Pourquoi pas gOFFICE ?

2006042801.jpgJe suis en train de vous écrire cet article avec un éditeur de texte en ligne appelé gOFFICE, une sorte de WordPad pour vous et moi, par opposition à ceux qui, comme ma blonde, utilisent vraiment les fonctions évoluées de Microsoft Word. C’est un logiciel gratuit auquel on accède par fureteur interposé et qui nous permet de vaquer à l’essentiel de nos besoins bureautiques. On peut ensuite enregistrer notre ponte en format HTLM ou PDF, l’imprimer ou l’expédier par courriel. On peut même lui donner une forme très professionnelle (voir illustration ci-après) en utilisant un des nombreux gabarits fournis au menu.


2006042803.jpgAutrement dit, grâce à Silveroffice inc., une petite boîte du centre-ville de San Francisco spécialisée dans les technos AJAX et Web 2, on obtient l’accès à une sorte de petit Word à distance, un Word facile à configurer, qui permet d’écrire une lettre, de taper un rapport ou de se ficeler une chronique-blogue d’où qu’on soit, quelle que soit notre langue occidentale (l’arabe, l’hébreu, le kanji et les langues orientales ne sont pas encore disponibles), cela à partir de n’importe quelle machine munie d’une connexion Internet. On part avec rien dans les mains, rien dans les poches, on entre dans un café Internet, on se connecte sur gOFFICE et on tapoche son document.

2006042802.jpgPour utiliser ce service, il faut simplement s’ouvrir un compte. Et c’est gratuit. Quelques secondes plus tard, on reçoit les autorisations requises par courriel et il devient dès lors possible d’utiliser les trois modules de gOFFICE et d’en sauvegarder les résultats chez Silveroffice. Trois modules ? Je vous parle d’un traitement de texte, d’un utilitaire d’éditique (DeskTop Publishing) que je n’ai pas essayé et d’un tableur capable d’ouvrir mes documents Excel 2003 (voir illustration ci-après). À noter que Silveroffice prévoit livrer bientôt un module de présentatique. Drôle de modèle d’affaires, direz-vous. Effectivement. L’entreprise ne fait ses sous qu’avec la pub de Google et ses services conseils auprès de ceux qui voudraient aller plus loin.

2006042805.jpgÉvidemment, tout n’est pas parfait. Par exemple, je perds beaucoup de temps à vouloir éliminer des mots en les sélectionnant et en appuyant sur la touche « Backspace » (un quart de siècle de traitement de texte, ça marque son homme…); ça ne marche pas; il faut plutôt placer son curseur après la sélection et là, activer « Backspace ». Autre exemple, je n’ai accès à aucun soutien linguistique français, seul l’anglais s’y trouve. Je dois repérer à l’oeil mes coquilles, avatars et autres coquecigrues (comme disait c’te gars), sinon, je vivrai longtemps en leur infâme compagnie. Encore un autre, si je colle un document Microsoft Word dans gOFFICE, je suis obligé d’utiliser Internet Explorer pour en voir le résultat final. Si je veux absolument continuer avec Firefox, Opera ou autre fureteur, il me faut éditer à la main le document Word et l’épurer de tous ses tags HTML ou XML. Ouin ! Enfin, tant qu’à râler, il arrive que notre document ne soit pas « vraiment » sauvegardé; une histoire de session qui « expire ». En ce sens il faut être prudent et, tant qu’on n’est pas vraiment familier avec gOFFICE, utiliser le bon vieux NotePad pour copier tout ce qu’on y fait.

2006042804.jpgJe vous signale que gOFFICE n’est pas le seul à offrir un tel service. Il y en a d’autres. Je pense par exemple à ZohoWriter dont on dit beaucoup de bien ou au très très très « tendance » Writely, un produit acheté récemment par Google. Pour « bénéficier » de ce dernier, il faut connaître le gars qui connaît le gars qui a encore en poche, quelques invitations. C’est le même principe que gMail, un principe « branché full kioute » qui me fait royalement suer.

Bref, l’idée derrière ce genre de produits AJAX ou Java est bonne, bien que le modèle d’affaires ne me semble pas évident. Le mieux est encore que vous puissiez vous-même l’essayer. En ce sens, allez-vous ouvrir un compte et donnez-m’en des nouvelles.


Publicités

6 réflexions sur “Pourquoi pas gOFFICE ?

  1. « Pas Sûre » comme dirait la madame dans l’annonce…
    `
    Je suis pas encore prêt à faire confiance à une entreprise que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam pour ce qui est de la confidentialité de ma correspondance.
    Sauvegarder ainsi mes textes, mes tableurs pour peut-être les voir réapparaître à un (mauvais) moment quelconque…
    `
    Hum… Pas Sûre…

  2. Le meilleur moyen de tester un ffournisseur de services web
    par rapport à la confidentialité est de créer de la fausse information
    comme des faux tuyaux de compagnies cotées en bourse ou de
    chevaux de courses. On inscrit de la fausse information sur soi.

    C’est ce que je fais pour les sondages qui offrent des cadeaux.
    C’est ainsi que j’ai pu cerner une compagnie de Toronto qui se servaient
    de sondages pour faire de la promotions de cours. Les sondeurs ne
    savaient pas tout, l’information collectée était revendu à une compagnie
    de cours par correspondance de Montréal (je vivais à Toronto).
    Ceux-ci m’ont fait du télémarketing postal agressif. J’ai appelé,
    on refusais de me parler en francais. Alors, l’ontarien que j’étais
    fit une plainte à l’Office de la Langue Francaise du Québec.
    Je n’ai pas su le résultat puisque j’ai déménagé depuis.

    Le détail qui permettait de retracer le chemin de l’information vendue fut une altération de mon nom. Au fait, je suis supposé avoir gagné une balayeuse.

    Un truc lorsque les agents secrets pensent avoir trop parlé de choses préférablement secrets, ils intoxiquent l’information en introduisant des fables, par exemple, ils établissent des rapports avec des extraterrestres.
    Ils font du DaVinci code.

  3. Un autre que j’ai découvert dernièrement et que vous connaissez probablement : http://www.thinkfree.com/common/main.tfo. Gratuit et compatible avec Word, Excel et Powerpoint. Axé sur le partage de documents, mais possible d’avoir une zone privée. Plusieurs fonctions et services à la mode (tagging, blog, images de Flickr, techno Ajax et Java). Supporte plusieurs langues dont le français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s