Mise à l'essai de AppCleaner

illustration2209031701.jpgUne des angoisses qu’un utilisateur normal de PC sous Windows ressent quand il passe au Mac est le principe d’installation et de désinstallation de logiciels qui est très différent de ce à quoi Windows l’a habitué. S’il est quasiment émerveillé par la simplicité du premier élément, l’autre le laisse généralement perplexe. C’est pourquoi il appréciera l’efficacité d’un utilitaire très convivial appelé AppCleaner 1.2.2. Ce gratuiciel est tellement bien fait que si j’étais le PDG de Microsoft, je couvrirais d’or son auteur et lui ferais développer un équivalent Dot-Net que j’incorporerais vite fait dans Windows.

illustration2209031702.jpgLe système de Microsoft a habitué les gens à une procédure de désinstallation qui est parfois aussi élaborée que l’installation elle-même (avez-vous désinstallé un logiciel Adobe, récemment sous Windows Vista ?). Et même là, il subsiste souvent des vestiges dans la « base de registre », dans « Programmes », dans « ProgramData » et ailleurs, parfois assez creux sous « C: ». Tellement que le transfuge Windows va se méfier quand il voudra désinstaller un logiciel dans son nouveau Mac. Il va s’attendre à des misères et trouvera suspecte l’apparente facilité. Bref, il voudra en avoir le cœur net.

Il a appris que le fait de laisser des cochonneries un peu partout dans le système n’est pas particulièrement indiqué pour la bonne santé de l’ordinateur. Ainsi, en désinstallant un logiciel, il va fouiller dans le Mac OS X et, peut-être, en découvre des traces dans la « bibliothèque » et dans les « préférences ». Il réalise ainsi que pour bien faire disparaître un programme, il lui faut non seulement détruire ce qui se trouve sous Applications, mais repérer le fichier « plist », sans oublier le dossier « Application Support », le cas échéant.

Mais il reste inquiet; peut-être subsiste-t-il d’autres traîneries dans les arcanes du Mac OS X. N’importe quel vétéran du Mac a beau lui garantir que non, qu’il n’y a rien d’autre nulle part ailleurs, un doute persiste. Le Mac OS X est-il si différent de Windows ? C’est là que le produit de FreeMacSoft peut aider et rassurer. Il suffit à notre nouveau proprio de Mac de lui indiquer quel logiciel il faut éliminer du système pour qu’en une fraction de seconde, AppCleaner en repère les deux ou trois incidences dans le système et lui propose de les détruire. Le petit utilitaire fait d’une pierre deux coups : un, il indique à l’utilisateur où sont les fichiers à détruire, ce qui contribue à démystifier le Mac OS X, deux, il se charge de les trucider.

Et il le fait de façon on ne peut plus simple. Observez les images qui suivent.

illustration2209031703.jpg illustration2209031704.jpg
On voit ici l’interface de départ une fois AppCleaner ouvert. On n’a qu’à glisser sur l’interface l’application dont on entend se départir et, pouf !, le ménage se fait.
illustration2209031705.jpg illustration2209031706.jpg
Mais on peut procéder autrement en cliquant, p. ex., sur l’icône « Applications ». Dès lors, on a accès à tous nos logiciels et il suffit de cocher celui (ou ceux) que l’on entend supprimer. AppCleaner fait toutner son interface comme un cube (bel effet amusant) et nous présente toutes les incidences du logiciel devant être supprimé; il ne nous reste qu’à appuyer sur le bouton de mise à mort !
illustration2209031707.jpg illustration2209031708.jpg
ça marche également pour les Widgets … … et certains fichiers systèmes

Pas sorcier, non ? Mettez ce gratuiciel à l’essai et donnez-m’en des nouvelles !

Publicités

13 réflexions sur “Mise à l'essai de AppCleaner

  1. C’est en plein ce logiciel que j’utilise, et j’en suis satisfait.

    Il y en a d’autres, des semblables. La plupart sont payants, par contre. Il paraîtrait qu’ils feraient un brin mieux la job de nettoyage. AppCleaner se contente de rechercher, à la manière de Spotlight, les fichiers dont le nom correspond à l’application qu’on veut jeter. Il se peut que des fichiers aux noms exotiques, mais reliés à l’application, demeurent. Et seuls les tueurs à gage bien rémunérés pourraient arriver à nous débarrasser proprement des restes encombrants. Enfin, c’est ce qu’on dit au sujet logiciels payants du même type. Quand c’est payant, c’est forcément mieux, disent-ils, mais je n’en suis pas toujours convaincu.

    Ces autres spadassins ont des noms de code comme AppZapper, AppDelete, CleanApp. On leur envoie discrètement des signaux de fumée sur Google, et ils apparaissent, tels des génies prêts à réaliser nos voeux, moyennant obole, bien sûr.

  2. J’utilise ce logiciel depuis un sérieux bout de temps surtout pour les progs qui ont plusieurs instances . Il fonctionne bien mais il ne trouve pas tout malheureusement .

    En revanche , les applications ou processus qu’il ne trouve pas sont particulier et lier en profondeur aux systèmes . Pour une utilisation sensé de OSX avec des logiciel dits normaux Appcleaner est un outils que Apple devrait pensé a intégré dans son SE …

    Désinstallé « Paint » c’est facile ont le jette a la poubelle mais OpenOffice3 qui est beaucoup plus complexe demande un petit coup de mains car tout faire a la main c’est pas évidant .

