Heureusement que je ne crois ni en Dieu ni en Diable !

2006031001.jpg(ndlr: – Si des allusions humouristiques à Dieu peuvent vous choquer, merci de ne pas lire ce texte.) Voici une histoire invraisemblable qui se passe en 1970 et qui explique une bonne partie de ces innombrables misères qui ne cessent de nous agresser depuis. Je suis même persuadé qu’après sa lecture, vous me remercierez d’avoir ainsi donné une explication plausible à tous vos tracas. Tout commence dans la touffeur doucereuse, ouatée, douillette, d’un gros nuage où Dieu est, comme Il aime bien le faire de temps à autre, allongé les mains derrière la tête. Sauf que cette fois, Il semble nerveux, agité, voire de fort mauvais poil. Pourquoi ? Il en a assez de l’homme. Il Lui faut maintenant l’admettre, Lui censément Infaillible, Connaisseur de l’avenir et Responsable de tous les destins, Il a commis une erreur en créant ce méchant mammifère.


Il avait voulu construire un être à Son image, à Sa ressemblance, mais Il S’était retrouvé avec un prédateur mesquin qui ne respectait rien, qui passait le plus clair de son temps à s’entre-tuer, à massacrer les autres espèces et à détruire son environnement. En prime, on Lui avait retourné l’incarnation de Son Propre fils complètement vidé de son sang en raison de blessures causées par des clous, des fers de lance, des zébrures de flagellation et des épines. Pour ne nommer que celles-là. Quel échec!

2006031002.jpgPour corriger avant de ne céder tout le dossier à Satan, Dieu, en Son infinie sagesse, avait inventé l’informatique. Un plan génial ! Si l’homme était un monstre, c’était en raison de ses insuffisances intellectuelles, lesquelles expliquaient ses insécurités, ses angoisses, son stress, sa soif de domination, sa jalousie, sa brutalité, sa peur et sa haine, chacun de ces défauts étant à l’origine des guerres, des meurtres, des viols, des élections, ainsi que de nombreuses autres rapines. Une fois ce handicap corrigé grâce à des machines intelligentes, tout se mettrait à aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Bref, Dieu avait voulu donner à l’homme une deuxième chance, le plaçant dans un deuxième paradis terrestre.

Hélas! Le roi de la Création avait été égal à lui-même et, dans son Éden cybernétique où il était sensé vivre heureux, il avait plutôt entreprit d’exacerber ses tares: il avait inventé le big-brotherisme. Autrement dit, il s’était servi de l’informatique, pour mieux contrôler ses semblables, pour mieux les exploiter, les violer, les fiscaliser, les réduire à l’esclavage. Au lieu de policer la vie de l’homme, l’informatique l’avait ainsi rendue encore plus pitoyable, misérable et violente. À l’instar des Hébreux qui, dans le désert d’Égypte, avaient construit et idolâtré un Veau d’Or, les gouvernements, les institutions financières, les flics, les armées, les malfaiteurs et les banquiers suisses s’étaient unis pour créer et adorer un gigantesque Big Brother en silicium.

2006031004.jpgAujourd’hui, allongé dans Son nuage, Dieu arrive à peine à retenir Sa sainte colère. Il en a ras Son divin pompon. Et comme il est soupe au lait de nature, Il décide de laisser libre cours à Son courroux en convoquant Lucifer, l’ange déchu, à qui il fixe une rencontre en terrain neutre, à mi-chemin entre le ciel et l’enfer, c’est-à-dire à la table près des toilettes de la Taverne Théo Delisle, un établissement bien respecté de Québec.

Du fond de ce no-man’s land fonctionnel, un obèse poussif se présente devant eux.

– Ouin ?

– Deux grosses Mol pis un oeuf dans l’vinaigre, c’est ma traite, s’empresse de répondre Satan.

Dieu toussote et entreprend d’expliquer qu’Il cède l’homme aux forces de l’enfer et renonce, pour de bon, à toute idée de pouvoir le récupérer, le sauver, l’amener en Son paradis. Rien de moins !

Au début, le diable se montre circonspect.

– C’est quoi le catch ? Si Vous me faites un tel cadeau, y a sûrement une crosse quelque part. J’vous connais, vous là ! C’est quoi le prix que j’aurai à payer en échange ?

Dieu but une longue rasade de Molson et répondit:

– Le catch ? J’exige que tu utilises l’informatique pour amener les hommes à leur perte, pour les damner définitivement. J’avais imaginé cette discipline comme étant une prothèse à leurs nombreuses déficiences, ça n’a pas fonctionné. Tu vas donc en faire la raison d’être de leur existence. Ils ne vivront désormais plus que pour l’informatique; ils s’entretueront, voleront, saliront, mentiront, voteront en son nom. Ils finiront par tous disparaître, débarrassant ainsi Ma Création.

