Essai de la HL-4070CDW de Brother

illustration2007092401.jpgPour mieux vous parler de mon dernier coup de cœur, l’imprimante HL-4070CDW de Brother, il me faut d’abord vous rappeler que vous, petits entrepreneurs, travailleurs autonomes, parents d’enfants trop souvent sur Internet, aimez râler contre votre jet d’encre, un gobe-sous qui vous coûterait une fortune à entretenir. Vous vitupérez ainsi contre les Lexmark, HP, Epson et autres Canon qui vous truanderaient à coups de 50 $ la cartouche, des contenants dérisoires se retrouvant vides ou asséchés au bout d’un mois.

Le problème, c’est qu’on n’a pas le choix. Si l’essentiel de ce que que l’on imprime est monochrome, la couleur est parfois utile dans le cadre de recherches, rapports et maquettes, sans oublier les « beaux dessins » du petit dernier parce que sa sœur, elle, a pu imprimer les siens, etc. On parle ici de documents où, la plupart du temps, la couleur n’occupe moins de 10 % de la surface imprimée.

illustration2007092407.jpgOn sait maintenant que dans un tel contexte, les cartouches ne durent guère plus d’un mois entraînant, à chaque fois, une dépense de 50 $ ou de 60 $ (soit, sur une base annuelle, de quelque 700 $). Et je ne parle pas de photo couleur pleine page où la cartouche dépasse rarement 25 pages 8 ½ x 11 sur papier qualité photo. Ce qui signifie que la foutue imprimante payée 100 $ peut, en réalité, coûter autour de 750 $ la première année et tout autant, sinon plus, les autres, dans l’éventualité, bien entendu, où elle … survit dans notre univers bureautique.

De plus, les imprimantes à jet d’encre sont, plus souvent qu’autrement, dépourvues de fonctions réseau. Cela signifie qu’on doit les brancher à un ordi et les mettre en mode partage, avec tous les inconvénients de dérangement que cela suppose. On comprend donc qu’à l’heure du phénomène WiFi, une imprimante disposant de cette technologie peut représenter un avantage certain; on peut la placer n’importe où (pas besoin de borne murale Ethernet) et la faire reconnaître par les ordinateurs que l’on veut.

illustration2007092402.jpgD’où l’intérêt croissant pour ces laser couleur à fonctions réseau sans fil, dont la HL-4070CDW. Je vous parle d’un fardier infatigable vendu présentement 600 quelques dollars, une machine capable de produire recto-verso, mono ou couleur, PCL 6 ou PostScript 3, cela en 2400 x 600 points au pouce à raison de 21 pages à la minute, jusqu’à 300 épreuves à partir de son bac standard. En plus d’être WiFi, elle sait se brancher par câble USB, Ethernet ou parallèle.

En prime, elle affriande le Mac OS X, Windows 2000, Windows XP et certaines saveurs de Linux. Si elle est moins à l’aise avec Vista, ce n’est pas de sa faute. Ce système d’exploitation est une saveur de Windows qui, s’avère-t-il, arrive mal à gérer ses imprimantes. Par exemple, presqu’à chaque fois que j’ai à imprimer des photos à partir de mon PC Vista, je dois réinstaller les pilotes de ma Phaser 8400 (Xerox). J’ignore pourquoi il en est ainsi. Et après une semaine de tests avec la grosse Brother, j’en suis à ma deuxième réinstallation sous Vista. (après ça, on se demande pourquoi on assiste, présentement, à un certain phénomène de rétrogradation vers XP…)

illustration2007092403.jpgDans un autre ordre d’idée, quand vous recevez votre HL-4070CDW, une solide réalité vient vous frapper la colonne vertébrale (remarquez, vous auriez pu vous éviter cette surprise en décodant les « hé-hé-hé » et autres « mouarrh-ha-ha-ha » haineux du livreur qui vous observe en s’en retournant à son camion …). C’est qu’en voulant amener la caisse dans votre bureau, votre dos fait soudainement crouic. Heureusement, vous êtes fort, vous en avez vu d’autres et vous ne devez pas rampez jusqu’au chiropracticien de l’autre côté de la rue. C’est que la Brother pèse 29,1 kilos (64 livres), soit le poids d’une poche de ciment (ou, plus ou moins, celui d’une Phaser ou d’un laser couleur Oki ou Lexmark).

