Un PC, c'est parfois con, mais con…

illustration2005112901.jpgVous êtes montréalais et, dans la même fin de semaine, vous avez eu la chance d’assister à une présentation d’Antigone (Sophocles/Heaney/Blais/Pintal), le plaisir de décoller avec une chorégraphie de Christal Pite (xspectacle [The Stolen Show]) et l’occasion de vous réconcilier avec Binamé grâce au Rocket. Par contre, vous avez raté Bono, sauf que Paul Martin vous laisse de glace (tout comme le Suit Rock, du reste). Bref, vous flottez dans une ouate de sensibilité, d’intelligence et de créativité. Puis, bêtement, vous anéantissez ce doux cocon en allumant votre PC.

« Dieu du ciel que cette boîte est conne », soupirez-vous en la contemplant en train de grincher. Dès les premières secondes, toutes ses insuffisances vous remontent à la gorge (gulp !). À un point tel que vous décidez, comme pour la punir d’être idiote à ce point, d’aller travailler sur votre Mac (si vous en avez un) pour la journée (une machine quand même un peu moins bête, mais pas toujours géniale)

illustration2005112904.jpgInsuffisances ? Je pèse mes mots. Par exemple : à chaque fois que j’installe un logiciel sous Windows XP, une fenêtre me demande d’indiquer où sont les pilotes en me désignant par défaut, le lecteur de disquettes A. On est pourtant en 2005, à l’heure où les bâtonnets de mémoire USB et les CD-R à trente sous sont omniprésents, à l’heure où tous les BIOS permettent le redémarrage à partir, au moins, d’un CD-ROM. C’est quand la dernière fois où vous avez utilisé ce lecteur, un dispositif que seuls les PC continuent d’offrir ? Vous le savez sûrement autant que moi que rien n’est moins fiable qu’une disquette 3,5 pouces et que rien n’est plus facile à briser qu’un lecteur 3,5.

Mais, dans mon cas, l’irritation ultime, celle qui m’allume le baril de poudre entre les roubignoles, c’est la $#!&%# de &%$@# de barre bleue au bas de mon écran. Il m’arrive de l’accrocher, d’y déplacer les #$%@£¢# de petits icônes situés à l’extrême droite, lesquelles se ramassent sur une deuxième ligne d’un pouce de large, et là, je perds des heures à essayer de ramener tout ce bordel comme c’était avant. Dur, dur ! Dites, Monsieur l’architecte suprême Gates, pourquoi une telle façon inutile d’éprouver mon caractère ? Dites ?

illustration2005112903.jpgUn autre exemple incompréhensible, Windows apprend par cœur la nature de tous les bidules qu’on ouvrira une fois ou deux par année sur le réseau, mais ne le fait pas pour un CD qu’on lui insère régulièrement. Vous connectez un disque réseau une fois, il en garde fidèlement l’icône sous Favoris réseau, vous insérez le CD-ROM du Larousse 15 fois par jour, il en reconstitue le répertoire à chaque fois. Hum !

Tant qu’à chialer, pourquoi, en 2005, le formulaire à distance sur lequel on tape frénétiquement notre opinion sur une pièce de théâtre disparaît à tout jamais (avec notre texte, bien entendu), parce qu’on a cliqué au mauvais endroit ou qu’on a oublié telle information dans tel champs ? Pourquoi n’y a-t-il pas moyen de tout retrouver comme on peut le faire dans notre PC en activant les touches Crtl-Z ? Pourquoi le niveau de protection – mise en mémoire temporaire que peuvent offrir la plupart des fureteurs, n’est-elle pas activée par défaut ou repensée ?

illustration2005112902.jpgEt pourquoi faut-il que les câbles SATA soient si faciles à se débrancher tout seuls, que les câbles EIDE arrivent encore, en 2005, à se connecter en envers si on ne fait pas attention, qu’ils soient très souvent trop courts, que les bidules USB2 puissent se connecter sur une prise USB1 sans qu’on ne le sache avec son et lumière si on le fait par inadvertance, qu’il y ait encore des ressources COM et LPT1 sur les cartes mères de PC flambant neufs vendus présentement à M Mme Tout le Monde, etc.

