Mise à l'essai de VirtualBox 3.0

illustration2009070201.jpg(Article mis à jour le 3 juillet) – Trouvez la bonne réponse à la question: « Que peut-on faire d’agréable et d’utile en précisément 20 minutes ? » A- « Manger un sandwich au fromage entre deux sessions d’émondage forestier « . B- « Honorer de sa virilité une blonde aussi amoureuse que consentante « . C- « Installer Virtual Box 3.0 et Windows 7 sur un Mac et se mettre à écrire une chronique dans Word Pad » ? Si vous avez répondu A, vous êtes un « traîne-la-patte » qui aimez trop prendre votre temps. Si vous avez opté pour B, vous êtes un habitué des « p’tites vites » et votre blonde est une sainte. Mais si vous avez choisi C, vous êtes « branché » et connaissez la nouvelle version 3.0 de VirtualBox, un très beau gratuiciel de virtualisation fabriqué par Sun Microsystems. Je vous parle d’un logiciel Open Source disponible pour les plates-formes Windows, Mac OS X, Solaris et Linux (saveurs les plus populaires) qui s’installe comme une vraie bénédiction (ou presque) et qui fonctionne comme un petit bonheur (sauf exception).

illustration2009070202.jpg(Mise à jour 🙂 En un mot, un logiciel de virtualisation est une grosse coquille bien étanche que l’on configure dans un ordinateur et dans laquelle on installe des systèmes d’exploitation (SE). Cela permet de voir comment ils se comportent en présence de telle ou telle configuration matérielle ou logicielle, ou encore de quoi ils ont l’air dans leur toute nouvelle mouture. Parfois, on installera un SE vétuste afin de pouvoir faire tourner un vieux logiciel essentiel à une opération; c’est le cas, p. ex. d’OS/2 d’IBM. Ces grosses coquilles qui, selon les produits (VMware, Parallels, Virtual PC, VirtualBox, etc.) peuvent s’installer sous Windows, Mac OS X, Unix ou Linux, savent accueillir, à leur tour, des SE, (la liste est longue) et les faire fonctionner. Pour communiquer entre la coquille et le SE de la machine dans laquelle tout cela se passe dans un ordre et une discipline tenant du prodige, il faut, comme vous le verrez ci-après, créer un répertoire partagé, un endroit que tout le monde reconnait et sait utiliser. Siffler en travaillant, quoi !

Ces explications terminées, passons maintenant à la nouvelle version de VirtualBox. Disons que (fin de la mise à jour) pour « faire simple » en constatant que le nouveau bébé de Sun était disponible pour le téléchargement, je n’ai tourné ma chaise que d’un quart de tour et je l’ai installé dans mon « gros » Mac (double Quad Xeon 3.2 GHz et 8 Go de RAM). Avoir été plus vaillant, j’aurais roulé mon fauteuil trois pieds plus loin où j’aurais alors allumé ma machine « Linux et al » pour démarrer une session Ubuntu ou OpenSolaris. Cela fait de moi un paresseux au lieu d’un « Mac Fanboy »; admettez la nuance, vous qui me lisez à côté d’une caisse de tomates pourries, prêtes à lancer.

Et pourquoi avoir installé Win 7 « Build 7100 » dans Virtual Box ? Parce que c’est ce que Sun recommande de faire. Le punch marketing pour attirer l’attention est effectivement conjoncturel: « Testez Win 7 en mode virtuel avant de prendre une décision de migration », lit-on en substance sur le site Web; « vous verrez de quoi ce système d’exploitation (SE) est capable, s’il peut vous convenir, s’il arrive à vous rassurer », pourrait-on ajouter. Tout ce qu’il manque dans la prose polie de Sun, cette écurie Unix où la norme est d’utiliser Solaris ou OpenSolaris, c’est une série de « Hé-hé-hé », vous savez ce ricanement particulier aux tripeux d’informatique qui savent quelque chose que vous et moi ignorons.

ligne.jpg

illustration2009070203.jpg

ligne.jpg

Vingt minutes, que je vous disais ! Flairant l’erreur, j’ai fait le tour de Win7 où tout m’a semblé ronronner à la normale. Intrigué, j’ai inséré le CD d’Ubuntu 9.04 et j’ai lancé l’installation. Cette fois, il n’a pas fallu quinze minutes pour que tout m’y semble opérationnel, les mises à jour prêtes à être lancées. Wow !

