Quand les faons se font bagarreurs

illustration2007042601.jpgHier matin, succombant aux pressions m’assaillant de partout, j’ai installé Ubuntu 7.04, un très beau gladiateur du savorama Linux se présentant aux foules sous le nom de Feisty Fawn (faon bagarreur en français ou Bambi stéroïdé en américain). Effectivement, cette version fait présentement de grosses vagues ; tout le monde en parle, tout le monde veut se la télécharger, tout le monde la recommande à sa mère. À un point tel qu’il m’a fallu me reprendre par trois fois pour me la procurer, les serveurs fournissaient à peine à la demande.

illustration2007042603.jpgRemarquez, j’ai bien fait d’insister puisque je me suis retrouvé avec un méchant beau produit (cuvée Gnome), un système d’exploitation que je pourrais, peut-être, cette fois, installer non pas dans le PC de ma mère, mais dans celui d’un mon’onc éloigné, irritable et peu argenté. Je vous parle d’un rentier, un tantinet soit peu technophobe, aimant son petit bonheur sur Internet, voulant tripper sur des photos de famille, écrire à ses proches et jouer à des dizaines de petits jeux de patience. Me semble qu’il ne m’appellerait pas souvent pour que je le sorte de la misère, en tout cas, pas plus souvent que si je lui avais installé Windows dans sa machine.

illustration20070426021.jpgPourquoi un tel enthousiasme ? C’est la première fois, (j’en suis à ma 3e version d’Ubuntu ) que du premier coup, mon réseau (il y a un nouvel icône spécifique en haut à droite) et tous mes périphériques sont reconnus et opérationnels. Tous ? Ouin ! Disons que dans le cas de ma Phaser 8400 DP de Xerox, une grosse imprimante réseau (50 livres), il m’a fallu allez chercher les pilotes et les installer à la mitaine, une opération tout à fait semblable à celle que j’aurais pu faire sous Windows XP. Ensuite, la machine Ubuntu et la rondouillette Xerox se sont crié des noms. Comme si elles se détestaient. Il m’a vraiment fallu les menacer toutes deux d’un marteau de débosselage pour qu’elles cessent d’être mêlées entre les formats Lettre et A4.

illustration2007042604.jpg
illustration2007042605.jpg
illustration2007042606.jpg

Ici, je soupçonne Xerox d’avoir merdé. Mon intuition vient du fait que les pilotes particuliers à Vista pour ma Phaser ne fonctionnent pas. Si je veux imprimer à partir de mon PC Vista, je dois utiliser le réseau et envoyer mon document à un PC XP ou à un Mac. À tous les quinze jours, je vais voir s’il y a du nouveau chez Xerox et je reviens bredouille. Mais ça, c’est une autre histoire ! Autrement dit, si on a coupé les coins ronds sous Vista, c’est possible qu’on l’ait fait également sous Linux.

illustration2007042607.jpg

Autre tour de force digne de mention, Firefox 2.0.0.3 s’est de lui-même aperçu qu’il lui manquait un module complémentaire (plug in) pour comprendre le Flash. Il l’a alors installé, avec mon autorisation, sans autre forme de procès (prise d’écran ci-haut). Un vrai petit charme. Pas eu besoin d’installation périlleuse en mode console ! Vive le progrès !

illustration2007042616.jpgLe PC où j’ai installé Ubuntu est muni de tiroirs. Zou, je retire Windows et je glisse Xandros. Zou, j’enlève ce dernier et j’enclenche Ubuntu. Ma blonde a baptisé ce système Zou-buntu ! Le gros bonheur tocson, quoi ! Sous XP, cet ordi, un Celeron 2,53 d’un gig de RAM dont tout le bordel audio, vidéo et réseau est intégré sur la carte mère, turbine normalement, ni trop vite à me faire peur, ni trop lent à me faire perdre patience. Sous Xandros, on le dirait pris dans de la mélasse figée, tellement que je n’ai pas envie de m’amuser avec cet excellent système d’exploitation. Par contre sous Ubuntu 7.04, mon scélérat offre un rendement acceptable en tout point semblable à celui qu’il affiche sous Windows.

