Pourquoi pas des ERP de type Open Source ?

illustration2007030901.gifCette semaine, Hydro Québec reconnaissait publiquement en arracher avec son nouveau service à la clientèle informatisé, le S.I.C., un méga projet SAP en voie d’implantation depuis quatre ans. La « phase 3 » a été reportée d’un an, ce qui représenterait des coûts additionnels de 100 M $ à même nos poches. Hum ! Cela m’a rappelé certaines histoires d’horreur survenues ces dernières années au Gouvernement du Québec (Oracle) ou l’Université Laval (PeopleSoft), pour ne citer que ces deux cas. En fait les histoires foireuses d’ERP sont nombreuses ; cliquez par exemple ici ou encore ici .


illustration2007030902.gifCe qui me titille le piton à courroux, c’est que grâce aux ERP (progiciel de gestion intégré), la walmart-isation (ou, si vous préférez, la dell-isation) industrialo-commerciale a été rendue possible à l’échelle mondiale. J’ignore combien d’emplois ont été subséquemment sacrifiés sur l’autel de la mondialisation, ici et ailleurs, mais je me doute bien que le coût social a été terrible. Demandez leur avis aux victimes de Walmart. De plus, ces grands logiciels coûtent affreusement cher. Non seulement leur prix d’acquisition est-il prohibitif (le développement de ces produits l’est également), mais leur implantation dans une grande entreprise ou institution va chercher dans les sept ou huit zéros.

illustration2007030903.gifLes dix dernières années ont été riches en péripéties pour les fabricants qui se sont affrontés dans une grande course aux milliards. À ce jour, seuls SAP et Oracle sont encore en piste après avoir avalé leurs concurrents dont Siebel, J.D. Edwards, Baan et PeopleSoft. On a compris que les chiffres d’affaires trimestriels se comptaient en milliards de $US, cela malgré un ralentissement marqué dans les revenus. Pour résumer, on peut dire que nos institutions publiques, des organisations qui doivent obligatoirement se moderniser, se sentent tenues de faire affaires avec les grands équipementiers de la mondialisation, des gens qui se font la guerre, qui s’entre-bouffent, qui n’ont que leurs actionnaires en tête et qui vendent des logiciels dont le code source est protégé à quintuple tour.

illustration2007030905.gifillustration2007030904gifY aurait-il une alternative moins violente ? Serait-il possible qu’un ministère, une université, un centre hospitalier, une municipalité, arrive au même résultat d’efficacité informatique avec autre chose qu’un ERP à la sauce SAP ou Oracle ? Apparemment oui. En fouinant sur Internet et en parlant avec des évangélistes du logiciel libre (allô Christian…), on apprend qu’il existe des solutions intéressantes, des solutions que des pays européens ont implantées. C’est le cas du progiciel libre ERP5 dont vous pouvez suivre les péripéties en cliquant ici-même sur ce lien. Mais il y en a d’autres. Rendez vous sur le site de Freshmeat et tapez « ERP » dans la petite case de recherche. Vous serez surpris.

illustration2007030906.gifOui mais comment savoir lequel de ces produits choisir ? Une chate n’y perdrait-elle pas ses minous ? Méchante bonne question que j’ai posée aux gens de Savoir-faire Linux, une boite spécialisée de Montréal qui fait dans l’intégration de logiciels libres (principalement Gnu/Linux). On s’y targue même d’avoir implanté un ERP sur mesure dans une entreprise lavalloise. Bref, on m’a rassuré en me disant qu’il était effectivement possible de bien se faire conseiller en intégration de produits libres, voire de bien se faire guider dans les arcanes du Open Source. Ce qui signifierait, si tel est le cas, qu’il y aurait effectivement une alternative à SAPOracle (ouh ! l’affreux mot…). Intéressant !