J’arrête, je suis sur le point de devenir désagréable, ce qui serait parfaitement inutile, puisque le PC qu’on me vendra l’an prochain avec Windows Vista sera sûrement exempt de ces aberrations. On verra bien.

Merci de m’avoir lu. Et, en attendant Vista, s’il y a des choses qui vous turlupinent, faites le moi savoir grâce au formulaire (ouin !!!) ci-après. Je les communiquerai sans faute à Microsoft. Si si !


Publicités

6 réflexions sur “Un PC, c'est parfois con, mais con…

  1. Pourquoi encore des disquette 3.5?
    Tout simplement parce que Dos existe encore, que le bios ideal (je n’ai pas d’accent sur ce clavier…)est encore sur la planete Xrgom-B12 (celle de tous les gadget parfaits…)
    Que tant cette bonne vieille architecture de machine ne changera pas, Dos sera encore la, et ces merveilleuses disquettes 3.5, et soyons content, on n’a pas les 8 pouces a 160 k !!

    ps: en passant, comme j’ai eu un bobo sur mon disque dur la fin de semaine derniere, il a fallu que je formatte avec mon vieux dos 6.22, sur 3 disquettes 3.5 !!!!!

  2. Ah ce bon vieux DOS! Si par malheur vous formatez votre disque dur en NTFS vous pouvez l’oubliez… Il est vrai le système NTFS est pratique avec sa fonction de compression et d’archivage mais quand vous avez besoin de faire quelques petites choses un peu plus anciennes comme partitionner ou utiliser un programme DOS quelquoncque… Tout ce qu’il vous reste c’est vous ennuyer de FAT et de sa symbiose avec DOS…

    Quand je visite quelqu’un pour jouer au Docteur PC il arrive souvent que le brillant service tehnique où la personne à acheté son ordinateur a tout installé sur le C: et en NTFS… C’est malsain de pratiquer cette technique qui se veut « clé en main » puisque tout le monde sait qu’un jour ou l’autre Windows va planter et que le Docteur PC devra faire une opération à Windows ouvert, ce qui entraînera la perte des fichiers dans « Mes documents, Mes images et Mes fichiers perdues ».

    Ce que je leur propose laisse la famille du malade parfois perplexe mais ils finissent par comprendre que ce n’est que pour leur mieux être. Ils comprennent bien que le fait de laisser leurs jolies photos et tout les souvenirs de vacances au même endroit que le système d’exploitation peut augmenter le risque de maladies incurables. Alors je sépare le cerveau du reste du corp et ils se retrouvent avec un C: en FAT et un D: en NTFS! Au bout de quelques minutes d’utilisation tous reconnaîssent leur bon vieil ami Ordi.

    Cette maladie du TOUTÀLAMÊMEPLACE est très répendue. Si vous perdez le contrôle du disque C: et que l’on ne peut y accéder avec Windows ou DOS, vous devrez faire une croix sur toutes les choses auxquelles vous teniez.

    Aujourd’hui ils savent que si Windows plante, Docteur PC pourra toujours aller récupérer les choses personnelles et importantes sur D: et récurer de fond en comble C: qui est complètement infecté.

    Ceci montre à quel point les gens doivent faire gaffe à leur fichiers, un peu comme si vous laisseriez vos vêtements, votre grille-pain et vos bijoux dans votre automobile (question de gagner du temps en allant au boulot) et que vous oubliez les clés à l’intérieur alors qu’il y a le feu dedans.

    Conseil de Docteur PC : Ne vivez pas sur du temps emprunté.