illustration2007042615.jpgMon erreur a été de vouloir à tout prix jouer avec Beryl, un gestionnaire de fenêtres à la sauce Compiz (… allez, aux douches Vista !) qui permet d’obtenir des effets 3D saisissants, incluant le fameux cube. C’est d’ailleurs une des nouveautés qui accompagnent la version 7.04. Si vous cliquez sur la vignette ci-contre, je vous téléporte sur le site du projet Beryl (… étant donné que je ne peux vous publier de prises d’écran). Je vous souligne, ici, que par défaut, Beryl n’est pas installé, il faut le faire soi-même en allant sous Système/Administration/Gestionnaire de paquets Synaptic et cocher la dizaine de fichiers dont le nom commence par Beryl. Par défaut, Ubuntu propose en lieu et place une fonction édulcorée appelée Effets du bureau.

Mon erreur, dis-je, a été d’oublier que mon PC était un misérable Celeron ahanant. Donc, Beryl, tout comme Effets du bureau, ont refusé de fonctionner. Alors moi, en vrai con qui – voulait – vraiment – voir – les – tits – cubes – kioutes, j’ai installé une carte Matrox Parhelia de 128 Mo qui traînait sur une tablette, un peu comme je l’aurais fait avec un ordi sous Windows ou Mac OS X. Je croyais que ce bricolage renforcirait le système et m’ouvrirait la porte aux félicités béryliennes. Que nenni ! Ubuntu refusa net de s’ouvrir ! En fouillant sur Internet, je réalisai alors que même avec ma carte de 128 Mo, Beryl ne fonctionnerait pas. J’ai notamment lu des articles où l’on comparait les exigences de ce produit à celles d’Aero, dans Windows Vista. Vrai, pas vrai ? Quoi qu’il en soit, je n’ai pas pris de chance et j’ai retiré la carte vidéo. Mais au redémarrage, Ubuntu persista dans son attitude hostile, probablement mêlé ou endommagé, et m’obligea à le réinstaller.

illustration2007042611.jpg
illustration2007042610.jpg

Ce qui n’est pas un bien grand malheur. N’importe qui sachant installer Windows XP/Vista ou le MacOS X peut y arriver sans histoire. Tout marche sur des roulettes et le processus est à peine plus long que celui de Vista. Il nous offre même d’aller récupérer nos données personnelles dans Windows dans le cas d’une installation Dual Boot. Mais à la différence de ses concurrents Microsoft ou Apple, quand il a terminé son installation, tout y est, incluant les logiciels de productivité (p. ex. OpenOffice 2.2) et de divertissement (zieutez la prise d’écran ci-haut). Ceux qui ne l’ont pas été (p. ex. Amarok et Thunderbird) peuvent l’être très facilement en allant les choisir au menu Applications/Ajouter-enlever. On peut même mettre à l’essai des produits dont on entend parler pour la première fois, p. ex. Epiphany, un fureteur imitateur de Firefox (photo ci-après). Pas si mal pour un produit entièrement gratuit !

illustration2007042612.jpg

Incidemment, tout est souplesse dans la version 7.04. On configure presque tout comme on l’entend. Observez les deux photos qui suivent. La première est celle d’un panneau de configuration dans la grande tradition Microsoft et Apple. Pour le faire apparaître une fois pour toutes, il suffit de cliquer de la droite sur le logo d’Ubuntu, en haut à gauche, et de choisir Éditer les menus. Dans la fenêtre qui se déploie, on sélectionne Préférences (sous Système) dans le panneau de gauche et là on coche Centre de contrôle dans le panneau de droite. La seconde photo nous montre deux icônes que j’ai ajoutées à la barre de menu. Celle de gauche provient d’un tableau de bord que l’on fait apparaître en cliquant de la droite sur ladite barre et en choisissant <Ajouter au tableau de bord. L’autre est celle de mon réseau Windows. Je l’ai glissée en place à partir d’une fenêtre résultante de plusieurs clics : Navigateur de fichiers / Fichiers / Se connecter à un serveur / Parcourir le réseau.

illustration2007042609.jpg
illustration2007042608.jpg

Il y a quand même un désagrément qui m’agace, celui de la résolution d’écran. Ubuntu limite à 1080 X 1024 alors que mon PC permet d’aller plus loin. À preuve, comparez, ci-après, ses résolutions possibles sous Xandros et Ubuntu. Mystère et boule de gomme !

