Plus ça change …

2006012401.jpgSamedi soir dernier, j’ai vraiment eu l’impression, encore une fois, de vivre l’adage plus ça change, plus c’est pareil. Et je ne vous parle pas politique; je l’ai assez fait hier … en des endroits plus propices. Je vous parle d’informatique et de la vie des hommes ou d’hommerie, comme le disait François Rabelais (Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie). C’est que samedi soir, j’assistais à un pur ravissement, une pièce de théâtre avec un grand T. Il s’agissait du Malade imaginaire (Molière) que nous présentait, pour une fois dans son intégralité (incluant Polichinelle, les fauves, des archers, etc.), le Théâtre du Nouveau Monde. Un pur ravissement, je vous dis !


2006012402.jpgDans le troisième intermède, le mot de la fin en quelque sorte, on a droit à l’admission du sieur Argan (le malade) dans la pompeuse confrérie des médecins, une caste pédante, arrogante et incompétente méchamment ridiculisée tout au long de la pièce. Or la langue utilisée en est une d’initiée, un jargon de soi-disant connaisseurs, conçu pour être incompréhensible du grand public. En l’occurrence, il s’agit d’un mélange de latin et de français que, du temps de mes études, nous appelions latin de cuisine. En voici un exemple. C’est Gérard Poirier dans le rôle du grand patron de la confrérie des médecins qui parle :

Sçavantissimi doctores,
Medicinæ professores,
Qui hic assemblati estis;
Et vos, altri Messiores,
Sententiarum Facultatis
Fideles executores,
Chirurgiani et apothicari,
Atque tota compania aussi,
Salus, honor, et argentum,
Atque bonum appetitum.

2006012403.jpgCe qui, si vous refaites une seconde lecture de cette strophe, peut se traduire par :

Très savants docteurs,
Professeurs de médecine,
Qui ici êtes assemblés;
Et vous, autres messieurs
Des facultés sentencieuses,
Exécutants fidèles,
Chirurgiens et apothicaires,
de même qu’à toute la compagnie,
Salut, honneur et argent,
Ainsi que bon appétit.

Vous me voyez venir ? Imaginez-vous, 333 ans plus tard, sur la même planète, non pas à Paris à quelques mètres du fauteuil de Louis XIV (grand fan de Molière), mais au Québec, dans une boutique bien chromée. Devant vous, de l’autre bord du comptoir vitré, il y a un gars (européen ? levantin ? lavalois ? mais grand fan de Bill Gates) bien cravaté, schlinguant le Irish Spring, qui vous regarde avec cet imperceptible mouvement de narine et qui, la main manucurée sur votre PC, vous dit :

Mon pauvre monsieur,
On a fait tourner votre cépé-hu prendant 48 heures
On a tchéqué vos dimes de ramme
On les a même passé sur notre benchtest
On a cru que c’était peut-être votre pâweur supplaye
Mais on n’a pas noté de seurge hors normale
Et pour votre hardrève, on a fait un tchèque disque pis un défrag.
On a même changé votre strappe idéeu. A était un peu lousse. Mais rien pantoute !
Fait qu’on est allé voir dans votre biausse, des fois que votre simausse aurait merdé.
2006012404.jpgEncore là, rien trouvé.
C’est là qu’on s’est dit que c’était sofftouaire.
C’est pour ça qu’on a ouèppé votre drive pis qu’on la reformaté en enneté-effesse.
On a pris pour acquis que vous aviez des backup … euh, vous en aviez, n’est-ce-pas ?
Fait que, bonne nouvelle, votre PC va bien.
Mais, mauvaise nouvelle, hé-hé, la facture monte à 234 $.

Comme je vous le dis, plus ça change, plus c’est pareil !


Publicités

3 réflexions sur “Plus ça change …

  1. Bravo! Avec l’accent en plus… je me tordais de rire dans mon bureau en essayant de lire le tout à haute voix…
    Tout ceci pour vous dire que vous avez bien raison et que nos bons vendeurs informatiques croient qu’ils font étalage de science et de compétence en nous inondant de termes en anglais qu’ils auraient bien de la difficulté à traduire en bon français et à expliquer en termes simples.
    Le pire dans tout ça, c’est lorsque vous achetez un magazine français (de France!) bourré de ce genre de termes… À croire que l’anglais de Bill Gates est synonime de savoir!

  2. Discours relativement anglais, la prochaine fois, le vendeur devrait parler en anglais directement, cela serait plus simple !

    Mais pour information, vaut mieux de toute façon étaler au client tout ce que le technicien a fait, sinon il (le client) va croire qu’il paye pour rien.

  3. Bonjour,
    Je vois que Cyberpresse s’est attaché les services d’un homme cultivé… Bravo! Je vais prendre l’habitude de le lire régulièrement… Je crois que le rédacteur en chef de Cyberpresse (ma page d’accueil) devrait lui donner une plus grande place…
    Jean-Pierre Gagnon
    Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s