De la techno aux Pygmées

illustration2007121302.jpgCe que j’aime dans mon métier de chroniqueur techno, c’est que les sujets d’articles sont innombrables. Et pour peu que j’accepte d’être enguirlandé par les autorités de Technaute, ils sont illimités. Je peux même vous parler des Pygmées d’Afrique si j’en ai envie. Vous ne me croyez pas ? Regardez-moi bien aller et admirez l’écheveau logique qui va m’y amener. Vous en serez béat d’admiration. Mon amorce ? La montréalaise Marie Druet (photo ci-après), une infographiste, une designer Web, une experte en ergonomie Web, une pro sachant vous dire pourquoi votre site Web est laid ou mal fichu et comment il pourrait être amélioré.

illustration2007121301.jpgPeintre de talent à qui il arrive d’exposer, même à Westmount svp, Marie est une maman qui doit quand même faire bouillir la marmite. D’où ses couteuses formations technos et ses autres cours. Hélas ! la malheureuse en arrache avec la langue de Shakespeare. « Maille téleur izzz rîîîche ! » En fait, elle est une preuve vivante qu’à Montréal, nonobstant la loi 101, il est quasi impossible en 2007 de travailler en techno/design, en tant qu’employé permanent, si on ne parle pas l’anglais.

illustration2007121304.jpgD’où sa frustration (pour parler en euphémisme), d’où son inscription dans un centre d’éducation des adultes pour y apprendre « how to be fluent in English ». Ainsi, elle pourra enfin se trouver le boulot bien rémunéré auquel ses qualifications lui permettent de rêver. Or voilà-t-y pas que les hasards de la vie font que ce centre soit L’Impulsion, une école spécialisée qui relève de la Commission scolaire de Laval dont le directeur, Patrick Pierard (photo ci-après), est un ancien coopérant au Gabon. Et qui dit Gabon, dit Pygmées, puisqu’une bonne partie de ces Africains caractérisés par leur petite taille y vivent.

illustration2007121303.jpgIl faudrait plutôt dit « y survivent dans la misère la plus affligeante ». Comme me l’a expliqué hier M. Pierard, « l’image que l’on se fait des Pygmées, est encore trop souvent bercée d’un certain romantisme; la réalité de 2007 est beaucoup plus brutale. Très peu nombreux, les Pygmées du Gabon n’arrivent pas à se faire entendre dans un pays où la pauvreté est un état courant. Ils sont des citoyens de seconde zone dans leur propre pays. » En se référant à une étude récente impliquant l’UNESCO, 93% de ce peuple n’ont pas d’acte de naissance, donc pas de citoyenneté véritable. « Cette non-existence les tient loin des services normalement offerts aux populations par le gouvernement. »

Souvent sédentarisés de force, les Pygmées (qui sont de culture nomade) ont vu leur situation socio-économique et culturelle se dégrader gravement :

  • 99% sont analphabètes;
  • 90% des enfants en âge scolaire ne fréquentent pas l’école;
  • Malgré un taux de fécondité très élevé, la mortalité infantile est terrible;
  • Le dénuement matériel est consternant;
  • L’hygiène et la salubrité sont sous le minimum humainement acceptable;
  • L’accès aux soins de santé est, à toute fin pratique, inexistant;
  • Et ainsi de suite; « ces gens peinent à vivre avec un minimum de dignité humaine ».

illustration2007121305.jpgOn comprend pourquoi la journée d’hier était un peu spéciale au centre L’Impulsion. En ces temps de guignolées, dont celle des médias et celle du bon docteur Julien, élèves, enseignants, employés et cadres du centre de formation avaient quand même organisé une levée de fonds question de fournir une « modeste contribution » à l’amélioration matérielle des conditions de vie quotidienne d’un village pygmée. Cartes de vœux, ensembles de bougies, écharpes, gâteries maison et autres prétextes à la générosité étaient offerts. Quant à Marie Druet, elle avait offert un tableau (cliquez sur la vignette, en haut, au tout début de cet article).

illustration2007121306.jpgPar ailleurs, M. Pierard a fait parvenir des demandes de subventions à une quinzaine d’organisations canadiennes. Son projet ? Fournir des services d’éducation aux enfants et aux adultes de ce village pygmée. « À ce jour, une seule réponse négative m’est parvenue », m’a-t-il dit. (Vous le voyez, mon lien, entre la techno et les Pygmées ? Habile, non ?)

