Photos piquées sur le Net: l'étau se resserre

illustration2008010201.jpgUn ami vient de me faire parvenir la copie d’une mise en demeure salée qu’on lui a récemment fait parvenir pour avoir « emprunté » trois photos sur le Net et les avoir placées sur son site de cybercommerce. S’il obtempère à la requête de la multinationale américaine Getty Images, le copain devra débourser 4 350 $, soit 1 450 $ par image, des images « corpo-sans-âme », typiquement « eCommerce », style « téléphoniste à la prise de commande », « succès dû aux bienfaits techno », etc. Inutile de vous dire qu’il est un peu en état de choc. Il lui faut en vendre des cossins pour arriver à générer 4 350 $ de profits !

illustration2008010204.jpgQui c’est Getty Images ? Une grosse boîte crédible et bien cotée en bourse (NYSE GYI) dont vous pouvez lire les faits et gestes en cliquant ici. Le siège-social est à Seattle, là où habite son fondateur, Mark Getty (le « souriant » personnage ci-contre), et elle dispose de 21 bureaux à travers le monde. Sa mission ? Vendre des images de qualité professionnelles à ceux qui en ont besoin.

Une fois traduit (sans avoir consulté un avocat), le texte de la requête ci-après débute ainsi: « Nous avons constaté que vous utilisez des images représentées par Getty Images pour vos besoins de cyber promotion sur le site Web de votre entreprise. Après avoir consulté nos dossiers, nous n’avons trouvé aucune licence valide vous autorisant à le faire. Comme vous le savez probablement, l’utilisation d’une image sans une licence valide est considérée comme étant une violation de droit d’auteur tel que précisé dans la loi américaine du Copyright de 1976. Vous trouverez ci-joint notre demande de règlement advenant que vous ne pouviez produire une (des) licence(s) valide(s). »

illustration20080102021.jpgGetty est une boîte états-unienne, alors que l’entreprise de mon copain est incorporée au Québec. Qui plus est, la mise en demeure a été signifiée de Seattle, en anglais, et elle s’appuie sur une loi amerloque. Des avocats, s’il y en a d’embauchés (???) y verront peut-être matière à réfuter la requête et à se mettre à gagner du temps. Allez savoir. La poursuite, s’il y en a une, peut donc se compliquer.

Reste que la loi canadienne va dans le même sens que celle de l’Oncle George. Je vous cite, ci-après, ce qu’en dit l’expert québécois Jacques Laurendeau: « Si un utilisateur ou une utilisatrice d’Internet reproduit sans autorisation une œuvre accessible dans un site Web (par exemple, un article de revue ou un texte littéraire, une photo ou une illustration, une chanson ou une pièce musicale), il ou elle viole le droit d’auteur, à moins qu’un avis ou une mention quelconque dans le site consulté n’autorise explicitement une telle utilisation. »

Bref, mon copain s’est couvert de pipi en piquant trois photos dans le méga coffret de Getty. Les lois canadienne et américaine lui donnent tort et permettent à Getty de défendre sa propriété. J’ignore ce qu’il va faire, mon ami cybercommerçant, s’il va contester, négocier ce montant pas vraiment assez important pour se doter des services d’un avocat, invoquer un problème de forme, ignorer pour laisser venir. C’est son affaire.

Son point de vue, à Getty, est le suivant. Je vous le résume en me référant à la section FAQ de sa mise en demeure.

  • Sachez que Getty a des ententes contractuelles avec des photographes et des cinéastes et elle entend bien faire respecter leurs droits de propriété intellectuelle.
  • Getty comprend parfaitement bien qu’un designer contractuel a pu vous livrer, mon pauvre monsieur, un site Web clé en main avec des photos dont nous gérons les droits. Malheureusement, si vous ne pouvez nous prouver que vous détenez une licence valide d’utilisation, vous nous êtes quand même redevable. À vous de retracer ce contractuel pour lui réclamer la somme exigée.
  • Vous avez retiré de votre site Web les images en question et vous considérez l’affaire réglée ? Tsk-tsk. Vous êtes quand même dans le pétrin. Puisque les images ont été mises en ligne, il vous faut nous payer notre dû !
  • Vous avez trouvé ces images sur Internet et avez cru qu’elles étaient libres de royautés ? Pas de chance, mon pauvre ami, les images dont nous parlons dans notre mise en demeure ne l’étaient pas.
  • Vous ne saviez pas que lesdites images étaient représentées par Getty ? Triste ! Sachez, pauvre vous, que Ignorantia juris neminem excusat (Nul n’est censé ignoré la loi) !
  • Vous avez acheté un Web Template (panoplie Web) dans lequel il y avait nos images ? Ici non plus, pas de chance. Si vous les avez mises en ligne, même de bonne foi, vous en êtes le responsable ultime. À vous de mieux vous organiser.