illustration2007042613.jpg
illustration2007042614.jpg

Quant au reste, je vous laisse le soin de le découvrir. Ma conclusion ? Vous avez beau être grand amateur de Windows, du MacOS X ou d’une autre saveur UNIX, vous n’êtes pas autre chose qu’un mordu d’informatique. Auquel cas, dépêchez-vous d’aller télécharger la version 7.04 d’Ubuntu, alias de Feisty Fawn. Faites-le non pas pour abandonner votre plate-forme préférée, par bête curiosité ou pour faire comme tout le monde. Faites-le pour être en situation d’admirer le résultat d’un travail d’équipe fort bien conçu, admirablement coordonné et particulièrement bien réussi. Ce sera bon pour votre santé mentale.

—————————-

Ajout du 27 avril, 17 heures:

Depuis la publication de cet article, j’ai découvert, grâce à la complicité de deux lecteurs, Fondateur0426 et Marcofsky, comment régler le problème de l’affichage limité par défaut à 1080 X 1024. Voici une procédure, finalement assez simple, qui a bien fonctionné dans mon cas.

Au menu Applications/Accessoires, ouvrez Terminal. À la ligne de

Publicités

33 réflexions sur “Quand les faons se font bagarreurs

  1. Sous Feisty fawn, il y a encore quelques bugs

    1-Avec ma carte graphique (ATI 1300 pro) , je ne peut activer Beryl. Pas la faute de Feisty mais celle de ATi qui ne fourni pas les drivers libres adéquats.

    2- Mon imprimante n’est pas reconnu ( ni mon scanner quoiqu’il me reste des vérifications à faire a faire avec Xsane. Là encore c’est plutôt la faute de Lexmark qui ne sort pas de drivers pour les multi-fonctions

    Pour le reste un charme. En a peu près deux ( top maximum) , le système est opérationnel à 90 %. Il reste de petits bugs qui se corrigent assez facilement ( comme par exemple s’assurer que la diode numlock soit allumée au démarrage ) en cherchant un peu sur les forums.

    La carte son, la webcam la résolution native de mon écran… tout est reconnu dès le départ.

    En conclusion, sauf queques petits bugs qui sont parfois irritants, Feisty Fawn joue dorénavant dans la cour des grands avec OSX et Windows

  2. Tes commentaires sur Ubuntu 7.04, Nelson, rejoignent ceux glanés ailleurs sur le Net – à savoir qu’on le recommenderait à son oncle ou à sa mère! Idem pour la problématique de la résolution d’écran – un des coins coupés carré de cette distribution, mais qui se règle facilement, pour peu qu’on aille éditer la configuration du « X server »… Mais Ubuntu devra y voir, c’est clair, puisque tout le reste y est configurable via l’interface graphique (enfin, presque…).

    Autrement, le terme « admiration » n’est pas trop fort pour un produit qui inclut beaucoup d’extra par rapport aux autres OS (suite bureautique, entre autre) et ce pour un prix imbattable! J’utilise actuellement la version antérieure (6.10) – j’attend patiemment que les serveurs d’Ubuntu se désengorge un peu – mais je vais installer Feisty Fawn très bientot, c’est clair! Merci pour ton opinion objective sur ce que je considère personellement comme étant le « Best in the West » de ce que l’Open Source peut offrir!

    Marc Bélanger

    P.S. J’opine aussi pour la santé mentale – mais c’est à l’usage qu’on s’en rend compte…

  3. J’avais déjà essayé le live cd de la version précédente, sur ma tour et sur mon portable. Je n’étais pas convaincu. J’ai essayé cette nouvelle version sur mon portable (un vieux Sony Vaïo pcg k13q). J’ai bien aimé. Tellement, que je voulais mieux mesurer la performance de Ubuntu en l’installant. Surprise, il n’a pas trouvé de données personnelles de Windows XP à importer comme promis… Un cafouillage peut-être de ma part, je ne sais pas. Mon disque dur était partionné en 2, l’installation a été un charme. La grande amélioration pour moi a été la reconnaissance du wi-fi. Juste à entrer ma clé et hop, connecté. Fini le triturage. Autre surprise, il a reconnu mon imprimante réseau (que j’ai d’ailleurs acheté suite à un article de Nelson), une Brother 782ON. Imprimer un document, ça marche!

