Un jeu montréalais qui lutte contre le cortisol

illustration2007111301.jpgDes trois jeux vidéos suivants, choisissez celui qui pourrait être le plus utile à votre force de caractère. A- Armé d’une AK-47, vous devez tuer tous les SS fanatisés qui apparaissent à votre écran, sinon, vous êtes cuit. B-Avec votre magnum 45, vous avez à trouer des cibles représentant des bandits, en évitant celles représentants de petites vieilles inoffensives. C-L’index sur la souris, dans un lot déferlant et à vitesse grandissante de photos de visages, vous avez à cliquer sur ceux affichant un sourire alors que la plupart ne le font pas. Si vous avez répondu A, vous êtes un vieil accroc à Wolfenstein et vous êtes recalé. Si vous avez opté pour B, vous regardez trop de films policiers et vous êtes rejeté. Mais si vous avez choisi C, vous avez eu raison et vous méritez de vous présenter sur le site Web de MindHabits.

illustration20071113021.jpgillustration2007111308.jpgJe vous parle de cette firme montréalaise qui, le 22 septembre dernier, remportait le Grand concours du jeu vidéo canadien, coiffant ainsi 69 concepteurs de jeux canadiens indépendants et se méritant une cagnotte d’un demi-million de bon dollars fédéraux. Pour l’instant, l’entreprise lauréate est surtout identifiée à deux personnalités de l’Université McGill, le professeur de psychologie Mark Baldwin (photo de gauche) et l’ingénieur Matthew Mather (photo de droite). En collaboration avec le Groupe Article 19, un fabricant montréalais de jeux vidéo (Sudoku Party, Jigsaw Madness, Carrie The Caregiver, etc.) et une équipe de chercheurs mcgillois (Stéphane Dandeneau, Jodene Baccus et Maya Sakellaropoulo), le Dr Baldwin s’est basé sur une dizaine d’années d’observations et de pratique en intelligence sociale (i.e. la façon dont les gens se perçoivent et perçoivent les autres) pour mettre au point son jeu appelé MindHabits Trainer.

illustration2007111304.jpgJouissant d’un abord absolument pas rébarbatif, ce jeu lancé officiellement le 23 octobre dernier, propose de petits exercices pas méchants visant à aider l’utilisateur à voir la vie du bon côté et à commencer la journée du bon pied (entendre « avoir un état d’esprit positif » et non « voir la vie en rose » ou à devenir jovialiste). Pour ce faire, il a recours à différents principes d’intelligence sociale intégrés dans des mini-jeux, lesquels forcent à se concentrer sur les « commentaires positifs », dans des situations sociales données, au lieu de se laisser « distraire ou décourager par des affronts ou des critiques ». Rien de moins !

illustration2007111303.jpg
illustration2007111305.jpg

Un bel exemple est cet exercice où on doit trouver un visage souriant au travers d’une masse de visages renfrognés, une façon d’entraîner le cerveau à réagir à l’information positive. « Par la répétition, le jeu forme l’esprit à se diriger vers les aspects positifs de la vie sociale », explique le professeur Baldwin sur son site Web. Soit dit en passant, ce sont près de 900 personnes sollicitées l’été dernier dans le Vieux Port de Montréal, qui ont accepté de prêter leur visage à ce mini-jeu.

illustration2007111306.jpgOr, à ce qu’il semble, c’est très sérieux. Lisez le texte auquel réfère ce lien. C’est même sérieux au point où le numéro d’octobre du Journal of Personality and Social Psychology (American Psychological Association), a publié des résultats de recherche démontrant que MindHabits Trainer s’était avéré capable de faire diminuer la production du cortisol, l’hormone corticostéroïde (secrétée par le cortex de la glande surrénale) qui est liée au stress. L’équipe du Dr Baldwin avait invité 23 employés d’un centre d’appels montréalais à jouer chaque matin, en arrivant au travail, au mini-jeu du visage souriant. Le dernier jour de l’expérience, le chercheur Jens Pruessner (Institut neurologique de Montréal et Hôpital Douglas) a mesuré leur taux de cortisol et a découvert qu’il était de 17 % inférieur à celui d’un autre groupe témoin qui lui, avait joué à un jeu similaire, mais ne comprenant pas de visages souriants. Impressionnant, non ?

illustration2007111307.jpgSi le cœur vous en dit, vous pouvez essayer MindHabits Trainer gratuitement. Vous vous rendez sur le site, vous vous inscrivez et vous pouvez dès lors voir de quoi il en retourne grâce à une version démo (les mini-jeux sont limités dans leurs niveaux possibles). En l’achetant (moins de 20 $), les limites disparaissent. Pour l’instant, ce jeu ne se joue qu’en ligne et sa version française ne sera pas disponible avant quelques semaines.

