La boule de cristal de Deloitte

illustration2007011601.jpgC’est hier que la société-conseil multinationale Deloitte, mieux connue au Québec sous le patronyme Samson Bélair/Deloitte & Touche, publiait l’édition 2007 de ses 30 prédictions annuelles relatives à la technologie (TI), aux médias et aux télécommunications (TMT). On parle ici des grandes tendances qui, selon les milliers d’experts consultés (professionnels de Deloitte, clients de partout au monde, analystes externes, etc.), affecteront ces secteurs à court terme et interviendront sur les occasions d’affaires qui en découlent. C’est ce qui en fait un exercice de boule de cristal avec un facteur risque réduit au minimum.


illustration2007011606.jpgillustration2007011602.jpgComme me l’a expliqué M. Pierre G. Brodeur, leader du secteur TMT de Deloitte au bureau de Montréal, ladite étude fait surtout ressortir le fait que le pouvoir des fabricants et des fournisseurs de contenu glissera davantage vers les consommateurs, ce qui amènera des produits beaucoup mieux adaptés. « L’industrie des TMT s’efforce plus que jamais de fournir aux consommateurs ce qu’ils veulent, au moment désiré et sous la forme qui leur convient, a soutenu l’expert montréalais (photo ci-contre). Les nouvelles tendances devraient créer de nouvelles catégories de produits, de nouveaux marchés et, dans certains cas, modifier la structure même des industries existantes. »

Environnement

illustration2007011603.jpgDe ces 30 prédictions, quelques grandes tendances ont été dégagées pour le Canada dont, au premier chef, l’environnement. Effectivement, face à la montée des préoccupations vertes, « les fabricants devront démontrer qu’ils font leur part en concevant des produits et services soucieux de l’environnement ». C’est le cas, par exemple, de ces efforts de récupération qui se mettent en branle ici et là en ce qui a trait aux piles de téléphone. La durée de vie des cellulaires est devenue telle que leurs piles faites sur mesure sont devenues une redoutable source de pollution. « Chaque année, de continuer M. Brodeur, les gens achètent pour plus de 31 milliards de dollars de piles sèches jetables, 6 milliards de dollars de piles rechargeables, ainsi que des appareils électroniques contenant plus d’un milliard de piles rechargeables. »

Bon nombre de sociétés se pencheraient présentement sur diverses techniques de récupération de l’énergie, ces modes de génération d’énergie à partie de sources propres issues de l’environnement immédiat, p. ex. le soleil, les changements de température, les vibrations, les mouvements, les sons, les pressions et bien d’autres.

Biométrie

illustration2007011604.jpgAutre grande tendance, la sécurité biométrique progressera en 2007. Ce vaste chapiteau technologique (empreintes digitales, utilisation de l’iris, reconnaissance vocale, etc.) pourrait embrasser beaucoup plus qu’il ne le fait présentement et pourrait être de plus en plus disponible, cela « sous l’impulsion de la chute des prix, de la performance améliorée des technologies clés (p. ex. processeurs et le stockage numérique) et d’un public de plus en plus disposé à payer davantage pour la sécurité. »

Le Web

Côté Internet, la notion d’utilisateur-payeur essaimera probablement. D’expliquer M. Brodeur, la personne qui utilise sa connexion à tire-larigot pourrait devoir payer plus cher que celle qui ne s’en sert qu’occasionnellement. L’économie de l’accès doit s’adapter aux nouvelles réalités représentées par les You Tube, MySpace et autres LimeWire. « Il faut que les exploitants de réseau et les fournisseurs de services puissent continuer d’investir dans de nouvelles infrastructures et maintenir la qualité des services, et que les consommateurs puissent continuer de bénéficier d’Internet sous sa forme actuelle. »

illustration2007011608.jpgPar ailleurs, les investisseurs et les annonceurs continueront d’exploiter le potentiel des nouveaux médias (webzines, blogues, etc.), mais seront plus aptes que jamais à comparer les pommes avec les pommes et les oranges avec les oranges (une bonne nouvelle pour Technaute…). Des services Web d’information sont devenus incontournables (p. ex. ceux qui présentent des évaluations professionnelles de produits, ceux qui font dans les petites annonces, ceux qui font dans l’immobilier, dans le tourisme, etc.), d’autres ne sortiront jamais de leur amateurisme.

« Des statistiques comparables équilibrées qui montrent clairement la performance relative des différents médias, anciens et nouveaux, devraient permettre de s’assurer que les attentes des investisseurs sont bien gérées, que les budgets des annonceurs sont répartis de façon appropriée et que le prix des acquisitions est réaliste », a soutenu M. Brodeur.

