Mise à l'essai du Vision N1 de Belkin

illustration20080212012.jpgLa semaine dernière, l’américaine Belkin me faisait parvenir un routeur WiFi (« Wireless Fidelity ») assez récent, le Vision N1, un très bel objet qu’on aurait envie de placer bien en évidence dans son salon, ce qui est plutôt nouveau dans le monde bleu drabe des petits routeurs domestiques. Pourquoi N1, alors que la norme IEEE 802.11n n’a même pas encore été lancée ? Une simple passe-passe marketing de Belkin qui n’en est pas à ses premières frasques. On se rappelle sa gamme de produits Pre-N lancée en 2005.

La norme 802.11n que le consortium IEEE promet pour cette année (hum !) présente un débit théorique de 540 Mb/s pour un débit réel de 100 Mb/s dans un rayon de 90 mètres (ouin !). En comparaison, les vieilles panoplies WiFi 802.11b bourlinguent à 11 Mb/s et les 802.11g, des équipements actuellement très répandus, ont une limite de 54 Mb/s. Quant au réseau Ethernet conventionnel (câbles et connecteurs RJ-45), il est au bas mot de 100 Mb/s et, de plus en plus, de 1 Gb/s (Fast Ethernet).

illustration2008021202.jpgLe 802.11n, lui, se sert notamment d’une technologie appelée MIMO (« Multiple-Input Multiple-Output », Lucent Technology/Agere). En gros, cette trouvaille coupe le flux (la masse des données à transmettre) en « sous flux », une idée dont la genèse remonte aux années 70 et 80. Ceux-ci sont acheminés par autant d’émetteurs (et sont reçus par autant de récepteurs), cela en simultanéité sur deux fréquences, les 2,4 et 5 GHz, et sur 8 canaux non superposés. On peut ainsi atteindre et dépasser facilement la vitesse de 100 Mbits/sec.

Le consortium battant pavillon IEEE 802.11n croyait pouvoir normaliser cette techno dès 2007, sauf que la bisbille n’a pas tardé et des joueurs importants comme Belkin et Netgear ont préféré ne pas attendre de pouvoir toucher au Saint Graal avant de lancer la cavalerie. Ils ont décidé foncer plein tube sur le marché avec, en poche, l’essentiel du 802.11n, une bricole qu’ils ont baptisé « Pre-N », mais que d’autres ont judicieusement préféré appeler « Super G ».

illustration2008021222.jpgPour en revenir au N1, c’est du « N » comme les « specs » de l’an dernier l’indiquaient, des « specs » que Belkin a gratifiés de petits ajouts intéressants. Par exemple, on peut isoler un accès public, avec SSID (« Service Set Identifier », le nom du réseau sans fil) distinct, de l’accès spécifique (SSID) au réseau domestique. Des gens peuvent ainsi se brancher de la rue, mais ils ne pourront jamais accéder aux ordis de la maison. Quel altruisme !

Autre exemple, on peut choisir de ne fonctionner qu’avec une largeur de bande de 40 MHz typique au 802.11n, ou de se mettre en mode automatique, 20 ou 40 MHz, si on a des dispositifs 11g ou 11b sur son réseau.

Reste que le plus « kioute » est le petit écran d’affichage ACL où on peut naviguer à l’aide de quatre boutons simples. On peut ainsi tout savoir sur l’état de son réseau. Nul est besoin de taper l’adresse du routeur dans un fureteur pour pouvoir accéder à l’info.

Je me suis donc dépêché de mettre la merveille à l’essai sur mes différentes machines, en commençant par les deux plus près de moi, ma machine Vista et mon Mac Dual G5. Comme toutes deux disposent de cartes réseau Gigabit ou Fast Ethernet, et que les ressources Airport (802.11g) du Mac ont mal vieilli, j’ai testé la connexion filaire. Or, dans les deux cas, j’ai obtenu du 100 Mb/s. C’est ainsi que fonctionne la conjonction carte Fast Ethernet / routeur 11n. C’est d’ailleurs cette vitesse que j’ai obtenue avec ma boîte Linux (Xandros en l’occurrence), la carte y étant une 100 Base-T standard. Côté MacBook Pro (Core 2 Duo Intel), ma connexion WiFi m’a ici donné du 130 Mb/s, ce qui n’est pas si mal.