Publicités

20 réflexions sur “Un jeu montréalais qui lutte contre le cortisol

  1. Pourrait être utile.

    Sauf que je ne peux m’empêcher de penser au livre Brave New World d’Aldeous Huxley.

    Considérons le raisonnement suivant :

    1. Les psychologues nous aident dans notre recherche du bonheur
    2. C’est au Québec que l’on retrouve le plus de psychologues par têtes de pipe.

    Le Québec devrait donc être l’endroit où la population est la plus heureuse.

    Mmmmmm….. pas sûr.

  2. @ viva_zapata

    « Le Québec devrait donc être l’endroit où la population est la plus heureuse.
    Mmmmmm….. pas sûr. »

    Le Québec n’est pas d’ailleurs un des champion mondial du suicide?

  3. @stevevallee

    Chez les adolescents oui nous avons le record mondial du suicide. Pas de quoi être fier.

    Au lieu d’avoir autant de psychologues dans nos écoles on devrait peut-être juste en tant que parents s’en occuper un peu plus et leur dire qu’on les aime de temps en temps nos ados.

    La cortisol pour les ados s’est bien quand c’est bien contrôlé. C’est de toujours « castré » leur agressivité qui est dangeureux. Moi quand j’étais petit on allait dépenser notre surplus de cortisol sur les ronds à patiner extérieurs l’hiver. Il y avait assez d’enfants à l’époque pour faire 4 équipes de hockey (il y avait deux patinoires)

    Aujourd’hui il n’y a plus personne, il n’y a plus d’enfants et ceux qui restent on veut leur faire baisser leur taux de cortisol.

    Je ne veux pas que vous pensiez qu’à chaque fois qu’un ado se suicide c’est à cause de ses parents. J’en connais des parents dont un des enfants s’est suicidé.

    C’était d’excellents parents.

  4. Pour ceux qui l’ignorent j’ai trouvé ceci sur wikipédia :

    Véritable « starter » métabolique, cette hormone de la cortico-surrénale stimule l’augmentation du glucose sanguin ; elle permet donc de libérer de l’énergie à partir des réserves de l’organisme.

    Le taux de cortisol baisse en début d’après-midi et cela peut entraîner fatigue, irritabilité, hypoglycémie, trouble de la vigilance (lors de cette tranche horaire, on serait idéalement plus enclin à faire la sieste qu’à travailler d’arrache-pied).

    Coudonc Nelson, je ne l’aime pas du tout ton jeux !!!

  5. Ichh, t’en as fumé du bon mon zapata ! Tu devrais pas, si tôt …

    Le jeu est rigolo mais effectivement, à toute vibure une gueule crispée peut avoir l’air d’un sourire. La panoplie de faciès est intéressante. La fidélité à un jeu n’est pas mon fort, mais je vais tâcher d’y retourner une fois ou deux. Ça suscite un sourire en tout cas.

  6. @alexanticosti

    Mon fils s’est fait prescrire du ritalin plus jeune parce qu’il « bougeait » en classe. Je m’y étais opposé à l’époque. J’ai eu le psychologue de l’école sur le dos pour le reste de l’année.

    Mon fils termine son université aujourd’hui, Il n’a jamais prit de ritalin.

  7. @ zapata
    Je faisais allusion à ta référence à Huxley oeuf corse. Tu as fais ton travail de père concernant le support à ton fils et la décision de lui donner ou non du ritalin. Je ne comprend pas ton intervention. Tu veux être félicité d’avoir pris les décisions que tu devais prendre ? Tu veux dire que les parents savent mieux ce qui est bon pour leurs enfants que certains spécialistes ? Ça fait partie des responsabilités; prendre des décisions qu’on espère les meilleures.

    De comparer le petit jeu en cause et ses supposés effets (bénéfiques) sur la bonne humeur de quelqu’un, avec l’état d’asservissement aux drogues du bonheur qu’on trouve dans Le meilleur des Mondes est légèrement exagéré. En fait, complètement à côté de la track. Ton fils n’a peut-être pas pris de ritalin, mais toi tu en fumes du très fort très tôt dans la journée maintiens-je !

  8. @alexanticosti

    Premièrement restons calme. Moi je n’insulte ni ne ridiculise personne.

    Ce n’est pas le jeu qui me dérange mais la philosophie qui le sous-tend. C’est le plaisir qu’on les psychologues à définir des normes et donc par conséquent ce qui est hors-norme.

    À l’époque la norme voulait qu’un enfant demeure assis durant 7 heures par jour dans une classe à écouter gentiment le prof donner ses explications. Ceux qui avaient de la misère à rester assis étaient déclarés hors-norme et on les gavaient de ritalin.

    Curieusement plus de 70% des enfants qui se faisaient prescrire du ritalin étaient des garçons. Eh oui,
    à cet âge ils carburent à la testortérone nos garçons et c’est absolument naturel.Un ado masculin il faut que ça bouge. Ce qui est inhumain c’est de lui demander de rester assis durant 7 heures à écouter parler quelqu’un. Mais les psychologues avaient déterminé que c’était hors-norme alors allez hop on lui donne du ritalin !!!