De retour dans Windows 7, j’ai décidé d’activer la fonction que je trouve habituellement la plus utile (en tout cas, un de celles…) lorsque je m’amuse en mode virtuel, c’est-à-dire le partage de répertoires. L’idée est d’avoir un endroit où placer les fichiers que l’on veut utiliser d’un SE à l’autre. Par exemple, cette chronique que je vous tape maintenant dans Win7 est instantanément disponible dans mon Mac, dans le premier niveau de répertoire sous mon nom d’utilisateur. Et vice versa. Pour y arriver, j’ai cependant dû ramer.

illustration2009070204.jpgCe que j’ai compris en fréquentant les forums de Sun, c’est que la mise en partage de VirtualBox se fait comme un petit charme en ce qui a trait aux versions précédentes de Windows, mais sous Win 7, du moins dans son état préliminaire actuel (la « Build 7100 » que l’on dit Release Candidate), il y a une petite coche mal taillée qui va possiblement se régler lorsque le produit officiellement lancé aura connu sa première fournée de rustines. J’ai donc appliqué ce passe-passe au terme duquel tout s’est déroulé comme prévu.

Voici ma démarche en quatre points :

1- Tout d’abord (prise d’écran ci-après), je suis allé au menu « Périphériques » du logiciel VirtualBox où j’ai cliqué sur « Répertoire partagé ». Une petite fenêtre s’est alors ouverte où j’ai pu créer un répertoire de partage permanent appelé win7, un répertoire Mac que j’ai placé directement sous mon nom d’utilisateur (chemin de répertoire « \Users\nelson1 »). Autrement dit, j’ai décrété que tout le contenu du dossier « nelson1 » serait accessible en mode partage sous Windows 7 dans sa coquille virtuelle.

ligne.jpg

illustration2009070205.jpg

ligne.jpg

2- Toujours au menu « Périphériques », je me suis intéressé cette fois au dernier sous-menu, « Ajouter les additions invitées », une étape essentielle à la création d’une structure de partage. Cela a eu pour effet de faire apparaître sous « Computer », juste à la droite de « Floppy Disk Drive (A:) », un dispositif appelé « CD Drive (D:) VirtualBox Guest ». En doublecliquant, j’ai ouvert cette ressource où, notamment, j’ai retrouvé un fichier exécutable appelé « VBoxWindowsAdditions-x86 » spécifique aux processeurs Intel.

ligne.jpg

illustration2009070206.jpg

ligne.jpg

3- Normalement, en lançant ce programme (prise d’écran ci-haut), j’aurais été sensé enclencher un processus au terme duquel une troisième rangée appelée « Network Location » serait apparue sous « Computer » et où j’aurais retrouvé mon bricolage de partage tel qu’expliqué au point 1 ci-haut. Sauf que rien n’est apparu comme cela aurait été le cas, p. ex. sous Win XP. Alors, j’ai survolé les forums et ai fini par découvrir une astucieuse combine permettant de déjouer Win7 (hé-hé-hé !) et d’arriver au même résultat. C’est un truc que les connaissants en réseautique Windows maîtrisent parfaitement.

ligne.jpg

illustration2009070207.jpg

ligne.jpg

Sur la première ligne du bas qui apparaît quand on titille la boule Windows (l’ex menu Démarrer), la ligne où c’est écrit « Search programs and files », on tape « cmd.exe » sans les guillemets. Puis, à l’invite de commande (dans mon cas: « Users\nelson »), on tape ce qui suit sans les guillemets (prise d’écran ci-haut):

« net use z: \\vboxsrv\win7 » (Attention : il y a un espace après « net », après « use » et après « z: »)

Ce qu’on vient d’expliquer à Windows, c’est qu’il doit créer un disque appelé « Z », lequel, grâce à la magie de « vboxsrv », aura exactement le même contenu que le répertoire du Mac préalablement désigné comme étant « win7 ». Rien n’étant trop beau, le système nous répond que « The command » a été « completed successsfully ».

