Mise à l'essai de VMware Workstation 6.0.3

illustration2008052701.jpgSi j’écris « développement de logiciels », « soutien technique » et « utilisation de vieilles applications », je réfère aux trois principales raisons justifiant le recours à un système de virtualisation. Bien sûr, il en existe d’autres, dont ma préférée, « le plaisir de pouvoir bidouiller des saveurs Linux dans une grosse machine sous Windows Vista ». C’est qu’avec le progrès de plus en plus intéressant du « savorama thorvaldien », tant sur le plan ergonomique que sur celui de l’aide en ligne, il est devenu normal de s’essayer la main sur les OpenSuSE, Fedora, Ubuntu et autres titres disponibles gratuitement sur le Net, cela, pour le plaisir, comme simple passe-temps ! D’où WMware Workstation 6.0.3, une des solutions les plus utilisées, que fabrique VMware/EMC dans la Silicon Valey (Palo Alto).

Remarquez, il y en a d’autres, les deux plus connues étant Virtual PC 2007 (Microsoft) et Parallels Workstation for Windows 2.2 (Parallels). Mentionnons également VirtualBox 1.6 au sujet duquel plusieurs visiteurs de Technaute ont déjà parlé en bien. Tout comme le produit de Microsoft, ce dernier est gratuit si utilisé à des fins personnelles. Quant à Parallels Desktop, il coûte une cinquantaine de dollars par machine, ce qui est le quart du prix de VMware (190 $ et essai gratuit de 30 jours). Mais, comme on le sait, on en a souvent pour son argent dans la vie.

illustration2008052705.jpgPour tout dire, VMware Workstation jouit d’un respect généralisé. C’est le grand frère de VMware Fusion dont je vous parlais le mois dernier. On le dit fiable et solide. Son ancienneté lui confère une sérieuse crédibilité, ce que semble prouver sa capacité de faire valser 19 versions de Windows (incluant Vista 64) et 26 saveurs de Unix et de Linux, cela, si faire se peut, avec jusqu’à 8 Go de RAM par machine virtuelle. De quoi impressionner le plus tatoué des informaticiens velus. Quant aux programmeurs de logiciels, ils y apprécient de nombreuses caractéristiques conçues pour eux, dont la capacité d’avoir le débogueur à l’intérieur de la plate-forme utilisée.

illustration2008052707.jpgNon seulement WMware Workstation permet de créer des machines virtuelles (MV) à partir de CD ISO ou de DVD, mais il offre la possibilité de reproduire la machine qui l’héberge en MV ou d’en faire autant pour n’importe quel PC du réseau. Les développeurs apprécieront ainsi de pouvoir tester une modification majeure avant de l’appliquer pour le vraie dans une machine donnée. Dans mon cas, je n’y suis parvenu ni à l’une, ni à l’autre fonction. Windows Vista, le système d’exploitation (SE) régissant ma machine de test, a refusé de me laissé faire pour des raisons de sécurité, refusant de me reconnaître les droits d’administrateurs indispensables. Même en ouvrant une session à ce titre, il s’est obstiné. Bof !

Pour tester WMware, je me suis servi d’un Core 2 Duo 2,4 GHz d’Intel avec 2 Go de RAM (carte Radeon X1900 d’ATI et disque de 300 Go). Après avoir installé l’application, je me suis amusé à y placer quelques SE de la mouvance Linux, soit Ubuntu 8,04, SuSE Linux Enterprise 10 et Xandros Desktop 4. Au terme, dans les trois cas, je n’ai eu pas plus, pas moins, de difficultés que si j’avais installé ces SE sur un disque dédié. Autrement dit, j’ai éprouvé les « joies » habituelles, ce qui signifie qu’à l’heure de taper ces lignes, j’ai des trucs qui ne fonctionnent pas encore. Je précise que cet état de fait n’a rien à voir avec VMware.

illustration2008052702.jpg
illustration2008052703.jpg
illustration2008052704.jpg

Sous Ubuntu, je me suis accroché les pieds dans les ressources réseau, dans SuSE, j’en ai arraché avec les ressources linguistiques et dans Xandros, je n’ai pu installer d’imprimante. On aurait juré que ces larrons s’étaient donné le mot pour se séparer les emmerdes, se gardant en commun le fait de ne pouvoir présenter la vidéo de Radio Canada, malgré les Mplayers et autres Flash. Mais c’est la vie, en tout cas sous Linux. Par contre, les ressources USB 2 ont été reconnues partout.