    Dans la description des effets du cortisol il est écrit qu’il favorise entre autre le développement de la musculation. Je suppose donc que les garçons doivent avoir un taux de cortisol plus élevé que celui des filles. Ça reste à vérifier.

    Allons-nous encore laisser les psychologues déterminer quel est niveau de cortisol qui est socialement souhaitable surtout si celui-ci est naturel?

    Je crois que ma question ou à tout le moins mon interrogation est en en ligne directe avec le propos du livre d’Aldous Huxley.

    Encore nos garçons qui vont passer au tordeur et qui vont servir de cobaye.

    Laissez à un groupe de professionnels le soin de déterminer quel est le niveau de bonne humeur qui est socialement acceptable est en ligne directe avec le livre cité plus haut.

  9. @Viva Zapata

    Les psychologues, comme toutes les maudites branches professionnelles, ne cherchent qu’à s’en mettre plein les poches! Point à la ligne…

    Je réclame mon droit à être de mauvaise humeur, à l’occasion! Sans qu’un psy ne s’en mêle!

  10. @dennis_dubeau

    Moi je réclame tout simplement mon droit à être un humain avec toutes les maudites hormones qui viennent avec !!!

    C’est à moi à m’autodéterminer et non pas aux psy à déterminer qui ou comment je dois être.

    C’était mon dernier post sur ce sujet. Maintenant je dois aller trouver comment me débarrasser de Kwallet sous KDE.

    Pu capable de voir apparaître Kwallet sur mon écran à tout bout de champ… quelqu’un aidez moi svp 🙂

  11. hum… un logiciel pour baisser le taux de cortisol du hardware…?

    Je sais pas par ou commencer, puis je me dis que je suis peut-etre mieux de pas commencer dutout… Mettons que, en ce moment, mon epouse fait sa residence en psychiatrie, ici a Toronto, et elle en est precisement a la partie « Child & Adolescent », alors, vous comprendrez pourquoi je veux pas commencer, je finirais pu!

    Mais, bon…, si votre « flo » se met a jouer avec ce logiciel regulierement et qu’il devient adepte de meditation transcendentale, faites ceci: Verrouillez l’ordi, cachez le Nintendo, jetez la tele au poubelle et allez jouer dehors avec lui!!!

    Faites la meme chose si le psy de l’ecole recommande du Ritalin!

    Appliquez la meme methode pour TOUS les autres cas!!!

    🙂

  12. bien entendu, je rigole, la… (mais j’en ai un, de « flo », mais la, il a 20 ans, quoi…)

    Je trouve que c’est interessant quand-meme, le concept voulant qu’un jeux puisse influencer sur le niveau d’une hormone… Et je suis force d’y croire, parce que le cerveau et ses « emotions » influencent tous le systeme endocrinien, lequel, par « rebound » influence nos humeurs. C’est un systeme fort complexe et totalement fascinant… Indeed!

  13. @marcofsky

    J’ai beaucoup plus de respect pour les psychiatres que pour les psychologues.

    Pas surprenant qu’un jeux puisse influer sur le taux d’hormones. Quand tu vois une belle jeune femme en costume de bain sur le bord de la piscine l’été ça n’a pas d’effet sur ton taux d’hormones toi?

    Tu es à Toronto? En passant on vient de battre les Maple Leafs :-)) La vie est belle !!!

  14. « belle jeune femme en costume de bain sur le bord de la piscine l’été » et « battre les Maple Leafs »

    Hum… On fait manifestement pas dans les oestrogenes, la… 😉

    Ne cortilosons pas, ami, dopaminons de bon coeur!!!

  15. @zapata
    Finalement je me rétracte. Tu n’en n’a pas fumé du bon : Tu devrais en fumer ! Ça détend.

    Et merci pour le cours sur le système scolaire, je connaissais.

    Je dis simplement que comparer ce petit jeu au monde totalitaire de Huxley s’appelle crier au loup. Cossé qu’il va te falloir inventer quand nos libertés seront vraiment mises en cause ? Je suis retourné voir le jeu. Pour moi, c’est comme regarder un bon vieux Astérix, écouter Légaré ou relire Desproges; ça fait du bien.

    Si tu trouves une philosophie sous-jacente visant le contrôle des pensées de nos ti-gars, ben heuuuu. Et si tu trouves que je t’insulte et te ridiculise dans mon intervention, attend que ça arrive, tu vas voir que la vraie chose fesse pas mal plus fort !

    Par contre si tu trouves mon humour (c’en était, si si !) tarla, déplacé ou mal t’à propos; te gêne pas, j’en ai assez (d’humour) pour prendre ben des commentaires. 🙂 Hasta la victoria, siempre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s