    J’ai essayé le truc Effet de bureau 3D. Ça marche. Mais bon. J’aime mieux Vista ou OS X. Pourtant, mon portable n’a pas une grosse carte vidéo, une ATI. Mais quand j’ai essayé le Beryl, je sais pas, rien ne se passait…

    La recherche d’applications et l’installation est très facile et bien fait.

    Tout est assez clairement présenté, on trouve facilement ce qu’on cherche. Pour une prise en main rapide, c’est très bien.

    Maintenant, si on veut tweaker un peu son Ubuntu, faut faire comme avec les autres OS et gosser un peu, mais c’est très faisable. Et moi, je suis un total newbie sur Linux. Je ne sais même pas comment faire le apt get machin. Une chance, pas besoin avec Ubuntu.

    Il y a un logiciel de courrier déjà installé, un truc qui ressemble à Outlook, avec calendrier, etc. J’ai voulu installer Thunderbird, mais Ubuntu ne proposais pas la dernière version 2.0 J’ai téléchargé quand même sur le Bureau. Décompressé le dossier, ouvert ses entrailles et trouver un fichier qui ressemblait à un exécutable. Miracle, Thunderbird s’est lancé. Mais il me fallait chaque fois passé ce chemin pour l’ouvrir. Pas une installation propre, disons. Ne s’affichait pas le menu Applications. J’ai cherché un peu sur les forums francophones de Ubuntu, plusieurs étaient dans mon cas, personne avait vraiment de solutions, sinon parfois des signes cabalistiques trop bizarres pour moi. 😉

    J’ai essayé d’ouvrir un document Word 2003, Open Office a bien fait, reconnaissant les dessins, tableaux et autres presque parfaitement. C’est le presque qui m’embête. J’ai pas le temps d’être gentil avec l’Open Source, je dois avoir des documents 100% compatibles avec la majorité. On y est presque, mais pas encore.

    En général, je dirais que je pourrais rouler cet OS au quotidien et q’il satisferait bon nombre de mes besoins. Mais voilà, pas tous. J’aime encore mieux Windows. Eh… c’est comme ça. 😛

  4. Pourquoi une autre distribution parmi le déluge de distributions existantes? J’envisageais installer et utiliser Debian avant de lire votre article. Sur Ubuntu.com, leurs principaux arguments sont:

    – a strong Debian foundation
    – the GNOME desktop
    – a strong commitment to freedom

    Difficile de battre Debian lui-même pour ça… Pourquoi Ubuntu?
    Après tout, la plupart des outils opensource sont sur toutes les distributions… Et s’il y a une distribution qui a du vécu et qui est intellectuellement rigoureuse et scrupuleuse, c’est bien Debian…

  5. Beryl prends pas une grosse carte video, je l’avais installer sur un P4 2.8 Ghz w/ HT qui a un NVIDIA FX5200 128 mb sur la dernière version d’Ubuntu et je n’ai rien vu qui cloche… donc pourquoi MS à pas pus faire la même chose au lieu de nous faire acheter des bombes comme PC pour rouler Aero qui est la même chose essentiellement.

    Donc la je dois me résoudre à installer Feisty Fawn sur ce même PC, moi qui voulais l’essayer sur mon Core2 Duo E6400 équipé d’une ATI X1600 Pro 512 Mb 😦

  6. @ imbe:

    C’est qu’Ubuntu est plus facile d’utilisation pour les utilisateurs qui ont peur de Linux i.e.: les usagers qui ont peur d’appuyer sur une touche pensant déclancher la 3e guerre mondiale! lol

  7. Ouin Nelson, t’es pratiquement rendu du bon côté de la force! 😉 Mais sans blague, c’est un bien beau billet que tu nous publies aujourd’hui! C’est bien apprécié des gens comme moi 😛

    @imbe: Je dis comme solidsnake à propos de Debian. Je comprends tout-à-fait ton point de vue et moi-même j’utilise debian sur tous mes serveurs. Mais Ubuntu a su « patcher » tous les petits trucs qui rendait Linux difficile pour les nouveaux utilisateurs. Un debian pure c’est génial pour les gens comme toi et moi qui savent comment configurer leur machine mais je suis pas sûr que Nelson tripperait sur Debian pur et dur sur son desktop…