Tout cela pour vous dire que si la misère humaine vous agresse, que si vous voulez donner un petit coup de main aux bénévoles du centre L’Impulsion, communiquez avec eux au 450 662-7000. Voici, ci-après, quelques photos prises dans les villages d’Esseng et de Zangaville (nord du Gabon) le 15 juin 2007 par Patrick Pierard. Cliquez sur les vignettes et elles se déploieront en 800 pixels.

illustration2007121307.jpg illustration2007121308.jpg illustration2007121309.jpg
illustration2007121310.jpg illustration2007121315.jpg illustration2007121312.jpg
illustration2007121313.jpg illustration2007121314.jpg illustration2007121311.jpg
Publicités

26 réflexions sur “De la techno aux Pygmées

  1. Ce que je ne comprends pas, c’est que les Pygmés ne sont pas le seul peuple indigène sur terre. Ils existent et ont vécu depuis des centaines de cette façon et ont, semble-t-il, survécu !

    Alors, pourquoi aujourd’hui ça va si mal ? Ils n’ont plus de ressources comme avant ? Ils veulent vivre comme nous ?

    De mon côté, ce que je peux faire… je m’engage à créer un personnage Pygmé dans nos romans. Peut-être, ainsi, ils auront un peu plus de visibilité sur eux pour espérer sensibiliser plus de gens à leur cause et améliorer leur qualité de vie. http://eloik.com

  2. @ eloik

    S’ils ont survécu aussi longtemps, c’est en tant que nomades pour qui les frontières centrafricaines n’existaient pas. Pendant des millénaires, ils ont vécu en suivant les troupeaux, cela en harmonie avec la nature. Mais la géopolitique les a rattrapés. Comme bien d’autres peuples, ils ont été parqués et méprisé; les sédentaires tendent toujours à dédaigner les nomades qu’ils enferment. Au Gabon, ceux qui confinent les Pygmées dans de misérables communautés sont eux-mêmes très pauvres. Quand vous connaissez le sort de certaines nations amérindiennes aux USA ou au Canada (pensez au film de Richard Desjardins, Le peuple invisible), vous pouvez imaginer ce que ça peut être au Gabon.

  3. Comme les Mayas et les Aztèques au Mexique à qui, après le passage des hommes à soutane et de l’armée Espagnole, il ne reste plus de leur grandiose passé qu’un lointain souvenir.

    Nos petites guéguerres à propos de nos systèmes d’exploitation ça fait bourgeois vous trouvez pas?

  4. j’aurais du dire dans l’ordre : les conquistadors, le virus de la variole amenée par les conquistadores. les hommes à soutane et l’armée espagnole.

    La variole à elle seule à décimé plus de 60% de la population autochtone du Mexique à partir de 1518.

  5. J’ai bien hate de voir le film de Desjardins… J’ai tenté, plusieurs fois, d’expliquer à mon épouse le « pourquoi du comment » de la situation des peuples autochtones au Canada, et à chaque fois, je me rendais compte que je soulevais plus de questions que de réponses… Et je ne parle pas des sentiments… Il semblerait que les Pygmés ont un point commun avec les Algonquins, soit le nomadisme… Or, manifestement, ces pygmés-là, tout comme la plupart des Algonquins en 2007, ne pratiquent plus le nomadisme (pour plusieurs raisons). C’est donc l’essence même de leur mode de vie qui est touché… Ce n’est qu’une constatation, qui n’explique guère plus, mais qui nous aide peut-être à comprendre, entre autre, pourquoi certaines nations Iroquoiennes (je pense aux Mohawks, par exemple), lesquelles étaient sédentaires, ne sont pas en aussi mauvaise posture aujourd’hui… Mais il demeure que tous les peuples « autochtones », qu’ils soient berbères, mic-macs, pygmés ou autres sont, malheureusement, menacés par le système actuel, la globalisation et la course effrénée au profit, etc. Nous ne pourrons jamais revenir en arrière et comme tel, beaucoup sera perdu… C’est excessivement malheureux, hélas… 😦

  6. J’ai oublié l’adjectif « nomades » après peuples “autochtones”… Et j’aurais du aussi inclure les Innus dans mon exemple… En fait, le nomadisme est un mode de vie menacé. Dans nos sociétés, et meme historiquement (si on pense aux Tsiganes en Europe), il y a aussi une connotation négative au nomadisme… Il est impensable d’avoir ce mode de vie dans une ville, par exemple. Ca devient des « sans-abris », sans domicile fixe, itinérants, sans papiers, « homeless », etc. bref, des gens que la société occidentale stigmatise et… tente de « balayer sous le tapis »… Tout, dans ce mode de vie est en contradiction avec l’Occident moderne…

  7. scusez-la… mais une petite précision s’impose…

    Je ne fais pas ici un jugement de valeur!!! Je ne fais que constater des faits! Je n’ai rien contre le « nomadisme », bien entendu…

  8. @marcofsky
    Moi je fais toujours des jugements de valeurs… et en plus j’ai plusieurs préjugés tenaces, imagine les niaiseries que je peux dire, parfois?