illustration2007092404.jpgRassurez-vous, c’est là son seul vrai désavantage, personne n’arrivant encore à fabriquer de lasers couleur ayant la taille ou le poids d’une jet d’encre. Par exemple, l’alimentation en poudre (toner) repose sur quatre cartouches indépendantes (chacune ayant la taille d’une monochrome HP typique) à chargement frontal : noir (d’une capacité de 2 500 pages, moyennant 75 $ de la cartouche), cyan (1 500 pages, 85 $), magenta (1 500 pages, 85 $) et jaune (1 500 pages, 85 $). Quand au tambour (autre facteur qui rajoute au poids), il a une durée de vie évaluée à 17 000 pages et l’unité de courroie, une longévité de 50 000 pages (chiffres émanant de chez Brother, basés sur 5 % de couverture par page par couleur). À noter, 1 500 pages équivalent, grosso modo, à 125 pages par mois. Faites vos calculs et comparez avec les coûts d’une jet d’encre.

illustration2007092406.jpgCôté qualité, la HL-4070CDW ne peut évidemment pas rivaliser avec une imprimante qualité photo. Par contre, elle sait tirer honorablement son épingle du jeu. Les couleurs sont quand même vives et les tonalités assez naturelles, cela sur du simple papier bond ordinaire, du bon vieux 20 M acheté à la caisse dans une grande surface. Disons que les fabricants ont fait beaucoup de progrès en ce sens au cours des dernières années.

illustration2007092405.jpgAutre petit trait de carac- tère plus qu’appréciable, cette imprimante est simple à configurer et utiliser. Nul est besoin du manuel. Vous ouvrez la caisse, vous en extirpez l’appareil, une sorte de gros cube beige et gris, vous entreprenez de la libérer de ses paquetages de protection, vous lui glissez ses cartouches et vous l’allumez. Il ne vous reste plus qu’à lui faire reconnaître votre réseau WiFi et lui pianoter votre code WEP. Ensuite, vous insérez le CD d’accompagnement dans vos ordis et installez les pilotes nécessaires. À l’exception de vos PC sous Vista (un problème relevant de Microsoft), tout se met alors à fonctionner sans anicroche. En tout cas, c’est ce qui s’est passé ici, chez moi.

Ce qui fait que, toutes considérations faites, la HL-4070CDW de Brother me semble être un bon achat.

Mais attention à votre dos …

Publicités

20 réflexions sur “Essai de la HL-4070CDW de Brother

  1. Intéressant. En WiFi elle reconnais les réseaux WPA? Et sinon avez vous essayer sous gnu/linux/ubuntu (a priori sa devrait fonctionner puisque c’est PostScript mais j’ai un doute en utilisation WiFi…)?

  2. Les imprimantes Brother sont excellentes! Chez moi j’ai une DCP7020 (monochrome) mais avec scanner/copieur. Elle est connecte a mon PC Ubuntu, en mode partage (on peut imprimer a partir de Windows ou Linux) et tout fonctionne parfaitement, imprimante et scanner! Brother « accomode » parfaitement Linux, tout comme XP… Pour Mac OsX, j’imagine que c’est excellent aussi… Pour ce qui est de Vista, je sais pas… Et oui! c’est tres economique.

  3. Moi j’ai une Brother HL-1435 laser couleur que j’ai eue pour $200 au Boxing Day et je suis très content.
    Ça coûte plus cher au début mais on remplace les cartouches 5 à 10 fois moins souvent.

    Le Imprimantes à jet-d’encre c’est un vrai attrappe-nigaud (Ils les donnent gratis mainteneant pour harponner les naifs) et j’ai payé très cher très longtemps le fait d’avoir été assez nigaud moi-même…

  4. @ zippy

    Comme je ne trouvais pas les pilotes Linux pour la HL-4070CDW, j’ai posé la question aux gens de Brother. La réponse ?

    « Brother offre les pilotes Linux pour tous ses produits. Pour la HL-4070CDW, le lien est du côté anglais (le français viendra bientôt). On peut donc accéder au Centre de Solutions Brother:

    http://welcome.solutions.brother.com/bsc/Public_s/index.html

    À partir de là, on sélectionne l’Amérique du Nord, Canada français et ensuite l’imprimante couleur laser HL-4070CDW dans la section appropriée.

    Une fois sur la page de la HL-4070CDW, on sélectionne « Téléchargements » au haut de la page à droite.

    Sur la page suivante, Linux ne figure pas, pour l’instant, dans la section « pilotes » avec les autres : http://welcome.solutions.brother.com/BSC/public/us/ca/fr/model_top/colorlaserpri/hl4070cdw_all.html?reg=us&c=ca&lang=fr&prod=hl4070cdw

    MAIS, il y a un lien dans la section en haut à gauche intitulée Notes/Informations. Le dernier lien dans cet encadré concerne les utilisateurs Linux: http://solutions.brother.com/linux/en_us/index.html

    (cette page est actuellement disponible en anglais seulement).

