Maison libre d'ordi – PC Free Home

2006060601.jpgHier, vous étiez quelques-uns à réfléchir sur l’inflation cybernétique que suppose un produit comme Windows Vista et quelqu’un soulevait l’hypothèse qu’il faudrait peut-être apprendre à se passer d’ordinateur. Tout un rêve ! Un rêve dont je serais éventuellement preneur. Ainsi, pour les besoins de cette chronique, imaginons qu’un mouvement Maison libre d’ordi (PC Free Home) ait été lancé et soit en train de déferler partout sur notre pauvre planète. Je ne parle pas d’un retour aux lampes à charbon, mais d’une simple rationalisation à la maison (pas au bureau) dans nos rapports avec l’ordinateur.


2006060602.jpgAinsi, au lieu d’avoir un, deux ou trois ordi par maison, nous pourrions nous contenter de ceux que mettrait à notre disposition les cafés, dépanneurs, clubs vidéo, salles communautaires, bibliothèques, salles d’attente, gares et autres établissement qui aideraient à structurer un modèle d’affaire pouvant s’avérer rentable. Grâce à des techno comme Ajax, Web2, Windows Live, cartes à puces (qu’on aurait sur soi), etc., nous pourrions, de n’importe où, accéder à nos fichiers, écrire nos documents, passer à travers notre courriel, imprimer quelques photos, payer nos comptes, emplir notre iPod de musique ou de podcasts et, pourquoi pas, jouer à nous entre-tuer en ligne.

Les avantages ? Pas d’investissement, pas d’entretien ni réparations ni mises à niveau, pas de problème de sécurité, pas de back up à faire, pas de cyberdépendance, plus d’exercice, plus de temps avec la famille, la ou le conjoint(e) et les amis, plus de loisir (lecture, sport, spectacles, cinéma, télé, etc.). Les inconvénients ? Obligation de sortir (l’hiver c’est chiant) et d’utiliser des équipements publics (pas toujours à notre goût), recyclage forcé des revendeurs informatiques, etc.

2006060603.jpgJ’ai des ordis chez moi depuis 1984, je suis sur Internet depuis 1995, j’ai des enfants à l’école et j’ai des parents et des amis qui m’envoient des courriels. Or jamais, un travail scolaire ne m’est apparu plus fouillé, mieux documenté, mieux écrit, parce que mon tit-cul avait fait sa recherche sur Internet au lieu de l’avoir fait dans des livres de référence. Jamais la qualité de mes communications par courriel, tchatte ou Messenger n’a approché celle faite au téléphone ou entre quatre yeux. Jamais le Net et ses techno d’information n’est arrivé à la cheville d’un journal quotidien et d’une panoplie mensuelle de bons magazines (en vrai papier) pour m’élargir les horizons sur l’actualité internationale.

Faites-vous aller la calculette. Tâchez de déterminer la nature du montant annuel que vous consacrez à l’informatique (ne calculez pas vos frais mensuels pour Internet; dans mon hypothèse vous devrez continuer à payer en allant dans un café ou un centre communautaire). Imaginez que vous arriviez à 800 $, ce qui est peu si vous changez de PC aux deux ou trois ans, si vous achetez un périphérique de temps à autres, s’il vous arrive de payer des logiciels, si vous devez faire réparer un gugusse, si vous videz votre jet d’encre aux six semaines, etc. Essayez également de mesurer le temps que vous consacrez à réparer Windows, à vous nettoyer d’une infestation virale, à changer un graveur de DVD hostile, etc.

2006060604.jpgPensez maintenant aux livres que vous pourriez acheter à chaque année avec 800 $. Imaginez les beaux ouvrages de référence, dictionnaires récents, atlas hauts en couleur, romans primés, etc. qui, à chaque année, viendraient s’ajouter dans votre bibliothèque. Songez à l’encadrement qu’ils procureraient à vos écoliers. Pensez au temps économisé que vous pourriez consacrer à mieux soutenir vos bambins dans leurs travaux, à mieux aimer votre conjoint(e), à sortir davantage.

2006060605.jpgAprès les maisons non fumeur, il y aurait celles qui sont sans ordi ! Comme on fait son épicerie avec des sacs réutilisables au lieu d’accepter des sacs en plastic, on assumerait ses besoins informatiques en utilisant des équipements publics. Ce qui signifie qu’il y aurait évidemment des maisons avec ordis comme il y a des maisons où on fume. On y retrouverait les vrais amateurs d’informatique, les bidouilleurs et autres fous du code. Ce serait également le lot de ceux pour qui l’ordi est un outil essentiel (travailleurs autonomes, personne handicapée, etc.). Mais aussi, on y compterait bon nombre de personnes seules n’aimant pas sortir, de cyberdépendants, d’amateurs de porno, etc.

Je rêve et je suis con, car si cela se pouvait, ce serait la faillite de tellement de multinationales qui font dans l’informatique (et qui la plupart du temps nous prennent pour des demeurés) que l’on sombrerait dans une profonde récession. Je rève et je suis con, car après demain, le mois prochain, bientôt. Epson lancera une imprimante à photo d’une qualité jamais vue, Apple un iPod – Blackberry interfacé directement à un iMac, Toshiba un PC Intel dix fois plus vite et vous et moi seront les premiers à tout faire pour nous les procurer.