Petit constat qui m’a impressionné : la RAM nécessaire. Si vous observez la prise d’écran ci-après, vous verrez que 71 % des ressources mémoire sont accaparés. Or, mis à part Vista et ses gugusses, seul VMware était ouvert en session SuSE Linux au moment de ce cliché. Sachant que « Vista-le-pachiderme » requiert à lui seul un bon 85 Mo de RAM pour turbiner à l’aise, j’en conclus que VMware en prend facilement la balance. Ouch ! Autrement dit, si on veut ouvrir en même temps plusieurs machines virtuelles, on a intérêt à bénéficier de plus de 2 Go de RAM. J’en ai pris bonne note. Quant au processeur, on constate qu’à 0,3 % d’utilisation, un Core 2 Duo est amplement suffisant.

illustration2008052706.jpg

Heureux de voir que tout marchait relativement bien, j’ai poussé ma chance un peu plus loin. Ainsi, j’ai essayé, « pour le fun », d’installer OS/2 Warp 4, un produit lancé il y a déjà dix ans de cela, et Windows 95, un SE encore plus vieux. Sait-on jamais, me suis-je dit, peut-être qu’un vieil employé de Caisse ou de vieux ministère apprendra ainsi qu’il y a encore de l’espoir pour ses archaïques applications. Mais frustration, je ne suis arrivé à rien.

illustration2008052708.jpgPas à cause de WMware, à cause des disquettes essentielles au démarrage de l’installation de ces vieux SE qui étaient devenues illisibles. Pire, je n’ai pu en créer de nouvelles, les deux PC de mon réseau disposant du lecteur approprié étant devenus incapables de le faire. C’est comme autre chose, moins ça sert, moins ça devient capable de servir … Eh ! misère !

La morale ? VMware Workstation est un très beau produit qui, cependant, pour être utilisé selon ses possibilités, nécessite un PC costaud bien fourni du côté RAM, un PC idéalement sous Windows XP au lieu de Vista et disposant de composantes qui fonctionnent, incluant … un lecteur de disquettes.

Publicités

20 réflexions sur “Mise à l'essai de VMware Workstation 6.0.3

  1. MDR Nelson, j’aurais pu vous dépanner dans le cas de Win95, il me semble avoir encore un CD de la version OSR2 quelque part…

    Quand j’ai fait assembler mon PC actuel l’année dernière, je n’y ai pas fait inclure de lecteur de disquettes. En 4 ans avec mon précédent ordi, je n’ai jamais eu besoin de ça…

    Quand vous parlez de ressources USB2 reconnues, quelles sont-elles précisément? clé de mémoire, disque externe… ?

  2. @nelson

    Intéressant billet comme toujours…

    et je suis presque soulagé de lire que les trois distro linux se bute au vidéos de radio-canada… Je me sens moin seul… En fait, j’arrive a avoir la vidéo publicitaire qui arrive avant le programme principal :-)) mais ca ne va pas plus loin… Bref, dans ces cas la, les outils de « virtualization » décrit dans ce blogue me font rêver quelques peu…

    avec une machine un peu plus musclé… il est certains que je me laisserais tenter :-))