ligne.jpg

illustration2009070208.jpg

ligne.jpg

4- La vie est belle et, après un redémarrage de Windows, on retrouve sous « Network Location » (prise d’écran ci-haut) une nouvelle ressource appelée « win7 (\\vboxsrv) (Z:). On vérifie en doublecliquant sur l’icône et on constate qu’effectivement, on a exactement les mêmes fichiers que sous le Mac (« \Users\nelson1 ») à la différence que ceux de Windows sont en anglais (prise d’écran ci-après); ainsi, « Bibliothèque » se dit « Library », « Bureau » est désigné sous le nom de « Desktop » et ainsi de suite. Sauf que ça marche !

ligne.jpg

illustration2009070209.jpg

ligne.jpg

Quant au reste, ce fut du bonbon. Du bonbon ? À 97 % oui ! C’est que je ne suis pas vraiment arrivé à maîtriser la manipulation (Commande/Maj gauche) pour que le pointeur de la souris passe de la machine virtuelle au Finder du Mac, aller-retour. Il m’a généralerment fallu m’y prendre à plusieurs reprises pour que ça fonctionne. Agaçant !

Impressionné, je me suis dépêché d’installer la dernière version d’OpenSolaris, la 2009.06. C’est un très beau produit sur lequel je vais vous revenir, noblesse oblige, dans ma chronique de demain.

ligne.jpg

illustration2009070210.jpg

ligne.jpg

En attendant, si vous en avez le temps, allez vous télécharger VirtualBox. Tout va se dérouler très rapidement, vous n’aurez rien à débourser et, vous connaissant, vous allez probablement vous amuser autant que moi.

À demain !

Publicités

37 réflexions sur “Mise à l'essai de VirtualBox 3.0

  1. Remarque

    ont peut facilement faire ABC en même temps … le sandwich , la tite vite et installé Virtualbox .. LOL

    Vous vous faite vieux Nelson ça parrait .

  2. Intéressant, je ne savais pas que ça venait de sortir. Cette version 3 apporte le support expérimental de DirectX 8/9 dans les machines virtuelles Windows. La limitation actuellement est que ce n’est disponible que sur une machine invitée 32 bits Windows XP ou Vista. Aussi, l’installation des Guest Additions doit se faire en mode sans échec (safe mode) dans la machine virtuelle.
    http://www.virtualbox.org/manual/UserManual.html#guestadd-3d

    Quant aux problèmes de capture de la souris, normalement, il devrait y avoir intégration totale de la souris avec l’installation des Guest Additions, c’est-à-dire que la touche pour basculer de la VM au Finder n’est plus nécessaire.

    Au fait, j’ai toujours eu des problèmes avec la touche par défaut qui est la touche Contrôle de droite sur un hôte Linux, avec mon clavier Canadien multilingue. Je la change pour la touche Windows de droite (que je n’utilise jamais) et ça baigne.

  3. Salut Nelson,

    D’abord, j’ai découvert votre blog il y a peu, mais j’y suis déjà abonné/dépendant/inscrit.

    Dans ma version, je suis sous Ubuntu 9.04, j’ai la possibilité de choisir la touche qui renvoie le curseur dans le SE « réel ». Par contre, je n’ai pas trouvé comment réaliser un fichier commun pour tous les SE virtualisés.

    Sinon, pour ubuntu (à vérifier pour les autres SE), un détail de taille, il existe deux versions de virtualbox. La première est OpenSourcE (virtualbox) mais ne prends pas en compte l’USB. La deuxième n’est pas OpenSourcE (et prends en compte l’USB). Toutes deux sont développées par Sun.

    Ciao

  4. VirtualBox est, en effet, un superbe produit!!!

    Il roule sur tous mes ordis et me permet de me « saucer » dans l’univers microsoftien, histoire de voir ce que IE7 et IE8 racontent lorsque je leur soumet mon travail (du code HTML tarabiscoté comme ça se peut pas!)

    Petit hic, par contre: À part pour Windows je ne suis pas arrivé à installer les « Guest Additions », que ce soit pour OpenSolaris ou pour Suse… 😦

    Finalement, petit conseil aux amis Linuxiens: À chaque mise-à-jour du kernel (lorsque c’est un nouveau) il faut recompiler le module de virtualisation du kernel, mais, pas de panique, une seule commande (à la console) suffit – celle-ci:
    sudo /etc/init.d/vboxdrv setup

  5. J’utilise présentement la version 2.2.2 sous Windows XP Pro SP3. Sans vouloir dire que c’est un mauvais produit, il me semble souffrir d’un manque de fini. Voici les désagréments que j’éprouve:

    – lorsque je démarre une machine virtuelle, il ne faut surtout pas que j’amène le focus ailleurs, sinon à coup sûr la machine virtuelle ne démarre pas
    – il arrive que j’ai au démarrage de la machine virtuelle une erreur indiquant un problème avec l’allocation de mémoire – je n’ai pas le message exact. Dans ce cas, il faut que je ferme complètement VirtualBox et que le lance à nouveau.