illustration2008021204.jpg illustration2008021205.jpg
100 Mb/s sous Vista dans un Core 2 130 Mb/s dans un MacBook Pro

illustration2008021213.jpgQuant à mon ThinkPad, un portable sous Win XP, j’ai pu obtenir du 300 Mb/s, je vous jure. C’est quoi le truc ? Avec le routeur N1, les gens de Belkin m’avaient ajouté une carte WiFi N1 de type PCMCIA. J’ai ainsi pu constater l’étonnante vitesse entre deux dispositifs 11n. Je me suis en outre dépêché de tester la portée du signal. Comme vous pouvez le constater sur la photo qui vous apparaîtra si vous cliquez sur la vignette ici à droite, j’ai placé le ThinkPad dans mon entrée de cour, à quelque 40 mètres (130 pieds) des routeurs 11g et 11n, sis au 2e étage de ma maison. Pourquoi 40 mètres ? Parce que dans les deux cas, c’est à cette distance que le signal est devenu trop faible pour jouir d’une connexion Internet digne de ce nom. Cependant, le Belkin 11n a continué d’offrir du 300 Mb/s, tandis que son ancêtre s’en est tenu à sa limite de 54 Mb/s (regardez bien les deux dernières prises d’écran, ci-après).

illustration2008021206.jpg
54 Mb/s: Routeur N1 de Belkin avec les ressources WiFi (Intel) du ThinkPad
illustration2008021207.jpg
300 Mb/s: Routeur N1 et carte N1 de Belkin
illustration20080212081.jpg
54 Mb/s: Routeur 11g avec les ressources WiFi (Intel) du ThinkPad
illustration2008021209.jpg
54 Mb/s: Routeur 11g avec la carte 11n (PCMCIA) de Belkin
illustration2008021210.jpg
54 Mb/s et signal faible: Routeur 11g avec la carte 11n (PCMCIA) de Belkin, à 40 mètres
illustration2008021211.jpg
300 Mb/s et signal faible: Routeur et carte 11n de Belkin, à 40 mètres

En ce qui a trait au PC de ma blonde, un P4/2.8 bien normal dont la carte WiFi 802.11g est une « sans nom » Made in China, rien n’a fonctionné en ce mode, quel que soit la configuration que j’ai pu imposer au routeur. Je lui ai donc changé sa carte WiFi pour une … Belkin, une « vieille » Pre-N en bon état de marche. Que nenni ! Poche d’ours et queue de castor ! De quoi grincher des dents en se roulant par terre.

Pourtant, en branchant un câble Ethernet sur la carte réseau 100 Base-T de ce valeureux PC, tout a ronronné comme dans un panier de minous, cela à 100 Mb/s. Et quand j’ai remis la WiFi Made in China, puis la Belkin, et que j’ai changé de routeur sans fil pour mon archaïque 11g, tout s’est remis à bien fonctionner, c’est-à-dire à 54 Mb/s. J’ai l’impression qu’il va me falloir acheter une carte N1 pour que la communication WiFi s’établisse; je vous tiendrai informés. Bizarre, non ? Heureusement, c’est le seul inconvénient que j’ai rencontré. Mais quel inconvénient ! Il a fallu que ça tombe sur le PC de ma blonde, le seul ordinateur vraiment essentiel de la maison. Pas de chance !

illustration20080212141.jpgUne précision en terminant. N’allez pas acheter ce routeur pour améliorer votre vitesse Internet; ça n’a rien à voir. On parle ici de réseau local, de vitesse entre les ordis d’un même réseau géré par un routeur. Celle du transfert de fichiers audio ou vidéo entre deux ordis. La vitesse du Net n’est que l’amalgame de ce que rendent possible votre fournisseur de services Internet, l’infrastructure du réseau public que vous empruntez et votre modem. Rien à voir avec le routeur.

Cela étant dit, il appert que, dans l’ensemble, le Vision N1 de Belkin est un appareil relativement recommandable. Il est très design, dispose de fonctions uniques et, sur 6 machines avec lesquelles je l’ai testé, il a fonctionné dans 5 cas tel que prétendu dans la publicité. Quant à son prix de 200 quelques dollars, il est assez élevé, du moins si on compare avec d’autres routeurs 11n (il s’en trouve à moins de 100 $), des produits moins « flyés », j’en conviens.

En un mot, ce produit m’a plu, sans pour autant me combler de bonheur. Mais restez à l’écoute, tel que spécifié ci-haut, en vert, je n’ai pas dit mon dernier mot…

Publicités

64 réflexions sur “Mise à l'essai du Vision N1 de Belkin

  1. @viva_zapata

    Pour ne pas avoir à installer et réinstaller ma distribution préférée, je conserve une partition exclusivement pour les essais d’autres distributions. La seule chose à surveiller est qu’il arrive souvent que la distribution mise à l’essai (c’est du moins le cas d’Ubuntu) décide que SA partition devient la partition amorçable. mais ça peut se régler assez facilement dans Grub.