    Pour ce qui est de la résolution écran, en effet ceci est un bug qu’Ubuntu devrait vivement corriger. Heureusement il y a quelques solutions, même si les débutants vont les trouver très barbues: Soit éditer manuellement le fichier /etc/X11/xorg.conf (faites une copie de sauvegarde avant) ou bien re-configurer Xorg avec l’utilitaire inclus:
    sudo dpkg-reconfigure xserver-xorg

  8. @Nelson:

    Pour ce qui est de Beryl/compiz, d’après ce que j’ai vu sur le net jusqu’à maintenant, ils semblent fonctionner uniquement sur les cartes Nvidia, ATI, ainsi que les chipset Intel (corrigez-moi si je me trompe). Le meilleur support à date semble être avec les chipset Intel puisqu’ils offrent des drivers Open Source, donc déjà inclus dans la plupart des installations Linux. Nvidia et ATI quant à eux nécessitent des drivers propriétaires donc pas toujours inclus pour des raisons légales ou philosophiques! Je crois par contre que le dernier Ubuntu (Feisty Fawn) vient avec ces drivers propriétaires inclus. Quelqu’un peut confirmer ca?

    Nelson, il y a un truc que tu ne précises pas: avant d’installer et d’essayer Beryl, avais-tu essayé Compiz qui est plus basique et déjà installé par défaut? (Ou « Effets de Bureau » – Tu le mentionnes mais tu ne dis pas si tu l’as essayé…) Juste curieux car je me demande si ta carte vidéo était supporté sous celui-ci et si le tout n’aurait pas simplement foiré en installant Beryl…?

  9. En passant, Compiz, ou « Effets de Bureau », quoi que plus modeste, offre aussi le cube en 3D. Donc pas besoin de Beryl pour voir les – tits – cubes – kioutes 😛 De plus, étant plus simple et moins lourd, Compiz semble plus rapide que Beryl sur les ordinateurs plus lent…

  10. @ Toogreen

    Avant de me mettre en devoir d’installer Beryl, j’avais effectivement tenté ma chance avec les « Effets de bureau » mais ça n’avait pas marché. Je n’avais eu droit qu’à un écran blanc d’où il était presque impossible de revenir en arrière, c’est-à-dire au Bureau. Cette déconvenue s’explique sûrement par le jeu de circuits particulier à mon Celeron.

    La phrase suivante m’a bien fait rire: « Un debian pure c’est génial pour les gens comme toi et moi qui savent comment configurer leur machine mais je suis pas sûr que Nelson tripperait sur Debian pur et dur sur son desktop… » C’est la première fois de ma vie que je me fais traiter de Tit Mon’Onc d’une façon aussi candide. Pas drôle vieillir … Mais j’assume !

  11. “…Un debian pure c’est génial pour les gens comme toi et moi qui… »

    Dis donc, faut vraiment etre brillant pour se mériter l’aptitude de savoir piloter un Debian comme seul certaines personnes peuvent se le permettre…

    Bonté divine, c’est vraiment la revanche des tronches ici…

  12. @Nelson:

    Toutes mes excuses!!! Ma phrase est vraiment sortie toute croche et j’avoue qu’en me re-lisant je trouve moi aussi que le résultat est pas mal insultant à ton égard. C’est pas vraiment ce que je voulais dire. J’aurais probablement dû formuler ma phrase ainsi:

    « Une debian pure et dure c’est génial surtout pour les gens qui connaissent *tous les petits trucs en arrière du capot et la console* mais je ne suis pas sûr que Nelson tripperait sur Debian pur et dur sur son desktop de tous les jours, ÉTANT DONNÉ SES impressions antérieures sous des versions un peu moins « user-friendly » de Linux »

    Enfin bref ce que je voulais surtout dire c’est que comme on te connais, tu aimes ca quand c’est pas compliqué, et on sait que tu as à quelques reprises critiqué Linux pour être trop compliqué. On sait bien que tu serais capable de te débrouiller sur une Debian, tout ce que je voulais dire c’est que tu n’apprécierais peut-être pas l’expérience, et tu n’es parlerais certainement pas en bien dans un article!! C’est tout, rien à avoir avec tes compétences techniques 🙂

    Désolé encore une fois d’avoir si mal formulé ma phrase!