    Heureusement, je n’ai pas souvent à utiliser VirtualBox, mais ces ennuis font en sorte, à mon avis, que l’on peut difficilement le comparer à VMWare par exemple, ou que l’on puisse en faire usage lorsque la robustesse est de mise.

  6. Salut Nelson,
    J’ai vu sur le site de VirtualBox qu’il était disponible pour Windows. Est-ce que tu l’as essayé? Si oui, est-ce que ça fonctionne bien??

  7. @ Nelson le glas

    Beuhhh… Ma réponsé était B) mais, je croyais que votre chronométrage excluait les préliminaires!!

    Ce que vous pouvez être malhonnête, des fois!

    Comme punition, vous allez devoir nous pondre une chronique vidéo, tiens!

  8. … pis nos tomates sont fraîches… plus facile à lancer et elles s’effouèrent plussss mieux dans la face du pas fin qui sert de cible!

  9. @ frederic.severino

    En effet, la version OpenSource (celle qui est gratuite) ne prend pas en charge les ports USB.

    Par contre, avec un « hôte » sous Linux, il y a une entourloupette possible:

    Premièrement, on branche l’unité de stockage USB, laquelle sera « montée » dans le système « hôte ».

    On trouve le point de montage du bidule en question (commande « mount » dans la console).

    Ensuite, on fait un lien symbolique pointant sur le disque USB dans le répertoire partagé de l’hôte. (ln – s /dev/sda4 /home/share/usbidule) [par exemple…]

    On aura alors, dans le gestionnaire de fichiers du « guest », le répertoire partagé « share », qui contiendra un sous-répertoire (« usbidule » dans ce cas-ci) nous permettant d’accéder aux répertoires et fichiers du disque USB.

    Mais attention! Il faut enlever le lien symbolique (l’effacer, en fait, avec la commande « rm ») avant de débrancher le périphérique USB, sinon, y’a possibilité d’une petite crisette… Je vous aurai prévenu! 🙂

  10. J’ai eu peur, lecteuraverti, que vous ne décidiez d’essayer la p’tite vite, sur les conseils de ce Dumais techno-lubrique. J’ajouterais qu’une p’tite vite c’est excellent. À condition que ce ne soit pas la seule saveur disponible pour l’amoureuse consentante…

    Trève de libidineries. Jamais essayé ça les virtels machins. Je comprend que c’est pour un SE pas juste un logiciel ? Est-ce valable, fonctionnel et utilisable sur une base régulière pour un macareux, macqueux pardon, utilisant de temps à autre un logiciel sur plate-forme Windoze ?

    Alex

    Flipper ; t’es vraiment pas obligé de réagir à mes commentaires là là ! Dennis idem.

  11. @ claude_c
    En théorie, DirectX 8/9 est supporté sur un hôte Mac, selon ce que je comprends du lien vers le manuel d’utilisation que j’avais posté plus haut. Je le recopie ici:
    http://www.virtualbox.org/manual/UserManual.html#guestadd-3d

    Il n’est pas supporté par contre sur les machines virtuelles Windows 7. J’imagine que ça devrait venir dans les prochaines versions. VirtualBox évolue assez rapidement.

    @ Alex
    Flipper flotte sur les nuages depuis qu’il a été honoré par Google. On devrait avoir un petit répit. 😉

    @ planteg
    Jamais eu vos problèmes avec VBox sur une machine hôte Ubuntu. Peut-être que c’est la version Windows de VBox qui est plus fragile?

    @ marcofsky
    Moi non plus, je ne suis pas capable d’installer les Guest Additions dans openSUSE 11.1. Peut-être qu’en mettant à jour à la version 3 de VBox… Mais c’est plus délicat que sous Windows, il faut installer des paquets dans openSUSE avant que ça soit possible. Dès que je serai revenu sur ma partition Ubuntu, je posterai un lien à cet effet.