    Si vous aimez tant essayer des distributions, pourquoi ne pas jeter un coup d’oeil à Fedora, OpenSuse et autres Mandriva? Elles fonctionnent (un peu différemment mais) tout aussi bien que les *buntu. Et si vous voulez vraiment ramer, il y a toujours Gentoo. Rien de tel pour apprendre les commandes en mode terminal! :-). Par contre, vous en apprendrez beaucoup sur le fonctionnement de Linux.

  2. @jmv1

    Merci mais j’ai d.jà essayé par le passé les Mandriva, OpenSuse et SImplyMEPIS sous les conseils d’une certaine Mango Parfait qui écrivait dans le Magazine Tux.

    J’ai choisi Ubuntu pour la qualité et la quantité des ‘informations disponibles sur leur site web. C’est un système qui s’installe facilement et qui est très robuste et les utilisateurs de cette distribution sont très courtois et collaboratifs slors que j’ai été malheureusement souvent traîté autrement ailleurs (style Go Read The Fucking Manual !!!!) ce que de toute façon je fais généralement.

    Gentoo déjà essayé mais jamais réussi à l’installer 😦 Je ne suis pas encore rendu là dans mon développement semble-t-il. Peut-être bientôt…

    Mais consacrer une partition pour tester des distributions est une excellente idée ainsi je ne touche pas à Ubuntu.

    Pourquoi n’y ais-je pas penser avant? Mais que faire alors avec Grub? en faire un backup avant d’installer la nouvelle partition et le jours où on décide de la supprimer on ramène le backup ?

  3. @ Toogreen

    Le site de Radio Canada étant bloqué en Chine, je me permets de copier-coller ce qui suit.

    Jeux olympiques 2008:
    Pékin garde le profil bas

    La Chine n’a toujours pas réagi au plus récent barrage de critiques qui l’accusent de bafouer les droits de l’homme à l’aube des Jeux olympiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières.

    Au cours des dernières heures, la dictature chinoise a reçu une volée de bois vert de la part du grand cinéaste américain Steven Spielberg, de lauréats du prix Nobel de la paix, de vedettes, d’athlètes et de Reporters sans frontières.

    Associated Press rapporte que le comité organisateur prépare une réponse et que la firme américaine de relations publiques Hill & Knowlton, embauchée par le comité, s’emmure dans le silence pour le moment.

    Seule l’ambassade chinoise aux États-Unis a réagi en publiant un communiqué qui indique: « Comme le Darfour n’est pas un dossier interne chinois, et que la Chine n’en est pas à l’origine, il est complètement déraisonnable, irresponsable et injuste que certaines organisations et certains individus y voient un lien. »

    Il est de notoriété publique que la Chine compte énormément sur les JO, qui auront lieu du 8 au 24 août prochain, à Pékin, pour présenter au monde l’image d’une société moderne et harmonieuse, entrée de plain-pied dans le 21e siècle.

    Série de critiques

    Mardi, Steven Spielberg a annoncé qu’il démissionnait de son poste de conseiller artistique pour la cérémonie d’ouverture et de clôture des JO en raison du soutien actif apporté par la Chine au Soudan, accusé de perpétrer des massacres à grande échelle dans sa province du Darfour.

    Cette démission est survenue le même jour où une lettre reprenant des arguments semblables et signés par des lauréats du prix Nobel de la paix (Desmond Tutu, Shirin Ebadi), des athlètes et des vedettes (Mia Farrow, Emma Thomson) a été envoyée au président chinois, Hu Jintao.

    Reporters sans frontières s’en prend de son côté au gouvernement chinois dans son rapport annuel 2008. L’ONG rapporte qu’une trentaine de journalistes et une cinquantaine d’internautes demeurent emprisonnés, malgré le fait que les autorités avaient promis « une totale liberté de presse » avant et pendant les JO. RSF ajoute qu’environ 180 correspondants étrangers ont été « interpellés, agressés ou menacés » dans l’Empire du Milieu en 2007.

    Le site spécial consacré aux JO sur le site en anglais de l’agence officielle Xinhua passe tous ces sujets sous silence, mercredi. Elle rapporte plutôt la diffusion en Europe pour la première d’un gala chinois consacré à l’évènement ou encore un rapport de l’Organisation mondiale de la santé au sujet des retombées positives qu’auront les jeux.

