passe une partie de ma vie professionnelle à essayer des produits pour vous en parler.

Et qu’en est-il de vous ? Avant de mettre ce produit à l’essai, posez-vous la question : quels services Google sont possiblement actifs à mon nom ? Après allez voir. Vous risquez de sursauter. Connaissez-vous le nom du dernier clip que vous avez visionné dans YouTube ? L’adresse de vos derniers sites Web visités ? Le titre du dernier document préparé dans Google Docs ? Allez voir !

Amusant (1) ? Un peu.

Big-brotheresque (2) ? Ouin !

Inquiétant (3) ? Définitivement.

ligne.jpg

Avis : j’utilise personnellement des machines sous Windows, Mac OS X et Linux et je n’ai aucune préférence; en fait j’ai une relation d’amour-haine avec chacune. Si vous croyez que je suis parti-pris envers l’une ou l’autre de ces plates-formes, je vous soumets respectueusement que vous avez tort et ne peux vous recommander que de consulter mes chroniques antérieures.

ligne.jpg

(1) Il peut être amusant de se faire rafraîchir la mémoire.
(2) Big Brother qui nous dit tout ce qu’il tient sur nous.
(3) Big Brother qui ne nous dit peut-être pas tout ce qu’il tient sur nous…

Publicités

23 réflexions sur “Réflexion sur Google Dashboard

  1. Bonjour Nelson Dumais 🙂

    «Amusant (1) ? Un peu.»

    Amusant …et utile. Je suis bien content d’avoir ce « dashboard » plus complet que les paramètres de mon compte Google. Je pense que c’est une bonne initiative. (Il se pourrait aussi que je sois aussi un peu nono: ça reste entre vous et moi, dac?) 😉

    «Big-brotheresque (2) ? Ouin !»

    Hum… pas vraiment. Je me doutais bien de l’ampleur des mes traces chez Google vu que je passe mon temps à essayer leur nouveaux trucs (via Google Labs par exemple). J’utilise quotidiennement ou presque Gmail, Google Notebook, Google News, les Alertes Google, Google Reader via Feedly, etc. Certains de mes essais ne m’ont pas incités à continuer d’utiliser le produit tel que les favoris Google, Page Creator, Knol, etc.

    C’est comme ça qu’on agit, nous, les ptits animaux du Ouaibe: quand on rentre dans une place on fait nos traces partout. Pour marquer le territoire!

    De là à parler du ‘Big Brother » du roman 1984, je trouve que c’est pousser le bouchon un peu loin. Des traces sur Internet nous en laissons partout mais il n’y a que Google qui nous le fait savoir alors que les autres…

    Les FAI par exemple ou les services DNS (OpenDNS ou OpenNIC par exemple), ne semblent pas se donner cette peine sans compter tout le reste afaik. Et facebook? Et Twitter? Et tous les machins qui tournent autour des gazouillis?

    «Inquiétant (3) ? Définitivement.»

    Ah non! Ou plutôt, pas nécessairement. En sachant que tout ce qui est mis sur le Web est public et non privé, que tout ce qui passe par Internet est en clair, non-chiffré et potentiellement conservé dans les logs de tous les intermédiaires entre nos PCs et les sites Webs sans compter ces sites eux-mêmes la seule inquiétude devrait être celle-ci:

    «Ai-je publié des trucs privés?» Si c’est le cas on peut avoir raison de s’inquiéter. Dans le cas contraire, non.

    Par exemple: quand j’écris un commentaire sur votre blog, je sais que c’est public. Pire: je signe ici et ailleurs de mon vrai nom en donnant tout ce qu’il faut pour vérifier mon identité numérique. Je le fais en toute connaissance de cause. M’en fous que ce soit public parce c’est ce que je veux étant (un brin) baveux…

    Par contre pour ce qui est privé, personne n’en saura rien. Dites-moi Nelson Dumais, voulez-vous savoir ce que je pense vraiment de Ouinedôze Vista, de Steve Balmer ou de la binette de Sergei Brin?

