Ubuntu 9.04, Jaunty Jackalope, prise 2

illustration2009042201.jpgHier, je faisais état d’une première passe avec Ubuntu 9.04, Jaunty Jackalope. Je vous disais que je ne m’étais pas vraiment cassé la tête, que je m’étais contenté d’utiliser ce qui fonctionnait, tout en soulignant ce qui ne semblait pas vouloir en faire autant, par exemple le téléchargement de certains fichiers, le gestionnaire musical Amarok, la vidéo de Radio-Canada et les fameux effets 3D de Compiz. Depuis, la situation a un peu évolué. Voici donc une mise à jour de mon papier d’hier.

Allez savoir pourquoi, dans les fichiers que je n’avais pu télécharger hier, il semble qu’il m’en manquait un ou deux essentiels au bon fonctionnement de Compiz. À moins que j’aie été dans la lune, gelé dur sur une grosse roche. Ce qui revient au même: en pratique, je n’avais pas accès au fichu cube ! Ce matin, j’ai essayé à nouveau et, comme les trois prises d’écran qui suivent vous le démontrent, j’ai ramassé ceux qui, hier, étaient aux abonnés absents. Grand bien me fasse !

ligne.jpg

illustration2009042204.jpg illustration2009042203.jpg

ligne.jpg

illustration2009042202.jpg

ligne.jpg

illustration2009042205.jpgillustration2009042206.jpgJ’ai dès lors eu accès au gestionnaire de configuration CompizConfig (vignette de gauche) et, comme un vrai con, j’ai perdu une grosse demi-heure à m’amuser avec toute sorte d’effets 3D. Du coup, j’ai hérité d’un logo Compiz Fusion (vignette de droite). Wow ! J’ai même découvert, pauvre néophyte que je suis, que le « cube » pouvait devenir une sorte de « boîte de CD », une boîte qu’on peut faire tourner.

Si vous portez attention aux illustrations qui suivent, vous verrez deux choses. Primo, ça marche. Par exemple, je n’ai qu’à cliquer avec le dessus de la roulette (bouton du milieu) de ma souris sur le côté gauche ou droit de l’écran et j’ai accès aux splendeurs de Compiz pour me faire passer d’un Bureau à l’autre. Ô joie ! Ô félicités ! Secundo, la qualité des prises d’écran est pitoyable. Explication ? Ma carte nVidia n’a que 128 Mo de RAM et elle a besoin de tout son petit change pour générer les effets kioutes. Si je demande en plus une photographie de la performance, le système semble en arracher. Je vous rappelle qu’il s’agit d’un P4/2,6 nanti de 2 Go de RAM.

ligne.jpg

illustration2009042207.jpg illustration2009042209.jpg illustration2009042210.jpg illustration2009042211.jpg

ligne.jpg

illustration2009042208.jpgAutre truc qui ne fonctionnait pas, Amarok. J’ai cru qu’avec tous le bazar téléchargé de matin que le problème serait réglé, mais que nenni ! Ce logiciel audio a continué à faire la sourde oreille. Bof ! Quant à la vidéo de la SRC ! J’ai eu beau lire et relire le mode d’emploi (même claude_c, un habitué de ce blogue) m’en a fait parvenir une copie, j’ai réalisé que j’avais tout bon ! 10 sur 10 pour ma config : Mplayer installé, Flash Player itou, Totem débarqué, le système redémarré et redémarré. Tout à l’heure, j’ai tout revu, tout remis en question, mais ça n’a rien changé (cliquez sur la vignette). On voit bien que Totem est désinstallé dans le gestionnaire Synaptic et que MPlayer est vivant, prêt à servir. Hélas ! ça continue à ne pas fonctionner.

La seule différence entre mon PC et les exigences de Radio Canada c’est ma version de Firefox. Ubuntu 9.04 vient avec Firefox 3.08 alors que notre valeureuse société d’État parle d’une version 2.X. Si c’est ça l’explication, je décroche. Je n’irai pas rétrograder ma version de Firefox pour quelque chose dont je n’ai pas besoin vraiment; ça marche assez bien dans mes autres machines (Mac et PC).

Voilà pour ce matin !

Publicités

83 réflexions sur “Ubuntu 9.04, Jaunty Jackalope, prise 2

  1. bonjour!
    mon 2 eme PC ayant rendu l’âme je conserve windows sur ma chine principe seulement car je dois utiliser Publisher sur MS Office 2003.
    dites-moi sur Ubuntu je pourrais avoir Virtualbox et rouler mon MS-Office/Publisher avec Ubuntu et VirtualBox? j’ai un Pentium 4 2.9 avec 2Gb de mémoire une vielle machine mais qui peux rendre service encore. merci d’Avance pour vos réponses.
    Louis-Simon

  2. M. Dumais a choisi Ubuntu comme distribution Linux parce que ce serait, selon certains, la plus facile à utiliser. C’est en tout cas la plus populaire auprès des usagers non-institutionnels.

    Mais cette simplicité a un coût. Quand on dit Linux, certains comprennent que la sécurité sera invariablement à toute épreuve. On se demande alors pourquoi Red Hat développe SELinux, pourquoi certains développeurs s’échinent tant sur le Mandatory Access Control (MAC) et sur l’Address space layout randomization (ASLR).

    Si Linux est relativement à l’abri des attacques virales à large échelle, d’autres intrusions sont possibles. En toute honnêteté, à un moment oû je passais certains Black Hats au rouleau compresseur et où j’essayais Ubuntu et Kubuntu, je ne faisais pas fait 15 minutes de streaming que mes mots de passe avaient disparu. Et là, mes hackers étaient gentils de me laisser prendre connaissance de leur intrusion d’une façon aussi évidente. Il y a des fois où l’ordinateur ne fonctionne tout simplement pas comme il le devrait et où on s’échine à trouver des solutions… à des hacks.

