Mise à l'essai de Photoshop CS3 Extended

illustration2008013005.jpgLa semaine dernière, un gaillard maugréant et ahanant vint me livrer une boîte signée Adobe. Tel un homme fort se débarrassant de son haltère, il la laissa choir sur mon malheureux plancher et s’en fut en se massant haineusement le bas du dos. Je compris alors que la Creative Suite 3 Production Premium d’Adobe avait un poids s’harmonisant à son prix de 2 387 $CAN. Évidemment, on y retrouve une panoplie de gros logiciels CS3 tenant sur … 8 DVD, soit After Effect Pro, Première Pro, Flash Pro, Illustrator, Soundbooth, Encore, OnLocation, Ultra et, bien entendu, Photoshop Extended, ce dernier, à lui seul, se détaillant 1 161 $CAN en version complète. Je sais, c’est le prix d’un PC !(Texte mis à jour le 2 février 2008)

illustration2008013012.jpgEn fait, pour son 18e anniversaire (oui, déjà l’âge de la majorité; « zieutez » les deux prises d’écran ci-après, la 2e étant un peu truquée, comme vous pouvez le constater…), le logiciel des frères Knoll se présente sur deux plateformes, Mac et Windows, en deux formats, « Complète » ou « Mise à niveau », et en deux versions, la « Standard » et la « Extended ». Selon le cas, le prix varie, grosso modo, entre 1 161 et 244 $CAN. La version « Standard » est ce bon vieux Photoshop avec quelques zillions d’ajouts, l’autre se destine à ceux qui veulent, en outre, faire du montage 3D, des animations et des analyses d’images très poussées. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site d’Adobe, tout y est. Vous pourrez d’ailleurs visionner une animation très réussie où, en cliquant sur un personnage, on déclenche une scénette particulière.

illustration2008013002.jpg
illustration2008013003.jpg

À l’instar du méga-coffret CS3, un coffret beaucoup mieux harmonisé, Photoshop 10 est gavé de nouveautés. Quant on sait que la version 7 et, surtout, la CS2 (9) lui avait mérité le titre d’”incontournable” pour les pros de la photographie et de l’infographie, c’est tout dire.

illustration20080130011.jpgL’autre côté de la médaille consiste à dire qu’on y a placé tellement d’outils et de possibilités, que le logiciel semble avoir atteint sa limite en matière de convivialité, laquelle représente néanmoins une amélioration par rapport à CS2. Par exemple, la fonction « Courbes » que l’on retrouve sous « Images / Réglages », est un bel exemple d’un outil disponible depuis toujours qu’Adobe a revampé au gout du jours. Tout y est désormais plus simple et évident. Autre exemple, le menu d’aide s’est adjoint les services d’un gros pointeur bleu qui vient nous indiquer où trouver dans le vrai menu, la fonction que l’on recherche (prise d’écran ci-après).

illustration2008013014.jpg

Reste que certaines fonctions ne sont pas évidentes et que si on est débutant, la lecture du manuel s’impose. Heureusement, on est bien servi à cette enseigne. Le manuel d’accompagnement du produit (2ème photo, tout en haut de cet article) est bien fait et de nombreux titres, dont “Photoshop CS3 pour les Nuls”, sont en circulation.

illustration2008013008.jpgDu côté de l’installation dans un Mac Intel Core 2 Duo, une MacBook Pro, disons que le processus a été assez long, en tout cas plus que ce à quoi j’avais été habitué depuis que je taponne dans PS. Mais après, ça s’est avéré un petit plaisir du petit bon Dieu. Contrairement à sa version précédente, Photoshop CS3 m’est apparu très vif et rapide. La cause ? On l’a écrit pour qu’il tire profit « naturellement » du processeur Intel propre aux nouveaux Mac. Comme on dit en serbo-croate, il est « native ».

illustration2008013011.jpgCela étant dit, mon premier constat ressemble à celui que j’ai fait en essayant, au début du mois, Office:mac 2008 (Microsoft) pour la première fois. Tout ce à quoi on est habitué se retrouve au même endroit; on est productif sans tataouiner. Il ne nous reste plus, au fur et à mesure, qu’à découvrir les nouveautés comme le menu « Analyse » qui apparaît désormais entre « Filtre » et « Affichage », ou encore ces coffrets d’outils prédéfinis (« panels ») que l’on peut désormais concevoir à sa convenance. En fait, je me répète, il y en a à ne plus finir.