Mais alors pourquoi, croyez-vous, nos institutions ne semblent-elles pas conscientes de cette alternative libre, une alternative que l’on présente comme étant infiniment moins onéreuse du côté acquisition, implantation et, surtout, développement subséquent ? Est-ce vraiment parce qu’aucun produit n’arrive au degré de fiabilité des progiciels de SAP ou d’Oracle ? Est-ce dû au syndrome Nobody ever got fired for buying IBM ? Qu’en pensez-vous ?


Publicités

20 réflexions sur “Pourquoi pas des ERP de type Open Source ?

  1. Je ne comprend pas pourquoi il y a vraimnt des grosses boites qui adopte SAP avec ses couts faramineux. Même la main d’oeuvre charge un bras la dessus et pour raison, pour suivre un cours minable de SAP de quelques heures, il faut payer uen fortune (plusieurs milliers de dollars).

  2. Le défi d’une entreprise est de bien gérer ses données et sa croissance. Si j’avais une entreprise, je ne voudrais pas me plier aux exigences d’un système conçu pour un autre et être captif d’un fournisseur.
    J’opterais pour un système conçu spécifiquement pour mes besoins et ensuite, j’essairais de développer un marché de niche et exporter mon logiciel dans des entreprises identiques à la mienne.
    L’approche Open-Source, ici, permet de s’affranchir de la dépendance à un fournisseur. Mais elle ne règle pas les nombreux désavantages reliés aux progiciels de gestion intégrés qui ne sont, selon moi, vraiment pas fait pour tout le monde.

  3. C’est bien simple de savoir pourquoi une compagnie choisie tel option plutôt qu’une autre, c’est le lobbying! Ceux qui prennent les décisions administratives et qui souvent ne connaissent rien en informatique, se fient plus au vendeurs que leurs propres employés. Faut dire que ces vendeurs savent comment faire croire en leurs produits tout en étant très généreux en promesses et petits cadeaux. Puis quand la vérité sur le coût d’exploitation réel arrive, il est rendu trop tard pour reculer puisque les sommes d’argents dépensés et le temps consacré à l’implantation est trop avancé.
    Cela nous coûte cher tout cela pour des repas au restaurant et cadeaux gratuits. Quelle ironnie!

  4. Il ne faut pas oublier qu’il y a des effets de mode, c’est IN sap… Dans les ecoles, grace aux dons de ces entreprises, on enseigne CES gros logiciels… Pas les logiciels libres … Donc, c’est malheureusement normal de ne pas chercher plus loin quand viens le temps de conseiller un systeme …

    Ca me rappelle un directeur d’ecole qui voulais absolument un serveur… malgre le fait qu’il ne savait pas a quoi ca servait…

    Il ne faut pas oublier egalement qu’il y a des rumeurs telles : Si tout le monde vois le source, n’importe qui peut trouver des trous de securite … Eh ben… windows est ferme pis on en trouve beaucoup!!!

  5. A l’école ou je travaille, j’ai finalement réussi à convaincre mon directeur d’aller en Open Source pour notre serveur web/e-mail, mais ca n’a pas été facile!!

    L’ignorance de ces décideurs fait définitivement partie du problème. Ils ont en effet tendance à plus écouter les grosses compagnies qui leur chante la pomme que leurs propres employés qui savent de quoi ils parlent. Finalement on m’a écouté et je ne crois pas qu’ils regrettent leur choix, on a fait des économies incroyables et on a une solution solide et fiable.

  6. J’ajouterais que c’était aussi exactement la même histoire quand je travaillais pour une boite de conception web à Québec… On avait beau répéter au Boss que la solution était l’Open Source, rien à faire… Le monsieur ne voulait entendre que les mots « Microsoft », « .NET », « ASP », etc…

    Plusieurs de ses décideurs ont la mentalité « Si c’est gratuit, ca doit pas être bon ». Ce qui est, malheureusement, TELLEMENT loin de la réalité.