    C’est ainsi que, il y a deux ans, j’en suis venu à adopter Mandriva. Cette distribution n’est pas vraiment plus difficile à employer que Ubuntu et, si elle est moins sécurisée que Fedora ou CentOS, elle a l’avantage de rouler sur ma vieille picouille d’ordinateur. Depuis, Ubuntu a apparemment aussi adopté AppArmor: « AppArmor comes installed default in Ubuntu 7.10 Gutsy Gibbon, and came as a part of the release of Ubuntu 8.04, although it only protects CUPS by default, the user can install new profiles and enforce them. » (« Part of the release », veut probablement dire qu’un paquetage est disponible, mais qu’il faut l’installer et le configurer.)

    Mais, sachant que Shuttleworth a fait fortune dans le domaine très propriétaire des certificats de sécurité, il est surprenant de constater à quel point Ubuntu prête peu attention à la sécurité. Quand j’ai utilisé Ubuntu, le friewall n’était même pas inclus par défaut dans la distribution. Mandrake, au contraire, depuis le temps où ils accordaient du financement à Bastille Linux, a toujours porté attention à la question.

    Ceci dit, si vous ne pilez pas trop sur les pieds des Black Hats, vous n’avez sans doute pas trop à craindre avec Linux. Quant à moi, j’aime bien adopter un franc-parler avec quiconque et, aussitôt que je vais changer d’ordi, je vais adopter Fedora ou CentOS. Selon ce que j’ai lu, bien des obstacles occasionnés par SELinux ont été éliminés.

    En résumé, même avec Linux, il faut penser à la sécurité plus encore qu’à la facilité d’utilisation. Il faut se garder de télécharger des logiciels qui ne proviennent pas de la distribution à moins que la source soit réputée et le code, évidemment, ouvert. (Les puristes soutiennent même que cela vaut pour FlashPlayer!) Hésitez avant d’installer le latest: ce n’est pas toujours le greatest. Personnellement, je préfère KDE à GNOME. Les icônes par défaut font peut-être plus Windows, mais il y en a d’autres et, en général, je trouve — vous voyez comme je mets des gants blancs 🙂 — que c’est moins garoché. (Sauf pour le début de la version 4, évidemment. Mais ils ont au moins un presse-papier qui fonctionne depuis des années, alors que GNOME n’a toujours qu’une mocheté inutilisable. Pour ne donner qu’un exemple. KDE est l’environnement par défaut de Mandrake)

    La sécurité, ce n’est pas aussi olé, olé que Ubuntu le laisse entendre. Fouillez un peu, vous verrez que c’est compliqué.

  3. Concernant le téléchargement de la version finale de 9.04, je suis incapable de télécharger le fichier torrent à partir du site. Je me suis donc rabattu sur un téléchargement à partir d’un serveur américain (le premier de la liste). La vitesse fluctue beaucoup mais c’est assez rapide, je fais entre 500 et 800Kio/s.

    Concernant les torrents, j’oubliais que Bell limite ce protocole de transfert à 30Kio/s pour les sous-traitants. Je ne sais pas si elle limite aussi ses propres abonnés. Donc, ceux qui ont une connexion DSL, oubliez le torrent!

  4. @ Alexanticosti, qui écrivait:

    «Vous m’épatez à voir des complots de MS partout. Les marchands de ce monde vendent CE QUI SE VEND. Point.»

    Et pouquoi ce qui se vend, point, se vend-il, point ? A-t-on déjà vu dans l’histoire une compagnie qui a accaparé 90% du marché mondial dans un domaine?

    À part Shimano, aucun nom ne me vient à l’esprit. Mais les pièces de vélo, ce n’est tout de même pas un domaine qui s’étend à toutes les sphères d’activité comme l’informatique.

    La raison de l’hégémonie de Microsoft, c’est qu’on a laissé le modèle industriel s’appliquer à l’ère informatique. Si un fabricant de voitures inventait une nouvelle sorte de transmission, il déposait une demande de brevet et, pendant quelques années, il n’y avait que lui à pouvoir la fabriquer. Ça n’empêchait pas les autres manufacturiers de fabriquer des voitures.

    Mais, quand le gouvernement a proclamé qu’il ne recevrait des documents qu’en format doc ou xls, il fallait acheter Word ou Excel. Et si tu ne corrrespondait pas avec le gouvernement, mais que ton beau-frère qui écrivait au gouvernement, t’écrivait, idem. Je tourne les coins ronds, mais c’est ce qu’on appelle l’effet réseau. C’est ainsi qu’à peu près toute la concurrence commerciale à Microsoft a disparu et qu’il ne reste plus que Linux pour offrir une certaine compétition. Apple n’aurait certainement pas survécu si Microsoft ne lui avait proposé sa suite bureautique. C’est qu’il fallait garder une apparence de compétition!

    Alors, voilà. Quand on change de type d’économie, il faudrait que les lois suivent. Il n’est pas normal que les formats propriétaires brevetés soient utilisés par le gouvernement. Il n’est pas normal que tous les systèmes informatiques ou presque soient offerts avec un seul système d’exploitation. C’est cela, les formats propriétaires et la vente liée, qui a tué toute forme de concurrence mondiale.

