Suite logique à la MFC-440CN, voici la MFC-665CW

illustration2006112301.jpgSouffrez, amis lecteurs, que je vous re-cause, ce matin, d’une imprimante pas trop chère (en l’occurence 300 $CAN) encore une fois signée Brother. Cela parce que je suis logiquement tenu de vous parler de la MFC-665CW, la version WiFi de la tout-en-un MFC-440CN dont je vous déballais les mérites le 10 octobre dernier. Comme la 665CW n’était pas encore disponible et qu’il s’agissait d’une 440CN à laquelle Brother avait rajouté des fonctions téléphoniques et la réseautique sans fil 802.11g (WiFi 54g), j’avais pris de l’avance et vous avais décrit l’essentiel de ses fonctions. Considérez donc cette chronique comme étant la suite … tant attendue.


illustration2006112302.jpgCeci étant dit, je suis conscient de traiter, coup sur coup, de deux périphériques Brother. Il faut comprendre que depuis un an, cette multinationale est très active auprès de journalistes. Les produits circulent, l’info abonde, les relations publiques turbinent au max, ce qui n’est pas le cas partout. Certains fabricants, du moins leurs instances torontoises, semblent dormir au gaz. Ce n’est quand même pas de ma faute si les divisions imprimantes d’Epson, de Xerox ou de Brother sont plus rapides sur la gâchette médiatique que celles de HP, de Lexmark ou de Canon. Ce message d’intérêt publique vous a été rendu possible grâce au caractère baveux du soussigné…

illustration2006112306.jpgPour en revenir à cette 440CN rehaussée en 665CW, Brother la présente comme étant une 7 en 1, c’est-à-dire une imprimante, un scanneur (jusqu’à 19 200 dpi), un centre de photo (cartes médias), un copieur, un télécopieur, un centre de messagerie et … un téléphone. Et puisqu’elle est WiFi, on la sort de sa boite, on la branche à une prise électrique et à une borne téléphonique, on l’allume et on lui configure le réseau. Grâce au petit écran ACL de 2,5 pouces (photo ici à gauche) et un jeu de boutons, cette procédure est assez simple (je n’ai même pas eu à lire le manuel). Si on préfère, on peut aussi la raccorder par câble Ethernet (RJ-45) ou USB.

illustration2006112304.jpgDans la boite d’emballage, les gens de Brother avaient ajouté un paquet de papier photo 4 X 6 optimisé pour cette famille d’imprimante. Cela m’a permis de constater, moi qui suis du commun des mortels, qu’avec ce papier, la qualité des photos imprimées était vraiment très satisfaisante. La précision du rendu peut être de 6 000 points au pouce par 1 200, ce qui n’est quand même pas si mal. Jugez-en en zieutant ma blonde ici à droite … On est par contre assez loin du 22 pages à la minutes stipulé par Brother. Pour atteindre cette vitesse en mode couleur, il faut imprimer un document mixte (texte et illustrations), p. ex. une page Web.

illustration2006112305.jpgLe système d’alimentation propre à ce papier est ici assez particulier. Mettons que j’ai déjà vu plus simple ailleurs. On doit avancer un petit gabarit propre au media photo, un gabarit pouvant contenir une dizaine de feuilles, et bien l’enclencher sur le tiroir utilisé par le papier 8 1/2 X 11 ordinaire, lequel peut contenir une centaine de feuilles. Quand on a fini l’impression photo, il ne faut pas oublier de le reculer à sa position originale pour que l’appareil comprenne qu’il ne doit plus imprimer sur du papier de qualité photo. À défaut, on en gaspille une belle feuille.

illustration2006112307.jpgFinalement, l’avantage de cette machine est de pouvoir imprimer à partir de n’importe où (ou presque) dans sa maison. Imaginez, pour avoir la paix, parce que le mobilier y est ultra confortable, parce que le système de son y est fabuleux, vous vous installez au salon pour travailler avec votre bloc-notes et votre imprimante. Effectivement, tous deux sont reliés sans fil au réseau Ethernet du domicile. Non seulement vous n’avez plus à vous lever pour imprimer, mais votre blonde qui elle, est assise à la dure dans son recoin occupée à faire les comptes du mois, peut imprimer avec votre machine. Et si dans votre salon (tant qu’à sombrer dans la molle décadence bourgeoise), il y a une prise téléphonique pas trop loin de votre fauteuil, la 665CW peut dès lors agir comme téléphone, télécopieur et répondeur automatique. Pas si mal non ? C’est cela la vie de pacha !

Pauvre de nous, où est-ce que tout ce progrès va nous mener ?


Publicités

3 réflexions sur “Suite logique à la MFC-440CN, voici la MFC-665CW

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s