PS – Quelqu’un aurait-il quand même (sait-on jamais) une suggestion de logo (avec applications macaron et autocollant) pour « Maison libre d’ordi – PC Free Home) » ?


Publicités

15 réflexions sur “Maison libre d'ordi – PC Free Home

  1. Imaginons un peu une maison libre de télévision – TV free home!
    On devrait se servir d’infrastructure commune comme le cinéma pour se divertir

    Imaginons une maison libre de radio – radio free home!
    On se retrouverait tous chez un voisin pour partager un seul poste de radio.

    Imaginons une société libre d’automobile – Car free society!
    Quel bonheur pour l’environnement. Évidemment on partagerait des infrastructure communes.

    Imaginons une maison libre de lave-vaisselle – Dishwashers free home!
    Évidemment on laverait plutot a la main, économisant du même coup beaucoup d’énergie.

    Imaginons une maison libre de journaux – Newspaper free home!
    On partagerait tous un seul journal!

    Imaginons, imaginons, imaginons….

    Ne serait-ce pas un peu curieux de trouver un intérêt particulier à ce qui ne serait qu’une pirouette de l’esprit?

  2. Ne sachant trop que faire de ces réponses assassines et ayant la vague
    Impression d’avoir été à l’origine de
    Ce sujet, je me sens un peu
    Obligé de défendre M. Dumais.
    L’idée de se passer d’ordinateur
    A quelque chose de très utopique et peut
    Susciter bien des sarcasmes et du mépris.
    A première vue, ce
    Serait la façon la plus
    Simple de réagir même si la réaction est justifiée par l’Histoire.
    En effet, une fois une technologie introduite dans nos vies,
    Le retour en arrière est, jusqu’à maintenant
    Impossible. Par contre,
    Ne serait-il pas opportun
    Et justifié de s’interroger, occasion que nous propose M. Dumais,
    Sur la place qu’occupe (ou pourrait occuper autrement) cette
    Technologie dans notre vie. Tout un
    Un chacun en fait ce qu’il veut mais
    N’allons pas
    Si vite profiter de l’occasion pour ridiculer
    Notre gentil chroniqueur à coups de remarques hautaines et
    Offensantes.
    Basta!

  3. Lamentablement nous vivons une époque où la technologie n’est plus simplement un outil, mais un but à atteindre, se développant et se surpassant continuellement de façon cyclique sans contrôle de notre part.

  4. Et que fait-on quand on a besoin de connaître les directions pour le coiffeur le plus proche. Et les numéros de téléphone pour le garage du coin? On sort notre gros bottin tueur d’arbres? Et quand on veut parler à notre grand-maman qui vit en Tunisie? On va discuter sur Skype dans une boîte téléphonique? Utopie … ça a, intrinsèquement, une connotation positive. Pourtant, une PC Free Home ne me semble pas nécessairement une maison plus « saine ». Nos grand-parents, sans PC ni télévision, ne trouvait pas souvent le temps de « communiquer » ou de partager des moments de qualités. Enfin, je crois que le sujet est plutôt vide … comme tout, la valeur de la technologie se trouve dans l’utilisation qu’on en fait, pas dans son existence propre ou sa situation géographique (maison ou pas maison).

  5. Je suis mal placé pour parler, car j’ai gagné ma vie grâce à la technologie. J’en ai mangé. Aujourd’hui retraité de Bell Canada, mon pc et internet me permettent d’être près de ma famille et près du Québec même si si je vis au Mexique. Nous allons réaliser un rêve, soit construire un petit hôtel ici. Nous sommes « connectés » sur la planète entière. Nous avons des contacts partout dans le monde. Nous restons constamment en contact avec des amis qui sont sur un voilier et ce grâce à Internet. La technologie a rapproché les gens. La terre est maintenant une bien petite planète. Je crois comme Namoir que la technologie doit nous servir et ne doit pas être une fin en soi.

  6. comment ? utiliser les ordinateurs publics que tout le monde utilise et payer alors qu’on peut avoir un ordinateur personnel chez soi et y aller sans payer une surtaxe.
    il est nul votre article.

  7. nous sommes à l’ère de la technologie.

    VIVE LES ORDI A LA MAISON
    VIVE LES ORDI A LA MAISON
    VIVE LES ORDI A LA MAISON
    VIVE LES ORDI A LA MAISON
    VIVE LES ORDI A LA MAISON

  8. Il semble que la vague présentement aurait plutot tendance à pointer vers l’inverse… Avec les portables qui sont de moins en moins cher, non seulement tout le monde a son ordi à la maison mais en plus on le trimballe de plus en plus, partout où l’on va!