  13. Je n’ai toujours pas installé les « p’tits cubes » parce que je n’en vois pas vraiment l’utilité… Personellement, ce que j’apprécie d’Ubuntu, c’est le fait que je suis tranquille, serein, paisible et confiant lorsque j’utilise mon ordi. Je n’ai jamais de surprises désagréables comme celles qui affligent régulierement mon épouse et son portable sous XP… Par exemple, hier soir: Elle ouvre le répertoire ou elle met sa musique (des fichiers MP3) et clique sur l’un deux et c’est maintenant Windows Media Player qui se met en marche (plutot que RealPlayer). Lequel refuse alors de « jouer » la « toune » sous prétexte qu’elle n’a pas « enregistré » un truc-machin du genre DMR ou je ne sais quoi… Furieuse, elle se met a « sacrer » contre son ordi (mais en arabe, alors je peux pas vraiment vous transmettre toute l’étendu de son désarroi…) Bref, je me suis empressé d’aller dans le Control Panel et j’ai changé (ou plutot remis) les préférences pour associer les fichiers MP3 a RealPlayer et c’était réglé… Mais, peut-on m’expliquer pourquoi, tout d’un coup, sans crier garde, ces « préférences » ont été changées??? Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres… Du temps ou j’utilisais Windows, ces irritants me mettaient hors de moi parce que je ne comprenais pas « ce qui se passait sous le capot » et je me sentais a la merci d’une machine qui « décidait » a ma place ce qui était « bon pour moi »… Avec Ubuntu, non seulement je n’ai jamais de ce genre de surprise, mais JE décide ce que je veux que mon ordi fasse ou ne fasse pas! Et, en tout temps, je sais quels processus sont actifs et je sais aussi ce qu’ils font. Et, bien entendu, je n’ai pas a « blinder » l’ordi contre les vilaines bibittes (virus, malware et cie). C’est ce que j’aime de cet OS… la Paix… la Sainte PAIX!!!

  14. Bonjour,

    Concernant la résolution maximale d’Ubuntu, en fait les résolutions disponibles sont définies dans le fichier /etc/X11/xorg.conf sous Ubuntu. Il est possible d’ajouter des résolutions à ce fichier ; de cette manière, Ubuntu devrait pouvoir être affichée en plus haute résolution.

    Voici un exemple. Sur ma machine, dans mon fichier /etc/X11/xorg.conf, j’ai une section qui ressemble à ceci :

    DefaultDepth 16
    SubSection « Display »
    Depth 1
    Modes « 1280×1024 » « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »
    EndSubSection
    SubSection « Display »
    Depth 4
    Modes « 1280×1024 » « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »
    EndSubSection
    SubSection « Display »
    Depth 8
    Modes « 1280×1024 » « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »
    EndSubSection
    SubSection « Display »
    Depth 15
    Modes « 1280×1024 » « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »
    EndSubSection
    SubSection « Display »
    Depth 16
    Modes « 1280×1024 » « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »

    Ainsi, la première ligne indique que ma profondeur par défaut est 16. Je vais voir dans le sous-section Display 16 (dernière sous-section) et je peux voir que dans la ligne « Modes », j’ai toutes mes résolutions disponibles pour une profondeur de 16 bpp.

    Si je voulais en ajouter une, je modifierais la ligne comme suit :

    SubSection « Display »
    Depth 16
    Modes « 1400×1050 » « 1280×1024 » « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »

    Et en redémarrant mon serveur d’affiche (Ctrl+Alt+Backspace), ça devrait fonctionner.

  15. J’oubliais…

    Ca plante pas, JAMAIS!

    (je sais qu’il ne faut jamais dire « jamais », mais je vous jure, depuis que j’utilise Ubuntu sur mes 2 ordis, je n’ai jamais eu de « plantage »!)

    OK, il arrive qu’une application « gèle » quelquefois, mais le reste demeure intact et on n’a pas besoin de « rebooter »… On n’a qu’a faire, comme sous Mac OsX: « Force Quit », puis on redémarre l’application, c’est tout! La Paix, je vous dis!!!

  16. @ fondateur0426

    Merci pour le truc relatif au fichier /etc/X11/xorg.conf. J’ai suivi votre conseil à la lettre, mais, malheureusement, je n’ai pas le droit de modifier le fichier en question. Ubuntu m’informe qu’il appartient au sieur ROOT, un personnage très arrogant qui règne dans ma propre machine et qui refuse de me livrer son mot de passe.