J’ignore combien il y a de sites Web sur le Net et j’ignore combien de photos chaque site comporte en moyenne. Ce que je sais, c’est que la plupart de ces images ont été ramassées, inconsidérément et sans intentions criminelles, sur le Net. J’ai même retrouvé deux de mes propres photos sur un site français (et j’en n’ai rien à cirer !). C’est ainsi que ça fonctionne. Or voilà-t-y pas qu’une multinationale a décidé de jouer à la police. Des gens, chez elle, passent leurs journées à fouiller le Triple W dans l’espoir de débusquer les utilisateurs en dérogation. Et, s’ils en trouvent, crac ! un petit WHOIS et re-crac ! dans les dents, une grosse facture matraque ! Imaginez, 1 450 $ pour un « préposé aux commandes souriant de ses belles dents chicklet ».

illustration2008010203.jpgSi la demande est exagérée, elle est néanmoins légale et justifiée. Il y a même des précédents ici au Québec. J’ai souvenance d’une publication montréalaise qui, vers 2002 ou 2003, avait traîné Québécor aux Petites créances pour avoir publié sur un site Web lui appartenant, une photo empruntée sur le site Web du plaignant. La boîte à PKP avait dû payer.

Y a-t-il d’autres grandes entreprises qui, à l’instar de Getty, écument le Net pour pouvoir réclamer des 1 450 $ ici et là, un peu comme ces avocats américains qui parasitent les salles d’urgence dans l’espoir de trouver quelque patient outragé qui accepterait de poursuivre l’hôpital ? Si c’est le cas, je connais des Webmestres québécois qui vont commencer à stresser.

Je ne suis pas avocat et je n’en ai pas consultés avant d’écrire ces lignes; on est le lendemain du Jour de l’An et les bureaux sont fermés (mais peut-être que des lecteurs de Technaute le sont, disciple de Thémis, avec des connaissances en protection de la propriété intellectuelle; auquel cas, ils sont les bienvenus dans les commentaires ci-après). J’ignore donc si Getty pourrait vraiment poursuivre mon copain et gagner sa cause ici au Québec. Ça reste à savoir. Je vous parle plutôt du principe en cause et du poids de la menace utilisée pour faire cracher 4 350 $ à une cyber TTE (« tite-tite » entreprise) qui s’est inconsciemment mise en situation périlleuse.

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

72 réflexions sur “Photos piquées sur le Net: l'étau se resserre

  1. Je viens de terminer mon cours en photographie commerciale. J’aimerais bien vivre de mon travail en photographie. Sur le net beaucoup de gens ont développé la mentalité que tout est gratuit. Savez-vous ce qu’il en coûte au photographe pour produire ses photos?

    Un photographe professionel peut facilement avoir entre 10000 et 100000$ d’équipement. La location d’un studio coute facilement $1000 et plus par mois avant les taxes, l’électricité, le téléphone, internet et tout le reste.

    Il y a un fait très simple, pour gagner sa vie un photographe doit vendre ses photos, pas se les faire voler. Produire une photo de qualité demande du temps, celui qui la produit a le droit à une juste rétribution. Dans l’économie où nous vivons toute personne a besoin d’argent pour payer ses comptes.

    Je suis sûr que la pluspart d’entre vous êtes contre l’esclavage. Forcer quelqu’un à travailler pour rien c’est de l’esclavage. Voler le travail d’autrui est une forme d’esclavage. La prochaine fois que vous utiliser la création d’autrui, surrtout si c’est pour généer des revenu, pensez-y.

  2. Nelson, je trouve ça assez sidérant que vous traitiez cette nouvelle comme si c’était de l’abus de la part de Getty, de la « poursuivite aïgue » mal avisée.