    Cela ne peut être accepté comme une situation de fait à laquelle on ne devrait pas réagir, surtout que Microsoft, qui a d’abord porté bien peu d’attention au net, esssaie maintenant d’y imposer ses propres standards propriétaires.

    C’est absolument inacceptable. C’est ce que, moi, j’appelle la mise en servage du monde: toutes « les terres » appartiennent à Microsoft et, si tu passes dessus, tu dois payer. Si on n’y prend garde, ce sera encore plus vrai quand les applications seront disponibles en « cloud » sur le réseau et qu’elles seront interreliées entre elles et avec différents services externes.

    Peux-tu voir à quel point cela devient ahurissant?

  5. @ claude-henri

    Sans disputer les prouesses techniques de Compiz, peux-tu vraiment contester le fait que Compiz cause souvent des problèmes avec certaines applications? Par exemple, si je ne désactive pas les effets avant de débuter une partie d’OpenArena, ce dernier ne va fonctionner que quelques minutes avant de crasher. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

    @ Gilles38

    C’est drôle que tu dises que KDE fait «moins garoché» que GNOME. Mon impression personnelle est plutôt que KDE est inutilement complexe et confus, alors que GNOME a pris le chemin de la simplicité. Et ce ne sont pas seulement les icônes par défaut qui font penser à Windows, juste la structure de menu à partir du bouton «Démarrer» qui en a tout sauf le nom… Intégralement copié à Windows. 😉

    Mais bon, c’est ça le monde Linux… Il y a pas d’unanimité, juste un joyeux chaos. À chacun ses goûts. 😛

    Mais une chose est vraie pour les deux environnements de bureau, il n’y a pas de réelle innovation de part et d’autre. KDE s’inspire de Windows, GNOME du MacOS.

    Tes arguments sur la sécurité sont intéressants, et pertinents. Tu aimes le franc-parler? Je ne l’aurais jamais pensé. 😛

  6. @ louissimonouellet

    Deuxième lien:

    What are the hardware requirements to run VirtualBox?
    A:

    * 32- or 64-bit Intel or AMD x86 CPU 1.5GHz or faster.
    * 512 MB minimum available memory (1 GB recommended).
    * Disk Space 30Meg + storage for guests.

    Évidemment, Publisher doit être assez lourd, mais tu as plus de mémoire et de CPU qu’il n’en faut. À tester, si tu ne reçois pas d’autre réponse.

  7. @ gilles38

    Je le vois très bien. Tu prêches un convaincu. Ce que je signale est que NOTRE système a permis, avec la participation de la population de consommateurs, de mettre MS là où ils sont. Je ne pense pas que c’était un complot au départ, même si ça fait hot de le penser à postériori.

    Cette situation ne vient pas d’apparaître, elle est le fruit d’une évolution. Qui fait qu’aujourd’hui, proposer à un quidam l’achat d’un Mac ou d’un Linux est une bonne façon de passer pour un weirdo. Ou un « fashion victim ». Vaut mieux écouter les paroles apaisantes du grand frère.

    Je fais valoir ce que Mâme Waridel répète depuis longtemps : Acheter c’est voter. Et collectivement on vote pour une seule compagnie ; Microsoft. Et on ne fait pas de pression envers nos gouvernements pour que ça change.

    Je suis convaincu qu’il y a plus de braillage au Québec contre les « monopoles » de la SAQ (produits de luxe) ou Hydro Québec (électricité la moins chère au monde) qu’à l’endroit de l’hégémonie M$. Misère :((

    C’est ce que je constate. Et ça me fait bien bidonner d’entendre parler de boycot ou autres moyens de pression. Ça demande de la solidarité, et ce n’est pas vraiment la caractéristique première des sociétés riches comme la nôtre, qui cultivent plutôt l’individualisme.

    Freakant ? Mets-en. Comme disait l’autre à propos de la crise environnementale ; on file vers un mur à 100 km/h et y a personne qui a encore envisagé l’idée d’inventer des freins…

    Alextrêmement optimiste

  8. @ louissimonouellet

    Désolé, j’avais mis des chevrons autour des liens, alors ils n’apparaissent pas. Je reposte le tout.

    http://www.google.ca/search?q=site%3Asun.com+VirtualBox+hardware+OR+system+requirements&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=com.mandriva:en-US:official&client=firefox-a

    Deuxième lien dans la liste, c’est ceci:

    What are the hardware requirements to run VirtualBox?
    A:

    * 32- or 64-bit Intel or AMD x86 CPU 1.5GHz or faster.
    * 512 MB minimum available memory (1 GB recommended).
    * Disk Space 30Meg + storage for guests.

    http://www.sun.com/software/products/virtualbox/faqs.jsp

    Évidemment, Publisher doit être assez lourd, mais tu as plus de mémoire et de CPU qu’il n’en faut. À tester si tu ne reçois pas d’autre réponse..

  9. @ gemnoc, qui disait:

    «C’est drôle que tu dises que KDE fait «moins garoché» que GNOME. Mon impression personnelle est plutôt que KDE est inutilement complexe et confus, alors que GNOME a pris le chemin de la simplicité.»

    Cette simplicité, je la trouve complexe. Si tu veux sauvegarder un signet, il est toujours suggéré de sauvegarder dans le « Bookmark Menu » et les « répertoires » où tu as récemment sauvegardé apparaissent plus bas. Si tu veux sauvegarder ailleurs, il y a une tute petite flèche, presque invisible, à cliquer à droite, avec une option pour créer un dossier à gauche. Avec KDE, tout ça est sur la même interface et la sauvegarde par défaut se fait dans le « répertoire » précédent

    Torvalds disait que GNOME est plus simple pour les idiots. (Il est vraiment aps gentil quand il s’y met!) Il aurait été plus juste de dire « pour les gens qui n’utilsent pas toutes les possibilités de leur système ». Autrement, c’est plus compliqué.

