Print'n'Share, de midi à quatorze heures

illustration2009100701.jpgY a de ces papiers, parfois ! Ouh-là ! Tenez, pas plus tard que ce matin, j’avais un petit logiciel pas piqué des vers que je voulais vous présenter, un produit wow wow qui s’annonçait facile à tester et à expliquer. Mais voilà. Rien n’a marché comme prévu. Tout ce qui pouvait foirer l’a fait. Copieusement. Haineusement. Sournoisement. Mais attention, tout n’est pas de la faute du logiciel en question, Print’n’Share, un produit britannique fabriqué par EuroSmartz qui permet à un iPhone d’imprimer en mode WiFi n’importe quel fichier sur n’importe quelle imprimante, pourvu que ce qu’il faut ait été fait comme il le fallait, « ben comme y faut ». Quelques pelletées de blâmes peuvent être versées sur mon routeur Belkin, d’autres sur mon Mac et un char sur mon ThinkPad. En revanche, mon PC sous Win 7 s’est sorti de l’épreuve la tête bien haute. Voici la triste histoire.

illustration2009100713.jpgHier, j’ai écrit un long papier pour expliquer le pourquoi du comment de cette décision prise par Telus et Bell d’ajouter le iPhone à leur gamme de produits dès novembre. Essentiellement, c’est une histoire d’infrastructure HSPA que nos deux « telco », ci-devant championnes pancanadiennes du CDMA EV-DO, achèvent de boulonner « ad mare usque ad mare ». Or, qui dit HSPA, dit rétrocompatibilité avec la norme GSM dont Rogers est la grande protagoniste au pays de Tim Horton, et qui dit GSM, dit iPhone dont Apple met la grosse gomme pour mousser les ventes !

Après, comme pour me récompenser d’avoir si bien travaillé, j’ai décidé de m’acheter une petite application sur l’AppStore et de m’amuser (c’est que dehors, il pleuvait à boire debout). D’où l’installation de Print’n’Share (6,99 $US) dans mon iPhone. Quant aux blasphèmes et aux éructations pouvant donner la chair de poule à un jeune Husky normalement constitué, ils ont commencé ce matin.

Il faut admettre que le concept d’EuroSmartz peut être simple sur papier qu’en pratique. En principe, il suffit de déployer un logiciel dans l’ordi (Mac ou Win) qui contrôle le réseau WiFi, de connecter le iPhone à ce « serveur d’impression » (prise d’écran ci-après), d’entrer les infos afférentes et d’imprimer des photos, des pages Web et autres fichiers présentables. Veut-on se servir de l’imprimante de Belle-Maman ? Il faut préalablement installer sur sa machine XP (ça marche aussi avec Vista et avec Win 7) un logiciel appelé « WePrint helper for Windows ». Veut-on le faire sur le iMac du cousin Germain ? Il faut cette fois recourir à « WePrint helper for Macintosh » où les moutures 10.4 à 10.6 sont prises en charge.

ligne.jpg

illustration2009100710.jpg

ligne.jpg

Mes misères de ce matin ont commencé avec le fait que je n’avais pas pensé installer d’imprimantes (je n’imprime jamais) en mettant récemment mes ordis à niveau sous Windows 7 et Mac OS X 10.6. WePrint helper n’en trouvait donc aucune. J’ai sorti deux machines WiFi de la boule à mites et j’ai tenté de les connecter. C’est à ce moment que le routeur a décidé de merder, de ne plus rien comprendre à mon réseau WiFi. Il m’a fallu tout reconfigurer le bataclan du WLAN. Cela étant fait, mon ThinkPad sous Win XP Home a choisi de m’envoyer paître et de s’afficher hostilement contre ma rénovation; je n’ai jamais pu lui faire voir les imprimantes. Voilà pourquoi il est présentement la tête en bas dans mon jardin. Le Mac, lui, il s’est montré assez désagréable, m’obligeant à connaître par cœur les adresses IP des imprimantes pour pouvoir les installer chez lui. Quant à Windows 7, il a tout reconnu et a tout mis en place en chantonnant « Y a d’la joie ! ». Comparez les prises d’écran qui suivent : en premier le Mac OS X 10.6 et, en second, Windows 7.