    Voilà !

  5. « Brother offre les pilotes Linux pour tous ses produits. » Voilà qui est TRÈS intéressant! Je n’étais pas au courant! J’ai toujours cru que les imprimantes Brother étaient de mauvaise qualité (fondé sur aucun fait à ma connaissance), mais en lisant les commentaires de cet article je commence à changer d’avis! Et en plus, ils offrent des pilotes pour Linux! À l’achat de ma prochaine imprimante, je regarderai très sérieusement l’achat d’une Brother.

  6. @Nelson

    Le seul problême de Brother… la qualité!! Ils sont très LOIN de HP et Canon… Qualité au sens design et mécanique… Mais, les pièces de rechanges ne coûtant pratiquement rien…

    Rapport Qualité/prix élevé…

    Sans être un excellent choix, Brother est bon. Sans plus…

    Mon opinion de technicien…

  7. Petite note technique: Pour la Brother DCP7020 sous Ubuntu, j’ai lu sur un forum qu’il fallait utiliser le pilote HL-1250… J’ai donc ete dans l’utilitaire d’ajout d’imprimante (system/administration/printing), j’ai choisi le fabricant (Brother), puis le modele (pilote), cliquer sur « Forward » et c’est tout, le tour etait joue!!! Pas besoin de faire de « download » de pilote ou quoi que ce soit!!! Apres, je n’ai eu qu’a parametrer l’imprimante pour le papier « US Letter » (plutot que A4) et c’est un affaire qui roule. Pour la mettre en reseau ensuite, je n’ai eu qu’a dire a CUPS de faire « Listen » sur le port 631 (facile aussi, y’a qu’a faire « share printer ») et ensuite dire a Windows d’utiliser « http://monadresseip/printers:631/HL-1250. 🙂 Facile comme tout! J’ai repete la meme chose pour la PictureMate d’Epson!!! La base de donnees des pilote d’imprimantes sous Ubuntu est vraiment impressionnante!!!

  8. …pour le scanner, par contre, j’ai du me taper le site de Brother (telechareger le pilote) et magouiller un peu (petites discussions viriles avec des fichiers de configuration), je l’avoue… Mais ca en valait la chandelle!!!

  9. Côté Linux, je suis pris avec un serveur d’impression sur Ubuntu et une imprimante-fax Canon L75… dont il n’existe aucune pilote pour Linux et dont les pilotes pour Windows sont absolument affreux. Bref, une voie sans issue. Sans compter que les cartouches d’encre Canon ne listent même plus ce modèle dans leur grilles de compatibilité!

    À la première occasion, je laisse tomber Canon et je retourne vers HP. J’ai d’excellents souvenirs de ma petite HP-1100 et de ma HP Laserjet 4mp qui était pratiquement indestructible.

  10. Super belle machine j’en convient,avoir les moyens j’en aurais surement une. Tout à fait d’accord avec Nelson pour les imprimantes à jet d’encre , j’ai dans mon sous-sol une Lexmark flambant neuve que je ne peut même plus revendre parce que le prix des cartouches = celui de l’imprimante.
    J’ai donc opter pour une Epson R220 qui peut imprimer mes CD ou DVD et qui fonctionne avec 6 cartouches (une noir et 5 couleurs) .Une cartouche de noir 10.95$ et les couleurs 14.95$ bien sur dans une autre marque que Epson…Coût annuel entre 200 et 250 $ , plus si je met à faire l’album de famille c’est sûr.
    Juste pour dire qu’il existe des modèles d’imprimante à jet « économiques » si l’on reste dans la gamme des consommateurs pour qui l’imprimante est un outil utile plus que professionnel.

  11. @HDufort

    Devinez quelle compagnie fabrique la mécanique interne des HP?

    😀

    Eh oui.. Canon!

    Essayez ces drivers (Anglais seulement) pour votre L-75.

    http://www.canon.ca/english/index-customersupport.asp?pid=283

    Ce sont ceux de la L-80 mais ces machine sont techniquement quasi identiques! Ce sont les modèles les plus bas de gamme chez Canon!! Pour Linux, je ne crois pas que Canon veuille développer des drivers dans ces gammes de prix. On parle de machine « jetables » après usage!! Elles sont très peu coûteuses et il y a une raison…

  12. Le prix de l’encre entre 200 et 700$ / année

    Et dire que je continue à utiliser ma Epson lx300 (à ruban) alors que cela me coûte moins de 10$ / an pour remplacer le ruban quand celui-ci devient trop pâle. Par le passé, j’avais une Hp660C que j’ai mis au rebut quand la bouteille d’encre a augmenté à 35$ et +. À partir de ce moment, j’ai choisi de gaspiller mon argent sur autre chose de plus utile.