    Je garde plusieurs entrées dans mon presse-papier. Avec celui de GNOME, seulement quand la liste dépassait le bas de l’écran, les entrées apparaissaietn dasn un menu déroulant en commençant par les plus vieilles entrées!!! Ça prenait un temps vu pour arrive raux plus récentes entrées. On dirait que les gens qui ont conçu ce presse-papier ne se sont jamais servi de leur invention… ou alors ils se foutent de la gueule de l’usager.

    Même chose pour Nautilus, même chose pour tout! Je vais continuer à utiliser GNOME jusqu’à ce que je change d’ordinateur mais, comparativement à mes cinq premières années avec KDE (2 avec GNOME), c’est vraiment pas terrible.

    «Et ce ne sont pas seulement les icônes par défaut qui font penser à Windows, juste la structure de menu à partir du bouton «Démarrer» qui en a tout sauf le nom… Intégralement copié à Windows. ;-)»

    Ouais, Applications, Raccourcis, Système de GNOME fait plus aéré, mais je ne tripotte pas souvent mon système, je ne pars jamais mes applications d’un menu et je retrouve presque tout le menu de Raccouris en cliquan tsur un eicône pour Nautilus (le gestionnaire de fichiers, pour les non-linuxiens).

    «Mais bon, c’est ça le monde Linux… Il y a pas d’unanimité, juste un joyeux chaos. À chacun ses goûts. :-P»

    «Mais une chose est vraie pour les deux environnements de bureau, il n’y a pas de réelle innovation de part et d’autre. KDE s’inspire de Windows, GNOME du MacOS.»

    Rien à voir. Dans KDE, par exemple, quand tu doubles-cliques sur la barre titre d’une application, l’application se ferme dans la barre (shade). Sur GNOME aussi. Dans KDE, on-mouse-over, le store se déroule automatiquement. Très commode lorsque tu utilises The GIMP. C’est merveilleux de travailler sans interface et de ne pas être toujours en train de cliquer.

    Des détails, diras-tu. Sans doute, mai j’aime mieux. Mais Windows en fait pas ça, et bien plus.

    «Tes arguments sur la sécurité sont intéressants, et pertinents. Tu aimes le franc-parler? Je ne l’aurais jamais pensé. 😛

    Ouais, il paraît que ça ne se voit pas du premier coup d’oeil. J’ai une une approche tellement «tout dans la ouate» 🙂

  10. @ alexanticosti

    Je le vois très bien. Tu prêches un convaincu. Ce que je signale est que NOTRE système a permis, avec la participation de la population de consommateurs, de mettre MS là où ils sont. Je ne pense pas que c’était un complot au départ, même si ça fait hot de le penser à postériori.»

    Si ce n’était pas un coplot au départ — on enseignait même MSDOS, par DRDOS!!!, dans les écoles secondaires tellement ça allait de soi. Mais, aujourd’hui, les enjeux sont connus.

    «Cette situation ne vient pas d’apparaître, elle est le fruit d’une évolution. Qui fait qu’aujourd’hui, proposer à un quidam l’achat d’un Mac ou d’un Linux est une bonne façon de passer pour un weirdo.»

    Tu vas me trouver bien sectaire, mais il ne faut pas mettre Apple et Linux sur un même pied. Grosso modo, Mac OS X, c’est FreeBSD et le kernel Mach, qui a d’abord été développé par l’université Carnegie-Mellon. Tout ça n’a pas coûté un sou à Apple, grâce à la licence BSD. Par contre, Jobs a reçu environ 450 millions $ pour NeXT, qui ne faisait plus que du software et qui partait à la dérive.

    Avec du matériel et du software propirétaire, quand tu es pris dans l’engranage, tu passes au cash! Les marges de profit d’Apple sont mirobolantes. C’est pourquoi les actionnaires n’ont pas bronché quand 646 millions de stock options ont été offertes à Jobs en 2006, en faisant le directeur général le mieux payé au monde: plus que celui de Microsoft, que celui de GE, des banques, etc. Depuis que Apple a la SEC au cul, suite à l’affaire de backdating, remarque, on ne sait plus trop ce qui se passe.

    Lis ceci:

    http://www.ndpta.com/files/AppleTax.pdf

    tu vas constater que Apple n’a rien à voir avec Linux.

  11. @ Gilles38
    «Dans KDE, par exemple, quand tu doubles-cliques sur la barre titre d’une application, l’application se ferme dans la barre (shade). Sur GNOME aussi. Dans KDE, on-mouse-over, le store se déroule automatiquement. Très commode lorsque tu utilises The GIMP.»

    Et bien, je ne connaissais même pas cette fonctionnalité qui est inspirée de MacOS. Par défaut sur mon système, ça maximisait la fenêtre. On en apprend tous les jours! Je dois être un des idiots dont Torvalds parle. 😛

  12. Je m’excuse, je ne me suis pas relu la dernière fois et le texte en devient parfois un peu confus. On comprendra que mes réponses m’occasionnent des recherches et que j’ai tendance à couper les coins ronds.

    Si vous ne pigez pas quelque chose, dites-le-moi.

  13. @gemnoc

    bien sûr que non, j’ai pas dis que c’était parfait, je réagissais à certains propos, qui impliquait que le code mal écrit de Compiz était plus lourd sur une machine que tout ce qui vient de ou avec Windows.