    Constater des faits, c’est bien, mais prendre position c’est mieux. C’est d’ailleurs le message de David Suzuki qui dit à peu près ceci:  »De la science, des études, il y a en suffisamment. Nous avons suffisamment de données, en fait nous avons des montagnes de données et aussi des analyses en quantité insdustrielle, ce qu’il faut maintenant, c’est de l’action, il faut prendre des décisions. »

    Because, we are running out of time. C’est ce qui s’appelle le principe de précaution:

     » l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles […]  »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_pr%C3%A9caution

    Maintenant, à chacun de choisir sa cause, son combat. S’il faut s’occuper des pygmées, c’est correct. L’important c’est de s’engager par conviction.

    Comme le dit si bien Paolo Coelho dans son livre l’alchimiste- que je vais lire en entier un de ces jours:  »Quand on veut quelque chose, tout l’univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve. »

  9. Votre article me fait bien rire Nelson. J’ai entamé, hier, des cours à distance grace à cette école. Toutefois, j’ignorais qu’ils effectuaient une levée de fond pour cette cause. La prochaine fois que je m’y présenterai, je ne manquerai pas d’y apporté ma contribution.

  10. Adopter ou tenter d’adopter un modèle de vie occidental c’est dispendieux. En effet, ici en occident, on a besoin de beaucoup d’argent pour vivre comme on le fait. Les pygmées n’ont pas ces moyens et s’ils ne peuvent vivre comme leurs ancêtres alors ils sont dans la misère c’est sur.

    Je n’ai pas vraiment saisi le lien enter pygmées et techno. Peut-être que le lien est seulement qu’un Québécois voulant travailler en techno et ne parle pas anglais est comme un pygmée voulant vivre comme un occidental sans avoir les ressources pour le faire.

  11. @ basilekayu

    You have a point!

    Mais tenter d’expliquer ou « montrer » ou « révéler », n’est-ce pas agir un peu…? Des mecs comme Susuki, ou Desjardins et tant d’autres sont des moteurs d’action: ils nous informent afin que nous puissions, justement, former nos « convictions », lesquelles nous motiveront à poser certains gestes…

    Gestes, parfois minimes, mais qui comptent quand meme, s’ils sont nombreux… J’en fais quelques-uns – peut-etre pourrais-je en faire plus – mais, malheureusement, je ne peux pas réécrire l’Histoire.

    Je lis Robert Fisk en ce moment… Une brique intitulée « The Great Wor for Civilisation – The Conquest of the Middle-East ». J’en suis maintenant au génocide Arménien; mettons que c’est pas prćisément dans le registre du Petit Prince de St-Ex…

    En suis-je rendu au fatalisme? Presque, avouons-le, mais je m’accroche! Mais – malheureusement – le positivisme ou la « Pensée positive » à la Coelho ne comptent pas parmi les choses qui me permettent de m’accrocher… Ca ne fonctionne pas chez moi, je suis, sans doute, trop « pragmatique ». Ou trop « binaire », c’est selon…

  12. @Montrealqc,
    Je crois plus que le lien entre les pygmés est que même si nous sommes chez nous, nous devons nous adapté aux normes des immigrants venues (je vise içi les anglais unilingues qui ne veulent rien savoir de tenter d’apprendre un rudiment de français) s’établir içi si nous voulons vivre en dehors de la misère.

  13. Bon avec tout ça je me rappelle qu’il n’y a plus aucun autochtone à cuba..

    Viva espana ?

    Avant ce devait être la petite vérole, et plus tard ce sera la technologie.
    Comme quoi on écrase et on se fiche des conséquences.
    Vous avez eu vent de la tentative de microsoft de faire avorter une vente signée d’ordinateur avec un pays africain avec mandriva ? Pathétique certe mais combien révélateur des enjeux des années à venir. N’allez jamais penser que dans les pays pauvres il n’y a pas d’argent qui circule.

    La bouteille de coke n’était qu’une image forte de ce qui allait survenir.

    Merci Nelson de parler de ce genre de sujet qui éveille les consciences.

