Parallels 3 : Cas de misère chez les riches

illustration2007071001.jpgVous êtes mort de rire. Votre bloc-notes est un prodigieux MacBook Pro d’Apple, une machine à processeur Intel vous permettant de cliquez aussi bien dans le MacOS X que dans Windows Vista ou XP. Vos collègues vous envient, votre beau-frère vous déteste, vos proches ne vous voient plus. Vous filez le parfait bonheur. Parfait ? Pas tout-à-fait. Il vous faut encore subir le primitivisme de Boot Camp, une solution temporaire fournie par Apple pour amener votre Mac vers d’autres horizons. Si c’est bien votre cas, courez de ce pas vous procurer Parallels Desktop 3.0 for Mac. Vous serez au paradis. Enfin, presque.


illustration2007071007.jpgJe vous rappelle qu’à défaut d’avoir le logiciel de Parallels, passer du système d’Apple à celui de Steve Ballmer implique un redémarrage du Mac avec le doigt sur la touche Option, cela dans l’éventualité où vous ayez installé BootCamp. Les icônes permettant de choisir votre destination apparaissent alors et, en cliquant sur celle qui convient, vous arrivez à bon port. Ce qui vous comble de joie, mais qui finit par vous agacer, pauvre vous, si vous avez à vous promener fréquemment entre MacOS X et Windows. Auquel cas, vous êtes un client tout indiqué pour Parallels Desktop for Mac.

illustration2007071003.jpg
illustration2007071004.jpg

À la manière de VMware ou de VirtualPC, Parallels crée sur un Mac Intel (et seulement sur un Mac Intel), un espace hermétique où il est possible d’installer des machines virtuelles. En examinant bien les deux images qui précèdent, vous verrez Vista, Xandros et Ubuntu se faire aller dans leurs fenêtres respectives sous MacOS X 10.4.8. Ainsi, passer du Finder Mac au GIMP d’Ubuntu (parce que vous n’utilisez pas Photoshop) à Internet Explorer de Microsoft (parce que vous êtes sur un site très mal fait) est alors un jeu d’enfant. Ou presque. Tout dépend de la RAM du Mac et de l’espace disponible sur le disque. Comme le démontre la prise d’écran qui suit, Parallels a ouvert trois sessions (deux pingouins et un drapeau Windows) et il les gère séparément. Fait que, ça bouffe.

illustration2007071005.jpg

Le désagrément qui vous pollue le bonheur dans une telle configuration est de devoir ouvrir une session Parallels simplement pour aller chercher un document afin de pouvoir le retravailler sous MacOS X. Par exemple, vous avec commencé un texte en OpenOffice.org dans votre coquille Ubuntu et vous voulez le continuer dans Word 2004. Si telle est votre souffrance (croyez-moi, je sympathise avec vous), n’attendez plus. Ne subissez plus cet univers sordide propre aux ordinateurs de mon’onk et de beaux-frères. illustration2007071002.jpgRessaisissez-vous, abandonnez la version 2.5 de Parallels et allez vous télécharger la 3 sur le site américain de l’entreprise ou encore, ici au Québec sur le site du distributeur PMD-Logisoft. Elle permet d’aller fouiner directement dans la hiérarchie des fichiers à l’intérieur des systèmes d’exploitation gérés par Parallels, cela sans rien démarrer. Mieux encore, si vous observez la prise d’écran ci-contre (empruntée sur le Net), vous verrez qu’il est désormais possible de cliquer de la droite sur un document et de choisir le logiciel Mac, Windows ou Linux avec lequel on entend l’ouvrir. On ne rie plus ! On en est rendu au grand confort.

illustration2007071006.jpgÉvidemment, Parallels n’arrive pas encore à installer Vista de façon convenable, mais tout le reste, i.e. Win XP, Ubuntu et consorts, me semble y turbiner correctement. Si ce n’est pas aussi vite que dans la vraie vie, ça marche quand même assez bien pour ne pas nous irriter. Encore là, tout dépend de la configuration du Mac. Tit Mac, tite vitesse !