    ———-

    concernant la structure des grandes organisations, leurs capacités à faire des erreurs et de s’y vautrer par orgeuil, alex a raison. mais je ne crois pas que ce soit si négligeable que ça, pour la simple raison que cette « path dependence »*. à un coût : celui des logiciels propriétaires. il y aurait une économie à faire avec le logiciel libre.

    *depuis wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Path_dependence
    Path dependence explains how the set of decisions one faces for any given circumstance is limited by the decisions one has made in the past, even though past circumstances may no longer be relevant

  14. @claude-henri

    Tout d’abord, je travaille majoritairement sur OS X et Linux, alors pas de biscuit pour vous…

    Ensuite, je n’ai fait aucun comparatif avec avec Windows… mais puisque vous le mentionnez, il serait extrêmement malhonnête et partisan de prétendre qu’il n’est pas suffisamment puissant pour ce type de rendu. Votre exemple avec AfterEffects est assez ordinaire, puisque ce dernier n’est pas étroitement lié à l’engin graphique de Windows. De plus, les grandes compagnies ne sont pas réputées pour écrire du code OpenGL optimisé, pour dire le moindre. Vous pouvez les blâmer pour l’annulation de Longs Peak (le plan révolutionnaire pour OpenGL 3.0 qui l’aurait propulsé au 21e siècle). Enfin, ces effets sont réalisés entièrement sur la carte graphique. Si vous prétendez que les pilotes nVidia pour Linux sont aussi matures que ceux de Windows, alors il ne devrait y avoir aucun problème pour réaliser ces mêmes effets sur Windows. N’oubliez pas qu’avec OpenGL, la majorité du traitement est réalisé dans le pilote et non par l’application!

    Si Aero ne supporte pas toute cette panoplie d’effets, c’est par manque d’intérêt (ainsi qu’une certaine obsession d’obscurité par Microsoft afin de ne pas exposer cet API aux programmeurs).

    En fait, pourquoi que toute critique de GNU/Linux revient à une lapidation publique de Windows? C’est à croire que la nouvelle génération de convertis se veulent plus catholique que le pape…

    Cela dit, pour avoir essayé Compiz plusieurs fois, je persiste et signe son manque de maturité. 😉

  15. @ Gilles38

    Tu me parlais de monopole, je donne donc en exemple les 2 alternatives existantes au monopole de MS : Apple et Linux. Fais moi pas suer avec ton couplet ; Apple a fait ci, Apple a fait ça. Pis y veulent juste faire du cash !

    Coudonc, vis-tu dans une grotte ; c’est la première raison d’être d’une compagnie ; FAIRE DES PROFITS. Je ne dis pas que je suis d’accord, je rappelle la règle # 1 de la bizness. Apple, MS, Bombardier, MacDonald n’ont pas comme but de faire des meilleurs ordi, SE, avions ou hamburgers. Mais faire du FRIC ! Si le meilleur moyen est d’offrir un produit de qualité

  16. @ Gilles38

    Je poursuis ma réflexion sur le monopole de MS.

    Tu me parlais de monopole, je donnais donc en exemple les 2 alternatives existantes au monopole de MS : Apple et Linux. Alors fais moi pas suer avec ton couplet ; Apple a fait ci, Apple a fait ça. Pis y veulent juste faire du cash ! Pis y paye leur CEO benq trop cher, pis y ont piqué les idées des autres…

    Coudonc, vis-tu dans une grotte ; c’est la première raison d’être d’une compagnie ; FAIRE DES PROFITS. Par n’importe quel moyen. Je ne dis pas que je suis d’accord, je rappelle la règle # 1 de la bizness.

    Apple, MS, Bombardier, MacDonald et le CH n’ont pas comme but de faire des meilleurs ordi, SE, avions ou hamburgers. Mais faire du FRIC ! Si le meilleur moyen est d’offrir un produit de qualité, ça se peut qu’ils passent par là et tant mieux pour les consommateurs. Si le meilleur moyen est par une campagne de marketting monstre pour fourguer leur scrap, ben dommage pour le consommateur.

    Et quand tu t’appelles Linux et que tu fonctionnes sur une autre base commerciale, c’est pas certain que tu es bien outillé pour cette compétition. J’en veux pour preuve l’infime part du marché domestique de Linux. Malgré un produit de qualité égale ou supérieure à la compétition et malgré une force de travail et un pool de cerveaux incroyables.

    Sur une patinoire, quand toi tu es là pour le plaisir de patiner et lancer la rondelle, si le reste de la gang ne pense qu’à scorer, ça se peut qu’on ne te fasse pas beaucoup de passes.

    Ce que je dénote souvent dans la communauté Linux est cette naïveté qui lui laisse croire que parce qu’il est meilleur, honnête et travailleur tout le monde va l’aimer. Ça pourrait marcher dans une société basée sur la coopération et le communautarisme, mais pas dans celle qu’on a bâti !

    Depuis quelques années Linux a fait des gestes dans le bon sens ; Ubuntu, marché des portables… Ça va en prendre d’autres si LE but est de percer le marché et offrir une alternative sérieuse. Mais si le but est de continuer à tripper en gang à développer un SE ben meilleur que les autres, ben là.