    – Al-Pha.ca –

  3. Vous n’avez pas encore compris? Windows est le système le plus instable de la planète….un bon Linux bien monté saura satisfaire les petits besoins de M. Tout l’monde qui fait seulement de l’internet et du petit traitement de texte…sans oublier bien sûr Docteur PC qui en sera heureux d’être enfin devant un système fiable…

  4. Les ports série, COM et autres gugusses servent toujours à des fins techniques (routers Cisco par exemple). Et pour des raisons économiques, on a choisi de garder une « base » identique pour la quincaillerie maison d’une part, et professionnelle d’autre part. Si c’est ça qui me permet d’acheter une machine potable pour 500$ aujourd’hui, je suis prêt à les garder très longtemps…

    Un message aussi à ceux qui n’ont jamais osé Linux: Essayez donc Knoppix 4.0, juste pour voir. Rien à installer, aucune trace sur vos disques, ne mord pas, et sans gras trans en plus !

  5. En août 2003, un ami m’amena son Netvista d’IBM, un P3/800 dont la carte mère venait de rendre l’âme. Il s’agissait d’une malformation documentée sur laquelle IBM ne s’obstinait pas à l’époque, se contentant de remplacer à ses frais la carte défectueuse. Sauf que ne voulant pas prendre de chance, le malheureux propriétaire souhaitait archiver ses données – ce qu’il n’avait jamais fait – avant que ne s’accomplisse la grande opération.

    Ma première tentative fut, comme il se doit, d’installer le disque du Netvista, un Maxtor de 40 Go, en mode Esclave dans un de mes PC sont le disque fut placé en mode Maître. Je croyais qu’ainsi, je pourrais transvaser les données d’un disque à l’autre. Sauf que l’idée était trop simple. Le disque IBM refusa la manœuvre sous prétexte que l’accès aux données m’était interdit. Rien à faire, ni en DOS, ni avec de petits utiliaires, genre « secret du colonel » …

    Ma deuxième tentative fut de redémarrer mon PC avec le CD autonome de Knoppix 3.2, une saveur particulièrement brillante de Linux qui tenait sur un CD de 699 Mo que l’on pouvait télécharger gratos sur knoppix.org. Pas plus de succès ! Même si je voyais mon disque rigide (Maître) et celui du Netvista (Esclave), seules les partitions de mon disque étaient accessible du Bureau (Desktop) de Knoppix; celle du capricieux disque IBM refusaient sinistrement de se déployer.

    Ma troisième tentative fut la bonne ! Je plaçai le disque IBM en mode Maître (comme il l’était dans le Netvista) et celui de mon PC en mode Esclave, puis je redémarrai avec Knoppix. De cette façon, je pus enfin transvaser les données du disque IBM (hda1 en jargon Linux) vers mon disque (hdb5) où il me fut possible de créer un répertoire appelé « backup » (incidemment, parmi ces données, il y avait un répertoire de « photos intimes » dûment protégé par mot de passe et inaccessible autrement sous Windows, un répertoire que Knoppix a ouvert comme si de rien n’était…).

    Cela étant fait, je remis mon disque en mode ni-maître-ni-esclave et retirai le disque IBM de mon PC, lequel fut redémarré sous Win XP. Enfin, je gravai les précisuses données sur CD et, comme il se devait, saluai humblement devant le « standing ovation » que je reçus !

    Pas pire, Knoppix ! Reste que je maintiens tout ce que j’ai dit dans ce texte publié le mois dernier.

    Salutations !

  6. Cher ami, amie

    l’informatique ne s’est pas elle meme fabriqué, ni programmer. Celui ou celle qui dont fait presence de cette technologie et l’homme. Si l’homme cesserait de pensait argent et de mettre de la qualité et temps de créer de la perfection aujourd’hui les ordinateurs seront encore plus supérieur que jamais.

    N’oublie ca prend un humain pour dessiner, fabriqué et assemblé. Ome, Homme de significatif humain, qui a toujours été. Et là il y a l’utilisateur qui croit tout savoir et fait n’importe quoi et qui gaffe. Faut pas mettre la faute sur la technologie car elle n’a pas de sentiment ni de pure logique ou de souplesse de la reflexion.

    Toi mon cher monsieur qui écrit sur le pc stupid, votre article n’est pas fondé. Attaque toi a ceux qui programme les logiciels et matériel encore la sont des humaines.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s