  14. On dit que les bon gagnent tout le temps. Et c’est vrai. Pas parce qu’ils sont bon. Parce que aussitôt que le vainqueur s’installe au pouvoir, il ré-écrit l’histoire en sa faveur. Dans les livres d’histoires, on ne parle jamais du génocide des Acadiens. On appelle ça la déportation. En fait, d’après la définition de l’ONU, c’est un génocide. Même chose pour les amérindiens ou la plupart des peuples autochtones.

  15. « l’évolution tant démographique que technologique de l’humanité, ne permet plus à certains peuples de vivre et de se déplacer en fonction de leurs besoins au fil des saisons et des chemins, c’est un fait ! personne ne peut revenir en arrière. Certains sont capables de s’adapter et de se lancer dans le flot évolutif, d’autres non. Ne rien faire, c’est comme si on pénalisait un enfant en âge d’aller à la maternelle (mais n’ayant pas d’école) de ne pas avoir le même niveau que ceux qui sont au collège. nous sommes tous une grande famille, tous des êtres humains, avec les mêmes besoins, les mêmes droits, mais aussi le même devoir de nous entraider. Ce que chacun a compriset pu mettre en application, doit être transmis à ceux qui n’on pas encore fait le pas. et dans les situations de peuples nomades comme les Pygmées, l’aide doit passer par l’éducation, afin qu’ils puissent s’adapter à une nouvelle manière de vivre. il faut aussi une aide financière permettant de mettre en oeuvre ce qui a été compris, pour leur bien-être physique et psychologique.
    Il est vrai que dans certains pays pauvres il y a de l’argent qui ne circule pas pour les vraies nécessités, et qui comme partout ne profite qu’au petit nombre. On en revient donc à la priorité de l’éducation, des pauvres comme des riches, ce qui en passe par l’ouverture, la conscience des autres, le partage, l’échange et la compréhension.

    Marie

  16. Je note que cet élan « quart-mondiste » du Chroniqueur n’a pas généré le déferlement habituel de vocabulaire et acronymes technos. Faut-il en conclure que les «systèmes» sont prioritairement bien au dessus des misères humaines? Globalisation oblige! Et ce Blog la renforce! Comprendre, c’est agir! Et pour aller au-delà des clichés accrocheurs des médias, à mon opinion, deux lectures s’imposent : Normand Baillargeon, PETIT COURS D’AUTODÉFENCE INTELLECTUELLE, et Jared Diamond, DE L’INÉGALITÉ PARMI LES SOCIÉTÉS, Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire. Ça ne règlera pas le problème des Pygmées du Gabon et autres sociétés aborigènes opprimées, mais ça éliminera l’excuse de ne pas savoir… objectivement.

  17. @viva_zapata
    Pas rien qu’au Mexique. Quand la variole est passée sur l’île de Pâques, elle n’a laissé derrière elle que 110 Rapa Nui.
    @Nelson
    Salut toi!
    Je viens te donner une idée d’article, parce que j’ai encore lu une ânerie ce matin. Là: http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20071214/LAINFORMER/712140963/5891/LAINFORMER01

    La fonctionnaire statisticienne y dit:
    « Les Canadiens qui ont goûté aux achats en ligne transfrontaliers ont souvent trouvé l’expérience amère: frais de livraison élevés; droits de douane, taxes fédérale et provinciale et, pour les appareils électroniques dont les prix paraissent alléchants, garanties non honorées en dehors des États-Unis. »

    Quelle petite vie étriquée! Je suis certaine que cela ne vaut pas la peine d’acheter son ketchup par Internet directement du fabricant aux États-Unis. Mais il n’y a pas que le ketchup dans la vie!

    Tiens… la semaine dernière, j’ai commandé mon thé chez Mariage Frères, rue du Bourg-Tibourg à Paris – maison fondée en 1834.

    Bien sûr, j’ai payé 28 euros de frais d’expédition. J’au aussi payé… attends que j’check… ben ça alors… ça n’a pas l’air d’être écrit. J’ai payé 5,28 $ de TPS sur les droits de douane et 7 $ de TVQ sur ces mêmes droits de douane – mais curieusement, il n’y a pas de droits de douane.

    Enfin… tout cela pour dire qu’il n’y a pas une seule boutique dans le coin qui m’offre plus de 500 sortes de thé absolument divin, qui embaume la maison et ravit l’intérieur et que la statisticienne ne sait pas que quand on aime, on ne compte pas!