    Alex

  17. @Wrawrat

    « une certaine obsession d’obscurité par Microsoft afin de ne pas exposer cet API aux programmeurs »

    vous venez de résumer la source toute l’inefficacité des produits de Microsoft : l’obscurité

    « il serait extrêmement malhonnête et partisan de prétendre qu’il n’est pas suffisamment puissant pour ce type de rendu »

    oké, donnez-moi un exemple où ça fonctionne.

    p.s. : malhonnête, je ne le pense pas. mais partisan, oh que si, je suis totalement pour le logiciel libre et totalement contre Microsoft un produit tellement mauvais qu’il en rend les gens dépendants, tout spécialement quand notre gouvernement lui paie des millions en licence chaque année sans raison apparente.
    qu’est-ce qu’il y a de mal à être partisan? ne pas l’être revient à accepter n’importe quoi.

  18. Microsoft, Apple, Linux et la notion de profit.

    Quelques précisions concernant le prix d’une distribution Linux versus celle de Windows ou d’OS X.

    Je lis souvent que Linux est gratuit. C’est vrai mais c’est également faux. Il faut juste se demander gratuit pour qui? Dans le prix de Windows et d’OS X, il y a les coûts du fabricant et les profits (Ceux de Microsoft, du distributeur et ceux du vendeur). Dans le cas de Linux les coûts ne sont pas transmis à l’utilisateur mais coûts quand même il y a.

    Pour absorber ces coûts, ça prends soit un mécène qui accepte de sortir l’argent de sa poche, comme dans le cas d’Ubuntu soit une entreprise qui accepte de subir des pertes à court terme. Dans les deux cas on espère amortir les pertes et faire des profits sur un horizon plus ou moins long par la vente de services connexes ou autres.

    Mais dans les deux cas on a besoin de profits pour survivre. Points de profits, points de produits.

    Dans le cas de Microsoft et d’OS X la liaison entre le coût et le prix est directe, dans le cas de Linux elle est tout indirecte ou simplement inexistante. Ce qui donne l’impression de gratuité.

    De plus lorsque l’on parle de coût les gens ont tendance à ne considérer que l’aspect comptable du coût. Il y a plusieurs sortes de coûts, certains sont comptabilisés et ont donc une valeur monétaire et d’autres non. Les 5 heures et plus passées par Nelson pour visionner RDI sur Ubuntu ont un coût. Ça s’appelle le coût d’opportunité car pendant ce temps il n’a pas eu « l’opportunité » de faire autre chose de plus agréable ou de plus rentable. À moins que l’informatique soit un passe-temps et là on entre dans un autre domaine.

    Et que l’on ne me parle pas de Windows et de ses pratiques ou l’exemple de Windows chez Best Buy. Quand vous allez chez Provigo ou ailleurs demandez-vous pourquoi le produit A est bien situé et à la vue sur une tablette alors que le produit B équivalent au produit A tant au niveau de la qualité que du prix ramasse carrément la poussière sur la dernière tablette du bas. Tout simplement parce que A a payé Provigo pour ce faire. Les bonnes places sur les tablettes ça se négocie entre le siège social du fabricant et celui de l’épicier et ça se paie et ça se paie très cher. Idem chez Best Buy, La Baie, Sears et partout ailleurs. Pourquoi tel parfum pour dames est immédiatement à la vue dès que l’on entre dans ce département et un autre parfum d’un concurrent ne l’est pas? C’est partout comme ca, c’est une pratique généralisée et c’est tout à fait légal.

    Le problème de survie des distributions Linux il est là. Comment trouver un modèle qui permette de rentabiliser le produit? Comment réussir avec ce même modèle dans un environnement économique qui fonctionne autrement? Comment faire suffisamment de profits pour se payer de la publicité? De « l’exposure »? Comment faire assez de profits pour se « payer » une place chez Best Buy et autres? (Comment Best Buy ferait-elle un profit en vendant un produit gratos?) Comment faire suffisamment de profits pour jouer la même « ball game » que les autres? Comment faire suffisamment de profits pour pouvoir être tout simplement présent dans l’esprit du consommateur lorsqu’il fait un choix?

    Je ne suis pas devin, je n’ai pas la réponse.

  19. @viva_zapata

    Windows génère aussi des coûts d’opportunité, combien d’heures passés à essayer d’enlever des virus et spyware? à redémarrer parce qu’il vente dehors et ainsi de suite. donc, coût d’opportunité pour coût d’opportunité, mieux vaut aller, à mon avis, dans une avenue qui permette de dépenser son temps « gratuitement » au lieu de payer pour pour pouvoir le fait (comme avec une licence de Microsoft par exemple…)

    bien sûr rien n’est gratuit, c’est pour ça que ça s’appele des logiciels libres, et non pas des logiciels gratuits.

    sinon je ne m’attends pas à ce que les grandes chaines de magasin poussent Linux, ils ne sont pas là pour ça.

    en fait, les seules sources de profit disponible pour Linux est le service et les produits dérivés.
    mais quand même, Canonical ont un bureau à Montréal…

    « dans le cas d’Ubuntu soit une entreprise qui accepte de subir des pertes à court terme »
    si vous connaissez un modèle d’entreprise qui est immédiatement et instantanément rentable, prière de m’en faire part svp, je serais même prêt à vous verser une partie des profits pour vous remercier.

  20. @ux voisins d’en haut

    Comme le signalait Gilles38, le marché est complètement faussé par le monopole de MS. On parle de chars, il y a 8-10 grandes marques, on parle d’alimentation, même chose. Mais en informatique, que nenni, 90% du marché (genre) est dominé par UN joueur.

    Toutes les règles du marché sont faussées. Parce que dans la tête du consommateur moyen, Ordinateur=Windows.

    Si encore c’était du bon stock, on dirait marci mon’onc’! Mais ça marche tout croche viarge. Depuis DOS, y’aurait pu apprendre à faire ça comme du monde !

