L'art subtil du cyber-couch-potato-ingpartie 2

illustration2006082515.jpgHier, je vous étalais ma temporaire opulence bureautique, vous présentant la panoplie sans fils qui me permettrait de gagner ma vie, écrasé comme une patate mollassonne, si j’en avais les moyens. Aujourd’hui, je poursuis dans l’indécence (ou l’effouèrage) et vous ajoute une composante majeure, l’audio modulaire. J’entends vous faire saliver en vous présentant quelques bidules acoustiques pouvant transformer en système de cinéma maison, l’ensemble bloc-notes / projecteur / clavier-souris sans fils que vous êtes sûrement en train de vous magasiner à la suite de mon article.


illustration2006082502v.jpgillustration2006082503v.jpgEn note préalable, j’aimerais préciser que ce dont je vous ai entretenu n’est pas exclusif au MacBook Pro. Comme vous pouvez le constater si vous cliquez sur les deux vignettes entourant ce paragraphe (à droite, le ThinkPad, le projecteur Epson et l’émetteur AR, à gauche, une session MediaPlayer de Microsoft), ça marche également avec mon ThinkPad R-51. Ce qui, hier, a motivé mon choix du MacBook Pro est, avant tout, son incomparable polyvalence. À plusieurs reprises, j’ai voyagé au Québec et aux USA en sa compagnie, tout comme je l’ai fait avec le R-51, un appareil lui aussi de grande qualité (un ThinkPad, ça reste un ThinkPad). Je suis donc en mesure de comparer. Si le ThinkPad offre un bon rapport qualité-prix, le MacBook Pro lui est définitivement supérieur. À tous points de vue. Mais ça, c’est mon opinion.

illustration2006082514.jpgPour en revenir à mon propos d’aujourd’hui, Thomson, le holding européen qui possède notamment Acoustic Research et RCA, m’avait fait parvenir en même temps que l’ensemble clavier – souris Gyration dont je vous ai parlé hier, 4 gadgets audio méritant d’être mis à l’essai. Il s’agit d’un transmetteur sans fils, d’un casque d’écoute récepteur, d’un haut-parleur récepteur mural et d’un haut-parleur récepteur pour l’extérieur.

illustration2006082504.jpgCommençons par le commencement, l’émetteur sans fil AW600C (2,4 GHz) d’AR (Acoustic Research), bidule sympathique qui ressemble à un véhicule extra-terrestre. Son rôle est d’alimenter les haut-parleurs AR en mode 2,4 GHz, ce qui, aux dires d’AR, est beaucoup mieux qu’en infrarouge. Nul est le besoin qu’émetteur et récepteur se voient; le signal passe à travers murs, plafonds et planchers, cela jusqu’à concurrence de 150 pieds. Hum ! On branche au AW600C la source audio que l’on veut et ça marche. Je l’ai testé avec trois baladeurs (iPod, Sansa et Lyra), avec le système de son du salon et avec mes deux blocs-notes et je n’ai connu aucun avatar à ce chapitre. Son utilisation est très simple. On le branche au mur, on le connecte à une source audio, on l’allume, on attend une ou deux secondes et les récepteurs 2,4 GHz d’AR, du moins les trois modèles que j’ai essayés, se mettent à jouer.

illustration2006082505.jpgillustration2006082507.jpgJ’ai bien aimé le AW930C (à gauche), un modèle conçu pour être accroché au mur grâce à un support très simple à visser. Soit qu’on le branche à une prise de courant (il y a alors un fil apparent), soit que le nourrisse de piles 10C, ce qui peut revenir assez dispendieux avec le temps. J’ai à peine testé le casque d’écoute AW910C (à droite), un produit m’étant apparu de qualité, mais que j’ai trouvé trop encombrant. Je suis plutôt du type micro-écouteurs tels ceux que fournissent les fabricants de baladeurs. Reste que mon haut-parleur préféré a été le modèle AW920C (ci-après), un drôle d’engin plutôt lourd, lui aussi AC et DC, qui ressemble à un thermos à soupe, notamment en raison de sa solide poignée. On a compris qu’il avait été conçu pour l’extérieur.

illustration2006082506.jpgJ’ai d’abord branché l’émetteur dans ma salle à manger, pièce de 15 pieds (est-ouest) par 20 (nord-sud), située entre mon salon, 30 pieds (est-ouest) par 15 (nord-sud), et ma cuisine, 15 pieds (est-ouest) par 15 (nord-sud). Or, quand je plaçais les haut-parleurs AR dans la moitié du salon ou de la cuisine la plus éloignée de l’émetteur (extrémité est du salon – 40 pieds de l’émetteur et un mur de plâtre à traverser, ou ouest de la cuisine – 20 pieds de l’émetteur et un mur de plâtre à traverser), la réception devenait mauvaise, le son sautait et l’expérience s’avérait désagréable. Par contre, si je plaçais les haut-parleurs à l’extrémité opposée de ces deux pièces (environ 10 pieds de l’émetteur dans les deux cas), tout baignait dans l’huile. Pour tout dire, je n’ai jamais réussi à obtenir les résultats promis dans la publicité d’AR.

illustration2006082509.jpgMais au sous-sol, branché à la sortie audio du MacBook Pro ou du ThinkPad, le résultat a été très différent. C’est le moins que je puisse dire. Je nous ai fait jouer, ma Blonde et moi, Les Boys IV et, croyez-moi, la chanson-thème, celle interprétée par Martin Deschamps, a quasiment réussi à nous défriser tellement ces enceintes arrivent à produire un son puissant et enveloppant. Et, faut-il le préciser, ma Douce a vraiment aimé.

illustration2006082510.jpgCombien ça coûte ? Pas si cher que cela. Le prix de détail suggéré pour l’émetteur est de 50 $, celui du casque d’écoute, de 150 $, celui du thermos à soupe 180 $ et celui du HP mural, 150 $. En continuant dans ma logique bourgeoise d’hier, imaginons que j’achète l’émetteur AW600C, ainsi que deux AW930C (mural) pour, tant qu’à y être, tirer profit de ma panoplie de 4 500 $ (telle qu’expliquée hier), en la transformant, au besoin, en cinéma maison. Le coût total passerait alors à 4 850 $.

illustration2006082512.jpgVous arguerez qu’à ce prix, il est possible de se dénicher d’excellents cinés maison dont les effets audio sont de loin supérieurs à ceux des produits AR et vous aurez raison. Mais attention, la configuration décrite hier est d’une très grande polyvalence (bloc-notes haut de gamme, projecteur portatif, etc.) et permet d’assumer la totalité de vos besoins informatiques et bureautique. Tout cela pour dire que si vous n’avez pas de ciné maison, si vous avez un bon bloc-notes et si vous songez à vous nantir d’un projo, fouillez dans vos fonds de poche, question de voir si vous n’y découvririez pas un petit 350 $. Il me semble que vous ne le regretteriez pas.

illustration2006082513.jpgMême que si votre bloc-notes est un MacBook (Pro ou non), il arrive avec une petite manette de contrôle à distance avec laquelle vous pouvez vous promener d’une source multimédia à une autre. Pas besoin de la souris Gyration. Su la photo, on peut voir ladite manette à la droite de celle du projecteur Epson, laquelle est juste à côté de la Air Mouse.

Ne reste plus, pour ma part, qu’à vous téléverser cette chronique en ligne sur Technaute et … sans bouger de mon fauteuil, à me lancer un film full blast ! Hé-hé !

Bonne fin de semaine quand même !


Publicités

2 réflexions sur “L'art subtil du cyber-couch-potato-ingpartie 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s