  7. Je fais de la recherche sur les systèmes MRP, MRP2 et ERP depuis plus de 20 ans et j’enseigne à l’université plusieurs cours de GMAO. J’ai participé directement à plus de 30 implantation ERP dans des entreprises manufacturières.
    Il est vrai qu’il y a de nombreux échecs de rapporté dans la littérature, il est également vrai que les SAP et Oracles sont hors de prix mais sachez qu’il y a des alternatives économiques et ce, sans aucun compromis sur le plan des fonctionnalités et de la convivialité. Je connais également la plupart des logiciels dit ERP Open source. Croyez-moi, ce sont tous des projets « à développer », certains ont une version professionnelle coûteuse pour palier aux nombreuses lacunes de leur équivalent open source, des attrapes nigauds. La solution Open-source n’est pas recommandé pour des logiciels de cette envergure et de cette complexité. Si vous avez seulement besoin d’un CRM ou d’un logiciel de ventes en ligne alors il existe, des solutions open sources qui vont faire une excellente job…ce sont des applications simples, peu complexes et de peu d’envergure, j’en ai moi-même recommandé à certains clients qui n’avaient pas réellement besoin d’un ERP.

    Concepts industriels 2000 (www.conceptsindustriels2000.com) offre sur le marché un système ERP complet tout aussi convivial et puissant que ses équivalents SAP et Oracle. Typiquement la Suite Orchestra pour PME coûte moins de 60 000$ pour environ 20 stations, reste à payer la formation qui est un facteur de succès très important lors de l’implantation d’un ERP.

    Personnellement, toutes les implantations ERP auxquelles j’ai participé se sont soldés par des succès majeurs et ont entraîné des bénéfices considérables pour les entreprises en terme de réduction des coûts, des inventaires et des temps de passage. Les clients sont heureux de pouvoir compter sur une équipe de support compétente. Dépendamment des modules retenus et de la disponibilités des gestionnaires, l’implantation peut prendre entre 4 mois et 18 mois avec une moyenne d’environ 8 mois.

  8. Moi qui pensait que seul mon employeur avait fait une gaffe énorme en confiant à une grosse entreprise le soin de développer un nouveau logiciel. Cette entreprise, qui facturait les suppléments à l’heure, a bien pris soin de prendre tout son temps et de produire un monstre ( 500 pages pour le manuel de l’utilisateur) totalement ingérable. Tellement ingérable qu’il a été enterré avant sa mise en service. Mais mon directeur de l’époque a quand même gardé son « laptop » gracieuseté de la grosse entreprise en question.

  9. Simplement pour appuyer mes dires:
    (Desole, c’est en anglais)
    h**p://linux.slashdot.org/linux/07/03/10/079201.shtml

    Ils disent que les gestionnaires ont peur de l’open source.

  10. @David Gagnon

    Je veux pas remettre en question ce que tu dis, mais .NET est totalement gratuit.. Visual Web Developper est gratuit, le framework est gratuit et même SQL Express est gratuit.

    Il y a même une suite de développement sur linux pour les irréductibles…

    Alors la seule chose à payer est Windows Server 2003.

  11. @Nicolas LeBlanc
    « .NET est totalement gratuit », ce n’est pas vrai vous devez acheter Windows Server 2003. »
    Internet explorer est gratuit, si vous achetez Microsoft Windows.
    Windows media player est gratuit, si vous achetez Microsoft Windows.
    Comprenez-vous ?

  12. @Nicolas:

    C’est gratuit sauf qu’il faut acheter Windows Server 2003… Ouin!!! Anyway, on parle ici d’Open Source, pas nécessairement de « gratuit ». Est-ce que les produits que tu as mentionné plus haut sont Open Source? C’est bien ce que je pensait…

  13. C’est vrai que tout cet attirail de progiciel est coûteux. Je suis un `vieux`consultant en SAP (fonctionnel). Ce n’est pas seulement le fait de mettre en place de nouveaux systèmes ou logiciels. Il doit y avoir, dans une certaine mesure, de la ré-ingénierie de processus d’affaires.

    Ce que SAP ou Oracle apporte c’est justement les meilleures pratiques en industrie. J’ai participé à celui d’HydroQ en 2001 et les premiers résultats ont été très satisfaisants. Maintenant tout devient trop gros! trop onéreux! Les systèmes ERP ont du bon, mais à un moment donné la taille du projet est démesurée. Les bénéfices ne sont plus au rendez-vous.