    Les ceusses qui sont passés à Mac en reviennent pas. OS X est loin d’être parfait, mais quelle avance. Mais Apple n’a pas le choix, faut qu’il soit meilleur, sinon ils ne vont vendre que des iPod et des tounes @ 0.99$.

    J’ai beau argumenter avec Gilles cal. 38, je suis d’accord que ce monopole a des répercussions négatives énormes sur la société. Imaginez qu’à Montréal tous les restaurants sauf une vingtaine éparpillés dans des sous-sols seraient des MacDo. Ichhh !

    Ben c’est ça qu’on a en informatique domestique, un seul choix, pis pas le meilleur à part ça.

    Alex

    Ah ça fait du bien avant la fin de semaine !

  21. À propos de Best Buy: Y’a quand même une marge entre: payer Provigo pour rendre un produit A plus visible qu’un produit B; et de payer Provigo pour ne PAS DU TOUT vendre un produit B… Peut-être qu’au niveau légal la même chose, je l’ignore, mais peu importe, que ces pratiques soient légales ou non, ça ne les rends pas plus jolies ou moralement acceptable à mon avis. C’est laid, ça pue, et si l’on est contre, as-t’on au moins le droit de le dire et/ou de vouloir agir contre ces pratiques? Imaginez si Provigo ne vendait justes produits McCain, parce que McCain les paie pour ça. Wow!

    Maintenant pour ce qui est de comment Best Buy ferait-elle un profit en vendant le même netbook sous Linux, je comprends pas trop comment ça l’empêcherais!! D’après ce que moi j’ai lu sur le sujet, il est supposé être PLUS intéressant pour le fabricant de vendre avec Linux, car ça lui permet de vendre la machine moins cher (ou au même prix et faire plus de profits), puisqu’ils n’ont pas à couvrir la taxe Windows. Alors je comprends pas pourquoi Best Buy ne ferait pas d’argent en vendant un Dell Mini avec Linux… Qu’ils le vendent le même prix que celui avec Windows ou juste un peu moins, et ils feront plus de profits, c’est tout! Me semble!

  22. Il n’y a pas 1 mais plusieurs modèles économique pour le libre. Alcôve paie le salaire de 6 programmeurs de Debian, et installe cette distro sur ses serveurs. Red hat produit 2 versions de son système, Red hat et Fedora, l’une gratuite et l’autre payante pour les serveurs. Idem pour Suse.

    Quand j’installe des produits comme PDFCreator, j’envoi un don aux auteurs.

    En somme, le modèle économique ressemble un peu aux compagnies minières qui payent très peu de dividende aux gouvernements pour extraire le minerai.

  23. toogreen : « Imaginez si Provigo ne vendait justes produits McCain, parce que McCain les paie pour ça. Wow! »

    Justement, c’est presque ce qu’ils font. 😉

    Tu as remarqué comment tel ou tel produit est placé à la hauteur de tes yeux sur les tablettes, dans les rangées.

    En fait, je devrais dire t’en souviens-tu, puisque tu vis en Chine depuis un petit bout, mais bon, quand même pas assez pour oublier les allées du Provigo! 🙂

    Et tu auras aussi remarqué que la plupart des petits producteurs ne sont pas présents chez Provigo, pour toutes sortes de raisons, entre autres parce que ça fait l’affaire de McCain et consorts. (Ici, à Montréal, la SAQ a réussi à interdire à un commerce du Marché Jean-Talon de vendre du vin de producteurs québécois, parce que…) Mais si les clients demandent en masse tel produit, l’épicier va le mettre sur ses tablettes. Pas pour leur faire plaisir, mais pour en vendre, faire plus de profits et les garder comme client.

    Même au dépanneur, le vendeur de telle sorte de bière s’organise pour que sa marque vedette soit celle qui est la plus en vue. Même dans les librairies, tel éditeur ou distributeur aura une entente avec le libraire. C’est le commerce.

    La place, sur les tablettes d’un magasin, ça se monnaye, disons. Pas toujours, bien sûr, c’est pas une règle… mais ça arrive plus souvent qu’on pense. Et Microsoft n’est pas riche pour rien. Ils ont su conclure des accords qui avantageaient tous les partenaires. En affaire, c’est le meilleur deal qui mène. Fait que, c’est quoi le deal de Linux? Combien ça rapporte? C’est plate, mais c’est leur langage et notre société.

  24. @toogreen

    On se calme.

    Si tu me relis comme il faut tu constateras que je n’ai pas parlé de la vente liée de WIndows dans les grandes surfaces. Je mentionnais seulement la possibilité pour elles d’offrir les distributions Linux sur les tablettes du magasin et encore là quelle distribution de Linux? Il y en a plus de 150 !!! Si tu commences avec une faut que tu offres également les 149 autres sinon on va t’accuser de favoritisme. De plus comment Best Buy peut-elle faire un profit en offrant disons Ubuntu 9.04 sur une tablette alors qu’il est gratuit? Où est l’intérêt pour Best Buy?

    Ainsi absent des grandes surfaces, n’étant pas sur les tablettes, Linux manque de visibilité. ll est absent des grands réseaux de distribution. Absent parce qu’il ne fonctionne pas comme le reste du système. Il est hors système. C’est sa qualité mais c’est aussi son plus grand défaut.

    Dans les grands centres d’achats régionaux (Fairview, Angrignon et autres) les Big Box ont souvent des contrats de location exclusifs, c’est à dire qui excluent la possibilité pour le bailleur de louer un autre local à un compétiteur direct. À Fairview une partie du terrain est loué à Rénot Dépôt. Il y a une clause dans le bail qui interdit au bailleur de louer un autre terrain ou local à Home Depot tant que la bail avec Réno est en vigueur et c’est légal.