  3. Je reviendrai plus tard sur la virtualisation (sujet passionnant!) mais pour pour l’instant, je veux seulement faire suite au commentaire de bluesly: En effet, la même chose se produit dans mon cas sous Ubuntu… Je crois que les bonzes de Radio-Canada ont encore « taponné » leurs pages de médias. Ça marchait très bien il y a quelques jours, mais là, ça fait la même chose: pour la pub, ça fonctionne et après, ça foire… 😦
    Mais au moins, RDI fonctionne toujours! J’ai fait un « launcher » sous Ubuntu avec la commande suivante et c’est tiguedou:
    totem h t t p : / / http://www.radio-canada.ca/util/endirect/rdidirect.asx
    (j’ai mis des espaces dans le « h t t… » pour éviter que WordPress fasse un hyperlien… j’espère que ą va marcher…?!? mais il faudra les enlever si vous voulez que ça fonctionne sous Ubuntu…)

  4. @marcofsky

    Super le truc – je n’avais jamais pensé essayé les lecteurs mulltimedia en ligne de commande – c’est que c’est encore relativement nouveau tout cela pour moi (linux) – J’ai hate d’expérimenter….

    Pour ce qui est de la virtualisation des os – il est certain que cela prendra de plus en plus de place dans l’avenir – avec toutes ces différentes distribution linux – l’éventail des version windows qui traine encore un peu partout. Ce qui est relativenment nouveau en ce domaine c’est que cela peut-être utile non seulement aux développeurs et professionnels mais aussi de plus en plus aux particuliers qui sont attachés a de vielles applications tournant sur de plus vieux os – etc.

    Merci pour le truc…

  5. oui vmware , j’adoooorre , (avec le petit accent de la pub de Christian dior lol) , mais encore mieux que vmware sous vista pour rouler du linux , essaye vmware sous ubuntu (ou debian) pour rouler vista , tu jurera que le père Noël a fait le ménage entre le processeur et la mémoire , c’est vraiment incroyable comment les produits MS roule mieux virtualisés sur un linux

  6. @ marcofsky

    Moi aussi c’est kaput pour pour la zone audio vidéo de Radio-Canada. Je ne vois même pas les pubs. Par contre, ce qui est assez ahurissant, c’est que sur le site de leurs archives, archives.radio-canada.ca (sans le triple W), je vois tout sans problème.

    Allez donc y comprendre quelque chose…

  7. @ bluesly
    heu, faudrait remercier… je me souviens plus qui c’était… (désolé!) c’est quelqu’un ici sur ce blogue qui avait suggéré ce truc. Et par « launcher » j’entends la procédure par laquelle on peut, en cliquant de la droite sur le bureau de Ubuntu, choisir l’option « Create Launcher », et ensuite dans l’espace « Command » on entre celle mentionnée ci-haut… Ça crée une icône cliquable qui démarre Totem et RDI.

    Parlons maintenant de VMware… Voici donc la mouture commerciale de ce produit, si je comprends bien. J’aurais quelques questions:

    – VMware offre-t-il, comme Parallels et VirtualBox, différents modes de visualisation de la machine invitée (autre que dans une fenêtre, comme dans les prises d’écran) – comme en plein écran ou en mode intégration (« coherence » sous Parallels, « seamless » sous VirtualBox)?

    – Quel type de connexion réseau a été mis à l’essai ici – NAT ou « Bridged »? (ça pourrait aider à expliquer la débâcle des fonctions réseau sous Ubuntu et de l’imprimante sous Xandros)

    – Si ce sont des « des raisons de sécurité » qui ont empêché de virtualiser des machines du réseau, le pare-feu de Vista en serait-il la cause?

    – Est-ce que le prix est justifié? Quels sont les « plus value »de ce produit? Je ne vois pas tellement ce qu’il offre de plus que Parallels…

    Et finalement, juste une petite remarque… dans la phrase « Vista-le-pachiderme requiert à lui seul un bon 85 Mo de RAM pour turbiner à l’aise » je crois qu’il manque un « 0 » après le 85… 😉

    Mes premières expériences de vistualisation sous Ubuntu, je les ai faites avec VMware pour Linux (la version gratuite – ou d’essai, je me souviens plus trop…). Mais j’ai eu quelques écueils: L’intégration des cartes vidéo avec Linux – pas moyen d’avoir plus que du SVGA (pilote VESA)… Mais surtout, l’authentication de XP pendant l’installation qui n’a jamais pu se faire (j’ai essayé à trois reprises!).