    Y a-t-il quelque chose que je n’ai pas compris ? Merci d’éclairer ma lanterne.

  17. au terminal: sudo gedit (puis tu entres TON mot de passe); alors l’editeur de texte de Gnome s’ouvre, tu vas chercher cet enfoire de xorg.conf et tu lui en mets plein la gueule!

  18. Ben ça marche, misère à poil ! Je suis ému !

    Du coup, je m’empresse d’aller modifier mon texte ci-haut !

    Merci fondateur0426, merci marcofsky

  19. Ouais, c’est la beauté de la patente… que des petits fichiers texte a modifier et c’est une affaire qui roule! En passant: sous Ubuntu, pas de password Root… que le tien (en fait, celui de l’utilisateur qui installe le systeme), auquel les privileges associés au root s’obtiennent en préfixant la commande avec « sudo »… d’ou l’importance d’avoir un mot de passe sécuritaire et bien « formé »… Au plaisir!

  20. Cette pratique d’utiliser « sudo » avec son mot de passe d’usager normal plutôt mérite en effet d’être soulignée.
    À mon premier essai avec la version précédente (Edgy Eft) je me suis même tapé une réinstallation en pensant que j’avais oublié le mot de passe « root » que l’on spécifie avec les autres distributions!

  21. Mac OsX fonctionne de la meme facon sauf qu’on y a retiré la partie « sudo ». Parce « sous le capot », OsX est un systeme Unix et a donc aussi un utilisateur « root », mais les privileges de l’administrateurs sont transférées, comme sous Ubuntu, a l’utilisateur qui a installé le systeme. L’utilisateur « root », se retrouve, en quelque sorte, désactivé. C’est une tres sage mesure de précaution contre les « robots » qui s’attaquent aux systemes a saveur Unix et cible l’utilisateur « root » en essayant des milliers de variantes de mot de passe jusqu’a ce que l’un d’eux fonctionne… Reste qu’il demeure important d’avoir un « bon » mot de passe, sous Ubuntu commme sous OsX, si on est celui qui en est l’administrateur attitré!

  22. Nelson:

    Je dois dire que je suis (agréablement) surpris que tu trouves cette procédure « assez simple »! Non pas que personnellement je la trouve compliquée, mais je dois avouer que j’avais un peu peur de me faire dire encore une fois « Linux c ben trop compliqué » en expliquant cette procédure en détail. J’en ai fait mention plus mais je n’ai pas entré dans les détails, ne voulant pas faire peur à personne avec des formules d’alchimistes 😛 Bon, la prochaine fois je ne me gênerai pas!

    Qu’importe, bien que certains vont dire que ca ne devrait pas être comme ca, que ca aurait dû marcher du premier coup (vous avez raison, mais), il faut tout de même admettre que c’est super de savoir qu’il y a toujours une solution de la sorte, puisque sous Linux presque tous les programmes ont des fichiers de configuration en mode texte. Donc peu importe la catastrophe, on peut pratiquement toujours trouver une solution en modifiant un fichier quelque part, même si le système graphique cesse de fonctionner. Essayez de régler un problème semblable à celui-ci sous Windows… Ouff… 😛

  23. Je trouve tout de même dommage que Nelson manque les effets 3D de Compiz et/ou Beryl. Ca beau être juste du « Eye Candy » diront certains, n’empêche que c’est impressionnant, et moi qui utilise Beryl à temps plein, quand je retombe en mode normal je dois dire que je m’ennuie de mes fenêtres en caoutchouc 🙂 Je dirais aussi que c’est pas nécessairement juste du « eye candy », y’a, en fait, des fonctions très pratiques, comme le Zoom, ou de pouvoir ajuster la transparence d’une fenêtre avec ALT-Roulette. Ca je m’en sers souvent quand je tape des commandes dans une console et que je dois voir un fichier d’aide ou une page HTML qui est en arrière… J’ai aussi récemment découvert sous Beryl qu’on peut écrire un peu n’importe ou dans l’écran, comme sur un Tablet-PC… Pratique pour des présentations.