    De plus, avec le projet du MIT de l’ordinateur à 100$ « One Laptop per Child » (un portable par étudiant) qui veut que chaque enfant ait son propre portable dans les pays en voie de développement, c’est plutôt l’inverse qui risque de se produire! Bientot, c’est jusque les flos qui auront tous leurs laptop sous le bras! 😉

  9. Ce qu’on peut rêver est de conserver le même ordi pendant 10 ans.
    On économise des sous pour le changer ou changer les logiciels présents.
    On se contente des mises à jours offertes … si elles améliorent vraiment les performances.
    On n’a pas à se taper de la re-formation.
    Côté environnement, chaque nouvelle unité produite utilise des gallons d’eau pour nettoyer les puces. Les dites puces ont été traités par toute sorte de polluants chimiques qui font des ravages dans les maquiladoras ou les hitech sweet shops de l’Asie.
    Et les rejets toxiques en dépotoir…

    Évitons de consommer lorsque possible.
    Réduisons la quantité en évitant les bébelles.
    Recyclons ce qu ‘on peut. Je n’achète pas de nouveau moniteur
    tant que l’image reste potable. Je ferme l’écran quand je m’éloigne de l’ordi. Pas de système stéréo. Pas d’imprimante. J’économise des tonnes de papier en évitant l’impression compulsive. Si j’ai besoin, alors je visite ma bibliothèque où l’on me demande d’apporter mon propre papier.
    J’ai un fax-modem, alors je n’ai pas besoin de fax-imprimante-scanneur.
    Je regrette un peu pour le scanneur, mais encore là je peux visiter ma bibliothèque.

    J’utilise encore NT4 professionnel à la maison et XP sur mon portable.
    Internet à 56KBps. Jadis, j’allais avec mon portable à la Grande Bibliothèque pour télécharger les gros packages et les communiquer à l’autre ordi. Maintenant, je ne trimbale plus mon portable, mais une clef USB pour transférer pacages téléchargés et documents à imprimer ou de scannage.

    Si c’est économique de louer des serveurs d’applications accessibles par Citrix, je pourrais continuer à utiliser mes vieilles machines et travailler sur du logiciel dernier cri sans les acheter. Mais où pourrais-je trouver cela?

    C’est un avis aux programmeurs. Sans doute Bill Gate ne le voudra pas. La communauté du Code Ouvert pourrait exploiter ce filon.

  10. Eh bien, je ne suis pas d’accord, un PC n’est pas si perdant que ça.
    Enfant, j’ai joué avec mes frères et soeurs et mon père sur l’ordinateur, avec Myst, Pyramid of Ra, ShufflePuck, Carmen SanDiego Détective que de belles quêtes effectuées.
    Puis est venu le temps des découvertes avec des ludo-éducatifs (Physikus pour les lois de la physique, Casse chez Crabb&Sons pour la crypto et les maths, Vikings, Croisades jeu qui contiennent une encyclopédie, indispensable à la résolution des énigmes).
    Parfois des jeux qui sont une combinaison : Chine, Egypte, Versailles, L’Héritage du temps, Atlantis, Dracula.

    Donc, les jeux informatiques m’ont permis la découverte, l’échange, les activités familiales.

    Maintenant que je suis un peu plus grande, j’ai mon propre ordinateur, et il est tout vieux. Je n’ai pas Windows, pas de mises à jour logicielles à faire, juste à vider le disque dur de temps en temps.
    Et je dois dire que j’ai tout paramétré à ma sauce, et qu’utiliser un autre ordi que le mien est pénible (pour les loisirs).

    J’échange des courriels avec mes amis de l’étranger, et même d’autres villes de France. Je ne leur écris plus de lettres papiers, ça me coûte moins cher d’écrire un email, et il arrive plus rapidement.
    En fait, je rejoins EnQleur français de mouches, car nous avons une imprimante Laser, que nous utilisons pour imprimer des plans d’accès principalement. Hormis cela, les morceaux d’ordi permettent d’en fabriquer des nouveaux, par mon geek, qui est passionné.

  11. Cet article aura au moins eu le mérite de faire s’interroger quelques personnes. Mme Dumont l’a fait de façon systématique sans se prendre pour une autre et en restant très pragmatique. J’ai juste trouvé dommage que certains profitent de leur capacité langagière pour « péter plus haut que le trou » mais bon, je me suis permis une petite coche moi-même que personne n’a relevé… comme quoi on n’a pas besoin de cacher des messages tellement profondément pour que personne ne les remarque.

    Cela dit, quand je parlais de solution plus écologique et rentable dans http://technaute.lapresseaffaires.com/blogues/NelsonDumais/2006/06/amara_flash_slide_sh.php, je parlais de Linux et non de ne plus avoir de PC… je me suis peut-être mal exprimé. Après tout, je pourrais difficilement être d’accord avec l’idée de ne plus avoir de PC puisque j’habite à un endroit où il serait beaucoup plus onéreux de ne pas avoir de pc et de connexion internet. Je suis à 10 minutes en voiture du premier commerce. Donc, de simplement payer toutes mes factures par Internet me sauve énormément de temps et d’argent. Et je ne parle même pas du fait que je travaille depuis bientôt 4 ans à la maison avec ledit ordinateur… Donc, dans mon cas, une maison sans ordinateur, ce n’est pas moins intéressant, c’est carrément un autre mode de vie…
    Mais bon, est-ce que ça faisait si mal de poser la question?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s