    Bloqué Linux? Pas sûr puisque Apple y est lui dans les mêmes grandes surfaces. Pas moyen de progresser à cause de Microsoft?. Pourtant Apple progresse bien elle depuis quelques années. Elle fait des profits et voit même ses parts de marché augmentées. Je regarde ses résultats du premier quart 2009 et c’est impressionnant. Wall-Mart offrait il y a peu des ordinateurs avec LInux. Ils ont cessé. Les ventes ne couvraient mêmes pas les coûts de transport, de manutention et d’inventaire. Les gens n’achetaient tout simplement pas. Penses-tu que ça tente à Best Buy et aux aurtes maintenant d’offrir un PC avec Linux? Elles le feront quand il y aura moyen d’y faire un profit.

    Alors si Apple réussit à progresser dans un système contrôlé selon toi par Microsoft comment se fait-il que Linux lui n’y parvient à peu près pas avec seulement 1% du marché.

    C’est la question que je me posais dans mon premier commentaire. Un moment donné quand on est sur l’autoroute et que tout le monde nous dépasse on peut en partie blâmer avec raison la témérité des autres conducteurs mais parfois il serait bon aussi de regarder à quelle vitesse on roule soi-même.

  25. @ Claude Sey

    Acheter c’est voter !

    Quand tu cherches ton fromage régional favori et ne le trouves pas à ton supermarché tu as le choix entre en prendre un autre ou te plaindre. Tu repars avec un P’tit Québec (made in Ontario ou USA) ou les mains vides, c’est ton choix.

    Et ce choix, comme ton bulletin de vote, s’additionne à celui des autres*. Si tout le monde et son beau-frère choisissent le P’tit Québec, faut pas se plaindre de ne pas retrouver votre Gré des Champs.

    Ce que je veux dire c’est qu’on peut se plaindre tant qu’on voudra, mais faut être conscients que nous sommes responsables de la façon dont notre société et nos institutions fonctionnent. Ils sont notre miroir.

    Alex

    * laissez faire les défaitistes ; « ça sert à rien de voter, c’est toutt’ des pourris » La politique, ou bien tu t’en occupes, ou elle s’occupe de toi.

  26. @ Claude Sey

    J’aurais du débuter par ; Farpaitement d’accord ! C’est le cas.

    Et si tu veux pousser l’analogie un peu plus, Linux est comme les producteurs locaux, avec 1% du marché (Linux) , que tu le mette en étalage ou pas ne fera aucune différence à ton chiffre d’affaire. En fait, de prendre de la place tablette pour un produit qui ne se vend pas fera baisser tes revenus.

    Mais si McCain est important dans le produit congelé, il n’est pas le seul. Il peut demander, acheter, exiger des espaces exclusifs ; c’est de la bizness, mais le marchand peut le laisser tomber et aller vers d’autres fournisseurs.

    Ce n’est pas le cas en informatique. Il y a dans la vraie vie une seule option grand public*, pour le moment. Je nous souhaite que ça change, à l’instar des fureteurs par exemple, où il y a une vie possible hors IE.

    Alex.

    * pour les gens de classe supérieure il y a Mac bien sûr. Mais la classe, on l’a ou on l’a pas.

  27. Effectivement, Linux se vend mal par sa nature. Juste un exemple, j’ai découvert en fin de semaine que l’offre Open Source de Dell avait diminué. Ils n’offrent plus les portables de la série 15 avec Ubuntu. Le Mini 9 est toujours disponible avec Ubuntu, mais le nouveau Mini 10 ne vient qu’avec Windows XP.

    Il ne reste plus que le Mini 9 et un desktop proposés avec Ubuntu. Et avec un gros avertissement pour faire peur aux aventuriers: «Êtes-vous CERTAIN que vous voulez Linux? Cliquez donc sur le beau lien bleu ci-dessous pour retourner aux produits Windows!»

    Autre exemple, il n’est plus possible d’acheter un ultra-portable avec Linux dans les Bureau en gros, Future Shop et cie.

  28. @ gemnoc Oui mais tu sais pourquoi Le XP sur les netbook ?
    Prix de vente aux constructeurs : 3 dollars !
    Pourquoi ? Parce que le produit ne vaut plus que le numéro d’une licence et que le but c’est de détruire la compétition…

  29. @ Gilles38

    Au risque de te contredire… la vente liée est illégale selon la Lo Canadienne sur la concurence.(art 79).

    Mais comme dans toute chose.. si personne ne met le chapeau… il n y aucune action qui sera prise.

  30. @Nelson : pour le site radio-canada –> DÉSACTIVEZ VOTRE « ADBLOCKER » ! Après la lecture de vos commentaires j’ai essayé avec mon Mac, Safari 4 ou FF 3.0.10 et ça ne fonctionnait pas. J’ai visité Microsoft et ai mis à niveau ma version de Silverlight. Aucun bénéfice.

    Puis j’ai jeté un coup d’oeil au document de RC qui, en passant, comporte plein de demandes plus ou moins loufoques, dont: « Certains usagers nous ont signalé qu’ils avaient installé des fonctionnalités anti-publicités. Si c’est votre cas, pourriez-vous les désactiver? »

    Eh ben oui! Dans les 2 cas, désactiver le bloqueur de publicités permet de visionner!!

    C’est le seul site au monde qui nous oblige à ça!! Wow, eu… c’est nos impôts qui paient ces super webmasters?…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s