    Si votre copain a piqué des images sur le net pour se faire un site, il est dans le tort, point final.

    Rien n’empêchait votre copain d’en prendre lui-même de ces photos « génériques » et « corporate ». Toutefois je suis certain qu’au lieu de les faire lui-même, il a bien apprécié celles qu’il a piqué qui sont surement beaucoup mieux (décor, éclairage, etc) que ce qu’il aurait pu faire par lui-même dans sa cuisine avec un vieux kodak.

    Eh ben voilà. Ces photos ont requis le temps, le matériel et le savoir d’un photographe et pour ça, il faut normalement payer non? C’est vraiment une maladie des temps modernes que de croire que plus c’est facile de voler quelquechose, moins c’est grave. MP3, photos, logiciels…

  3. The money jungle ! toujours et encore.

    Si on affiche une image, (sur internet) c’est certain qu’elle risque de se faire cloner. Quoique qu’il y a des images qui sont « bloquées » à moins de faire une capture d’écran.
    Cependant, on devrait « l’identifier » avec une signature pour faire connaître le talent qui l’a produite.

  4. @Tous

    Je sais que mon sujet a pas de rapport avec le vôtre, cependant cette question me travailler ces jours-ci et les plus débrouillards en technologies se trouvent ici je crois.

    Bon voilà, j’ai un décodeur HD (Cogeco) et un téléviseur à projection HD 52 pouces… Je n’ai pas encore de câble HDMI et on me dit (si je veux vraiment la définition HD) qu’il faut que j’aille le câble en question. Cependant, le câble que j’ai de besoin est DVI / HDMI puisque je n’ai pas de « slot » HDMI derrière mon décodeur…

    Mes questions sont les suivantes… Le câble DVI / HDMI est-il aussi fiable que le câble HDMI standard ? La qualité de l’image sera-t-elle de loin supérieure avec ce câble même si ce n’est que projection et non LCD ?

    Merci

  5. Gagner son pain à la sueur de son front c’est valable pour tout le monde.

    Faire son pain avec le labeur des autres est un vol sauf s’il y a entente préalable.

    Vous pouvez copier toutes les photos du web en autant que vous les gardez pour usage personnel soit sur votre ordi ou sur des CD-DVD et en veillant que ceux-ci ne quittent pas votre contrôle.

    Je me souviens qu’un grand nombre de poster et de planche laminé montrant des images d’oeuvre d’art ou des photos prisent sur le Net et qui se vendaient dans des boutiques de location de Vidéo de premier ordre. Ces objets étaient en consigne et les deux parties se partageaient la recette.

    Qu’elle est la différence entre le Sujet en rubrique et l’exemple ci-haut ?

    Aujourd’hui, la plupart des gens son au courant du respect de la propriété d’autrui en matière de droit d’auteur sur le Net et en d’autres lieu et biens. La prudence est toujours de rigueur.

    Même « Voler » un voleur c’est Voler ! C’est voler le premier détenteur légitime par le biais du premier voleur.

    Personnellement, en regard du sujet de la photos et de sa représentation, je demanderai à la compagnie ‘Getty Images’ de prouver sa bonne fois et de me présenter une preuve de contrat liant sont prétendu client à son titre de représentation et de protection des intérêts de ce dernier.

    Même cette grosse compagnie Cybernétique peut glisser, tant sans faut, dans le « Fishing » involontaire et ce par réflexe automatique de ses employés Zélés et payé à « Commission ».

    Payer sur un avis dit « Mise en demeure » reçu par internet via le mode « E=Mail » « Courriel » n’est pas, à ma connaissance, suffisant pour légitimer une tel démarche. Elle serait valble si elle est transmise par « Post Recommandé » et dont le « Coursier » transmetteur à la signature de réception du destinataire en preuve.

    La peur est bien souvent l’argument préliminaire que l’on retrouve dans la première prise de contact.

    Le droit de l’intimé réside sur la présentation de preuve que ce dernier est blâmable d’une infraction.

    En d’autre terme que « Getty Images » prouve la pertinence de sa démarche à priori légalement questionnable.

    Au Québec et au Canada c’est à la « défense » de prouver que l’ « accusé » est coupable et ce avec des preuves pertinentes.