Bref, chers veinards qui cliquez dans un Mac Intel tout en RAM et en gigahertz, sortez de votre misère boutcampesque et embourgeoisez-vous dans le satin blanc de Parallels (80 $US). Ça ne vous ruinera pas, vous aimerez et, assurément, vous m’en donnerez des nouvelles !

Publicités

11 réflexions sur “Parallels 3 : Cas de misère chez les riches

  1. J’ai aussi un MacBook Pro et j’ai testé la beta de la version rivale, VMWare Fusion.

    Tout comme Parallels, elle permet de lancer sa partition Boot Camp en virtualisation dans Mac os X (le meilleur des deux mondes: le mode boot camp optimal pour les jeux ou les applications gourmandes, et le mode « virtualisation » pour les autres applications.

    Pour une beta, elle fonctionne avec une rapidité très acceptable, mais j’ai eu des problèmes occasionnels, surtout en passant du mode « VMWare » au mode « Boot camp ».

    Si vous aviez l’occasion de pondre un article avec une comparaison plus approfondie entre les deux solutionm, ça serait extrêment intéressant.

    J’ai tenté de tester Parallels 3, pour en avoir entendu beaucoup de bien, mais malheureusement sans succès. Ma partition Boot Camp est formattée en FAT32, qui officiellement est supportée. Mais je me suis frappé à un message d’erreur (« unable to open image ») lors du lancement. En parcourant les forums de Parallels, j’ai vu que j’étais loin d’être le seul à qui s’était arrivé, et j’ai essayé les suggestions fournies, mais sans succès.

    Dans le cas de VMWare tout a fonctionné dès l’installation, donc pour le moment je vais rester avec celle-là. Le mode « cohesion » (aussi présent dans Parallels) est particulièrement amusant: le bureau Window disparaît et les fenêtres des applications « Windows » cohabitent avec les applications Mac. On a presque l’impression d’être devant une blague photoshop… 🙂

  2. Ah oui autre chose:

    – Ma machine (qui a 1 an) a 1 gig de RAM… ces applications sont particulièrement gourmandes et m’incitent vraiment à aller m’acheter de nouvelles barrettes…

    – Pour les jeux et autres applications 3D, c’est encore le mode Boot Camp qui est à privilégier. VMWare Fusion supporte la 3D et Parallels l’a annoncé pour une future version (si je ne me trompe pas), mais étant donné les ressources engrangées par le fait d’avoir DEUX systèmes d’exploitation en mémoire, il ne faut pas espérer les mêmes performances qu’avec Boot Camp…

  3. @ mrthebunny

    Parallels n’a pas besoin de Boot Camp. On n’a pas à partitioner son disque. On installe le logiciel (moins d’une minute) et, boom, ça marche. Ne reste plus qu’à y installer des systèmes d’exploitations

  4. Oui! Parallels est un produit magnifique – je l’utilise maintenant depuis plusieurs mois sur le iMac du bureau et c’est genial!!! Je peux sans effort aller verifier la gueule que font mes pages web sous Internet Explorer, histoire de ne pas faire « freaker » mes clients avec ses petites manieres windowsiennes…

    Je compte me procurer bientot la version Linux pour l’utiliser a la maison sur ma toute nouvelle boite ronronnant sous Ubuntu et je suis certain que ca va decoiffer!

  5. @Nelson
    Effectivement, l’on peut le faire ainsi. On peut aussi choisir de lancer sa partition BootCamp dans une coquille virtualisée.

    Soit dit en passant, VMWare et Parallels 3 supportent maintenant le Direct3D de DirectX 8 en virtualisation. Ça permet de lancer des vieux jeux.. mais c’est encore un no-go pour moi 😦 Je suis certain qu’un jour ça va fonctionner 😉

  6. @Nelson

    Oui, en effet, on peut simplement créer une nouvelle image de l’OS.