– Z’avez vraiment le feu à Vos Saintes Burnes !

– C’est à prendre ou à laisser, trancha Dieu en extirpant de Sa mallette, un document 8 1/2 par 14. D’ailleurs, Je t’ai préparé un contrat.

En se grattant la tête, Lucifer lit et relit le document jusqu’à ce qu’un sourire vienne lui détendre le mufle.

– J’ai une maudite bonne idée, fait-il en s’applaudissant. Donnez-moi ça, ce contrat là, j’vais vous l’signer tout’ suite.

2006031005.jpgDieu a un moment d’hésitation. Qu’est ce que le diable pouvait bien avoir en tête ? Tout cela n’augurait rien de bon.

– On peut savoir c’est quoi ton idée?

– No Way ! Vous me les concédez Vos humains ? Vous voulez qu’ils soient vraiment damnés ? Vous voulez qu’ils deviennent esclaves de l’informatique et qu’ils disparaissent de Votre Création ? Laissez-moi faire. Ça va marcher et Vous ne voulez pas savoir comment. C’est tout ce que je peux Vous dire !

Dieu hausse les épaules et tend le document à Satan qui s’empresse de le signer, puis de vider son restant de bière d’un trait et de disparaître dans un fort relent de souffre.

Dans les jours qui suivirent, le diable convoqua ses plus fidèles adjoints.

– Comme vous le savez messieurs, leur a-t-il dit, Dieu a inventé l’informatique. Or moi, je viens d’inventer la micro. C’est avec ce moyen qu’on va amener l’homme à sa perte. Grâce à ma trouvaille, tous les humains vont se mettre à faire de l’informatique, à vivre par et pour l’informatique. Et, pour être bien certain que ça se fasse, je vais tous vous donner une compagnie d’informatique à gérer, parfois même à créer. Même que personnellement, je me suis réservé Internet : je vous parle de porno, de pédophilie, de pognes nigérianes, de virus, de cybercrouze, de destruction du tissus social, de la fin des couples heureux, de …

2006031003.jpg– Inter quoi ? interrompit un démon à lunette.

– Laisse tomber, tu verras bien assez vite.

Et, d’un claquement de doigt, Lucifer les fit tous disparaître pour s’en aller mettre son plan démoniaque bien en place.

Aux dernières nouvelles, tout indique que ce dernier a fonctionné comme prévu. À preuve, en octobre 1995, le PC devenait l’appareil électronique le plus vendu dans les foyers nord-américains et, dix ans plus tard, plus des deux tiers d’entre eux disposaient d’une connexion Internet avec adresse de courriel.

2006031006.jpgGrâce aux PC, les humains ont notamment commencé à boursicoter directement de chez eux, privilégiant évidemment le très rentable et le très court terme. Étouffées par cette nouvelle pression, les entreprises ont dû cesser de tataouiner en excellente et en qualité, se sont mises à n’accorder des contrats manufacturiers qu’aux plus bas soumissionnaires, à couper les coins de plus en plus ronds, à balayer sous le tapis, à liquider leurs collaborateurs qualifiés, à mettre des Georges W en place, etc. Sur le plan familial et sociétal, la cybernitude a isolé les gens, a dévié leur besoin de socialisation, d’amour, de sexualité, a détruit les liens socio-affectifs et j’en passe de bien pires. Il s’en est suivi de grands dérèglements personnels, sociaux, politiques et climatiques.

Et n’allez pas croire que Dieu est raciste et ne frappe que les Occidentaux. Bientôt en Chine, aux Indes ou en Europe de l’Est, le niveau de vie sera tel que les gens commenceront, à leur tour, à vivre avec un ordinateur à la maison. Hé-hé !

Si je connais le début de cette histoire pour avoir, dans le temps, été un pilier de la Taverne Théo Delisle, j’en ignore la fin. Pour cela, il me faudrait être mort. Seulement alors, je serais en mesure de vous dire si Dieu, avec le recul, est satisfait de Son entente avec le Diable.

En attendant, tirez vos propres conclusions. Car, c’est connu, les voies de Dieu sont impénétrables. Amen !


Publicités

2 réflexions sur “Heureusement que je ne crois ni en Dieu ni en Diable !

  1. Très bel article, j’aime beaucoup la comparaison entre la vie réelle et les manigances divines 🙂

    Par contre, je crois que dans le titre, on pourrait dire « Heureusement que je ne crois ni en Dieu ni au Diable ! » Le Diable étant plutôt un concept, si on l’appelait directement Lucifer, l’appellation « en » serait correcte, mais dans ce cas-ci, je crois qu’il serait mieux de dire « au ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s