    NAN! Privé: vous n’en saurez rien, ni vous ni personne! Idem pour le pâté chinois (au contraire de CELINE qui a tout dit publiquement sur le sujet… )

    Bien cordialement (et bonne fin de semaine!)

    P.S. et tous les commentaires « Kons » que j’ai laissé ici ou ailleurs? Oups!
    Brrr… je commence à frémir un ptit peu là! :-O!


    Claude LaFrenière [climenole]: [{p ٧ ¬p}W{p ۸ ¬p}]
    Profil & Contact: http://www.google.com/profiles/climenole

  2. J’en reviens et, franchement, je trouve cela plutôt utile, en fait…

    BigBrotheresque? Bof… Comme disait bertrand331, un rapport Equifax remet les choses en perspective!

  3. Depuis que j’utilise GMail, ce courriel est devenu mon adresse principale. Malgré que j’ai des réserves, sachant que Google, en tant qu’entreprise américaine, est assujettie à l’inquiétant Patriot Act, qui a été reconduit par Obama, si je ne m’abuse… Bon, n’ayant rien à cacher, ça n’a pas grand conséquence sur ma vie personnelle, mais pour le principe, ça me préoccupe quand même.

    Pour ça et pour d’autres raisons, je limite donc mon usage des services Google à GMail et la recherche…

  4. HiHIHI

    Il n’a pas vu que j’utilisais Google SketchUp par le passé….
    En fait, on ne retrouve plus ce logiciel dans la page « Autres logiciel Google ».

    Une recherche Google sur ce nom vous amènera dans un nouveau monde.

    A essayer.

  5. Étant donné que j’utilise pratiquement et seulement Googlemaps , iGoogle et Gmail

    La firme californienne n’ pratiquement rien sur moi … Même mon vague passage sur Blogger est anecdotique (aucune info)

    Par contre est l’historique de fouille sur internet et ce malgré le balayage en règle du cache du fureteur . mmmmmmm ça beaucoup moins intéressent …

  6. J’adore Google de manière générale. L’interface épurer est rapide sur tous les ordinateurs que j’utilise.

    Ma seule déception, ce n’est pas disponible avec mon compte « Google apps for domain ». Idem pour google qui n’est pas disponible.

  7. Moi, ce qui m’amuse, c’est que je suis associé à un compte qui n’est pas le mien : je suis sensé avoir visionné des vidéos sur Youtube avec un compte dont l’orthographe ressemble au mien (mais certains caractères diffèrent). En plus, vu le contenu des vidéos (musicales), c’est certain que ce n’est pas moi !

  8. Un de mes amis utilisait Gmail. Il recevait des documents Word confidentiels en pièces jointe. Un jour il s’apperçu que la pub affichée était en lien avec le contenu d’un de ses documents Word. Google lit, indexe et catalogue vos pièces jointes afin de vous livrer de la pub. Tout ce que vous faites avec les plupart des produits Google est indéxé et sert à vous envoyer de la pub ciblée. Do no Evil qui disent.

  9. Mon dashboard est tout en Chinois!! Ah la maudite localisation automatique…!

    Big-brotherisme? Moi je trouve plutôt bien au contraire que c’est une belle initiative qui va dans le sens de leur « pseudo » mantra: « Do no evil ». Google sait très bien que plusieurs s’inquiètent de tout ce que Google savent sur eux, alors cet outil leur/nous permet finalement de « contrôler » en quelque sorte ce que l’on veut public et privé. Si tel ou tel service de Google vous déplaît, cessez de l’utiliser, tout simplement! Google Dashboard, vous « donne l’heure juste », tout simplement!