    J’ai donc « flushé » VMware et essayé VirtualBox (parce que, avant tout, je souhaitais virtualiser XP) et, ma foi! c’est incroyablement efficace! En fait,sans vouloir tomber dans le « parti pris » je dirais que des trois produits – VMware, Parallels et VirtualBox – ce dernier est mon préféré. Mais en giron Windows et Mac, ça serait sans doute différent…

    De toute façon, si vous avez un ordi qui en « a dans le ventre » (min 2G de RAM), essayez ça, c’est génial, la virtualisation!

  8. @ re3e

    Faut avouer… XP, sous VirtualBox sous Ubuntu, c’est l’enfer!!! En fait, je suis en train de me « réconcilier » avec Windows tellement XP est rapide et tripatif en virtualisation. Et, à l’heure où j’écris ces lignes, y’a Firefox, Evolution (client email) et XP sous VirtualBox qui roulent (+Ubuntu, COmpiz, etc…) et l’utilisation de ma mémoire est à 1G!
    🙂

    @ bibelot

    Ils ont probablement pas eu le temps encore de « taponner » la zone « Archives »… Sont « tannants » pareil, hein? Ça marchait très bien depuis un bout, pourtant… Franchement, leur logique m’échappe… 😦

  9. @marcofsky

    Je viens de faire un essai (en lancant totem directement en ligne de commande et en copiant l’url du clip)… cela a fonctionné au premier essai… Au deuxième essai rien a faire… par contre on voit les erreurs de gstreamer en console…

    Le plus curieux – 5 ou 6 minutes plus tard – firefox à démarrer la vidéo qui semblait en pause – je ne sais trop comment…

    Pour ce qui est des archives – cela fonctionne directement du navigateur sans problème.
    ————————
    Pour en revenir au sujet de virtualisation, suite a tes commentaires, je pense qu’il est plus qu’intéressant pour moi d’acheter une version en boite de windows/xp (il reste un mois encore – si je ne m’abuse) – pour pouvoir profiter pleinement des logiciels photos tel photoshop-éléments ou encore lightroom… tout en conservant Ubuntu ou autre Linux comme Os principal…
    ————————-
    J’ai présentement une version OEM et je ne peux ré-installer que sur le disque original (40 gig) tatoués- Jj’aurais plus de liberté et profiterais du meilleur de deux monde :-)))
    ————————–

  10. @marcofsky et @bluesly

    La première fois que j’ai clicqué sur l’hyperlien, un nouvel onglet de Firefox a ouvert PARFAITEMENT RDI. J’ai donc sauvé rdidirect.asx sur le bureau. Après avoir fermé la fenêtre et réessayé, rien ne fonctionnait comme pour @blutsly. Je n’ai pas totem mais plutôt mplayer comme il était suggéré il y a quelque temps. Mais en lancant rdidirect.asx et en choisissant Kaffeine , ça fonctionne bien. Merci…
    J’avais l’habitude d’écouter la première chaine avec un petit programme dans lequel j’accédais cette chaine en utilisant l’URL : h t t p://direct-risq.radio-canada.ca/premierechaine?MSWMExt=.asf sans ouvrir de fureteur comme le lanceur de RDI mais ça ne fonctionne plus.
    J’ai transmis le problème à Radio-can mais pas encore de réponse. Quelqu’un a une idée?

  11. C’est pas exact que cela prend un pc costaud. Le ram utilisé par la machine virtuelle peut être ajusté. Je peux faire rouler XP virtuel + W98 virtuel en même temps sur un celeron qui n’a que 513meg de mémoire.