  6. Votre copain est dans l’illégalité, tout simplement. Des droits d’auteurs doivent se faire respecter, que ce soit pour 4000 photos ou tout simplement 3.

    Inversez les rôles et vous trouverez vous-mêmes vos réponses. Si vous étiez le fondateur de Getty Images et que vous représentiez des photographes, pourquoi laisseriez-vous tout le monde « voler » vos photos pour lesquelles certains de vos Clients paient honnêtement et que d’autres ne pairaient rien?

    Si vous étiez le fondateur de Getty Images et que vous représentiez des photographes, pourquoi laisseriez-vous tout le monde « voler » vos photos pour lesquelles certains de vos Clients paient et que vos artistes ou photographes vous font confiance avec une entente dûment écrite?

    Si vous étiez un photographe et que votre talent était recruté par Getty Images, aimeriez-vous que Getty Image ne protège pas vos droits ou ne vous donne pas tous les revenus qui viennent avec la popularité de vos photos? Vous senteriez-vous lésé si vous appreniez que Getty Image ne s’est pas battu pleinement pour faire respecter pleinement l’entente que vous avez signé avec lui? Vous senteriez-vous lésé si vous appreniez que Getty Image ne vous donnait que 15% des revenus qu’il collectait et qu’il se mettait le reste dans les poches sans vous le dire???

    Référez-vous aux droits du fameux SMILEY. L’enjeu n’est pas différent. Référez-vous au download de fichiers musicaux avec les logiciels P2P (Kazaa, etc …). L’enjeu n’est pas différent.

    Ce qui cause votre incompréhension est la quantité ici. 3. 3 photos « volées » par un entrepreneur qui n’a pas trop de sous et qui n’est à la base absolument pas malhonnête. Ça se comprend. Toutefois, la loi ne s’applique pas comme ça.

    Et si votre copain a besoin de photos si simples, alors pourquoi ne s’en fait-il pas lui-même?

    Je comprends votre offusquation. Je réagirais aussi de la même façon dans un premier temps. Mais prenez un recul et vous verrez qu’il s’agit avant tout de la reconnaissance d’un droit, d’un travail d’autrui, régis par des normes internationales et surtout demandé sans permission officielle. Tout simplement.

  7. Un voleur c’est un voleur , votre copain s’avais surement que les photos qu’il avais pris sur le net ne lui appartenais pas , en plus il s’en sert dans un but lucratif pour sa publicité donc , qu’il paie la note maintenant …
    désolé . bye

  8. Salut Nelson et bonne année 2008!
    Je suis d’accord avec tous ceux qui sont du côté de Getty et j’espère que ton chum va être obligé de payer.
    Comme certains l’ont dit plus haut, Getty a des contrats (très stricts) avec des photographes et ces photographes gagnent leur vie en vendant leurs photos. Est-ce que ceux qui prennent la défense de ton chum travailleraient gratos pendant un mois ou deux – ou plus? Je vois d’ici leur tronche s’il leur manquait la moindre cenne noire sur leur chèque de paye.
    Les créatifs, les artistes, ils sont comme ceux qui prennent la défense de ton chum – ils doivent bouffer (c’est ben ben plate, mais c’est comme ça), se payer un toit sur la tête et se tenir les fesses au chaud. Et c’est en vendant ce qu’ils créent qu’ils réussissent plus ou moins bien à le faire.

    En passant, il y a des logiciels et des techniques qui permettent de détecter le piratage – et vite! Et il n’y a pas que Getty qui le fait. Il ne manquerait plus que des nonos se croient les rois du Net et volent à tour de bras. Encore une fois, la médiocrité veut l’emporter.
    J’espère qu’on va en arriver à détecter TOUS les cas de piratage et à faire payer les voleurs au centuple pour leur enlever le goût de voler. En attendant, appelons les choses par leur nom et n’ayons pas peur de dire que ce sont des voleurs et qu’ils volent.

  9. WOW, c’est incroyable le nombre de personnes qui volent tous sur le web en pensant que c’est gratuit ! Allons y les amis, la musique, les films, les photos, les livres, youpidou !!!!

    C’est du VOL, du VOL et j’espère qu’il devra payer et qu’il perdra son droit de traverser la fron tière à cause de son dossier criminel !!!