  18. faudrais pas oublier le pauvre neendertalien qui ont ete extermines pas le le mechant « sapiens » , je trouve debile tout ce discour qui dit que l’etre humain est plus fort que la nature et sa loi de l’evolution , ben oui y’en a qui survivent et d’autres qui disparaissent c’est pas avec quelques centaines de milliers d’annees d’existance que l’espece humaine va changer ca , c’est pas possible comment l’homo supose « modernus » peut etre arrogant face a la creation , a vous ecouter il faudrais faire revenir les dinosaures sur terre , les pauvres extermines par une meteorite faudrais voter un budget aux nations unis pour trouver une facon de remonter le temps et faire devier cette foutu meteorite , au moins comme ca plus de probleme de kyoto …. on aurais probablement jamais ete la in the first place

  19. Les choix sont difficiles et il n’y a rien de facile. Le réchauffement de la planète tiens. Ça sera la fin de l’humanité lors de la prochaine glaciation. Vous pensez que le réchauffement a des conséquences néfastes? Attendez de voir son prochain refroidissement.

    Allez voir sur le net une carte qui montre l’étendue des glaces sur nos continents lors de la dernière ère glacière. Pensez aux conséquencez sur les populations, pensez aux conséquences sur l’agriculture…

    Ça sera la fin de la civilisation telle que on la connaît :

    While the Little Ice Age was undoubtedly harsh, it may prove to be minor compared with what may be in store for us if our climate follows past trends, as expected. In the past 1.6 million years, there have been more than 30 glacial advances and retreats. It was only 10 millennia ago — when humans were fashioning flint spearheads to hunt the last woolly bison and carving flint sickles to work our first farms — that ice sheets, some up to a mile thick, finally retreated from Europe and North America.

  20. Et avant les Mayas? Avant les Aztèques?

    Les pyramides au Mexique ont été construites dans la joie et la sérénité?

    Les cités Incas? Les cités Égyptiennes?

    L’esclavagisme existe depuis toujours. Je ne cherche pas à l’excuser. Il faut simplement ouvrir son esprit et voir que c’est la loi du plus fort qui régit la nature. On appelle ça l’évolution. Avant, ça se faisait dans le sang et c’est considéré aujourd’hui comme de la barbarie. Aujourd’hui, c’est plus subtil mais non moins efficace.

    Dommage quand même que des peuples disparaissent… Si la tendance se maintien, le français au Québec subira un sort similaire. Mais comme ça semble lointain, ce n’est pas grave…

  21. l’humanité est une grande famille, nous commençons à nous connaître de mieux en mieux les uns les autres, grâce à tous les moyens technologiques modernes, médias, télévision, et l’éloignement diminue grâce aux moyens de communication et de transport, ce qui a pour effet de réduire progressivement la notion de temps et d’espace entre les êtres.
    Et pourtant beaucoup de gens sont encore très loin des autres dans leur coeur. Nous avons tous droit à des conditions de vie correctes. Comment peut-on, quand on a tout ce dont on a besoin et bien plus encore, ne pas se tourner vers ceux qui ne font que survivre ?
    Ceux qui ont tout et ne font rien, ont des yeux pour voir, mais ils ne voient qu’eux-mêmes, des oreilles qui n’entendent qu’eux-mêmes, ils ont l’intelligence qui ne sert qu’eux-mêmes, et la dimension du coeur se réduit, pour ceux-là, à une émotion qui ne met en scène que leur petite vie limitée.
    A l’heure de leur mort les jugera-t-on au nombre de billets en leur possession.
    Quest-ce qui perdure de la vie d’un homme audelà de la mort, uniquement les valeurs morales les plus élevées comme par exemple l’amour, l’intelligence, le don de soi, mis au service de sa famille, au service des autres ou du plus grand nombre, au service des pauvres ou au service du monde, cela ne nous enlève rien au contraire cela nous enrichit, de cette richesse qui ne peut être perdue.

    Ce qui nous grandit et donne un sens à notre toute petite vie, c’est la conscience d’appartenir à cette grande famille l’humanité, et d’avoir pu contribuer, même modestement mais authentiquement à son espoir de vie meilleure et de paix pour tous et pour chacun, dans tous les sens du terme. sauver la planète, sauver l’huamnité, en passe obligatoirement par le développement de la conscience de l’autre, de l’unité de valeur de tous les êtres.

    Et cela en passe par l’égalité des chances et le partage des richesses. Nous devons nous entraider, car aider l’autre c’est s’aider soi-même. La conscience universelle et l’amour inconditionnel sont les valeurs humaines les plus élevées, qui conduisent le potentiel humain au delà des frontières des différences, et au delà des limites mêmes de l’individu. La relation, l’échange, le partage, l’écoute, la compréhension, sans cela nous n’existons pas.

    Ce n’est pas l’argent qui nous fait exister, mais ce qu’il peut nous procurer, et ce qu’il révèle de ce que nous sommes.

    Pierrette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s