ligne.jpg

illustration2009100703.jpg

ligne.jpg

illustration2009100702.jpg

ligne.jpg

Rendu là, l’applicatif Print’n’Share a décelé ma mauvaise humeur et en a profité pour m’aiguillonner de quelques sournoiseries. Les étapes sont pourtant simples. Une fois WePrint Helper installé dans un Mac ou un PC, on tapote l’icône de Print’n’Share sur le iPhone (ou iPod touch) et l’interface ci-après à gauche apparaît. En haut, « Fichiers » donne accès aux documents variés qu’on a stockés dans un répertoire conçu à cette fin, ce qui suppose que l’on soit entré en communication avec le Helper. Pour ce faire, on lui a gentiment fait « tap ta »p et, à la page qui s’est ouverte, on a choisit l’icône tout en bas à gauche (2e prise d’écran), ce qui nous amène au bouton « Démarrer » (3e prise). Dès lors, le transfert est possible, bien que très lent. Les cinq autres icônes, elles, ne camouflent aucune surprise.

Admettons que l’on veuille s’imprimer une photo. On clique sur l’icône verte, « Images », et on arrive à l’endroit où sont stockées nos œuvres d’art (prise 4). On sélectionne celle qui nous convient et on appuie sur le bouton « Imprimer » (prise 5). Ça nous mène à une interface où on accepte le choix d’imprimantes (prise 6) et de serveurs (prise 7). Dans mon cas, j’en ai deux, un sur le Mac, un sur le PC. Comme on a appuyé sur ledit bouton « Imprimer », on se fait expliquer que l’impression est en cours (prise 8). Ça, si le réseau WiFi ne disjoncte pas. Électricité dans l’air ?

ligne.jpg

illustration2009100704.jpg illustration2009100711.jpg

ligne.jpg

illustration2009100712.jpg illustration2009100705.jpg

ligne.jpg

illustration2009100706.jpg illustration2009100707.jpg

ligne.jpg

illustration2009100709.jpg illustration2009100708.jpg

ligne.jpg

J’ai comparé avec ma façon de faire habituelle qui consiste à m’envoyer les photos par courriel sous forme de « jpg joint » dans mon compte « me.com » pour les imprimer en les recevant, où que je sois, et j’ai pu constater que la méthode « Print’n’Share » prenait pas mal plus de temps. Il est beau le progrès.

Quelqu’un aurait besoin d’un ThinkPad tout beurré de compost ?

Publicités

17 réflexions sur “Print'n'Share, de midi à quatorze heures

  1. @Nelson
    « Quelqu’un aurait besoin d’un ThinkPad tout beurré de compost ? »

    Wow! Un ordi Full-Bio! J’le prends! Pis je l’ubuntise… Yéééé!

    Vazimollo
    Valleyfield
    Tel: 450-***-****

  2. Je propose que l’on fonde un société pour la protection des Think Pads. À l’affichage du billet la luminosité de l’écran de mon Think Pad s’est abaissé… bref je l’ai rassuré et tout est revenue à la normal.

    De plus, je ne compte plus le nombres de cheveux blancs ou perdu suite à l’effort d’un XP Home dans un home network un peu plus avancé.

    Remi.Net

  3. il y a un problème avec Snow Léopard et les imprimantes connecté en réseau sur les routers. Chose qui n’étais pas le cas auparavant avec Léopard 10.5.

    Il semble que la 10.6.2 est en test chez les développeurs et sortira bientôt, ce qui corrigera ce problème inacceptable.

  4. Ouf! Je me suis gratté la tête suite à la lecture de ce billet…

    En fait, je me demandais pourquoi il fallait installer un « autre » serveur d’impression (alors que OsX et Windows en ont déjà un)?

    Puis j’ai vu « Line Printing Daemon » (LPD) et aussi le port « :8080 » ajouté à l’adresse IP et j’ai commencé à comprendre…

    OsX, Windows et Linux utilisent maintenant le protocole IPP (Internet Printing Protocol) pour l’impression en réseau et, par défaut, le port « :631 ». Les imprimantes sont généralement « partagées » via le protocole SMB, lequel utilise toute un ribambelle d’autres trucs, notamment pour l’authentification, l’encryption, etc. De plus, le pilote de l’imprimante doit être présent sur la machine du client (qui est le iPhone dans ce cas-ci). Bref, ça commence à faire une trallée de protocoles et de trucs à supporter/installer sur un ti-téléphone…