    Pour revenir au terme « big-brother », je crois qu’il y a une grosse marge entre ce que fait Google et le « big brotherisme » du roman 1984. Google détient beaucoup d’informations, certes, mais c’est tout, ils n’essaient pas de vous dire quoi penser! C’est là, la grosse différence. Un vrai « big brother » ne se contente pas juste de vous observer, ils vous DICTE votre ligne de pensée, et s’assure que vous ne sortez pas du « droit » chemin. J’ai pas encore senti que Google m’empêchais de vivre… Loin de là!

  10. D’ailleurs, étant en Chine, je peux vous assurer que Google est le dernier de mes souçis… Le VRAI « Big Brother » peut me le bloquer n’importe quand ;-P

  11. @gemnoc

    l’espionnage et la légalité n’ont rien à voir. le premier est vieux comme le monde, le deuxième sert à le justifier depuis l’avènement des démocraties modernes… (même au début de l’écriture en Mésopotamie, les courriers étaient interpellés, et déjà à cette époque il existait des moyens de camoufler ces communications!)

    À l’époque, le Cardinal de Richelieu avait centralisé les postes dans le Royaume de France pour en contrôler le contenu. Plus tard, Beria, chef du NKVD, affirmait que son objectif était de tout savoir sur tout le monde. Il n’y est naturellement pas parvenu, et c’était avant l’invention des disques durs.

    rien de ce que l’on fait sur internet n’est privé, à moins de le crypter, et encore là! le Google Dashboard n’est rien de plus qu’une opération marketing.

    ECHELON : http://fr.wikipedia.org/wiki/Echelon

    Et ne vous demandez pas pourquoi les ambassades se greffent parfois d’un étage supplémentaire ou d’un dome merveilleux… devinez ce qu’on y met à l’intérieur… en cette ère de l’information, tous le monde espionne tous le monde : internet, téléphone, fax, etc, ça se fait de manière systématique en Amérique du Nord depuis la Guerre froide avec le NORAD… c’est pas le Google DashBoard qui va arrêter ça.

    p.s.: en fait, le problème avec l’utilisation de serveur de courriel comme Gmail est double : tes courriels leur appartiennent, ils peuvent en faire ce qu’ils veulent. et si les serveurs plantent, comme ça c’est déjà vu, tu perds tes données.

  12. La seule chose que j’ai à dire c’est :
    Tout ce qui est donné n’est pas gratuit.
    Ils doivent bien faire du fric et ils ont bien trouvé comment. En autant que nous en soyons informé.

  13. @ imawindowspc

    Votre ami a eu une bonne leçon: les e-mails, à moins d’être encryptés, ne sont JAMAIS sécuritaires, il ne faut jamais envoyer de documents confidentiels par courrier électronique sans encryptage, que ce soit avec Gmail, Hotmail, le e-mail du SCRS ou de la CIA. D’ailleurs les agences de renseignement ont leur propre système encrypté pour les communications à l’interne confidentielles.

  14. Pour ceux que ça intéresse :

    RDi en direct sur le site de la SRC fonctionne comme un charme avec

    openSUSE 11.2 RC avec KDE (installation à partir du DVD)

    puis j’ai installé libxine1, libffmpeg, smplayer, mplayer plug-in

    et voilà ça fonctionne tout aussi bien que sous Windows

    il ne faut surtout se tenir loin de gstreamer et de tout ce qui vient avec.

  15. @ claude-henri

    Je consulte mes courriel GMail par Thunderbird. Je n’utilise l’interface web que si je suis ailleurs, car j’aime beaucoup mieux un vrai logiciel de courrier.

    Pour la perte de données, et bien mon compte GMail dans Thunderbird est configuré en pop3, donc j’ai une copie des messages sur mon ordinateur de bureau. Mais sur mon portable, je suis en IMAP.

    Je ne vois pas la pertinence de «l’espionnage et la légalité n’ont rien à voir» par rapport à mon propos. Le Patriot Act a beau être une loi, au plan de l’éthique c’est immoral.