    Ps
    Aux étrangé du Mac …. ne cherché pas la base de registre elle n’existe simplement pas . Moi cela été mon premier choc avec la mentalité UNIX … sous mon premiers Linux (RH avant sa venu en Fedora) je cherchais la base de registre qui en vain je n’arrivais pas a débusqué jusqu’à ce que un mec de Linux Québec
    m’indique d’arrêter de cherche ce qui n’existait pas et par le même coup m’envoie le guide du cour (Utilisateur UNIX) en PDF qui à l’époque était une brique de 7mo ..
    OSX de Apple est aussi un système UNIX .

    Pour la base de registre
    Leur équivalents son /Netinfo sous OSX et /etc sous LINUX

  3. ps
    L’application Netinfo a été retiré sous Léopard lol … ouin il aurait du que je fasse ma mise a jours avant de posté …. Maintenant il faut tout faire par la console … ou bien Utilitaire d’annuaire quelque peut flexible .

    Mais de toute façon AppCleaner fouille les beubites si vous en avez …

  4. Pour ce qui est de AppTrap et UApp, leurs auteurs ne semblent plus travailler sur le développement de leur logiciel. C’est ce qui est indiqué sur le blogue du site de AppTrap. http://konstochvanligasaker.se/apptrap/blog/

    AppTrap est encore disponible sur le site du créateur, tandis que uApp n’est trouvable que sur des sites de téléchargement. Le site du logiciel lui-même n’existe plus. http://www.eagle-of-liberty.com/uapp

    Alors, c’est un pensez-y bien, même si ces logiciels fonctionnent peut-être encore très bien.

  5. Avez-vous une suggestion pour désinstaller correctement sous Windows? Et savez-vous pourquoi la procédure de désinstallation de Windows ne peut même pas effacer les répertoires, par exemple? Merci.

  6. yul-plage écrivait:
    «Et savez-vous pourquoi la procédure de désinstallation de Windows ne peut même pas effacer les répertoires, par exemple?»

    Je serais tenté de répondre que c’est parce que, sur ce point, c’est un OS mal foutu, mais je risquerais de compromettre dangereusement la réputation de «MS-lover» que certains Maqueux semblent m’avoir attribué. Je vais donc m’abstenir. 😉

    Dans le même ordre d’idée, j’ai été déçu de constater que quand on désinstalle une application dans Ubuntu, le répertoire caché de l’application n’est pas effacé dans /home/usager…

    Bref, je ne disputerai pas qu’ici, c’est OS X qui a clairement l’avantage.

  7. @yul-plage

    parce que Windows est en structurellement incapable : personne ou presque ne sait comment est construit Windows, donc les programmes ne sont jamais optimaux. ceci est dût à une raison essentielle, Microsoft est un quasi-monopole, ce qui, selon la théorie des monopoles en micro-économie fait que le monopoleur fait des produits inefficace, incomplet, les vend trop cher et en trop petite quantité, le monopoleur est plus occupé à conserver son statu de monopole que chercher à innover. ça explique pourquoi Vista ou même XP à l’époque, se vend 200$, que c’est lent comme pas possible, que c’est plein de virus, etc.

    alors que des programmes ne se désinstallent pas convenablement, dans ces conditions, c’est tout à fait normal, c’est même un « feature » par rapport à Linux et les OS de Apple…

  8. @gemnoc:

    C’est vrai que ça peut sembler « tannant » à première vue que les fichiers/dossiers cachés restent dans notre dossier /home/ sous Linux, mais il y a une bonne raison à çelà: C’est que si un jour on décide de ré-installer un logiciel, nos préférences seront encore là. Personellement çelà m’as été pratique à plusieurs reprises, il m’est arrivé par exemple de désinstaller un logiciel par accident, alors j’étais bien content que mes préférences aillent été sauvegardés!

    Mais effectivement il serait plus sage si l’on nous demandait à la désinstallation si l’on veut garder nos préférences ou non. Quand on désinstalles en console je crois qu’en ajoutant l’option « –purge » çelà nous débarasse des préférences, donc les fichiers cachés.. Mais bon faut le savoir, oui! Mais reste que, à moins que je ne me trompe avec ce que je viens de dire, au moins il est possible de tout purger sans installer de logiciels tiers.

    @tous

    Soit-dit en passant, il existe maintenant un outil déjà intégré dans Ubuntu Intrepid (8.10) qui est un peu l’équivalent de ces logiciels Mac et Windows. Ça s’appelle « Cruft Remover » et vous le trouverez dans System/Administration. Il permet notamment de se débarasser de logiciels tiers « .deb » qu’on a installé en dehors du gestionnaire de paquets (et qu’on oublie souvent leur existence).

  9. Les logiciels payants comme AppZapper (le pionnier en la matière) ou CleanApp ne font pas mieux qu’AppCleaner. Certains affichent parfois des choses qui demeurent introuvables pour les autres et vice-versa. Le seul qui parvient à faire réellement le travail,c’est Uninstalller ( http://macmagna.free.fr/Uninstaller/ ,) dont la vocation diffère quelque peu.

    Plutôt que de chercher les éléments liés à une application, Uninstaller « enregistre » le contenu du disque dur et fait état de tous les changements ultérieurs à cet enregistrement, permettant de voir d’un seul coup d’oeil ce qui a été ajouté. À 29 $. il est un peu cher, mais c’est vraiment le moyen le plus efficace d’effacer toute trace d’une installation.

  10. Encore plus amusant de supprimer des programmes efficacement, sans laisser de traces.

    Pour les ammateurs de Windows, sachez que supprimer une application sur Mac se fait en un clic, pas besoin d’attendre 10 minutes comme je l’ai fait hier pour supprimer Roxio 8 hier sur mon PC, immaginez si vous désirez supprimer 4 ou 5 app de ce genre, sur un Mac on parle ici de quelques secondes(clics).

    Merci M’sieur Nelson!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s