  10. @wassim (et aux autres)
    Un jour, en surfant, je suis tombée sur un site où, un Québécois qui se croyait au-dessus des lois, avait piqué un article et une photo d’un magazine automobile québécois. Le Québécois, outré, publiait la mise en demeure reçue du magazine. Donc:
    1) Il est faux de croire que seuls les Américains défendent leurs droits. Comme l’a dit quelqu’un plus haut, il y a ici même des créateurs qui sont lésés et qui se défendent.
    2) Les lois protègent la propriété intellectuelle.
    3) Personne n’a le droit de voler sur Internet. Indiquer la source ne suffit pas. Avant de pouvoir publier quelque chose qui se trouve sur le Net, il faut obtenir l’autorisation écrite du proprétaire de l’oeuvre. C’est la seule façon légale d’utiliser une oeuvre protégée par droit d’auteur – qu’elle soit utilisée à des fins commerciales ou professionnelles. Un vol est un vol – peu importe l’utilisation que le voleur fait de son butin.
    Cela étant, je suis ravie de voir qu’autant de personnes défendent la propriété intellectuelle. 🙂

  11. Je suis photographe et j’ai travailler dans des laboratoire photo. Mon opinions va donc dans le sens de Getty. Il n’est pas si facile de faire une bonne photo. La qualitée offert par Getty (Istockphoto et tout les autres) est très bonne. (Bonne résolution, bon détail et bon éclairage).

    Vous dites « des photo sans âmes ». Mais aussi sans ombrage mal placé, sans arrière-plans « pas rapport », etc…

    C’est cela le travail des photographes, trouver des modêle qui sont adéquat pour le genre de photo. Trouver des endroits et les réserver (eux, les photographes, on tendance à demander la permission avant de s’installer). Ensuite il doivent les « cropper, les sauvegarder et les envoyer à l’agence ou les mettre en lignes. (ce qui inclut souvent un travail d’archivage).

    Si votre ami pensait réellement qu’il avait le droit de prendre n’importe lequel photo sans payer et ou demander la permission, il est vraiment con et je ne donne pas cher de son entreprise. Sinon il savait ce qu’il faisait et il s’est fait prendre à voler.

    Quand au montant demander, il ne représente pas le coût des photos, mais plutôt le cout de la fraude. Si vous volez une « gogosse » à 40$ dans un magasin, il vous en coûtera beaucoup plus chêre si vous vous faites prendre.

  12. Presque tous ces commentaires viennent de photographes qui prêchent pour leur paroisse. Vous me faites suer avec votre morale de merde! Personnellement, je me fous bien si d’autres utilisent mes photos (that que je n’y suis représenté), c’a voudra au moins dire que je prends de belles photos! Aussi, n’oubliez pas qu’à l’époque du Baroque, l’emprunt d’une mélodie était vue comme un compliment et non comme un vol. Vous êtres des ayatollahs de la photo, des individualistes paresseux et des mercatiles de la pire espèce! Voyons donc, si prendre une photo releverait de l’exploit… Partagez et l’humanité ne s’en portera que mieux.

  13. Je doit dire que je suis plutôt du côté de ceux qui veulent protéger leurs les droits d’auteurs. Ça me ferait vraiment suer que quelqu’un utilise mes photos sans permission surtout si c’est dans un but commercial. Par contre, je crois que la mise en demeure aurait simplement pu consister en une demande de retirer les dites photos. Et dans le cas ou la demande est ignorée, là, on fonce dans le tas…

  14. @ta_vieille_chum

    Il y a d’autre manière de fonctionner. On peut générer une license creative common qui autorise d’emblée le reproduction a des fins non-commercial. Pas nécessaire d’obtenir une autorisation écrite. Moi aussi je suis surpris et content de voir qu’autant de personnes ici se préoccupent des droits d’auteurs.

    @mbel24
    Demander simplement de retirer les photo est inutile. C’est comme si tu te fait voler ton auto et que la police ne fait que demander au voleur de te la redonner et on oublie ça.

    @Nelson
    Tu m’as déçu avec cette chronique Nelson. Chercher un échappatoire en sachant que ce que l’on a fait est illégal est simplement de la malhonnêteté intellectuel. C’est comme un ticket de vitesse. On sait qu’on allait trop vite, mais on se trouve toute sorte d’excuse. La signalisation est mal faite, on devrait avoir le droit d’aller plus vite etc..

