L'homme condamné à être bête ?

illustration2006070501.jpg Du temps de ma jeunesse folle, les pirates sévissaient à partir de photocopieurs, de cassettes compactes ou de cartouches VHS et la qualité qui en résultait suffisait heureusement à en contingenter la prolifération. Heureusement pour l’industrie, j’entends ! Car à choisir entre un gros paquet de photocopies et un vrai livre, entre un 33 tours ou sa copie sur cassette, entre un vidéo légal et une copie maison, les gens n’hésitaient pas longtemps et l’industrie prospérait.


Effectivement, les photocopies d’ouvrages sont désagréables à lire et, à moins d’être cégépien, on ne saura s’y résigner. La cassette audio demi pouce n’est, pour sa part, qu’un méchant sifflement à côté duquel les criches-crouches du vinyle d’origine apparaissent inaudibles. Quant à la copie vidéo, elle massacre tellement la palette de couleurs du film que seulement les enfants acceptent de la visionner au sous-sol.

illustration2006070506.jpgCette médiocrité multimédia a, de tout temps, été facilitée par l’industrie qui a fourni au consommateur les outils nécessaires à ses activités soi-disant illicites : magnétoscopes, cassettes, égalisateurs, etc. Ce qui amusant, c’est qu’avec la prolifération du numérique, on retrouve aujourd’hui les mêmes Sony, Pioneer, Toshiba et autres Panasonic en train de fabriquer les panoplies nécessaires au piratage.

illustration2006070502.jpgC’est que la qualité du produit piraté est devenue très acceptable. Le film copié sur disque en format Div-X ou recraché en MPEG-4 est aussi bon (sans s’enfarger dans les fleurs du tapis) que le DVD source qu’on a emprunté et craqué ou qu’on a téléchargé sur le Net. Même logique pour la musique. La version copiée sur CD d’un CD audio est aussi bonne que l’originale. Et il faut avoir les oreilles drôlement développées pour différencier une pièce non comprimée de son rendu en MP3.

illustration2006070505.jpgLa seule exception est peut-être le livre. Les bouquins électroniques se vendent mal. En 2003, rien n’a encore surpassé un vrai livre en vrai papier qui sent bon l’encre qu’on dévore, tout recroquevillé, dans son fauteuil préféré. Il n’en demeure pas moins que les grands ouvrages de référence et les grands classiques sont tous disponibles actuellement (ou le seront sous peu) en format électronique (DVD-ROM, CD-ROM, eBook, etc.) Et ici, je vous fais grâce des scanners dont la totale banalisation est accomplie depuis belle lurette.

Par ailleurs, il se vend actuellement (pour moins de 1000 $) des imprimantes à jet d’encre dont la qualité est telle, que certains photographes professionnels préfèrent ce mode d’impression à leur vieille méthode de bains chimiques. Il suffit de disposer d’une excellente caméra numérique, ce qui, ici aussi, est de plus en plus courant et abordable.

illustration2005122707.jpgCe que je vous dis, c’est qu’à l’heure actuelle, les gens peuvent disposer chez eux d’une version numérique de n’importe quoi, du pire au meilleur. Tous les films de toutes les tendances, toute le musique de tous les pays, toutes les encyclopédies de toutes les thématiques, toutes les œuvres de tous les peintres, tous les livres de tous les maîtres seront disponible s gratuitement quelque part sur le Net.

Il suffira d’aller chercher ces trésors de la connaissance et de les stocker. Puisqu’en 2006, il est devenu normal de se procurer un disque de 200 Go et plus (cela pour le prix qu’on payait trois boites de disquettes en 1986), le stockage de l’information ne sera pas plus un problème qu’il ne l’est présentement.

illustration2006070503.jpgThéoriquement, M-Mme Tout-le-Monde pourra ainsi disposer, sur une tablette du meuble de l’ordinateur, de la connaissance universelle et d’une bonne partie de la production culturelle de l’humanité. Rien de moins. Et pour peu qu’il ait prévu le coup, il pourra même avoir toute ce matériel parfaitement bien indexé en XML, ce qui le rendra facilement utilisable.

Il y a seulement un problème. Le fait pour l’être humain de pouvoir accéder à volonté à la connaissance et à l’information, n’a jamais été et ne sera jamais synonyme d’intelligence, de jugement et, surtout pas, de mémoire. Parlez en au fils Bush !


Publicités

4 réflexions sur “L'homme condamné à être bête ?

  1. Un DivX aussi bon qu’un DVD?!!?? J’imagine que c’est pour ça qu’il développe le HD-DVD et le blue-ray… Ça arrive des masse de compression dans le DVD, mais dans le DivX ça arrive…tout le temps.

    Un mp3 aussi bon qu’un CD? Il y a plein de gens qui voient la différence entre un lecteur CD à 500$ et un à 1000$ si ils écoutent 30 sec. Alors entre un mp3 et un CD, faut pas déconner.

    Si la majorité des gens se foutent aujourd’hui de la qualité de reproduction, il y a surement une cause, mais je ne crois pas que se soit l’avancement technologique la raison… Selon moi la raison est le coté pratique d’avoir tout les contenu à un seul endroit, l’ordi. Souvent branché au système de son et à la TV. Et de ne pas payer son contenu. Et que maintenant les compagnie se plaignent de la copie, ben on parle du phénomène. Je connais des gens qui ont des collection de musique du DAT, ou de film sur SVHS. Les bon format ont toujours existé. Mais maintenant il sont facile et pratique à utiliser. C’est comme le vinyle, çà sonne mieux que le CD, mais c’est fragile et chiant a utililser, alors tout le monde a utilisé le format CD. Maintenant que le mp3 est + pratique que le CD, ben les gens utilisent le format mp3, c’est tout. Mais la grande majorité des gens voient et entendent la différence.

  2. Ceux qui font la différence entre un cd audio et un mp3 comparent le fichier MP3 d’une qualité égale ou plus basse que 128bbps (taille de la chanson ~ 3-5MB) essayez de compresser en MP3 à 192 et meme à 320kbps (taille fichier ~8-10MB) et si vous arrivez à entendre la différence : vous êtes plus que tantinet prétentieux ! PS. je connais beaucoup de monde qui transferent leurs cassettes VHS en DVD … et utulisent des medias de moyen ou bas de gamme… Le principe de pas bon pas bon pas cher … Cela me fait drolement rire lorsque je les informe qu’un media DVD n’est pas éternel … dans les meilleures conditions : MAX DE 10 ans avec TOP qualité media (5 DVD à 20$) … pour ce qui est cheap : quelques mois suffisent pour endommager le media …. Dire qu’il en a qui ont des collections de Blockbuster et au dela dans leur salon/sous-sol. Peut-être que les entreprises comme SONY ne sont pas si bêtes que ça : imaginez : chaque famille avec une collection de plus de 1000 films sur 1000 DVD … même à 20$/50DV; celà fait quand même une bagatelle de 400$ + le sfrais de location pour copier les films…. même à 1$ le film cela revient à un total de 1400$ par famille …. pour une période maximale de 10ans (duree maximale de vie d’un dvd copié) celà en fait du revenu. Il suffit de calculer. En plus que selon les dernieres statisques : ceux qui copient le plus : sont ceux qui vont le plus au cinema. Industrie s’adaptera ne vous en faites pas … 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s