Pour tout dire, ça commencerait vraiment à lever. Pendant les fêtes 2006-2007, a-t-il ajouté, les ventes en ligne ont augmenté de 20 % au Canada. « La crainte de payer par Internet est de plus en plus minimisée. »

Dans le même ordre d’idée, les sites dont le contenu est généré par les utilisateurs évolueront peu en 2007. Malheureusement, prévoient les gens de Deloitte, ce genre de contenu restera généralement médiocre et continuera à ne présenter que peu d’intérêt ou de valeur. Généralement ? C’est qu’il y a des exceptions, par exemple les sites de CV, pour ne citer que cet exemple. « Les entreprises médiatiques pourraient découvrir le potentiel de ce type de sites, non seulement comme véhicule promotionnel puissant mais aussi comme mécanisme de recrutement efficient et efficace. »

Économie virtuelle

illustration2007011607.jpgAutre mouvement à signaler, les méga-sites d’économie virtuelle attireront vraisemblablement l’attention des autorités fiscales. On parle ici de Second Life ou de Entropia, des univers fictifs qui ont su se constituer en secteur économique en bonne et due forme et où on voit rouler de plus en plus d’argent. D’où l’intérêt du fisc.

« Ces environnements virtuels se sont taillé une place sur le marché en attirant l’attention des annonceurs et des entreprises médiatiques, a soutenu l’homme de Samson Bélair/Deloitte & Touche. Il faut cependant garder les choses en perspective. Le marché disponible total pour ces jeux à scénario fictif pourrait être limité. »

Téléphonie

illustration2007011605.jpgEn terminant, une dernière prédiction concernant, cette fois, la téléphonie. Tandis que les services vocaux fixes utilisés dans les foyers et les bureaux devraient connaître un déclin, le téléphone mobile devrait consolider sa position comme principal réseau de communications vocales. « En 2007, a précisé Pierre Brodeur, de nombreux exploitants devront modifier radicalement leurs stratégies pour lutter contre cette tendance, notamment en fournissant des services fiables dans les immeubles et en accroissant la capacité urbaine afin de pouvoir traiter un plus grand nombre d’appels. »

Le frein principal au déferlement final des technologies mobiles est le coût peu élevé du service téléphonique de base au Canada et du fait de sa grande fiabilité ainsi que de son excellente qualité. Ça marche, on le garde ! D’où le fait que la croissance cellulaire canadienne est moins rapide qu’ailleurs au monde.

En corolaire, la vidéo mobile tarde à s’implanter dans le
s mœurs. « Les sociétés ont investi d’importantes sommes dans le développement des services de télévision mobile mais avec peu d’impact commercial jusqu’ici. Cette performance décevante devrait se poursuivre en 2007. » Cela en raison de la faible progression de la téléphonie mobile.

À l’an prochain, même heure même date, pour évaluer cette vision boule-de-cristalesque de Deloitte ! Je vous souligne cependant que cette transnationale affiche généralement une bonne moyenne au bâton ! On verra bien assez tôt !


Publicités

3 réflexions sur “La boule de cristal de Deloitte

  1. Bon je ne vois pas de prédiction la dedans. C’ets pluto le resumé des actualité de l.année. La sortie de produit devant bouleverser des indsutrie et repondant aux besoisn du consommateur. On vient d,en voir un la semaine passé. Utilisateur payeur., On sait que cela a ete autorisé au USA au niveau des gros fournisseurs qui peuvent priviligier leur réseau etc etc…. Quand ca arrivera au niveau du consommateur de nouveau joueurs sortiront de nulle part aussi. Rqui nous dit pas que google selancera pas dans les connexion gratuite a grande echelle dans 5 ou 10 ans. Le sprédiction de Deloilette sont de sprediction de compatble. Ca se base sur le passé plus que autres choses.

  2. Je vais aller contre l’opinion de Marc. Ce sont plutôt des prédictions réalistes pour « 2007 ». S’il y avait eu des voyages par téléportations, des moteurs qui dépasseront la vitesse de la lumière ou autres starwarzeries, ce n’aurait pas été une étude sérieuse. Par contre, il est vrai qu’on n’a pas appris grand chose de nouveau…

  3. Effectivement, il ne faut pas s’appeler Deloitte et Touche pour savoir ce qui se mouvoit dans le monde de la technologie dans les 6 mois… . Tout être normalement constitué, qui s’informe dans les magazines et sur le Net, saura que toutes ces tendances se confirmeront en 2007-2008.

    Boule de cristal? Ouais… . My x ss… .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s