    L’épine Spielberg

    Le cas de Steven Spielberg est particulièrement troublant pour Pékin, puisque le cinéaste à la renommée internationale avait accepté de travailler avec le comité organisateur.

    Dans un communiqué, le réalisateur a écrit: « Le gouvernement du Soudan porte l’essentiel de la responsabilité des crimes en cours, mais la communauté internationale, et en particulier la Chine, devrait faire plus pour mettre un terme aux souffrances [des habitants du Darfour]. »

    « À ce stade, poursuit-il, je ne peux pas consacrer mon temps et mon énergie aux cérémonies des JO. Il faut plutôt que je fasse tout ce qui est en mon pouvoir pour contribuer à faire cesser les crimes inqualifiables commis contre l’humanité qui perdurent au Darfour. »

    Les signataires de la lettre envoyée au président Hu soulignent quant à eux la connivence de Pékin avec Khartoum. « En tant que partenaire politique, militaire et économique majeur du Soudan, et en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la Chine a à la fois la possibilité et la responsabilité de contribuer à une paix juste au Darfour », écrivent-ils.

    Toutes ces critiques s’ajoutent à celles régulièrement formulées par les organisations de défense des droits de l’homme. Amnistie internationale, par exemple, vient de publier un livre accablant sur les droits de la personne en Chine.

    Droits humains en Chine, le revers de la médaille, fait état de libertés individuelles brimées : expulsions massives et arbitraires de résidents, arrestations de dissidents et nettoyage culturel. Il y est même question d’un véritable trafic d’organes des condamnés à mort qui serait opéré à grande échelle.

  4. et en plus :

    « Chaque année, la Chine exécute plus de personnes que le reste du monde.

    Entre 1990 et 1998, Amnesty International y a recensé plus de 25,400 condamnations à mort et plus de 16,600 exécutions. »

  5. @viva_zapata

    « Mais que faire alors avec Grub? en faire un backup avant d’installer la nouvelle partition et le jours où on décide de la supprimer on ramène le backup ? »

    Faire un backup du fichier /boot/grub/menu.lst pour en extraire les paramètres qui nous intéressent et les copier ensuite dans le nouveau fichier menu.lst (ou grub.conf dans le même répertoire, ça dépend des distributions).

    J’ai installé Ubuntu sur la partition que je réserve aux essais. Il l’a rendue amorçable et y a installé grub. Dans mon cas, il s’agit de la partition sda10 alors que ma distribution préférée se trouve sur sda5. Alors j’ai simplement ajouté les lignes suivantes (à la suite de toutes les possibilités de démarrage d’Ubuntu) dans le fichier menu.lst :

    title=Ma distribution préférée 2.6.20 VirtualBox
    root=(hd0,4)
    kernel /boot/noyau-2.6.20-vbox root=/dev/sda5 acpi_use_timer_override=1 nmi_watchdog=0

    La première ligne n’est qu’un titre qu’on donne et qui apparaît dans les choix au démarrage. La deuxième ligne réfère à la partition racine ( / ) qui est sda5 mais ici appelée hd0 (premier disque), partition 5 comptée à partir de 0 (hum…). La troisième ligne dit que le noyau se trouve dans le répertoire /boot et, encore une fois, que la partition racine (root) se trouve dans /dev/sda5. Les derniers paramètres après /dev/sda5 sont propres au fonctionnement de ma machine.

    Ce que vous devrez sauvegarder devrait ressembler à ceci, si je me fie au fichier qu’Ubuntu a créé lors de l’installation :

    title Ubuntu, kernel 2.6.20-16-generic
    root (hd0,9)
    kernel /boot/vmlinuz-2.6.20-16-generic root=UUID=581d0124-ecb6-433a-83fa-5b62d9115bce ro quiet splash locale=fr_FR
    initrd /boot/initrd.img-2.6.20-16-generic
    quiet
    savedefault

    Vous pouvez ensuite redémarrer. N’oubliez pas que vous devez être l’utilisateur root pour pouvoir effectuer ces changements.

    J’espère que cela pourra vous aider!

  6. @jmv1

    Merci !!!

    Je suis présentement à télécharger OpenSuse 10.3. La dernière fois que je l’ai essayé date d’il y a quelques lunes. Avant son achat par Novell en tout cas et la Mandriva s’appelait Mandrake et mon essai date d’avant qu’elle se place sous la protection de la loi sur les faillites.