illustration2008013013.jpgEt, dans le lot, je ne peux passer sous silence la techno « Camera Raw 4 » dont CS3 dispose désormais, une techno qui permet de traiter directement les images en provenance de la plupart des appareils photo haut de gamme. Adobe y a même placé un outil de retouches permettant certains traitements de départ. Cela inclut la conversion vers le N&B, ainsi que de nouveaux contrôles d’éclairage, de tonalité et de couleur. Incidemment, parlant monochrome, la nouvelle mouture de PS met le paquet en ce domaine: plus de commandes, contrôles mieux raffinés, possibilités accrues, etc.

Comme autre ajout vraiment digne de mention, et là, je suis absolument impressionné), il y a l’outil dit « de sélection rapide », un mélange du « Magic Wand Tool » et du « Pinceau ». Si on passe (même négligemment, dans certains cas) ce « bâton magique » sur une surface, il en perçoit automatiquement le contour et en fait la sélection. Regardez bien les deux images ci-après. Je me suis glissé l’outil sur la tronche et il m’a enregistré cette dernière. De plus, un panneau de contrôle permet de peaufiner le nouvel objet et de bien le préparer pour son utilisation future. Fascinant !

illustration2008013015.jpg illustration2008013016.jpg

(Ajouté le 2 février 2008) Ça m’a donné une idée. Ma soeur est une personne qui aime beaucoup voyager et qui a le sens de l’humour. Fait que, j’ai pris une de ses photos aussi intéressante que techniquement problématique (la première, ci-après), et je me suis amusé à lui changer le décor en me servant de cet outil génial. J’ai simplement ouvert dans PS une photo d’actualité (une manif à Montréal) sur laquelle j’ai collé la silhouette de ma soeur. Ensuite, j’ai bidouillé une minute ou deux et lui ai envoyé le résultat par courriel.

illustration2008020140.jpg
illustration2008020141.jpg

(Fin de l’ajout) Autre grosse affaire, il est devenu possible d’appliquer des filtres de façon non destructive (les pixels de l’image originale sont conservés). Une fois son calque choisi, on va au menu « Filtre » et on opte pour la commande « Convertir pour les filtres dynamiques ». Ce faisant, on obtient un objet distinct, mais vivant, sur lequel on peut travailler.

illustration2008013004.jpgEt ainsi de suite. Mais pour être honnête, je me dois de vous avouer que dans mon cas, PhotoShop est au traitement graphique, ce que Word est au traitement de texte. En un mot, je ne l’utilise qu’à 20 % de ses capacités. J’y bidouille mes illustrations pour Technaute, j’y nettoie, rajeuni, répare ou ressuscite les vieilles photos familiales et, parfois, je récupère, tant qu’à tout perdre, les moments ratés.

Par exemple, comparez les deux illustrations qui suivent. La première représente justement une de ces occasions inoubliables où il n’aurait pas fallu que l’appareil photo rate la mise au point. Il faut comprendre que le photographe et le sujet consommaient des margaritas dans un Chevy’s. La seconde est ce qui résulte, une dizaine de clics plus tard : un souvenir graphique amusant qui rappelle, non sans quelque insistance, que le photographe et le sujet … consommaient des margaritas chez Chevy’s.

illustration2008013006.jpg
illustration2008013007.jpg

Je sais, ce produit est loin d’être donné. C’est un outil professionnel, un très bel outil, que mon oncle Armand et ma tante Germaine ne courront pas s’acheter. Pas plus qu’ils ne le pirateront. Car c’est devenu compliqué. Compliqué et risqué ! Ne parle-t-on pas de « grosses méchantes bibittes » cachées bien creux dans des logiciels craqués qui sont disponibles dans les « torrents » et autres « warez » ? Ça se dit. Légende urbaine ? Qui sait !

Non, pour Armand et Germaine, comme pour moi, du reste, la solution pourrait être Photoshop Elements 6, un produit qui a récemment attir mon attentionet dont j’aurai le plaisir de vous parler sous peu.

Restez à l’écoute.

Publicités

64 réflexions sur “Mise à l'essai de Photoshop CS3 Extended

  1. @gemnoc,
    il y a aussi GIMPshop qui tente de recréer « l’expérience photoshop », avec plus ou moins de succès. Et je crois bien que Paint.NET est compatible avec Mono (le clone multiplateforme de .NET), je me trompe?