  15. La gratuité du Net n’était qu’un leur. Tous monde veux faire de l’argent avec son produit et pour un rien, cela va devenir monnaie courante sur le net.
    Fini les Cadeaux faut passé à la caisse au max.
    Bienvenue en 2008 monde d’un capitaliste sauvage

  16. Après avoir lu plusieurs commentaires, j’en conlus que TOUTES les personnes qui ont écrit sur ce blogue, sont TOUTES honnêtes en évoquant la loi des droits d’auteurs, AH! AH! AH!.

    Nous sommes dans un monde où critiquer les autres peu importe le sujet, c’est tellement facile.

    Combien d’entre vous avez été honnêtes à 100% dans votre vie, que vous n’avez jamais trompé votre conjoint(e), que vous avez TOUJOURS déclaré vos revenus gagnés peu importe la manière, que vous avez TOUJOURS respecté les limites de vitresse, etc….?

    La réponse: Les septiques seront confondus, AH! AH! AH!.

    Vous savez Nelson, écrire ce genre d’articles fait plaisir à certaines personnes.

  17. Sans avoir la réponse parfait. Ton ami pourrait faire l’acquisition des dites photos en son nom personnel (et non au nom de la cie). Il pourra ensuite jouir d’une licence. C’est un peu simpliste mais qui sait. De plus qui ne dit pas que c’est ton ami qui a pris la dite photo en premier et Getty lui aurait volé. Bon je délire. Bonne chance !!

  18. Ce qui est damnant dans cette histoire c’est le fait que ces photos sont utilisées dans un but commercial. À cause de ça, votre ami est avant tout moralement obligé de payer. Sans oublier que s’il achète les licences, elles seront déductibles d’impôts!

    Ceci dit, si les photos étaient utilisées à des fins non commerciales, alors là c’est une autre histoire. Il pourrait se défendre un peu.

    Mais comme c’est là, que Getty soit légalement dans son droit ou non, c’est à votre ami de jouer.Bonne chance à lui et ses entreprises!

  19. Votre ami aurait dû faire affaire avec des professionnels de la communication pour la conception de son site de commerce, ça l’aurait mis à l’abri de ce genre de pépin… En passant, le prix réclamé par Getty ne me semble pas démesuré étant donné l’usage commercial. C’est le prix du marché.

  20. Nous avons reçu la même lettre de Getty cet hiver et une nouvelle lettre aujourd’hui. J’ai cherché dans les archives judiciaires et je n’ai pas trouvé de poursuites entamées par Getty à ce jour au Canada. J’aimerais beaucoup savoir ce qu’il est advenu de votre ami. Peut-on connaître la suite?

  21. À mon avis ça sent l’arnaque… l’hameçonnage.

    1: Leur site est mal construit… car…

    2: Une photo ça se verrouille… et… Le mot copyright peut être ajouté en filigrane.

    3: On ne met pas, par exemple, les fichiers mp3 en « display » et accessible à tous…du Genre « Bar-Open » Non! on met le lien qui mène à la page « Achat ». Un message clair. Je fais une page pour y « Vendre » des photos. Je laisse des images « Identifier » comme échantillon gratuit en basse résolution. Le Hi-Res est ici $$$/photo.

    4: Il est clair que si tu ne veux pas que tes photos soient copiées les moyens sont là. Ne pas les prendre c’est presque comme dire « Servez-Vous s’il vous plaît »

    Ce qui mène au point no. 5

    5: L’intention: Jusqu’à quel point Getty ne se servent pas de ces photos juste pour faire de l’argent facile.

    Pendant ce temps… Si j’oublie de verrouiller mon auto c’est moi qui paye une amende.

    Je pourrait pas, à la place, filmer le gars qui vole mon auto ( une Pacer ) puis ensuite poursuivre le voleur pour le prix d’une Mercedes à titre de dommage exemplaire.

    Du point de vue strictement légal ça peut pencher du côté de Getty… qui lui a été négligeant en laissant traîner ses billes. Mais très vigilant quand vient le temps d’empocher l’argent. C’est d’un mercantilisme répugnant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s