  12. @ hugog96

    Désolé je n’ai pas eu le temps et je ne pense pas l’avoir à court terme.

    @ Marcofsky

    Faut me lire demain pour OpenSolaris; j’y publie la recette.

  13. @ gemnoc
    Merci! et pour ce qui est du commentaire pour « planteg » j’allais dire la même chose… Jamais eu de problème avec VirtualBox sous Ubuntu (comme SE « hôte »)

    @ Nelson
    Je n’y manquerai pas! 🙂 (comme d’habitude, d’ailleurs…)

    Outre DirectX, le support OpenGL serait aussi possible pour des « guest » Linux/Unix, mais comme le souligne gemnoc, c’est probablement, ça aussi, une nouveauté de la version 3 (j’utilise la version 1.5.6_OSE)

  14. @ plante_ca
    Tiré de la page d’accueil de VirtualBox:

    Presently, VirtualBox runs on Windows, Linux, Macintosh and OpenSolaris hosts and supports a large number of guest operating systems including but not limited to Windows (NT 4.0, 2000, XP, Server 2003, Vista, Windows 7), DOS/Windows 3.x, Linux (2.4 and 2.6), Solaris and OpenSolaris, and OpenBSD.

  15. @M. Dumais

    Je vous ai envoyé 1 message concernant 2 coquilles qui se sont glissées dans votre billet à l’adresse mentionnée plus haut dans ce même billet.

    Merci.

    p.s.: Ne publiez pas ce message..

  16. @ Alex

    Si ton Mac est récent, installe VirtualBox illico!!! Ensuite, si tu as un CD d’installation de Windows, crée une machine virtuelle Windows (moi je te conseille XP!). Installe les « additions invitées » (guest additions) et ensuite, organise le répertoire commun (share).

    Tu vas tripper!

    Les bénéfices sont immenses: si la machine virtuelle capote, ton mac est totalement « safe ». Si tu fais un « snapshot » après installation complète de tous tes logiciels Windows, tu peux revenir sur ce « snapshot » quand tu veux – par exemple, si ton XP commence à « mélasser »… Et oui! tu vas pouvoir rouler des logiciels « Windows only » avec ton Mac!

    En fait, la virtualisation, à la portée de M et Mme Tout-le-monde, c’est carrément génial!

  17. A marcofsky

    Pour installer le Guest Additions sous OpenSolaris il faut aller en ligne de commande. Sous OpensSolaris il faut faire la ligne ce commande en tant que root user.

    Une fois placer dans le repertoire du CDROM virtuel du Guest faire les ligne de commande suivantes:

    # cd /cdrom/cdrom0
    # pkgadd -d VBoxSoalrisAdditions.pkg

    Pour ceux qui aime mieux

    # pkgadd -d /cdorm/cdrom0/VBoxSoalrisAdditions.pkg

    Un fois installer vous n’avez qu’à faire un logoff et logon pour que cela fonctionne.

    Une fois installer vous avez Seamless et Full screen qui fonctionne.

  18. Bonjour,

    Est-ce que quelqu’un a réussi à créer des machines virtuelles 64-bits à partir de la version 64-bits de Vista avec un processeur AMD Turion X2? Je crée les machines(Win 7 64-bits, Win Server 2008 64-bits) mais au démarrage de la machine virtuelle, soit que j’obtiens un merveilleux ‘Blue Screen of Death’, soit que la machine « gèle » et que je dois redémarrer. Je n’ai pas réussi à me rendre à l’écran d’installation. Ça ne semble pas un problème relié au BIOS car je peux démarrer une machine Ubuntu 64-bits sans problèmes.

    Merci à l’avance.

  19. Avant, j’utilisais VMWare téléchargé complètement illégalement dans l’illégalité illégale (j’ai déjà été un criminel). J’utilisais ça parce que je voulais flusher complètement Windows et utiliser exclusivement Fedora Core x (x=6 je pense), mais garder certains trucs (comme Chessmaster mettons, jeu de Ubisoft ne fonctionnant pas dans Linux (surprise)).

    Quelques années plus tard, ayant maturé un peu, je m’étais tourné vers cette solution qu’était VirtualBox. Si je me fis à mon blog, c’était dans les environs du 16 juin 2008.