  2. L’an dernier j’ai calculé combien ça me coûterait en licenses logicielles pour pouvoir faire des contrats de développement Web dans un environnement strictement Adobe (comme l’exigent certains clients)… le total atteignait 3200$. Ça prend un beau paquet de contrats lucratifs (ce qui ne court pas les rues) juste pour se payer l’outil de travail. Et à ce prix, vous n’avez même pas les versions « pro » en main… Donc il n’est pas étonnant que les pigistes et même certaines petites entreprises de design utilisent des licenses piratées.

  3. @marcofsky,
    je voudrais bien essayer de vivre sans les logiciels Microsoft, que je n’aime pas beaucoup de toute manière. Mais côté matériel, je ne peux pas me passer de leurs souris et de leurs claviers; ils sont de trop bonne qualité! Sans compter que leurs claviers sont les seuls claviers grand public à respecter à peu près en entier les recommandations de l’OLF sur le clavier « canadien français » (norme CAN/CSA Z243.200-92).

  4. @Toogreen

    Scribus est vraiment un logiciels montants de l’open-source. Même si je préfère InDesign au boulot, a la maison, c’est Scribus. J’ai eu quelque problème de « refresh » de texte cependant.

  5. @ toogreen & phantoman

    Scribus, j’adore! Mais tout récemment, pour une raison que j’ignore, il plante – toujours avec la même erreur « Code 11″… 😦 et malgré mes recherches, j’ai pas trouvé ce qui l’offusquait. Si vous avez une idée, js suis preneur!

  6. @HDufort

    Ai-je tort d’aimer les souris et claviers de Logitech? Le hardware grand public de Logitech m’a toujours donné un excellent service. Une opinion là-dessus?

  7. @ Toogreen

    Merci pour l’info, Mais à vrai dire je m’éloigne de Quark le plus possible. Donc son clone risque de me rebuté tout autant. Quand un client me force à travailler avec ce logiciel, j’augmente aussitôt mon estimation pour le boulot à faire.

    C’est certain que c’est plus payant dans ce cas-là, mais me fendre le derrière pour de l’argent ça ne va pas avec ma vision du bonheur 😉

    Faudrait bien que j’essaie Scribus pour le plaisir. Car professionnellement je ne peux pas me permettre de perdre des milliers de dollars dans une job mal imprimé. J’ai quand même attendu 5 ans avant de me décider à faire le saut avec Indesign pour de du vrai boulot.

  8. J’ai trouvé une autre application a faire avec scribus. Ma fille voulait faire un album photo. Elle place les photo au pourcentage et au cropping qu’elle veut dans scribus. Il est ensuite possible d’exporter la page en bitmap. Pas besoin d’ouvrir les images et les re-travailler avec un logiciels photo!

  9. hdufort, j’avais regardé GIMPshop, malheureusement, ils sont très en retard par rapport à GIMP.

    Concernant les claviers, c’est bien la première fois que je rencontre quelqu’un qui tient autant que moi au clavier normalisé! J’avais réussi à trouver un clavier NMB conforme à la norme ACNOR dans une boutique de clones, et depuis 10 ans, mes ordinateurs se succèdent, mais le clavier reste.

    Une alternative, l’achat d’étiquettes par Beaujoie que l’on appose sur le clavier. Il faut évidemment que le clavier ait une touche entre le shift de gauche et le Z. Plusieurs couleurs sont disponibles, et ça ne paraît presque pas.

  10. On aura évidemment compris que les étiquettes sont apposées sur les *touches* du clavier. C’est ce que j’ai fait pour le Thinkpad de ma mère l’année passée. En noir sur noir, il faut se coller le nez sur le clavier pour remarquer les étiquettes, et elles sont très résistantes. Les étiquettes semblent recouvertes d’un film plastique satiné.

  11. Dans votre prochain article – Photoshop Element 6 pour Mac – j’aimerais que voir des comparaisons simples entre element 6 et CS3. Je pense surtout a la fonction « selection rapide » ( remplacer un sujet d’une photo a l’autre) – une fonction nouvelle de Element 6. La fonction de faire disparaitre des items d’une photo etc…. les fonctions de base pour ameliorer une photo.
    J’utilise presentement Element 4 – et je me propose d’upgrader a 6. J’attend votre article avant d’agir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s