    Ce qui explique probablement la raison du LPD – c’est un « daemon », pas un protocole – on peut donc, du iPhone, lui envoyer du Postcript directement via le port 8080 (protocole HTTP – celui du web), lequel est déjà supporté par l’appareil. Et je dis Postscript, parce que c’est probablement ce qui est utilisé ici – l’application sur le iPhone « digère » un nombre limité d’objets (images, contacts, pages web, email) et les « restitue » en Postscript, lequel est supporté nativement sur presque toutes les imprimantes modernes. Je me trompe peut-être, mais je dois pas être loin…

    Anyways, vivement qu’on nous programme tout ça sous Android – c’est un truc que j’aimerais bien pouvoir faire! Surtout que le protocole SMB est déjà présent (je les vois, mes imprimantes partagées, sur mon téléphone Android!). Mais tout le bataclan CUPS et les pilotes d’imprimantes sont probablement trop lourds pour ce genre d’appareil; une solution à la EuroSmartz, ou une version « diète » de CUPS serait sans doute requise. On verra bien… Inch’Allah!

  5. @Marcofsky
    CUPS prend trop de mémoire vive et le spooler gobe trop aussi . En ce qui concerne le iPhone , les maniaques du jailbreak ceux qui ont conçu le bidule on essayer d’y implanter la chose, mais c’est effectivement trop lourd quand le serveur d’impression se met en route, car au niveau du stockage sur un bidule de 16go c’est à peine des miettes .

    Il faudrait que la mémoire vive du iPhone puisse être augmentée à partir de la disponibilité restante du disque ou bien qu’ils(Apple) revoient leur concept à propos de la mémoire virtuel et la rendre encore plus performante . Une chose est sûre, le microCPU du iPhone a la capacité de le gérer .

    Un avantage à Andro , la bidouille est réalisable car son code est ouvert .

  6. Oups! L’application EST disponible sous Android, dans le Market!

    Mais le hic, c’est que le logiciel à installer sur le PC (le « daemon » en question) n’est décliné que sous giron Windows ou Mac… Rien pour le Pinguoin… Ben coudon! 😦

    J’pourrais toujours l’installer dans la machine virtuelle XP, mais ça devient plus compliqué que de juste copier ce que je veux imprimer sur un des ordis de la maison (via SMB oou FTP) pis l’imprimer du PC ou du laptop… Duh!

  7. @ marcofsky

    Pour le pingouin, il n’y a pas moyen de passer par le serveur Samba? En autant que Linux soit configuré comme serveur d’impression et qu’il fasse partie du réseau wifi, évidemment!

  8. @ jmv1
    Ouais, en effet… C’est avec Samba que, de mon appareil Android, je peux voir les « shares » de mon réseau ET les imprimantes. Par contre, les imprimantes utilisent un autre username/password – il faudrait d’abord paramétrer cela. Ensuite, le « output » (ce qui est envoyé – ou « spoolé » – doit d’abord être « digéré » par le pilote d’imprimante.

    Après réflexion, je crois, en fait, que ce qui est envoyé par le iPhone dans le cas de PrinterShare n’est pas du Postscript, mais bien un « frame buffer » (une image « raster » de l’écran de l’appareil), lequel est ensuite transformé en langage intelligible par l’imprimante par le serveur d’impression (le logiciel de PrinterShare) installé sur le PC…

    Ainsi, le client (le iPhone) peut se passer de pilote ou d’un interpréteur/générateur de Postscript, laissant le travail au serveur d’impression installé sur le PC. Et aussi se paser du « stack » SMB et CUPS en utilisant une couche de transport « vanilla », soit le port 8080, réservé au protocole HTTP.

  9. finalement j’ai trouvé pour réglé le problème d’une imprimante connecté sur un router et dont Snow Léopard ne voit pas comme ta prise d’écran Nelson.

    Il suffit de connecté l’imprimante directement au mac. Snow Léopard va vérifier si les drivers sont à jour automatiquement et l’imprimante devrait apparaître dans la liste d’imprimante.

    Ensuite déconnecté l’imprimante du Mac et le reconnecté dans le router, redémarrer le router et lorsqu’il sera de retour l’imprimante apparaitra comme magie dans le panneau de configutration du mac comme une imprimante réseau.

    Ça m’a prit 2 minutes à réglé de cette manière

  10. Ya un browser d’imprimantes dans Mac OS X. Il suffisait d’appuyer sur « Par défaut » dans la fenêtre où il faut rentrer l’Adresse IP.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s