  12. VM Workstation est l’un des deux seuls logiciels commerciaux à rouler sur mes stations Linux à la maison (l’autre étant Antidote). Je joue avec depuis la version 5.5 et c’est vraiment formidable. C’est encore meilleur depuis le lancement de la version 6 qui offre le support USB2.

    Évidemment, c’est utile pour rouler l’application Windoze qui n’a pas d’équivalent sous Linux (comme le foutu driver d’un scanner Canon cheap prêté par un copain… les scanners à 1000 $ sont presque tous supportés par Xsane sous le pingouin) ou jouer à certains jeux pas trop exigeants sur le plan graphique (comme la version 1 de Panzer General sous Win 98 SE ou Civilization II sous XP). Mais il y a d’autres usages plus sérieux! Il m’arrive souvent d’avoir une machine virtuelle Windows montée plein écran sur un de mes bureaux virtuels et de passer de Windows à Linux en une touche, ce qui est une bénédiction. Fini le dual/triple boot!

    J’utilise aussi VMW pour simuler des mises à jour comme celle d’Ubuntu Gutsy à Hardy ou pour tester de nouvelles distros ou des applications que je veux implanter sur le réseau local. C’est ainsi que j’ai monté une machine virtuelle CentOS (avec Workstation) puis testé Ampache et Horde (vive les snapshots). J’ai ensuite monté la VM sur une autre machine qui fait rouler VMware Server (gratuit!)

    L’autre jour, j’avais à remonter un laptop qui n’avait pas passé une validation Genuine Advantage. J’ai fait une image du disque avec Acronis TrueImage que j’ai converti avec VMWare converter, puis lancé avec VMware Workstation, ce qui m’a permis de récupérer les documents et préférences pendant que je formatais la machine Windows avec une copie « genuine » de XP sur ledit laptop.

    Vraiment, VMWare est le produit de virtualisation idéal pour le bidouilleur endurci. Il existe bien d’autres solutions (XEN, QEMU, VirtualBox), mais la solution de VMWare est la plus complète (avec Player, Server, Workstation et Converter), la plus extensible et la plus conviviale.

    Seul bémol: vmware est souvent en retard sur les distros de pointe en ce qui a trait aux pilotes; les vmware-tools et les modules du noyau (vmnet, vmmon, vmghfs) doivent être recompilés à chaque mise à jour du noyau sous Fedora, ce qui n’est pas trop compliqué grâce au script fourni par VMware et au travail d’un type à Prague qui suit l’évolution du kernel et qui fournit l’essentiel ‘vmware-any-any-update’ permettant d’ajuster les modules aux derniers développements de la bande à Torvalds.

  13. @nicolasm

    Une machine robuste va servir pour avoir de vraies performances lors de l’utilisation de machines virtuelles. J’ai un Windows XP virtualisé de mon ancien PC de bureau que je roule au besoin sur mon portable équipé de Vista. J’alloue 1 Go de RAM à XP pour le faire rouler de la même façon que lorsque j’avais la machine physique, il me reste alors 2 Go pour mon hôte Vista, ce qui est amplement suffisant pour me permettre de développer/tester sur les 2 machines.

    Partager 512 Mo de RAM entre 3 ordinateurs, ça donne pas grand chose, c’est certain que ça va être lent et si vous effectuez la moindre tâche qui demande de la mémoire et/ou du processeur, ça va être assez pénible.

  14. Nelson, c’est bcp de mémoire… J’ai 2 VM en marche et jamais ma mémoire est utilisé comme sur tes captures d’écrans. Tu as validé dans le menu>VM>Settings. A cette place tu peux jouer avec la mémoire allouée a ton VM, peut-être qu’elle est trop haute?

  15. ‘Sachant que “Vista-le-pachiderme” requiert à lui seul un bon 85 Mo de RAM pour turbiner à l’aise’: 85 Mo me semble nettement insuffisant (d’ailleurs, c’est en deça des minimums requis) il faudrait multiplier par 10 la RAM requise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s