    Nelson pourquoi Ubuntu ne mérite-t-il pas d’être testé sur ta mégà-bombe-vista? N’utilises-tu pas un système de tiroir aussi sur ce dernier? J’ai la triste impression que tu testes toujours Linux sur une vieille machine poussièreuse qui sert pu à rien, comme si Linux ne méritait pas encore sa place dans ta machine préférée…? 😛

  24. Parce que ma méga-bombe est S-ATA et que je n’ai pas encore acheté de système RAID (ou de tiroirs) de techno S-ATA. Ma blonde me gronderait. Remarquez, je pourrais me contenter d’ajouter un disque et me bidouiller un gestionnaire d’amorce Vista – Ubuntu – tutti quanti. À voir ! Mais j’y songe sérieusement.

  25. Ajouter un disque serait en effet la méthode la plus facile dans ton cas. Tu mets le disque dedans et tu redémarres avec le CD d’install d’Ubuntu. Pas besoin de te bidouiller un gestionnaire d’amorce, à l’installation Feisty devrait automatiquement détecter Vista et installer GRUB pour que tu puisses choisir Vista ou Ubuntu au démarrage. Mais attention il parait que pour certains (avec versions antérieures de Linux) Vista n’apparait plus au démarrage (malgré qu’il soit encore présent). Heureusement ce problème est facile à régler en suivant les instructions à cette page:

    http://apcmag.com/5046/how_to_dual_boot_vista_with_linux_vista_installed_first

    Bonne chance si jamais tu te décides 🙂

  26. Question: si je me procurais un disque dur USB pour y installer une distribution Linux, est-ce que la performance en serait quand même acceptable? L’ordi est très puissant, mais USB 2.0 est le maillon faible disons… Si quelqu’un a déjà essayé ça, merci de me répondre. J’ai cherché sur le web mais c’est pas clair ce que j’ai trouvé.

  27. @imbe: Je n’ai pas essayé mais je sais qu’il existe des distribution spéciales, comme Mandriva, qui peuvent fonctionner de facon autonome sur un disque USB. Il suffit d’avoir un BIOS qui support le démarrage via USB. Ce qui est génial avec cette méthode, c’est que tu peux trimballer ton disque USB n’importe ou et avoir ton système d’exploitation complet avec tous tes fichiers, peu importe ou tu es. Par contre pour la vitesse c’est sûr que ca doit être plus lent. A quel point? Je ne sais pas! 🙂

  28. Décidément, ce billet était ce dont j’attendais pour donner une deuxième chance a Linux, une mouture que ma blonde pourra utiliser sans briser le clavier au bout d’une demi-heure. Je crois que je partitionner mon disque dur pour installer Ubuntu et lui alloué le tiers (soit 40 Go) et voir ça réaction. Serait-ce assez pour changer ma cape de bord? Seul l’avenir me le dira.

  29. Nelson: Comme tu as dû remarquer, Tristan Péloquin a installé Ubuntu sur son ordi qui avait déjà Vista et il n’a rien eu à faire au niveau du gestionnaire d’amorce. Ubuntu s’est occupé de tout automatiquement. Je suis donc confiant que ca devrait fonctionner sans problème, contrairement à mes craintes citées plus haut!

  30. Avez-vous essayé le petit utilitaire nommé Baobab dans Ubuntu 7.04 qui permet de « VOIR » notre disque dur? C’est vraiment tout simple mais oh so génial. Pour ceux qui veulent en savoir plus allez voir mon blogue, je viens d’ajouter une entrée ou je l’explique plus en détail: http://toogreen.blogue.ca/

    (Oui je sais j’en profite un peu pour me plugger mais bon) 😛

  31. J’ai Ubuntu chez moi. Ça marche très bien. Beryl est saisissant.

    Seul défaut: le thème par défaut. Ça fait Denis-Drolet. Qu’on change les couleurs, vite.

  32. Je suis très intéressé par Linux, mais je n’y connait rien. Je tente bien d’apprendre, mais j’ai toujours le même problème: le son. Aucun son, aucune musique ne sort de mon ordi. J’ai installé deux versions d’Ubuntu, Fédora ainsi que Mandriva: même résultat. Mes recherches d’une solution sur le Web n’ont rien données. Pourtant avec WinXP: aucun problème. Quelqu’un aurait-il la solution ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s