    Par contre, j’ai toujours eu d’importants problèmes de compatibilité dans Linux depuis que j’ai un nouvel ordinateur, et particulièrement en ce qui concerne ma carte vidéo (même dans Ubuntu, avant de me faire sacrer après). [Note à part: Linux Mint supporte tout à merveille, et c’est de là que je vous écris].

    Donc, considérant que j’étais aux prises avec des problèmes de carte graphique (celle-ci fonctionnant à l’aide d’un pilote générique et limitant), j’avais noté les choses suivantes:

    1) VirtualBox ressemblait beaucoup à VMWare sur le plan des fonctionnalités et de sa simplicité (comme les touches permettant de passer de la machine virtuelle à l’hôte), et

    2) En dépits de mes problèmes de carte vidéo, j’étais quand même parvenu à installer Chessmaster 9000 et à jouer avec sans problème.

    En clair, pour des fonctionnalités similaires à VMWare, en tenant compte du coût, VirtualBox est un produit absolument fantastique (aussi lorsque comparé aux autres logiciels libres du même genre, soit dit en passant… faut vraiment être motivé pour réussir à faire fonctionner correctement les autres logiciels sans vouloir se pendre à la fin de la journée).

  20. Très intéressant Virtual Box, je compte bien l’essayer. Ceci dit, j’aurais voté «B» si le temps n’avait pas été une des variables 😉

  21. J’ai installé virtual box sur Ubuntu et j’ai réglé mes problemes logiciels spécifique a Windows XP ( ex. un GPS Tomtom avec son logiciel ) en fait je n’ai pas eu de probleme a gerer les drives pour le DVD et aussi les ports usb , ce logiciel est fantastique!

    Un autre bon logiciel payant mais qui fonctionne tres bien sur Mac c’est le paralelle desktop. Grace a ces logiciels plus besoin de booter en Windows et ca boote plus rapidement !

  22. @ guibob

    Nelson a écrit dans son premier paragraphe que c’est un gratuitiel de virtualisation.

    Nelson a déjà fait des chroniques sur d’autres logiciels de virtualisation. Il a peut-être pris pour acquis que ses lecteurs savaient ce dont il s’agit.

    En gros, un tel logiciel permet de créer un ordinateur virtuel dans lequel on peut installer une grande variété de systèmes d’exploitation. L’utilité peut être de tester une nouvelle version d’un SE (Windows 7 par exemple) avant de l’implanter sur l’ordinateur «réel». Une autre, faire fonctionner une application dont on a besoin, mais qui n’est pas disponible sur la plateforme qu’on utilise. Exemple, AutoCAD sur un Mac.

    J’ai simplifié à l’extrême, donc si vous voulez plus de détails, vous pouvez aller lire ce lien:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Virtualisation

  23. Une chronique qui commence par de l’humour ça annonce un mois de juillet chaud et ensoleillé lol
    Dans le choix de réponse j’ai répondu b… mais en loop… lol
    J’ai VMware, je vais essayé à coup sur Virtual Box
    Bien hâte à demain pour lire la chronique sur OpenSolaris

  24. Merci Nelson pour ce choix de réponses qui permet de tracer de façon définitive la frontière qui sépare le geek de l’être humain. Comme je pense appartenir à la seconde catégorie, j’opte pour B sans hésitation. 😉

  25. @ guibob et gemnoc

    J’ai effectivement commis une erreur de communication en ne situant pas l’objet de mon article. J’ai bêtement pris pour acquis que tout le monde savait ce qu’était un logiciel de virtualisation. Erreur ! Je m’en excuse et je vous remercie de l’avoir soulignée. C’était vraiment à propos que vous le fassiez.

    À cet effet, j’ai écrit un paragraphe explicatif en début d’article.

    Ceci est une autre preuve que grâce à Internet, au Web et à des logiciels comme WordPress permettant l’interaction, le produit journalistique est en voie évidente d’amélioration. On dit que le journaliste blogueur n’a plus de filet. C’est faux, le public lecteur est devenu le filet !

    Merci !