  13. D’accord que la construction des Brother a l’air fragile, par contre depuis cinq ans celles que j’ai n’ont jamais brisé, avec un coût d’encre plus raisonnable que Canon. Le pire que j’ai vu est Lexmark, aussi parfois difficile à faire réparer.

  14. Les imprimantes Brother sont bien mais j’en ai trouvé une plus légère et moins chère en couleur qui fait très bien son travail, sous OpenSuse 10.2, Vista ou XP, c’est la Samsung CLP-300 (port USB). Les pilotes Linux sont sur le CD-rom et je conseilles de n’installer que ceux de CUPS.

    J’ai eu quelques problèmes avec les pilotes Vista mais le support technique est excellent et j’ai pu arranger le problème en peu de temps.

    Il existe un modèle réseau la CLP-300n qui est encore plus facile à configurer avec son interface-web, et devinez quel système d’exploitation est dedans ? Linux bien sûr. 😉

    Bonne journée!

  15. @Micouellet

    Tout à fait… Lexmark est horrible pour un certain nombre de raison… En fait, c’était IBM (Lexington) qui fabriquait ceci, il y a plusieurs années… c’est devenu LexMark… Elles sont horribles… surtout les drivers!!

    @Scrispo

    On dit le plus grand bien de Samsung… et le rapport qualité-prix est excellent aussi…

  16. J’ai un bon stock d’encre acheté chez Cosco pour mes cartouches à jet HP. Ça me revient peut-être à $4 pour remplir une cartouche vide. Si on compare les options, faudrait tenir compte de celle-là.

    J’haîs les imprimantes depuis 28 ans. Paquet de problèmes…

  17. J’ai toujours été habitué aux cartouches d’HP et je trouvais que Canon faisaient un bon prix. J’avais déjà regardé les Samsung, mais finalement j’ai acheté des cartouches pour la HP que j’avais (j’me sentais mal de mettre une imprimante à la poubelle). J’vais regarder plus sérieusement du côté de Brother la prochaine fois.

  18. Pour ceux qui ne le savent pas, Brother a longtemps vendu des produits uniquement en anglais malgré le fait qu’ils aient des bureaux à Montréal. Pas très brillant.

    Plus récemment j’ai eu un client qui avait une imprimante jet d’encre Brother et après 1 an de loyaux services elle a arrêté de marcher en affichant un code de maintenance. Pas de problème l’imprimante est sous garantie … or mon client a appris à ses dépens que Brother peut savoir si vous avez utilisé autre chose que des cartouches originales (big Brother ahahahah). La garantie étant anullée, les frais de réparation étaient tels qu’il valait mieux acheter une imprimante neuve … l’art de perdre ses clients …

    L’histoire ne dit pas d’ailleurs si le fameux code résulte d’une mort programmée ou s’il est le résultat de l’utilisation d’encre générique. Ou un savant mélange des deux.

    La seule triste morale de cette histoire c’est que le marché de l’imprimante est pourri pourri pourri. Moi j’achète toujours lors de ventes de désespoir ou l’avant dernier modèle (le modèle le moins cher étant souvent pourri au-delà de tout espoir).

    Pour l’instant j’ai une petite Samsung laser noir et blanc qui m’a coûtée 60$. Et je ne l’échangerais pour rien.

  19. Mes années d’expériences (et celles de mes clients) font que j’ai banni Brother de mes achats/ventes dans le temps des imprimantes laser monochromes. Sauver un peu d’argent sur les cartouches, mais devoir payer 200$+ pour changer le drum après quelques cartouches avait pas de sens à mes yeux.

    Avec HP, jamais eu ce problème. Les meilleures HP selon moi sont celles de la série 4000 (4050, 4100, 4250). J’en vois souvent de 1million de pages et+, et le seul entretien est le « kit de maintenance » après chaque 200’000 pages. 200’000 pages, c’est le double de la durée de vie de la plupart des imprimantes sur le marché.

    Je sais que dans cet article il est question de couleur, et que le drum est obligatoirement séparé avec les technologies actuelles. Mon point de vue demeure le même, une bonne vieille HP des séries que j’ai mentionné, pour tous les travaux ne nécessissant pas de couleur, et ensuite une laser couleur pour le reste. Ca prend peut-être plus d’espace, mais j’ai tendance à croire que ça va se rentabiliser très rapidement grace à la différence du coût/feuille, et de plus, si une des 2 imprimantes lache, eh bien on peut quand même se débrouiller pendant qu’on attends qu’elle soit réparée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s