  14. C’est très bien qu’il existe des alternatives à SAP et Oracle. Par contre les histoires d’horreur et de dépassement de coûts sont autant possible avec les autres solutions. Même si le choix d’une solution technologique est important, c’est au niveau de la gestion de projet que l’on doit les plus célèbres dérapages de projets informatique. L’implantation d’un ERP, c’est d’abord de redéfinir ses façons de faire et ses processus. Pour une implantation réussie, il faut des gestionnaires compétents ainsi que le support de la haute direction. Les firmes de consultants participant à l’implantation de ces solutions continuerons a empocher de grosses sommes d’argent dans ce type de projet, Open Source ou non.

  15. Très intéressante et pertinente chronique (des souvenirs du projet GIRES me revenant d’ailleurs à la mémoire). C’est un marché encore en transition, autant au niveau des produits que des ressources, et beaucoup de développement reste à faire au niveau des grandes entreprises, et de formation au niveau des petites et moyennes. SAP comme IBM ont d’ailleurs tentés de s’attaquer au marché des petites et moyennes entreprises (ERP, CRM…) et s’y sont cassé les dents. Avez-vous déjà assisté à une réunion entre des consultants ERP séniors et des distributeurs de vêtements importés ? Exact: Un dialogue de sourds…

  16. En Angleterre les programmeurs ont un dicton à propos de SAP:

    « Spend A Pound! Save A Penny! »

    Ils disent aussi:

    « You don’t save any money, but you know where you spend it! »

    Ha! L’humour britannique… 😉

  17. À mon humble avis, les grosses boîtes optent pour des solutions ERP comme Oracle ou SAP parce que ça leur « inspire plus confiance », même si des solutions Open Source font l’affaire. C’est une question de mentalité; puis ils s’y embarquent et ça n’en finit plus.

    Pareil pour les boîtes qui jurent par le .NET alors que des solutions open source comme PHP, Perl ou autre existent à moindre coût. Certains pays comme la France semblent avoir foi en l’open source: les sites de plusieurs ministères utilisent un CMS open source (Spip Agora)

    C’est le sempiternel débat du open source vs les solutions propriétaires: ceux qui ont les moyens s’embarquent presque toujours dans les solutions commerciales.

  18. @corneille

    LA confiance :), Revenu Canada doit nager en plein dedans avec leur système SAP qui a planté là.

    Et bravo pour les suiveux de bush dans le changement d’heure (Comme pour le reste d’aileurs); voila ce que ca donne.

  19. Pour ma part j’ai toujours pensé que l’installation d’un ERP, permet d’identifier dans une entreprise les éléments les plus forts, bref une étape évolution rapide, du Darwinisme, car seul ceux qui s’adaptent y survivent. Quand la décision d’installer un ERP, tous le savoir faire de l’entreprise est mis au rencart au nom des nouvelles pratiques assurément meilleurs. Dans le cas de SAP c’est Allemand donc meilleur et Oracle Américain c’est le pays de Bush. Chacun ont des milliers de succès (et aussi « et surtout » des histoires d’horreur).

    C’est aussi un très grand champs de bataille, où s’affrontent les vice-présidences car chacune veut imposer sa vision et ses méthodes. J’ai déjà vu aussi où le champs de bataille était c’est qui allait prendre la responsabilité car personne ne voulait la prendre.

    La cliente typique est une grande entreprise qui a des milliers (voir des millions) de ligne de codes écrit en Cobol roulant soit sur Mainframe IBM, AS/400 ou Open VMS (Vax). Qui ont une mise à jour majeure à exécuter au lien de faire la maj, il installe un système d’ERP. C’était le cas d’hydro… Conseille pour VP ou Président qui lisent la chronique, une mise à jour est toujours mieux, même sur un système vieillissant. Ex.: Les 7 grandes banques Canadienne.

    Rémi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s