  26. pas mal , apres lecture , je me suis mis a la tache en choisissant « C » sur debian lenny (5) , mise a jour de mon sources.lst , installation sur la premiere node de mon cluster de virtualisation VMware , gosser un peut pour le vboxdrv pcq je ratais un espace dans le le message qui decrit le choix de vboxdrv.deb qui faut installer par la suite (ils aurais pu l’integrer au script d’install) , mais sinon , top notch installation de windows pendant un choix « B »
    je vais donner un coup d’euil ce soir pour integrer la chose dans heartbeat (linux-HA) et regarder le fail over de vm (devrais pas etre complique puisque on peut demarer la vm depuis une ligne de commande .
    les addon donne t’ils un « vm heartbeat » comme l’api de vmware (fonction perl et c) .
    je vais surement faire une petite install sur une couple de pizza box sun a la job juste pour voir comment il est sur un sparc / NAS
    masi en gros wow , belle mise a jour depuis V1 et 2

  27. @ tous ceux qui trouvent que 20 minutes ça pas d’allure pour une p’tite vite :

    Vous pouvez apporter le sandwich, ou de la lecture, ou jaser un peu après. Et si t’as moins de vingt ans, recommence !

    Alex

  28. @ seigneur101

    J’ai dernièrement installé une version d’essai de VMWare Workstation 6.5 sur Ubuntu 8.10. Mon intérêt était que VMWare supportait déjà DirectX8/9 dans les hôtes Windows, et je voulais voir s’il y avait une meilleure performance de certaines applications que j’utilise.

    Au final, la performance entre une VM WinXP sous VMWare était similaire à une autre VM XP sous VBox 2.2. Cependant, ces applications démarraient deux fois plus vite dans… VirtualBox!

    Et j’ajoute que j’aime beaucoup mieux l’interface graphique de VBox, bref je ne puis qu’être d’accord avec vous, VirtualBox est un produit fantastique, qui n’a rien à envier à un concurrent payant!

  29. Perso je passe mon tour, installer Solaris me semble trop compliqué, hier j’ai installé XP avec Virtual box et je fût déçu du résultat quand je compare ce que je peux faire avec VMware, c’est pas gratuit mais le résultat est plus gratifiant.

    En ce qui concerne la température j’ai fait la danse du soleil et il m’est apparu en rêve http://img29.imageshack.us/img29/7333/soleily.jpg

  30. J’ai installé VirtalBox il y a quelques temps. Question de pouvoir installer WindowsXP dans mon Mac. Je l’ai utilisé jusqu’à la version 2.4.xxx. Je reconnais pour les avoir vues la plupart des prises d’écran de Nelson. Tout récemment, j’ai acheté VMware Fusion et je l’ai installé aussi dans mon Mac. Au niveau des installations, VMware fut rapide et complet dès le premier coup alors que dans VirtualBox, des additions furent nécessaires au bon fonctionnement de la VM.
    J’ai essayé les deux machines virtuelles et, pour moi, VMware semble plus efficace que VirtualBox. Surtout au niveau de la convivialité du Mac. J’aime pouvoir avoir accès à mon Mac et à son menu en tout temps en glissant simplement la souris vers le haut de l’écran. L’intégration de la souris est automatique et se fait en continuum d’une fenêtre Windows à une fenêtre Mac. Le support 3D y est aussi automatique alors que dans VirtualBox, l’affichage graphique était ralenti dans certains jeux qui, tout à coup, fonctionnait très bien sous VMware! Mais VirtualBox est gratuit et c’est un produit que je recommanderais à coup sûr. Pour la plupart des applications plus légères que les jeux, les deux machines virtuelles se valaient pas mal.
    Cependant, je ne suis pas un geek, je n’ai jamais osé taper une ligne dans le Terminal, donc, ce n’est que mon opinion de end user, un Macuser en plus!

  31. @ Nelson…

    Aucune caisse de tomates pourries quant à moi, que des pommes bien fraîches pour manger, pas pour lancer. lol

    Et, à la lecture de mon post précédent, je crois que je dois répondre « C » au petit sondage étant donné que j’avais visité le site de Sun Microsystems cet hiver, que j’y avais téléchargé et installé VirtualBox et ce, après avoir pris conseil ici même auprès des experts qui peuplent ce blogue. De plus en hiver, je n’ai pas accès à ma forêt, mes scies à chaînes étant au repos dans le garage depuis la fin de l’automne… Donc pas de « A ». Quant au « B », eille c’est pas de vos affaires! LOL

    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s