  16. J’ai jamais donné le moindre renseignement personnel « valide » à Google ou aux autres organisations de site « sociaux », Il y a qu’Amazon qui a mes coordonnées parce que j’achète chez eux.

    Alors je me fout un peu qu’il conserve les traces de l’itinéraire de ramses2,1 ou d’un autre de mes alias sur le web.

  17. @gemnoc

    thunderbird, sage décision!

    concernant le Patriot Act, vous vous y référiez en donnant l’impression que ça changeait quelque chose (du moins, c’est ce que j’ai compris), et bref, je voulais indiquer que le Patriot Act ne changeait rien à ce qui se fait depuis toujours.

  18. Bon…

    Depuis hier en fin d’après-midi RDI en direct ne fonctionne plus sous Windows non plus.

    Manque carrément d’entretien ce site web. De plus en plus de choses qui ne fonctionnent plus, de liens vers des pages ou du contenu multimédia brisés, surtout les week-ends.

    Webmaster radio-canadien où est-tu? En chômage?

    Pour ceux sous Ubuntu, il paraît qu’il y a un petit fureteur nommé Midori je crois ou RDI en direct fonctionne très bien (lorsque le site fonctionne bien naturellement…). Ce petit fureteur vient avec tout ce qu’il faut inclus pour capter le direct de la SRC.

    Le problème du contenu en direct du site de la SRC sous Ubuntu vient donc présentement de Firefox tel que configuré par cette distribution. Car la télé en direct sous openSUSE 11.2 fonctionne tant sous Midori, que sous Firefox que sous Konqueror.

  19. @ Mattgilles
    c’est de la pensée magique de croire que la CIA et même, le SCRS ne sont pas capables de décrypter les courriels… quelle que soit la méthode utilisée…!!

  20. @ Le_piano_ivre
    Ta manip sous Ubuntu fonctionne très bien.
    Le problème c’est que on sait jamais si RDI est en ligne ou pas.
    À les voir aller on dirait que le petits clin-clin de webmasters radio-canadien essaient encore d’intégrer de la publicité avant la diffusion.
    Silverlight ne semble pas un produit au point capable de bien réaliser cette tâche ou c’est les gars qui se pratiquent « en ligne ».

    Site qui pourrait être extraordinaire soit dit en passant de par son riche contenu. Cherchez le problème !

    Mauvais produits informatique (silverlight), mauvaises idées (incompatibilité multi plate-forme et navigateur) et mauvaise équipe = site web de radio-canada. L’exemple à ne pas suivre !

  21. moi ce que je ne comprend pas c’est que cbc fonctionne comme un charme tout le temps avec tous les fureteurs tout le temps…
    le site woaib de la src est une grosse blague…

  22. Nous sommes rassurés ou inquiets. Ça dépends, en grande partie, de la vision que nous avons de l’avenir, « Le Futur ».

    Nous prenons pour acquis que notre système politique et économique, démocratie parlementaire ET capitalisme-social, sera là pour toujours. Ce ne sera peut être pas le cas. Si un jour nous devions vivre dans une sorte d’URSS des temps futurs, nous serions en train de nous mordre les doigts de toutes les traces indélébiles que nous avons laissé sur le net.

    Il faut voir plus loin que le bout de son nez. Pour ma part je ne me suis (presque) jamais servi de Google. Au début, sans savoir pourquoi, j’avais une sorte de pressentiment, une méfiance instinctive envers cette compagnie. Le sujet d’aujourd’hui ne fait que confirmer ce que mon pif flairait.

    Si en allant prendre une marche après le souper, avec votre conjointe, dans votre quartier, vous aviez la certitude que toutes les conversations que vous avez eus avec elle ont été archivées et conservées quelque part, ainsi que la manière dont vous étiez vêtus, et l’étinéraire que vous avez emprunté, vous seriez alors le premier à vous en offusquer. Et sur le net, cette même situation ne vous dérange pas ? Soyons conséquents.

    Moi je reste prudent.

    On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s