    Les avantages d’utiliser la partition Boot Camp avec Parallels ou :
    – un seul Windows à maintenir (installation des programmes, mises à jour…)
    – Économie d’espace disque
    – Évite aussi les dédoublements dans les fichiers et les configurations.

    A mon avis, la grande majorité des utilisateurs ignoreront complètement l’option Boot Camp et utiliseront simplement Parallels dans une image. Mais pour ceux qui utilisent à la fois jeux et applications, il est bien d’avoir les deux options disponibles…

  7. Juste pour mentionner un autre produit de virtualisation gratuit: VirtualBox de la société Innotek . C’est ce que j’utilise mon Ubuntu pour installer d’autres systèmes d’exploitations. Il y a une version mac intel. que je n’ai cependant jamais testé.

  8. @trocupei

    Merci du tuyau! Je viens d’aller jeter un oeil sur le site. La versions mac est actuellement en Beta (d’après les forums, USB n’est pas encore supporté, problèmes de crash…), mais je vais en suivre les développements.

    Pourrais-tu nous donner tes impression en ce qui concerne la performance ? As-tu roulé Windows dessus?

  9. @ mrthebunny

    J’ai Wndows XP et ubuntu Gutsy d’installé sur virtualbox. Avec 1 gig de ram, mon Athlon x64 3400 me donne un rendement très fluide. J’alloue 512 meg à la machine virtuelle et le reste, 512 meg, au système hôte, en l’occurrence Ubuntu Feisty.
    Également la moitié de mes 128 meg de carte vidéo. Il n’y a pas de problème de Usb, de crash ou autre. Windows m’apparait en plein écran comme si j’avais ce système d’exploitation installé seul mais il est possible d’être en fenêtre. Ça me rappelle des souvenirs….
    Il ne faut pas oublier d’installer un antivirus et tout le tralala propre à windows.

    J’utilise Windows pour une seule application pointue : Digital music mentor.

    Aucune équivalence connue à ce jour en linux. Dès que je la découvre, je n’utiliserai plus windows.

    VirtualBox peut aussi servir à tester Linux pour un windowsien sans défaire sa machine et sans avoir à choisir au démarrage, le système à faire fonctionner comme c’est le cas en double amorçage.

    Bonne découverte

  10. Depuis sa sortie, je roule Paralells sur un Macbook pro et je suis au paradis.

    Tout comme avec les produits VMware, j’adore la fonctionnalité de pouvoir sauvegarder une image qui FONCTIONNE de ma partition Parallels -Windows XP.

    Chaque fois que Windows se plante sur une installation de logiciel, je peux retourner à une image précédente qui est sur mon serveur.

    Une autre drôle d’avantage de Parallels c’est que ma session WINDOWS XP plante beaucoup moins souvent que sur un de mes autres ordinateurs. J’associe cette situation au fait que les Pilotes de Parallels limitent les accès incontrôlées aux péripheriques et à la mémoire. ce qui limite nos bons vieux GPF.

  11. VMWare Fusion vaut tant qu’a moi plus la peine que le produit de Parallels. J’ai acheté deux licenses de VMWare Fusion à 50% de rabais (soit 39,99$ USD) directement sur le site de VMWare. Vous avez droit a la derniere version beta ainsi qu’a la version 1.0 finale ainsi que ses mises-a-jour. Ceux qui sont interessesés:

    http://www.vmware.com/request_processor?nextPage=/vmwarestore/newstore/category_fusion.jsp&action=CATALOG.GETGROUPS&application=store&ProductGroupCodes=FUS-1.0

    Une comparaison entre les deux logiciels serait de mise.. 79,99$ USD (39,99$ USD en pré-vente) contre plus de 90,00$ CAD pour a peu près les memes caractéristiques techniques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s