    Je viens d’aller faire un tour du côté de Gentoo et il semble que ça brasse quelque peu de ce côté (encore…)

  7. @Nelson:

    Merci pour l’info! Cependant j’avais déjà vu car heureusement, existe les proxys 😉 J’aime surtout le « Add-on » de Firefox « gladder » qui détecte quand un site est bloqué et passe automatiquement par un proxy, vraiment génial comme fonction. Cependant ce dernier ne fonctionne pas encore sous Firefox 3, que j’aime bien déjà et que j’adopterais si ce n’était pas de ca 😦

    Mais bon pour ce qui est de mes opinions politiques je fais quand même attention à ce que je dis sur le web 🙂 Faut pas être parano non plus mais vraiment à lire les média occidentaux on a l’impression que la Chine c’est presque la Corée du Nord… Je dois dire que quand on est à l’intérieur notre perception est vraiment différente. C’est un peu comme quand on va à Cuba j’imagine, heheh. Mais bon même si je suis conscient de tout ce qui se passe (et que oui, ca me concerne aussi) j’aime bien aussi remettre les pendules à l’heure, parce qu’il y a aussi du progrès et énormément de changements positifs, mais ca on n’en parle jamais!
    Par exemple les chiffres mentionnés dans l’article d’amnistie ci-haut sont de 1990 à 1998… Ca fait 10 ans déjà! Pourant juste après 4 ici, j’ai l’impression que ca a changé plus que dans les 20 dernières années avant! Ce que moi j’ai entendu c’est que les peines de mort maintenant ca ne s’applique qu’aux meurtriers et autres crimes majeurs. Je suis qui pour dire si c’est vrai? Mais si c’est vrai, c’est pourtant la même chose aux USA présentement. Et en plus nos voisins du sud viennent juste de rendre la torture légale… Sont-ils si bien placés pour faire la morale?

  8. héhé! On se souviendra du passage de Mia Farrow à « Tout le Monde en Parle » et où elle s’exclamait, toute hollywoodiennement, en parlant de Steven Spielberg: « Shame on him!« : Son numéro aura finalement porté…

    Anyways, toogreen, chapeau pour ta réponse! Les Ricains, avec leur « Patriot Act » ne sont pas à la traine! Arrestations arbitraires, écoutes électroniques ou autres largement permises, tortures documentées (Guantanamo) et « légalisées » (les simulations de noyade)… heille! Mais bon, c’est mauvais (très mauvais), que ca se passe en Chine, aux USA ou n’import’où ailleurs… Mais c’est pas demain la veille que ca va disparaître, ce genre de trucs!!! 😦

  9. J’ajouterai que Mia Farrow et cie devraient nettoyer leur cour avant de tenter de nettoyer celles des autres… ca commence comme ca… genre: « On ne veut que le bien du peuple irakien »… yeah! ok… mettons…

  10. Merci toogreen et marcofsky concernant VirtualBox, comme je l’avais écrit dans les commentaires sur le livre Mac je crois, c’est justement mon intention d’essayer VirtualBox car idéalement, j’aimerais être sur Ubuntu à temps plein et virtualiser mon WinXP pour les tâches qu’Ubuntu ne peut accomplir. Mon défi: je veux utiliser mon imprimante pour faire des impressions photo (gros manque dans Linux), faire reconnaître mon SpaceNavigator, ce qui sera une autre paire de manches. C’est un outil de manipulation 3D génial qui fonctionne avec Google Earth et les applications de CAO courantes, y compris SketchUp je pense.

  11. Un truc dont je vais m’ennuyer: sous Windows, j’ai réglé ma souris pour que le pointeur se déplace automatiquement sur le bouton par défaut dans les boîtes de dialogue. Ubuntu n’a pas ça…

  12. @gemnoc

    En tant qu programmeur, Le bouton par défaut, normalement, en faisant « Enter » sur la forme active, ton bouton déclenche. La fonction que Windows offre pour le pointeur de souris, peut s’avérer bon pour certain, mais peut occasionner des désagréments pour d’autres applications. J’ai analyser son comportement, lors du développement d’un application et j’en suis venu à l’oublier. Je crois pas qu’on perd beaucoup de temps à déplacer sa souris pour cliquer sur un bouton.

  13. Ouais, pas un gros inconvénient. Par contre, la perte de l’usage des 4è et 5è boutons de ma souris Logitech…(pour avancer/reculer dans le navigateur)… Mais j’ai fait des recherches, et il semble possible de configurer les boutons latéraux d’une souris sous Linux. Ça fait partie de mes projets… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s